-

socia-lie

La transparence à la française s’appelle « au pas cités »…….! Comment croyez vous que l’on puisse faire campagne depuis un château aussi fort qu’un coffre? (by keg – 01/02/2017)

Publié le Mis à jour le

Le choix du jour : «transparence opaque» ou  « opacité transparente»

  Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français »

 

Dernière nouvelle : Marine Le Pen refuse de rembourser 300 000 euros au Parlement européen. La relève Fillon est assurée….


je ne voterai pas pour mes bourreaux. La révolte d’un « pupille de la Nation non juif », trop con pour apprécier le bonheur promis par des-put-a-tifs (ne parlons pas des chauves)   (en abrégé : http://wp.me/p4Im0Q-1sO)

Français quand vous saurez……que :

Selon que vous serez clair ou mal voyant, vous aurez toujours la possibilité d’entendre les espèces sonnantes surtout quand elles trébuchent sur le seuil de l’honnêteté, porte ouverte au libre service des grands. Pas besoin de voir, il vaut mieux d’ailleurs avoir une cécité passagère, pour ne pas être gêné (pas vu pas pris, y compris par soi-même).

….. et avec un peu de recul….

La transparence n’est plus ce qu’elle était…. Elle s’opacifie au fur et à mesure des beaux linges qui se font piquer. Il y a ceux qui se font piquer et les autres. La qualification au titre envié de champion monte en puissance et en inventivité. Avant,  les meilleurs chefs de policer étaient des truands-convertis aux vertus cardinales du pouvoir… Maintenant ils visent plus haut, le sommet du pouvoir, où ils sont assis à droite (pour ceux de gauche et vis versa…) du trésor… Il y a moins d’effort pour résister à la tentation de puiser

…..

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

 

La transparence à la Française s’appelle opacité. La preuve c’est tellement transparent que des pénélopegate, des cahuzacgate, des macrongate, ….panamagate, peuvent avoir lieue. Chaque gate renforce les moyens de contrôle et de soit disant possibilités d’être « correct ».

Jamais de moyens préventifs, toujours curatif avec des sanctions spectaculaires jamais accomplies. Les politicards ont raison. Le jour où l’on condamnera à vie les coupables, on évitera beaucoup de gates ce qui ne gâtera rien au contraire à la transparence. Combien de gens sont sur la paille à cause de ces indélicats?

Les politicards sont les malfrats du jeu du « gendarme et du voleur », ils (les malfrats ont toujours une longueur d’avance, et pour cause, ils sont précurseurs et inventifs). On pique Pénélope et brutalement une bonne partie des personnels d’assistanat, change. mais depuis combien de temps officiaient -ils?

A combien de millions se monte le global des escroqueries par personnes ayant autorité? Plus près du milliard….. ?

Allez les voir… en toute trasparence

 

http://free.niooz.fr/s/free/corruption-la-france-reste-23e-du-classement-de-l-ong-transparency-14731123.shtml

***

Et pendant ce temps……

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Pour votre « marché matinal aux nouvelles fraîches », les articles en « Une » des principaux médias retenus!

bleu (sans ‘(*) ») dans le texte d’origine est déjà une façon de répondre, partiellement au sujet de ce texte….
——
« (*) » : veut dire que c’est une coquille voulue et/ou une liberté de langage ……ou une tentative de jeu de mots?
Ajoutez un peu de pâte-a-physique et une poignée de sel…j’aime. Faire revenir dans une noix de beurre rance et vous aurez votre recette du jour. A déguster chaude, la patate! Un peu d’irraison ne peut faire de mal.
dès 2017, un dictionnaire bilingue sortira pour mieux comprendre l’esprit « kegien (*) » ‘ ! Exercez-vous –:
GrosMots kegiens Février2016

****

 

Fillon, Macron et les affaires : y a-t-il vraiment « deux poids, deux mesures » ?

Fillon, Macron et les affaires : y a-t-il vraiment "deux poids, deux mesures" ?
François Fillon, le 21 octobre 2016 à Caen. (CHARLY TRIBALLEAU/AFP)

Quoi qu’en disent les élus LR, l’affaire du PenelopeGate n’a rien à voir avec celle des frais de l’ex-ministre de l’Economie.

 

 

« Pourquoi il n’y a pas d’enquête préliminaire sur Macron ? » La question est signée Christian Jacob. Le président du groupe LR à l’Assemblée nationale était interrogé ce mardi sur BFMTV, au moment même où des policiers enquêtant sur les emplois fictifs présumés de Penelope Fillon étaient dans les murs du Palais Bourbon pour se faire remettre des documents.

Affaire Penelope Fillon : des investigations à l’Assemblée nationale

L’épouse de François Fillon est soupçonnée d’avoir été rémunérée comme collaboratrice parlementaire de son mari alors que, selon plusieurs témoins, elle ne travaillait pas. D’après les nouvelles révélations du « Canard enchaîné » à paraître mercredi, la fraude atteint désormais 900.000 euros.

Faute d’argument sur le fond de l’affaire, Les Républicains tentent de défendre leur candidat en contre-attaquant sur le terrain politique. L’objectif est double : victimiser François Fillon et mettre en cause, au passage, un concurrent gênant pour la présidentielle, Emmanuel Macron.

Macron pris pour cible

Le candidat centriste est lui-même mis en cause dans un livre, « Dans l’enfer de Bercy », écrit par les journalistes Frédéric Says et Marion L’Hour. Emmanuel Macron y est accusé d’avoir dépensé en 2016, alors qu’il était ministre de l’Economie, 80% des frais de représentation de son ministère en huit mois, avant sa démission en août.

« Pourquoi, en quelque sorte, deux poids deux mesures ? », a demandé Christian Jacob. « Puisque le parquet s’est saisi suite à l’information de journalistes du ‘Canard enchainé’, pourquoi quand d’autres journalistes interviennent dans le cadre d’un livre sur l’attitude ou les comportements de M. Macron, ça ne donne pas lieu à l’ouverture d’une enquête préliminaire? »

Le député LR Eric Ciotti ne disait pas dit autre chose, lundi, lorsque François Fillon était entendu par les enquêteurs :

« Je n’ai pas trouvé la même célérité lorsqu’un livre est paru (…) interrogeant les pratiques de M. Macron lorsqu’il était ministre de l’Economie », a-t-il lancé sur RTL.

Que reproche-t-on à Macron ?

Deux poids deux mesures, vraiment ? Les deux situations n’ont en fait rien de comparable. Emmanuel Macron aurait pu avoir des comptes à rendre s’il avait dépassé son budget, mais ce n’est pas le cas. Dépenser 80% d’un budget en 8 mois n’a rien d’illégal, même si la somme, 120.000 euros environ, est conséquente. L’actuel ministre de l’Economie, Michel Sapin, qui pourtant ne porte par Emmanuel Macron dans son cœur, l’a reconnu jeudi dernier :

« Macron n’a pas dépensé plus que ce à quoi il avait droit très naturellement dans un ministère comme le nôtre. »

Emmanuel Macron a bien entendu reçu à son ministère des personnalités diverses. « Recevoir au ministère des acteurs extérieurs à l’administration fait bien partie du rôle et de la fonction d’un ministre qui ne saurait travailler en circuit fermé », s’est justifié le candidat dans un communiqué.

Préparait-il sa campagne présidentielle ? Sans doute, comme d’autres candidats l’ont fait avant lui. En droit, cela ne constitue pas une infraction. Et rien ne prouve que ces frais aient servis à financer le mouvement d’Emmanuel Macron, « En Marche ».

« Il faut que ces parlementaires fassent attention parce que la diffamation a un sens juridique », a prévenu Emmanuel Macron sur RTL, mercredi dernier.

Les accusations visant Fillon sont plus sérieuses

A l’inverse, les accusations qui visent François Fillon sont précises. D’ailleurs, l’ancien Premier ministre ne nie pas avoir salarié son épouse. Il ne conteste pas le montant considérable de la rémunération. Il ne nie pas non plus que Penelope Fillon a été salariée par son suppléant Marc Joulaud, puis par la « Revue des Deux Mondes ». Plusieurs témoins, la journaliste Christine Kelly, auteure d’une biographie de François Fillon, et Michel Crépu, ex-directeur de la « Revue des Deux Mondes », ont attesté que Mme Fillon ne travaillait pas.

Plus gênant encore, Penelope Fillon a elle-même déclaré à plusieurs reprises qu’elle ne jouait aucun rôle dans la carrière de son mari. Enfin, selon « Le Parisien » de ce mardi, elle ne disposait ni d’adresse email, ni de badge pour entrer à l’Assemblée nationale.

Les soupçons ont été suffisamment crédibles pour justifier l’ouverture d’une enquête pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel par le parquet national financier (PNF). Ce qui peut valoir à l’employeur jusqu’à 10 ans de prison et une amende d’un million d’euros, ainsi qu’une peine d’inéligibilité. 

Pourquoi l’enquête va-t-elle si vite ?

Mis en cause mardi soir dernier, François Fillon a été entendu dès lundi par les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières (OCLCIFF). Des témoins avaient été auditionnés dès le vendredi.

S’il est vrai que la justice agit ici avec une célérité particulière, c’est à la suite d’une demande de François Fillon. Son destin présidentiel est en jeu : le candidat a prévenu, jeudi soir sur TF1, qu’il n’imaginait pas poursuivre sa campagne s’il était mis en examen.

François Fillon « voulait que ça aille vite et ça doit aller vite », a commenté Eric Woerth ce mardi :

« Aujourd’hui la justice, je pense, essaye de calquer son calendrier sur le calendrier politique, ce qui est bien naturel. »

« Je m’en félicite parce que ce genre d’histoire peut durer pendant des semaines et des mois, se terminer évidemment par un non-lieu ou un classement, et pendant des semaines et des mois, vous en payez le prix », a ajouté l’ancien ministre, qui a lui même été mis en cause avant d’être blanchi.

Si élus des Républicains tiennent absolument à comparer les accusations visant François Fillon avec celles d’un autre candidat, ils peuvent tourner leur regard du côté de Marine Le Pen. La candidate d’extrême-droite est elle aussi mise en cause pour des emplois fictifs de collaborateurs parlementaires. L’Office européen de lutte contre la fraude, l’OLAF, a établi que deux d’entre eux travaillaient en fait pour le Front national. Selon « Challenges », le Parlement européen réclame le remboursement de 340.000 euros « indûment versés » à sa cheffe de cabinet et à son garde du corps.

 

De 500 000 on passe à 900 000€. Et jusqu’où s’arrêtera l’énumération progressive des émoluments perçus (combien a coûté le château et ses dépendances).

De deux choses l’une

  • où elle a perçu l’intégralité des sommes allouées, légalement, aux assistants (et dans ce cas comment ont été rémunérés ses collègues Fillonistes et/ou Fillonnés pour ne pas dire syphilonnés ?)
  • où elle a été « rémunérée pendant plus longtemps (rémunérée ne voulant pas forcément dire travaillé!)

Certes la charge est rude, et vient de plus loin que le résultat final de la primaire. Que l’on ai attendu pour la sortir (on devrait dire les, tant il y aura d’autres « affaires ». On n’en est qu’au début….) se conçoit et je dirai s que c’est de bonne guerre dans le monde de ripoux qu’est devenue la politicardie… Je ne pense pas que le Canard prendrait le risque de sortir des informations fausses.

Les a-venirs vont être fonction de la résistance de François et de sa volonté de s’accrocher à son statut de putatif. Il devrait penser que s »il fait du mal à la représentation du pays, il nuit gravement à la santé de ses camarades de parti (même s’ils sont fourbes, crapules,…. on n’en est plus à mesurer les degrés de chacun). Un sabordage-éradication de parti par présidentielle suffit….

Si les deux majors disparaissent les Français seront aux prises avec les extrêmes et là il n’y plus de centres.

Partout où l’on tourne le regard, il n’y a que crapulerie! Macron, le Pen, socia-lie…. Avant on choisissait les compétences (ou plutôt incompétence). maintenant on choisit les plus crapuleux. Il paraît que c’est comme cela que l’on règle les problèmes -des détenteurs de titres, mais pas ceux du peuple qui n’en peut plus- jusqu’où le peuple va t-il supporter…..?

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170131.OBS4653/fillon-macron-et-les-affaires-y-a-t-il-vraiment-deux-poids-deux-mesures.html

 

****

 

En Autriche, le FPÖ veut interdire “l’islam fasciste”  –  Les écoles maternelles salafistes y ont pignon sur rue

Norbert Hofer et Heinz Christian Strache, les deux principaux visages du FPÖ lors d’un meeting à Vienne, octobre 2016. SIPA. AP21982648_000004

 

 

Après le grand meeting du Parti de la Liberté de l’Autriche (FPÖ), samedi dernier à Salzburg, on serait tenté de dire que son chef, Heinz Christian Strache, envisage de diriger son groupe de la même manière que son prédécesseur, Jörg Haider, conduisait les voitures : vite et mal. Haider s’était crashé avec une alcoolémie de 1,8 gramme et il n’est pas sûr que la FPÖ s’en sortirait mieux, si elle ne parvient pas à tenir ses promesses. Non pas qu’elles soient mauvaises. En substance, Strache a proposé d’interdire en Autriche « l’islam fasciste » et de bannir les symboles musulmans de l’espace public, suivant les mesures prises à l’encontre du parti et des symboles nazis après la Seconde guerre mondiale. « Mettons un terme définitif à la politique de l’islamisation, sinon, c’est nous les Autrichiens, nous les Européens, qui serons finis. », a-t-il déclaré devant un parterre de conquis-à-la-cause. Le souci ? Comment passer de l’étape « annonce » à l’étape « réalisation », alors que jusqu’à présent si peu a été fait pour empêcher les islamistes de proliférer, y compris à Vienne dont l’adjoint au maire est pourtant issu de la FPÖ.

« Ouvrir une école islamique à Vienne est aussi facile qu’ouvrir un kebab »

La communauté musulmane en Autriche compte, selon les statistiques, entre 500 000 et 600 000 membres, autrement dit quelques 6% de la population. Elle atteindra le seuil de 10% aux alentours de 2030. Et qui dit « croissance » dit éducation des enfants, dont une grande partie fréquente les établissements communautaires avec enseignement de l’islam en classe. . A cet exemple, l’étude publiée en février 2016 par l’Université de Vienne, souligne la démarche intentionnelle d’isoler les enfants musulmans d’un environnement basé sur les valeurs occidentales, à travers l’usage de manuels qui les rejettent explicitement. Un constat corroboré par les résultats d’une enquête menée sous la direction d’Ednan Aslan, professeur à l’Institut d’Etudes islamiques à Vienne et dont la conclusion reste sans appel : « Ouvrir une école islamique à Vienne est aussi facile qu’ouvrir un kebab ».

Que la FPÖ montre ses muscles lors des rassemblements politiques, ne gêne pas non plus les prédicateurs de rue qui s’installent avec des étalages de Corans dans les zones piétonnes des grandes villes autrichiennes. Sebastian Kurz, ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration, issu de la chrétienne-démocrate ÖVP, a réclamé la révision de la loi afin de permettre de combattre plus efficacement les radicaux islamistes. A n’en pas douter, ces derniers doivent en trembler d’effroi (à quand les autodafés de livres occidentaux? Les autrichiens connaissent bien!). Surtout après les révélations de la presse autrichienne qui ont démontré que la campagne de distribution de Corans a été orchestrée par Mirsad Omerovic, un terroriste islamiste passé par la case prison après avoir recruté et envoyé en Syrie deux adolescentes de 15 et de 17 ans. Jusqu’à preuve du contraire, ce ne sont pas de nouvelles lois mais le travail de l’ombre de la brigade anti-terroriste qui a rapporté des fruits. E

« Dans les mosquées européennes contrôlées par la Turquie on prône la stricte séparation d’avec les valeurs individualistes de l’Occident »

Au lieu d’interdire sur le papier « l’islam fasciste », ne serait-il pas autrement plus utile de mettre fin à l’opacité – en Autriche comme ailleurs en Europe – de toutes sortes de dits « conseils du culte musulman » dont on a tant espéré mais finalement rien obtenu de concret ? Comment se retrouver dans les conceptions officielles et officieuses de l’islam représentées par la Communauté religieuse islamique en Autriche (IGGiÖ), l’équivalent du Conseil français du culte musulman ? Son nouveau président, Ibrahim Olgun, diplômé de théologie islamique à l’Université d’Ankara est en principe, et selon ses propres affirmations, censé alimenter le « dialogue interreligieux » et « bâtir des ponts » entre son pays d’origine, la Turquie, dont sont issus majoritairement les musulmans autrichiens, et son pays d’accueil. On pourrait toutefois se demander de quels « ponts » il s’agit en réalité.

Excepté les groupuscules radicaux et terroristes, n’importe qui approuverait la belle détermination de la FPÖ à éradiquer « l’islam fasciste ». Mais le plus dur reste à faire, à commencer par définir ce qui est, à l’intérieur de l’islam et de sa pratique, « fasciste » ou pas : une femme voilée ? Et voilée à quel degré ? Un prêche en langue étrangère ? Même s’il est « pacifique » ? Une maternelle confessionnelle ? Il en existe aussi des catholiques et des juives. Le prosélytisme ? Les Hare Krishna s’y adonnent également… Ne soyons pas bêtes, direz-vous, nous savons très bien de quoi il s’agit. Justement, il ne s’agit plus de le « savoir », mais de le préciser et de le prouver, ce qui n’a, au contraire, rien d’évident. Sans oublier les bonnes âmes, qui nous rappellerons charitablement que les mesures antinazies votées après la Seconde guerre en Autriche n’ont pas chassé tous les sympathisants d’Adolf des cafés viennois.

 

Avant on parlait d’islam radical et maintenant des fascistes font jeu égal avec l’islam fasciste (il y a vraiment de quoi se fâcher, sans être pour autant fachos)Le fascisme retour aux sources. Le caporal de Bohême était autrichien (et pas aux triche-chats, vous l’imaginez faisant patte de velours!)

Le fascisme semble se conjuguer à toutes les sauces, c’est donc le fascisme d’apéro et d’opérette. Quand il retrouvera son lit, le monde pourra dormir sur ses deux oreilles

 

http://www.causeur.fr/autriche-islam-fpo-turcs-musulmans-42381.html

 

*****

 

La branche d’Al-Qaïda en Syrie change de nouveau de peau

Alors que la bataille fait rage dans la province d’Idleb entre le front al-Nosra, branche d’Al-Qaïda en Syrie rebaptisée front Fateh al-Sham, et son ancien allié Ahrar al-Sham, la distribution des milices a connu de nouvelles restructurations.

 

Ces dernières heures, de nouvelles factions terroristes ont rejoint les rangs du Nosra : le mouvement Noureddine al-Zenki, pourtant très admis par les Occidentaux malgré ses exactions sanguinaires, Liwa al-Haq, Front Ansar al-Din et Jaïch al-Sounna. Ils s’ajoutent à Jound al-Aqsa qui a été le premier à afficher son soutien au Nosra.

Par dissolution et fusion

Mais cette fois-ci cette coalition a procédé d’une façon différente des précédentes: par dissolution et fusion.
Elles ont toutes annoncé leur dissolution et leur fusion au sein d’un seule groupe baptisé Tahrir al-Cham (libération du Levant, en arabe)

Selon la chaine de télévision arabophone al-Alam, Jaïch al-Sounna a démenti avoir rejoint les rangs de qui que ce soit. Mais certains activistes ont fait part de divisions au sein de cette milice.

Ces factions n’avaient pas participé aux négociations de paix à Astana avec le pouvoir en début de semaine sous le parrainage de la Russie, de l’Iran et de la Turquie, contrairement aux autres groupes rebelles. Ces derniers ont été accusés par le front al-Nosra d’avoir conclu un accord pour le combattre et « l’isoler »

Dès la fin des négociations mardi, la milice d’al-Qaïda a attaqué une base d’une milice dans la province d’Idleb et les combats se sont propagés dans cette région ainsi que dans celle voisine d’Alep.

En même temps, cinq factions se démarquaient du Nosra et rejoignaient les rangs du mouvement Ahrar al-Cham, le plus puissant des groupes insurgés. Celui-ci avait évité de participer à la rencontre d’Astana, par mesure de précaution, pour ne pas offusquer le Nosra, où susciter ses doutes.

  • Mohaycini toujours avec al-Qaïda
  • Le commandant de Tahrir al-Sham

Avec quelques uns des dirigeants des Ahrar al-Sham, Abou Jaber conduisait la branche pro Al-Qaïda dans la milice d’Ahrar al-Sham et a toujours rejeté les choix de la nouvelle direction politique, et surtout celle son responsable Labib al-Nahhas, qui en appelait à un rapprochement avec l’Occident.

Il est aussi connu pour avoir été l’un des premiers à combattre Daesh vers la fin de 2013. A cette époque, il en avait voulu à la direction religieuse d’Ahrar al-Sham qui a refusé de promulguer un décret religieux pour combattre Daesh avec pour motif que ce dernier a pour slogan l’unicité divine.

Lui et ses compagnons ont désormais quitté Ahrar al-Sham pour revenir la où ils doivent être naturellement chez le front al-Nosra.

Une simple métamorphose

Des observateurs de la scène syrienne ont constaté que de nombreux combattants d’Al-Qaïda ont soit fondé des milices qui semblent distinctes d’Al-Qaïda, ou se sont disséminés dans les différentes milices syriennes. Selon eux, le but essentiel n’est autre que de se camoufler pour éviter les mesures applicables sur Al-Qaïda.

Un autre moyen plus courant a été utilisé en Syrie à cette fin, le changement d’appellation de leur milice. Cela a été le cas en passant  du front al-Nosra, au front Fateh al-Sham, et l’est aussi pour la nouvelle appellation, Tahrir al-Sham.

Loin d’une mutation structurelle, il s’agit tout bêtement d’une  métamorphose, un changement de peau.

 

Changer de nom ne change rien à la situation. Vous croyez que le RPR (pour ne remonter qu’à lui) a changé au travers de ses diverses variantes  nominatives et dénominatives? Ses dirigeants sont restés identiques à eux mêmes, ripoublicains.

Les pourris de la collabo sont, pour certains, devenus résistants de la toute dernière heure, quand l’Allemagne allait perdre et capituler. Pourris ils étaient, pourris ils sont restés. Ce n’est pas l’appartenance surtout de convenance qui change le statut d’âme des gens. Pour de rares, très rares cas, des rédemptions sont parfois effectives, mais cela ne se passe pas sur le devant de la scène….. mais dans l’ombre de l’individu et cela s’appelle un Djihad. Peu de gens en sont capables.

L’habillage ne change rien à l’âme….

 

http://reseauinternational.net/la-branche-dal-qaida-en-syrie-change-de-nouveau-de-peau/

 

***

Fillon ne peut pas continuer de jouer les victimes !

Ne hurlons pas avec les loups. Les divergences politiques sont une chose. L’honneur d’un homme en est une autre.


L’affaire Penelope ne passe pas parmi les soutiens de l’ancien Premier ministre. Réunis à la Villette dimanche 29 janvier, ils ne décolèrent pas contre la presse, la gauche et tous ceux qui ont intérêt à salir leur candidat (et ceux de droite, revanchards….. !). Le Figaro rapporte les propos de ces gens, souvent retraités, qui ont fait le déplacement pour applaudir les accents martiaux de François Fillon et s’émouvoir avec lui des calomnies proférées à son endroit. À les entendre, à travers Fillon, c’est eux qu’on atteint, le peuple de droite qui soutient comme un seul homme son champion. Quitte à jouer les victimes et à en faire un peu trop.

Ne hurlons pas avec les loups. Les divergences politiques sont une chose. L’honneur d’un homme en est une autre. Tout comme, en d’autres temps, certains se sont indignés de l’acharnement du régime contre Nicolas Sarkozy, accabler son ex-« collaborateur » n’est pas une attitude loyale. Les accusations portées contre son épouse et lui sont graves, mais rien ne permet aujourd’hui de dire qu’elles sont fondées (ni infondées). Si elles le sont, l’homme est évidemment disqualifié pour la course à la présidentielle. Si elles ne le sont pas, il s’agit d’une calomnie. Sur Radio Notre Dame, vendredi 27 janvier, Victor Loupan l’a rappelé vertement à ses interlocuteurs Henri Tincq et Patrice de Plunkett, qui considéraient comme acquis les faits révélés par Le Canard enchaîné. Les désaccords avec la ligne politique d’un candidat ne permettent pas tout (c’est vrai, mais il n’y a pas de fumée sans feu!. je ne crois pas que le « canard s’amuserait, par conviction politique,  à jouer ainsi, un tel jeu dangereux, s’il n’avait pas de preuves….formelles. Il suffit de lui demander de les fournir. ).

Il est vrai, aussi, que la justice a fait preuve d’une étonnante célérité. En ouvrant une information judiciaire le jour même de la parution de l’article, elle laisse penser qu’elle était prête et que certains, au gouvernement, ont donné les instructions nécessaires pour qu’on ne perde pas de temps (et l‘affaire de la gifle au citoyen, simple candidat ex-putatif présidentiel qui s’est retiré, n’ a t-elle pas été tout aussi rapide? On aimerait que toutes les affaires qui concerne des politicards véreux et avérés, soient menées avec la même célérité et ne mettent pas des années pour être reléguées aux oubliettes sous prétexte que « cela fait si longtemps….)

Fillon ne semble pas s’en plaindre : entendu lundi 30 avec son épouse, il a tout intérêt à ce que les choses aillent le plus vite possible.

Fillon joue l’indignation, et il n’a peut-être pas d’autre choix. Mais sa défense pourrait bien l’entraîner dans une posture victimaire qui, à terme, jouera contre lui. Si ses soutiens adoptent le même jeu, c’est parce qu’ils pensent que, victimisé, Fillon gagnera les voix de tous les indignés d’un procédé pas très glorieux. À court terme, le calcul n’est pas faux : dans l’émotion, nombreux sont les hésitants qui pourraient soutenir la victime d’un système décidé à l’abattre par tous les moyens. À long terme, le jeu est dangereux. Si l’enquête mettait en évidence des irrégularités, le candidat perdrait toute crédibilité, à la manière d’un Cahuzac.

Mais si la justice le blanchit, elle le fera dans de nombreux mois. Après l’élection, sans aucun doute. D’ici là, François Fillon ne peut pas se contenter de prendre la posture d’une victime. Sa campagne ne peut pas, ne doit pas tourner autour de cette affaire. Les Français qui ont voté pour lui à la primaire l’ont désigné parce qu’ils avaient le sentiment — c’est leur droit — qu’il était le seul capable de redresser le pays (en le dépossédant apparemment, si on en croit la pénélopegate et les goldenboys Fillon payés pour un titre qu’ils n’avaient pas encore le droit d’utiliser. Attendons les suites à venir, car cela ne s’arrêtera pas au stade actuel et aux nouvelles révélations latentes). Cela passe par une stature de chef. Or, le chef ne pleure pas. Il fait face et combat. Il ne cherche pas à attendrir, il fixe le cap, donne les ordres et demande qu’on le suive.

Coupable ou innocent, Fillon ne doit pas se faire passer pour une victime. La France a besoin d’un débat politique viril, pas de pleurnicheries romantiques pour rombières esseulées.

 

Fillon- Calimero François (Le FCF. Cela sonne comme un club) a raison de dire que c’est injuste, trop injuste. Il attendait plus d’égard, ce n’est pas n’importe qui, quand même… Pensez, parti de rien (ou presque, si on en croit les ragots de couloir qui parleraient de sommes folles « détournées » par et pour une tierce personne n’ayant pas autorité à le faire…. et cela ce n’est pas rien quand même que 150 ans de retraite de certains!) et donc non représentant investi en aucune façon de l’autorité publique, il pourrait par un prompt renfort débarquer au bouton nucléaire (si ce n’est pas le summum de l’autorité, je n’y comprends rien)…

A t-on le droit d’attaquer de la sorte un illustre personnage pour une telle peccadille quand des gens crèvent de faim et de fin de mois plus que difficile au 5 de chaque mois (c’est de leur faute, ils n’ont qu’à faire comme leurs leaders, se servir là où ils peuvent. Mettez le trésor à portée de main des ambitieux, la tentation est forte d’y puiser surtout quand investi d’autorité officiel des spectacles récurrents).

A qui profite ces saillies? Le chef a toujours raison. Il suffit de se rendre possiblement chef. Et tant pis si les Français ne savent pas s’entourer de gens honnêtes. On n’a que les présidents que l’on mérite… C’est dire la qualité des électeurs!

 

http://www.bvoltaire.fr/francoisteutsch/fillon-ne-continuer-de-jouer-victimes,310633

*****

 

 

 

*****

 

Les présidentielles, comme si vous y étiez et quoique l’on en dise ou pas :

  1. E-goth de campagne (des députés d’active, et/ou au gouvernement.org, voulant être calife en lieu et place d’un cap’tain défunt et défaut) : vrp-fillon-f-ump (ses premiers maux) et http://wp.me/p4Im0Q-1nR (ses derniers mots, incapable…..s)
  2. La primaire des législatives (individus et partis) ou scoring « députés » (pour Peuple dépité)
  3. « Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) – http://wp.me/p4Im0Q-141

en savoir plus, beaucoup plus :il-etait-une-fois-2017

La guerre des vieux jeunes premiers (en finale de lutte) :

  1. Fillon fillon-putatif
  2. Valls – valls-putatif    Exit Valls, place à Hamon…. il va nous faire le coup de tous-en-Khamon

 

…..

« Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) de la « dé-professionnalisation du mandat électif » (ou « quand le tirage au sort remplacera la ripoublique…. » ). Dans la mesure de l’esprit initial de « Nuit debout »…. du « ni partis, ni syndicats »  :    http://wp.me/p4Im0Q-141

….

FIN de la une DU JOUR

Fin de l’article de « La Une de keg » du jour. Merci de l’avoir lu et de vos commentaires. Les différents tableaux joints et à découvrir, vous ont-il éclairé, surtout en ce qui concerne les élections en prévision de décembre 2015 et au delà?
Ce qui suit ne concerne que quelques infos en attente de réutilisation (en vrai dépotoir, bric à brac, de brique et de broc), où vous pouvez puiser, à vos risques et périls garantis.

…..

  • Dans quel état gère, en urgence la socia-lie : 14/11/2015 – 26/02/2016 – 26/05/2016 – 26/07/2016  – 26/01/2017 –  13/12/2016   160719 – nuit de létat en urgence prolongée  –  (…     05/07/201 7= la sortie de l’état normal (une mesure qui dure devient la norme) pour devenir autre et sans en dire le nom. Cazeneuve promu premier ministre a devancé l’avenir en faisant voter, au 13/12/2016, une prolongation anticipée, de 3 mois supplémentaires jusqu’au 15/06/2017 (entre les deux tours des législatives et sans possibilité de modifier quoique ce soit et pour qui que ce soit)
  • Dernière nouvelle. Le pouvoir s’affole et n’attend pas l’échéance programmée du 26/01/2016. Cazeneuve, à peine promu 1er ministre, fait voter . Quelle fin de mandat pitoyable…. avec un état en urgence d’impossibilité à se réformer… et demain ne s’annonce guère mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011

…..

L’état en son urgence…….. du 14/11/2015  (lendemain du Vendredi 13, réputé jour de chance… Pour qui?) au :

(partie visible de l’ice-berg appelée à disparaître, dès la levée de l’embargo liberticide, à usage, exclusif, des seules libertés des citoyens et non  des terroristes…qui s’en battent l’œil La preuve par Nice.)

État d’urgence ordinaire et « normale » : 

Prochaine échéance au 26 Juillet 2016 (et de 4 dont 3 mi temps supplémentaires). Tous les rassemblements interdits (cultes, meetings politiques, match de sport, réunions syndicales, manifs, réunion de plus de 3 personnes, marchés de plein air, marchés publics, attentes aux guichets – Sécu, gares, aéroports, files d’alimentation – achats en grandes surface, queues aux cinés, concerts, …., défilés du 14 juillet, commémorations, « nuit debout »). Rendez-vous donc à la prochaine prolongation…. au 26/07/2016! Il y aura une trêve estivale – pour reprendre lors de la rentrée scolaire. Les terroristes respectent le calendrier scolaire (et solaire)! Dernière nouvelle : la Belgique n’est toujours pas en état d’urgence…. Surprenant! Prolongation, avant la date de fin, et à nouveau pour 6 mois jusqu’à l’installation du nouveau pouvoir (Acte 1 de Cazeneuve, nouveau premier ministre….)

Grenoble : une fresque de street art jugée anti-flic provoque un tollé
L’oeuvre « L’Etat matraquant la liberté » créée par l’artiste Goin, dans le cadre du festival de street art subventionné par la ville de Grenoble. (Capture d’écran/ France 3 Alpes)
 Il paraît que l’état majore son urgence de deux  six mois. …… voir :  « Etat d’urgence ordinaire et normale » (plus bas)
un pays qui se « dictatorise (*) » (au nom d’un pseudo « terrorisme » – non et/ou très mal défini) et surtout qui laisse faire, avec la complicité de ses politicards et l’immobilisme de sa population ne peut revendiquer être le pays flambeau des Lumières et se ravale au rang de ses « ennemis » ou supposés. (tant que dure l’état d’urgence. ….. qui ne se presse pas pour partir si on en croit les rumeurs)
Gandhi
 Oser dire « NON », en votant blanc, tant que l’on n’a que des non-choix, c’est déjà être debout (et pas seulement la nuit). Il n’est que temps, déjà, en 2017!

Et s’il ne manquait que 509 députés! (un tout petit peu plus de 88%  de dédain du problème. Ils sont libres, eux!)
Il en va de la liberté du Peuple, quand même, qu’ils représenteraient!
Il est vrai que c’est tellement banal qu’un état d’urgence…..
  • Ils étaient 80 pour s’opposer en 1940…. ! sans être ripoux
  • Combien seront-ils pour la prolongation au delà du 26/07/2016? (26 ont refusé et 489 ont voté la prolongation améliorée, soit 6 mois – )  160719 – nuit de létat en urgence prolongée
  • Combien seront-ils pour celle au delà du 26/01/2017?

Afficher l'image d'origine

Un jour, ils oserons nous demander (à droite, comme à gauche), par référendum, si nous voulons mettre fin à cet état d’urgence, que nous n’avons jamais voulu et encore moins demandé!
(l’urgence de l’état c’est l’état d’urgence. L’urgence du peuple c’est de virer tous les urgentistes…..  2 Programmes diamétralement opposés)

……

De la constitution et de l’état d’urgence abusif :

Article 21 Préambule de la constitution :
    • « Quand le gouvernement viole les libertés et les droits garantis par la constitution (état d’urgence prolongé et reprolongé!) , la résistance sous toutes ses formes est le plus sacré des droits et le plus impérieux des devoirs. »
  • (En l’an I, on parlait d’insurrection et non de résistance et d’armer cette révolution-citoyenne). Où en sommes nous? Et bien sûr cela ne concerne que le Peuple, pour le Peuple et avec le Peuple! et non les ersatz du pouvoir
en contradiction avec : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000695350

…..

  • En France (en fin de règne, de Mars 2016 à ….. ) , on progresse! On rétablit la ferme générale en ce qui concerne la détection-radariste…. On vend la charge au privé…… Le privé va donc acheter la charge d’alimenter le budget amende de conduite et à lui de se démerder pour rentrer dans ses frais de charge et sans oublier sa marge, non d’erreur (dont il n’a que faire) mais de bénéfice. Car le privé n’est pas l’état il n’a pas le souci de déficit, son seul étant celui du profit +. Effectivement le changement c’est maintenant et ici…..

A lire impérativement, pour mieux comprendre ce qui nous arrive : « Al Qaïda en France » de Samuel Laurent et ce que l’on va devoir supporter. Vous y apprendrez que les djihadistes se fondent dans la foule (ils fument, boivent, se droguent – en contradiction volontaire et « autorisée »  par leurs chefs -, présentent bien….. ont parfois des situations au top)…. jusqu’au jour où on les réveille et alors quel Bataclan!
Preuve que les lois d’exception ne concernent nullement les terroristes, excepté quand ce sont des citoyens (mono ou bi) nationaux qui expriment leur mécontentement. Les terroristes les vrais frapperont où ils voudront et quand ils voudront. Que voulez vous, réellement, opposer à leur déterminisme? Leur nationalité française? Il faut être naïf pour croire aux lois liberticides, soit disant pour contrer le terrorisme…..
Et pour inciter à rester…. coi : http://www.directmatin.fr/monde/2016-01-14/daesh-brule-vivants-ses-membres-qui-ont-fui-ramadi-720362 jusqu’au bout (ou quoi)

 …. au 15/07/2017 – et Valls corollaire du 49-3, citoyen, pour passer 2017, en force…..

*****


Une sélection  de digests :

  • Vote blanc, expression du refus de non-choix
  • La non- imposition imposée en imposture
  • La Dhimmitude à refaire naître
  • A-faire « Charlie-Hebdo
  • Boites à Malices
  • autorisation de représailles à balles tueuses- « Ultima Ratio »
  • « Pupilles de la Nation non juifs » – discriminés
  • le référendum -migratoire, anti-Schengen
  • en Régionales de 2015 –R15-analyse
  • la non valeur des signatures politiques  – signature-bidon
  • de tout et de rien dans notre atmosphère, je vous assure cousin il l’a dit :  Vrac160101
  • Pan AM et après : Fin du bordel à Panama : Fin du Panama
  • A venir : la primaire, la levée des urgences,…. le scoring des députés (élire ou réélire des impuissants à protéger le peuple)…

Prêt à ressortir à la moindre alerte et avis de tempêtes…… et surtout en période exceptionnelle des urgences

Publicités