Pupille de la Nation

Edition spéciale des tranchés de la reconnaissance nationale… et officielle. « Pupilles de la Nation » promo centenaire… Clémenceau.

Publié le Mis à jour le

2017 – 1917 : une promo centenaire et dévoyée d’un titre, soit disant de gloire « Pupille de la Nation »,

parce que des pères sont « morts pour la France » en combattant, les armes à la main, pour combattre l’ennemi envahisseur….

Nous allons vous relater, avant les cérémonies officielles de ce 11 Novembre 2017, la glorieuse saga des « Pupilles de la Nation, non juifs » pour lesquels l’état, les corps constitués, les politicards de tous bords et de tous niveaux, et les médias….. n’ont que mépris de plus en plus prononcés.

Les bénéficiaires du titre, si envié, que les victimes d’attentats le réclament…. ont et connaissent toute la croissance du mépris à leur égard.

Ils s’attendaient à de la reconnaissance…. Ils sont servis….. Vrais « pupilles de la nation, non juifs » demandez la suppression, de la mention de honte qui vous poursuit, de vos actes de naissance. Une demande c’est risible, mais plus de 60 000 cela devient sérieux!

Les gens qui auraient dû avoir à coeur les valeurs pour lesquelles vos parents sont mort, oublient, volontairement, que le mot Egalité c’est autre chose que ce qu’ils font…

Merci à tous les lecteurs de se donner la peine de lire cette saga qui suit. C’est un témoignage de ce que vos parents ou grands parents et parentèles vivent depuis Juillet 2000… Vous êtes au moins 1 million à être concernés, familialement parlant…

Même si c’est long (il était impossible de faire un simple résumé, sans énumérer les détails et preuves), lisez jusqu’au bout, jusqu’à l’écœurement et la nausée (si nécessaire), accordez leur ce sacrifice et faites connaître autour de vous cette humiliation, à eux, infligée. Ils le méritent bien….

Quand aux autres n’oubliez jamais que vous n’avez pas encore honoré la dette que vous avez vis à vis d’eux! Vous pouvez dire « je m’en fous…. », mais, ce faisant, ce mépris se retourne et se retournera contre vous.

 

« Celui qui veut, trouve les moyens,

Celui qui ne veut pas, trouve les excuses »

(Proverbe de pratique franco-française, surtout pour certains « grands »……)

Avis / Bekanntmachtung : 1939/1945 – 2017, la seconde guerre mondiale inachevée….. !

« Pupille de la Nation », titre, de gloire, accordé aux enfants dont, au moins, un des parents (juif et/ou non juif), est mort, en combattant, les armes à la main, pour, le supposé, honneur de la patrie…. !

Telle était la valeur du titre accordé aux enfants mineurs (au moment des faits) de ceux qui furent appelés et reconnus (selon la définition, ci-dessus), « morts pour la France »

Il accordait aux identifiés des aides similaires pour tous, à savoir études payées accompagnées de bourses et de subventions (mais rassurés vous, pas de quoi fouetter un chat…. . Mais néanmoins tout le monde était traité avec la même Liberté, la même égalité et la même fraternité….)

 

Ce titre se voulait un et indivisible….

Que c’était grandiose, du grand art, de la générosité bien Française….

 

Puis la socialie arriva au second pouvoir (celui du simple gouvernement) et sous la poussée bienveillante des lobbies juifs, acceptât de diviser la famille pupilienne, en, au moins, deux catégories (on verra que ce fut plus de 3….)

Ce fut le décret Jospin du 13 Juillet 2000 (quel symbole, la veille de la mise en place de « Liberté-Egalité-Fraternité » à 211 ans près), qui indemnise la souffrance des « pupilles de la Nation, juifs » liée à l’Absence (c’est bien connu ce sont les seuls à en avoir souffert. Certes les termes du décret sont pesés et posés, mais c’est cette discrimination qui y est exposée….) – grâce à la commission  Mattéoti.

Et à juste titre, les « Pupilles de la Nation, non juifs », dont les parents périrent dans les camps de concentration ou fusillés (en représailles, souvent….) pour motif de « résistance » y allèrent de leur demande, comme leurs prédécesseurs…  en oubliant les autres ! (c’est beau la famille des « Pupilles de la Nation » une et indivisible)

Ce fut le décret Raffarin du 27 Juillet 2004 faisant suite au rapport Dechartre

·         http://admi.net/jo/20040729/DEFD0400829D.html

Il y avait donc, dorénavant, au moins 3 catégories de ce que qui était, soit disant indivisible (ce le fut de 1917 à 2000)

  • « Pupilles de la Nation, juifs » (décret 2000). Ne me parlez pas d’antisémitisme, le simple fait d’énoncer une vérité vérifiable
  • « Pupilles de la Nation, non juifs» (décret Raffarin) dont le père était mort en camp ou fusillés pour faits de résistance. A noter que les malheureux  « raflés » pour atteindre les fameux quotas de représailles, si chers aux teutons, nos amis, ne bénéficient de rien et pour cause, ils ne sont mêmes pas « Pupilles de la Nation », leur parent n’étant pas « mort pour la France », les armes à la main, en combattant.
  • Les autres « pupilles de la Nation, non juifs » dont pour quelques-uns, le parent est mort au maquis dans les FTP ou les FFI, en combattant, les armes à la main, pour le fun et l’honneur à venir (demain) de la France….

21 Mars 2005 – Le Dauphiné Libéré s’émut de cette situation et en parlait en première page (édition régionale) sous la plume de Gilles Debernardi (et photo de Patrick Guyot)

Depuis….. Rien de nouveau excepté les turpitudes d’une discrimination bon teint menée petit à petit au cimetière des oublis….

  • Les politiques du pouvoir :

qui oublient leurs obligations morales et se jouent bien de la détresse dans laquelle se trouvent plongés les oubliés pour compte que sont devenus à leur corps défendant, les « Pupilles de la Nation, non juifs » (que doivent-ils expier ? La « mort pour la France » de leurs parents, comme une plaie infâmante ?)  depuis Juillet 2000

  • Mariton(député- maire de Crest – 26) : qui publiquement, insulte la volonté des omis de voir rétablir l’un des principes pour lesquels leurs parents sont morts – l’Egalité (sans s’excuser après coup quand Sarkozy, son patron,  promis d’y remédier)
  • Promesse de Sarkozy « si je suis élu en 2007,….. ». Il a été élu et il a créé la commission Audouin qui n’a rien créé. Un seul détenant de siège à cette commission eut le courage de refuser le siège à lui attribué…. Pour ne pas servir de « faire valoir » et de « caution morale » à la discrimination prévue…

Il reformulera la même promesse en 2012. (Malgré la reconnaissance implicite de la discrimination, ainsi actée, Mariton n’a jamais présenté d’excuses…. !

  • Rapport du préfet honoraire Audouin avec ses sels de saillies, dont :

Pour ceux dont le père était mort, en combattant, les armes à la main, leurs enfants devaient « apporter la preuve que leur parent n’étaient pas mort du fait de ne pas avoir pu ou su exploiter de possibles échappatoires à la mort …. »,

quand on sait qu’en ces temps-là, les échappatoires étaient limitées :

  • Ne pas entrer au maquis (et faire partie des 40 millions de collabos chers à Amouroux)
  • Dénoncer son maquis
  • Déserter en plein combat

Passe encore pour ceux qui ont connu leurs parents… Mais quid de ceux qui sont nés posthumes après la mort… des dits

  • Signatures de Hollande- Valls et Cie sur des propositions de loi antérieures à la prise de pouvoir de 2017, ce qui est pris comme une reconnaissance implicite d’une discrimination et qui ne feront rien excepté alourdir la discrimination en indemnisant les « Pupilles de la Nation, juifs américains » en 2015…  au titre de la possible implantation de la SNCF aux états unis (alors que l’on répond invariablement pour les « Pupilles de la Nation, non juifs » « il n’y a pas d’argent »
  • Discours de Mc’Ron du 14/07/2017 où il parle des « Pupilles de la Nation » dont les parents sont morts en camp ou dans les attentats. Il ne sait peut-être pas qu’en réalité les seuls vrais « Pupilles de la Nation » (version Clemenceau) sont ceux dont les parents sont, eux, réellement, « morts pour la France », en combattant, les armes à la main, au maquis et dans les armées de la libération. Que font ses conseillers et conseilleurs »

L’un des arguments majeurs pour ne pas rétablir le principe d’égalité  et ce depuis 2004 : la situation financière du pays.

Certes, elle a bon dos. Mais elle n’a pas empêché de décréter l’indemnisation des « Pupilles de la Nation, juifs américains »  par le décret  du 21 Octobre 2015 (voire le nom des signataires) 

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2015/10/21/MAEJ1524557D/jo/texte

(Portant ainsi la catégorisation à au moins 4 sortes de « Pupilles de la Nation »)

On n’a pas d’argent ou on en a ?

 

  • Les politiques de rang inférieur ?
    • Propositions de loi

Signées et déposées au nombre de  18, entre le 28/06/2006 et le 15/09/2015, agrémentées de 971 signatures de 417 députés (soit en moyenne 198 députés par mandature. Est-ce à dire que les autres ne savent pas ce que c’est qu’être réel « Pupilles de la Nation » selon la vraie version Clémenceau et qu’ils s’accommodent encore plus de la discrimination que leurs collègues signataires ? On est en droit de se poser la question)

  • 12ième mandature (5 Propositions de loi) 249 députés ont signé (43,15% de l’Assemblée) pour 365 signatures
  • 13ième mandature (7 propositions de loi) 188 députés ont signé (32,58% de l’Assemblée) pour 352 signatures
  • 114ième mandature (6 propositions de loi) 59 députés ont signé (27,56% de l’Assemblée) pour 336 signatures
  • Les champions de la signature sont  (ex aequo) :
    • Decool J.Pierre (UMP-Lr) = 1 à la 12ième, 3 à la 13ième, 2 à la 134ème
    • Favennec Yannik (UDF – UDI) = 2 à la 12ième,  2 à la 13ième, 2 à la 134ème
  • A noter que toutes ces Propositions de loi ont toutes été transmises à des commissions par défaut…. ! alors que les politiques pouvaient exiger la création d’une commission spéciale. (peut-être ne connaissent–ils pas les articles 30 à 32 du règlement de l’Assemblée Nationale, en fonction de l’article 40 de la Constitution (1)…. ) agrémentées de 671 signatures… (pour un total de  417  députés (qui se seraient « engagés » à combattre la discrimination faite aux « Pupilles de la Nation, non juifs »…. Quand ils sont dans l’opposition, mais …..) Que valent les signatures des députés (juste bonne pour l’émargement de leurs indemnités) ?
  • Cet article serait à géométrie variable ; applicable pour les non juifs et non applicable pour les juifs
    • A noter aussi qu’il est surprenant que les propositions de loi n’aient pas été regroupées en une seule proposition avec toutes les formations politiques. Les parents « Morts pour la France » ne sont pas morts pour un parti, mais bel et bien pour la France et cela est au-dessus des partis.
    • Les politiques ont même déposés de telles propositions de loi à l’approche des élections, parfois deux mois, avant, en sachant qu’elles termineraient leur vie dans les poubelles de la mandature agonisante…. Il faut bien démontrer aux « Pupilles de la Nation, non juifs » que l’on prend en compte leur problématique qu’ils semblent être les seuls à avoir vis-à-vis d’une présupposée discrimination…. Qu’est le mot égalité quand on traite mieux les enfants de « morts pour rien » que ceux des « morts pour la France »

 

  • Petit entracte : glané, par accident sur la messagerie….. et qui démontre un éventuel mépris de la part des politiques vis-à-vis de la discrimination faite aux « Pupilles de la Nation, non juifs », au mépris mêmes des valeurs pour lesquelles leurs parents sont réputés « morts pour la France », au maquis, en combattant, les armes à la main (et non la chope de bière ou en récitant le kaddish…ou le shema Israël) c’est le cas typique de Patrick Bloche qui
    • le 05 Mai 2005

« J’ai lu avec une attention particulière votre mail concernant la reconnaissance d’un statut réparateur à tous les « Pupilles de la Nation » (il a oublié « non juifs » puisque depuis 2000, les juifs ont vu leur souffrance reconnue par l’état

Je suis sensible à votre interpellation

Je tenais à vous faire savoir que j’ai demandé au gouvernement d’étudier la possibilité d’étendre le champ des bénéficiaires du décret 2000-657 du 13 Juillet 2000, à tous les « Pupilles de la Nation »… (ce qui s’appelle plus communément et vulgairement, une « question écrite au ministre ») »

  • 25 Avril 2005(mail capté par accident de leur part)

« Les associations de pupilles demandent à bénéficier du même régime de réparation que les associations de orphelins de déportés. Il faut savoir que le statut de « Pupille de la Nation est déjà en lui-même une reconnaissance. A cela les associations rétorquent qu’elles souhaitent plutôt une réparation et non pas un statut. Sur le fond, cela implique de demander à l’état de payer pour des disparitions dont il n’est pas coupable…

Etant dans l’opposition, ‘il ne nous appartient pas d’être désagréables, sans aller pour autant dans leur sens » on pourrait interpeller le ministre par une question écrite….

(A charge pour le ministre de botter en touche comme on le verra en matière de toutes les QEM….)

Mais combien de simili P. Bloche parmi les signataires (PPL) et déposants (QEM)?

 

  • Questions écrites au Ministres 

Quelques 715  Questions écrites au ministre relatives à la discrimination pupilienne, adressée par 470 députés entre le 03/08/2002 et le 24/12/2013

  • 88 (11éme mandature) par 71 députés
  • 604 (12ième mandature) par 299 députés
  • 123 (13ième mandature) par 100 députés
  • Etude inachevée sur la 14ième mandature

Dont la si fameuse QEM (question écrite au Ministre) du 27/12/2016 N° 101 599

Qui divise encore plus les « Pupilles de la Nation, non juifs »

Ils sont 65 anciens poseurs et signeurs dans la nouvelle assemblée Remiste…. Combien sur cette nouvelle assemblée se prté »terons à ce jeu hypocrite.. ?

Elus QEM + PPL %
LR 42 116 63,39%
COM 2 8 4,37%
Rem 4 11 6,01%
UDI 8 26 14,21%
DLF 1 5 2,73%
soc 6 11 6,01%
DvD 1 5 2,73%
DvG 1 1 0,55%
65 183  / QEM+PPL

11,27% dont les transfuges, nous ayant vendu pendants plusieurs mandats le bonheur en d’autres voies et démontrent, brutalement, en 2017 qu’ils ont trompé le peuple…. Mais sont-ils si sensibles que cela au bien-être du Peuple (ne pas confondre Peuple et élu, représentants du pouvoir. S’ils étaient représentant du Peuple, il y aurait des Smicards parmi eux)

Partis d’un titre « un et indissociable »en 1917, la famille des « Pupilles de la Nation « se décline un siècle plus tard (le 11 Novembre 2017, cela va être la grande- Fête des « pupilles de la Nation »…)

Nous en sommes réduits à au moins 7 catégories officielles et reconnues (pour l’instant)

  1. « Pupilles de la Nation, juifs » de parents « morts pour la France », en combattant, les armes à la main, en camp de concentration
  2. « Pupilles de la Nation, non juifs » de parents morts  pour la France » en combattant, les armes à la main, en camp de concentration ou fusillés pour faits de résistance….
  3. « Pupilles de la Nation, juifs américains » de parents « morts pour la France », en combattant, les armes à la main, en camp de concentration….
  4. « Pupilles de la Nation, non juifs et/ou juifs », de parents « morts pour la France », en combattant les armes à la main, à la terrasse de cafés, au Bataclan, à Nice….

http://www.leparisien.fr/faits-divers/attentats-jusqu-a-30-000-eur-d-indemnites-pour-prejudice-d-angoisse-de-mort-imminente-25-09-2017-7286562.php

  1. « Pupilles de la Nation, non juifs » de morts pour la France » en combattant, au maquis, les armes à la main et dont la souffrance est reconnue

https://2012-2017.nosdeputes.fr/14/question/QE/101599   voir ci-dessous

  1. « Pupilles de la Nation, non juifs » de parents morts pour la France, en combattant, au maquis, les armes à la main mais dont la souffrance n’est pas reconnue
  2. Autres « Pupilles de la Nation, non juifs » de 39/45 de père « mort pour la France » en combattant, dans le cadre de la guerre éclair de 40, dans le cadre des troupes de débarquement, des bombardés de l’aviation alliée…..et ne pas oublier les « malgré-nous », Français enrôles de force dans la Wehrmacht…. avec menaces sur leurs familles. (mais ce n’était pas barbare ou du moins pas nazie… selon les pouvoirs constitués)

A noter qu’entre 5 et 6, pour les mêmes causes et raisons de « mort pour la France » (en combattant, les armes à la main et au maquis), rien n’indique les critères retenus pour reconnaître ou non la qualité de la souffrance prise en compte de celle rejetée….

Vous vous en êtes rendu compte, il y a un peu de dérision dans les mentions « mort pour la France, en combattant les armes à la main….  » dans les catégories 1 – 3 et 4…… Sans cette auto dérision, nous ne pourrions survivre à la honte d’avoir un père « mort pour la France »

Il est vrai que l’on ne peut avoir des égards pour ceux qui osent réclamer Justice et surtout l’Egalité en lieu et place de leurs parents Absents (et pour cause)

Petit et dernier rappel. Le titre a été créé en 1917, par Clémenceau et accordé aux enfants de parents « morts pour la France », en combattant, les armes à la main.

En cette veille du centenaire qui aura lieu le 11 Novembre 2017, force est de reconnaître que la classe politique (toutes tendances politiques confondues) n’a fait que chercher des excuses, des faux-fuyants pour ne pas assumer ses responsabilités historiques et mémorielles, simplement parce qu’elle ne voulait pas régler le problème.

Le Problème sera, très certainement, réglé, enfin, vers 2045 quand il ne restera plus qu’une centaine de « Pupilles de la Nation, non juifs » de 39/45. L’extinction complète est prévue pour 2057!

Ce fut le même pour le dernier carré de poilus de 14/18 ! Souvenez-vous !

Avis / Bekanntmachtung : 1939/1945 – 2017, la seconde guerre mondiale inachevée….. !

 Ils n’ont choisi que les excuses…..de l’infâmie

 

Doc honteux

https://2012-2017.nosdeputes.fr/14/question/QE/101599   –   QEM de la division plus et surtout la plus intolérable

Viviane Le Dissez
Question N° 101599 au Secrétariat d’état aux anciens combattants

 

source

Question soumise le 27 décembre 2016

Mme Viviane Le Dissez interroge M. le secrétaire d’État, auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire sur les mesures de réparation en faveur des orphelins de guerre. Les décrets du 13 juillet 2000 et du 27 juillet 2004 prévoient l’indemnisation des orphelins dont les parents furent victimes des persécutions antisémites et racistes durant la guerre de 1939-1945 ou victimes de la barbarie nazie, morts en déportation, fusillés ou massacrés pour actes de résistance ou pour des faits politiques. Des milliers d’orphelins dont les parents sont aussi morts au combat dans la Résistance, en temps de guerre, restent en dehors du dispositif de réparation. Un nouveau décret avait été annoncé en 2011 sans qu’il ne voie le jour. Elle souhaite connaître les mesures qui seront prises par le Gouvernement afin de réparer cette injustice.

 

Réponse émise le 24 janvier 2017

Très attaché au devoir de mémoire et comprenant la détresse et la souffrance de celles et ceux que la guerre a privés de leurs parents, le secrétaire d’État chargé des anciens combattants et de la mémoire accorde une attention toute particulière à la demande d’extension des dispositifs mis en place par les décrets no 2000-657 du 13 juillet 2000 instituant une mesure de réparation pour les orphelins dont les parents ont été victimes de persécutions antisémites et no 2004-751 du 27 juillet 2004 instituant une aide financière en reconnaissance des souffrances endurées par les orphelins (1) dont les parents ont été victimes d’actes de barbarie (2) durant la Deuxième Guerre mondiale. Ainsi que le prévoit le code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre (CPMIVG), tout orphelin de guerre peut percevoir, ou a pu percevoir, une pension spécifique jusqu’à son 21ème anniversaire. En outre, tous les orphelins de guerre et pupilles de la nation, quel que soit leur âge, sont ressortissants de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre et peuvent bénéficier, à ce titre, de l’assistance de cet établissement public, dispensée notamment sous la forme d’aides ou de secours en cas de maladie, absence de ressources ou difficultés momentanées. Cependant, il est souligné que l’indemnisation mise en place par les décrets de 2000 et 2004 est plus particulièrement destinée aux victimes de l’extrême barbarie nazie, qui renvoie à une douleur tout à fait spécifique, celle d’avoir perdu un père ou une mère, ou parfois les deux, dans un camp d’extermination. En effet, c’est fondamentalement le caractère particulièrement insoutenable d’extrême barbarie nazie propre à ces disparitions spécifiques à la Seconde Guerre mondiale, le traumatisme dépassant le strict cadre d’un conflit entre États, qui est à l’origine de ce dispositif réservé aux enfants dont les parents, résistants ou ayant fait l’objet de persécutions antisémites ou raciales, sont décédés en déportation ou ont été exécutés dans les circonstances définies aux articles L. 342-3 et L. 343-5 du CPMIVG. Ce dispositif doit rester fidèle à sa justification essentielle qui est de consacrer solennellement le souvenir des victimes de la barbarie nazie, à travers leurs enfants mineurs au moment des faits. C’est pourquoi le Gouvernement a décidé de maintenir cette spécificité pour ne pas porter atteinte à la cohérence de ces décrets. Au-delà de cette analyse, il a été constaté que l’examen de plusieurs dossiers a laissé apparaître la difficulté d’appliquer des critères stricts permettant de distinguer des situations extrêmement proches. La mise en œuvre de ces critères doit donc s’opérer de manière éclairée, afin de donner aux deux décrets leur pleine portée, dans le respect de leur ambition initiale d’indemniser la souffrance des orphelins dont les parents ont été frappés par cette barbarie. Aussi, le Gouvernement s’est engagé en faveur d’un réexamen au cas par cas des dossiers en cause, afin de garantir une égalité de traitement, tout en confirmant la nécessité de préserver le caractère spécifique de cette indemnisation dont l’extension à tous les orphelins de guerre ne saurait être envisagée. C’est ainsi que, en application des conclusions de la commission nationale de concertation mise en place en 2009 à la suite du rapport du préfet honoraire Jean-Yves Audouin, 663 dossiers ont été réexaminés dont 200 ont trouvé une issue favorable (3) (4).

 

(Note de keg)

  • On parle bien de la souffrance des enfants (comme depuis juillet 2000) et non de celle des parents
  • A noter que la « barbarie » dont les parents ont bénéficié ne change en rien la qualité de la souffrance endurée par les enfants……
  • Et parmi les « morts au maquis », en combattant, les armes à la main, comment peut-on intégrer la barbarie nazie pour reconnaître certains et rejeter d’autres ! (leur parents sont pourtant morts de la même façon. Les balles ne contiennent pas de barbarie nazie).
  • (4) combien ont été rejetés par décision du tribunal administratif. Il est vrai que la mort pour les « morts pour la France » n’était en fin de compte, qu’administrative (faut-il en faire tout un plat ?). Ils étaient purement et simplement rayés de l’état civil dans la rubrique et tables décennales « décès » (certains sans la mention marginale « mort pour la France » c’était trop long à écrire…. Je connais au moins un cas, le mien puisque de plus j’ai dû attendre 2010 pour pouvoir faire inscrire le nom de mon père sur un monument aux morts !)

 

Documents adressés à la demande ;

 

 

Kelly-Eric Guillon, promu :

  • « Pupille de la Nation », du 07/12/1944 au 13/07/2000 (père décédé le 22 Aout 1944, à 10heures, en combattant les armes à la main sur la route de Châlons sur Saône à Dole, contre la barbarie nazie)
  • devenu « pupille de la Nation, non juifs » au 14/12/2010
  • puis sous « Pupille de la Nation, non juifs » depuis l’état d’urgence (catégorie 6)
  • a quelle catégorie sera t-il rendu lors de sa mort, qui ne va plus tarder . A cet âge, on meurt plus vite….. ?

 

sous-Pupille de la Nation

Publicités