patron au turbin

On peut gloser sur le revenu de base….mais pourra t-on rire de la volonté du Peuple à s’auto-consommer et non consumer à petit feu… Je coopte, ma foi! (unedekeg@10/11/2017)

Publié le

choix du jour : «salaire d’esclave» ou «revenu de dignité»
 
on va se festoyer un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans, normal). En serez-vous ce 11/11/2017?
héritage en croix
*****

Français quand vous saurez……que :

Le Peuple est en train de reprendre en main sa destinée… Mc’Ron avec sa victoire éclatante et sans appel (18% des inscrits au 1er tour, le plus bas depuis des lustres de 5éme….) a signé la fin du système. Place au con-sommateur responsable qui va sommer les intermédiaires de revenir à leur base de départ, c’est à dire à parité absolue avec les autres, ni plus, ni moins.

et avec un peu de recul….

On parle, ou plutôt, on reparle du revenu de base à vie. Est-ce le retour de Hamon, sorti de son séminaire de recasement? Il est vrai que l’on pourrait éradiquer le chômage, avec ou sans robot…. Mais on ne le veut pas. Les esclaves sont trop précieux aux pouvoirs des 3 ordres (dans l’ordre ou dans le désordre). Mais un jour les esclaves se libèrent de leur chaînes qui les liaient à la planche au dessus du gouffre…. (eux étant côté terre ferme….)

*****

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Source : Le Comptoir, Frédéric Santos, 29-04-2016

 
Le revenu de base s’invite actuellement dans tous les débats citoyens, à commencer par Nuit debout. Son idée : verser un revenu à chaque citoyen, de façon inconditionnelle et non liée au travail, et pour toute la vie. « Utopie révolutionnaire » pour les uns, « roue de secours du capitalisme » pour les autres, il crée des lignes de fracture dans plusieurs courants politiques, mais aussi des amitiés surprenantes. Jeunes écologistes et think-tanks libéraux, tous deux favorables au revenu de base, ne se démarquent que secondairement sur les modalités de sa mise en œuvre. David Cayla, maître de conférences en économie à l’université d’Angers et membre des économistes atterrés, apporte le regard d’un hétérodoxe sur les limites de cette idée en vogue.
 
le politique-patron soutenu que par le Peuple

Le Comptoir : Les partisans du revenu de base avancent souvent qu’il peut contribuer à renverser le rapport de force travail/capital en faveur des travailleurs. Disposant d’un minimum garanti pour la subsistance, les citoyens seraient moins enclins à être employés pour des tâches ingrates et sous-payées (est -il nécessaire de sous-baisser l’être humain. Pourquoi une armée de robots ne ferait-elle pas un boulot que même le patron le plus « humain » répugnerait et refuserait de faire?). Surtout, le revenu de base les doterait d’un pouvoir de négociation renforcé face au patronat (c’est la réelle peur des pouvoirs, car ce qui prévaudrait pour le patronat le serait aussi pour les patrons de la politique). Est-ce si sûr ?

David Cayla : L’argument touche juste. L’un des problèmes fondamentaux de notre système socio-économique actuel est justement qu’il génère des inégalités extrêmement violentes (avec l’égalité plus de pouvoir, plus de subordination, plus de prises sur autrui…..! L’égalité de notre devise n’est qu’un mot vide de sens, elle ne concerne que les nantis….. afin qu’ils fassent ce qu’ils veulent, comme ils veulent même en outrepassant des droits et lois. Et nous laissons faire…)  Sous couvert de généraliser les mécanismes d’un marché réputé neutre et efficace, le capitalisme concurrentiel produit des gagnants et des perdants. On constate actuellement ses effets dans l’agriculture. La déréglementation des marchés agricoles a entrainé l’effondrement des prix à un niveau où ils ne couvrent parfois même pas les coûts de production. C’est le cas également dans l’emploi. Le chômage de masse pousse de nombreuses personnes à accepter des boulots mal payés, mal considérés et physiquement très durs, comme dans la restauration par exemple.

Le revenu de base permettrait-il de résoudre ce problème ? Imaginons l’hypothèse la plus favorable. Un revenu de base, inconditionnel, suffisant pour vivre décemment est versé à l’ensemble de la population. Immédiatement, de nombreuses personnes qui occupent un emploi pénible démissionnent et se mettent en quête d’un meilleur emploi. Les serveurs dans les restaurants, les agents de propreté, les vigiles, les commis de cuisine, les ouvriers en usine, les déménageurs, les livreurs de pizzas, les employés de restauration rapide, les guichetiers sur les autoroutes, les conducteurs de poids lourds, les aides à domicile, les manutentionnaires… obtiennent immédiatement la possibilité soit de quitter leur travail, soit de travailler moins et d’être payés davantage. Dans tous les cas, cela fait beaucoup de monde. La majorité des emplois. Qui va-t-on alors trouver pour accomplir ces tâches indispensables ? (et le fractionnement de la pénibilité c’est pas fait que pour les chiens-esclaves. Cela permettrait de supprimer-éradiquer le chômage. En effet, si on met 4 ou 5 fois plus de personnes pour un job dégueux…., les esclaves auraient leur revenu de base plus un chouia….. .De plus les « indigents » ne seraient pas payés plus, mais au temps effectivement effectué…)

« Notre système social paraît complexe, mais il permet de donner “à chacun selon ses besoins” en reconnaissant le fait que nous n’avons pas les mêmes besoins car nous ne vivons pas les mêmes situations. » (Il faudrait ajouter « et à chacun selon ses possibilités »)

Une réduction massive du temps de travail dans ces métiers accompagnée d’une hausse de salaires impliquerait mécaniquement une hausse très forte des prix de ces services… ou leur disparition de notre économie. Mais sommes-nous prêts à voir disparaître les terrasses en centre-ville ? Acceptons-nous que le ménage dans les bureaux soient faits par les ingénieurs, ou dans les classes par les profs ? Et qui s’occuperait de nettoyer les rues ?

Je veux dire, notre économie repose largement sur des emplois pénibles, et je vois mal comment nous pourrions nous en passer pour l’instant. Dès lors qu’il faut des gens pour accomplir ces tâches, il faut un système contraignant. Libérez totalement la contrainte, et plus rien ne fonctionne. Réduisez fortement la production de ces services et leur prix explose. Ils ne deviennent accessibles qu’à une minorité. Du coup, le pouvoir d’achat du revenu de base s’effondre. On n’en sort pas ! Les serveurs en terrasse sont comme tout le monde : ils aiment des rues propres, être livrés lorsqu’ils commandent sur Internet, et qu’il y ait des agents de sécurité dans les grandes surfaces. Alors si leur revenu de base ne leur permet pas d’accéder à ces services, ils devront trouver un emploi complémentaire et nous en reviendrons au point de départ.

Libérer la contrainte pour être libre de se consacrer à des activités plus utiles mais moins rémunératrices, c’est pourtant une promesse du revenu de base…

Le travail est indispensable à notre société et à notre bonheur. C’est lui qui produit les richesses que nous consommons. La très grande majorité des emplois qui servent à accomplir ce travail correspond à des tâches rébarbatives et pénibles. Vouloir rendre ces tâches facultatives risque de détruire notre capacité collective à produire les richesses nécessaires à notre survie. Nous ne sommes pas libres. Nous avons besoin qu’une grande partie de la population consacre une part importante de son temps à la production de richesses. Une infime minorité de cette population a la chance de produire des richesses en occupant un emploi passionnant. Mais la majorité des tâches nécessaires au bon fonctionnement de notre société sont ingrates et doivent être considérées comme contraignantes.

 

Cette contrainte, une fois acceptée les patrons-esclavagistes l’accepteraient-elle? (Oui, pour l’imposer à leurs esclaves, mais certainement pas pour eux. Ils ne sont pas n’importe qui…. quand même, ils ont le fric du travail des autres et leurs paradis et pas toujours psychédéliques), n’est pas nécessairement un drame social. D’abord parce que même les métiers les plus pénibles n’occupent jamais qu’une part minoritaire de la vie d’une personne (c’est vrai que 7 H par jour, 6 jours par semaines, et près de 47 semaines par an, cela ne fait que 2184 heures par an….  sur 8736 de vie annuelle. Faut-il s’en préoccuper pour un malheureux petit quart temps…. que font donc les fainéasses de leurs autres 6552 heures à glander et se reposer de leur bonheur d’avoir du travail….). Les carrières évoluent. Il y a la retraite, les congés payés, la durée légale du travail, le droit social. En fait, beaucoup de droits sociaux – dont la plupart ont été conquis dans les luttes sociales – font que les métiers sont moins pénibles aujourd’hui qu’ils ont pu l’être au XIXe siècle. (un métier pénible reste un métier pénible. Les « avantages », appelés par ailleurs à disparaître, ne retirent rien au fait  qu’il soit pénible. Pourquoi d’ailleurs les patrons, ne s’y collent pas, ne serait-ce que pour goûter au plaisir incomparable de faire un boulot de merde. De plus cela aurait une valeur très symbolique d’exemple….)

Plus généralement, pensez-vous que cette allocation universelle soit un outil de justice sociale et un moyen de lutte efficace contre les inégalités ? En mettant en place un revenu de base, la France deviendrait-elle nécessairement plus égalitaire ?

Les inégalités sont de deux sortes.

  • Il y a d’abord les inégalités endogènes au système économique.

« Donner une allocation monétaire, si cela se fait au détriment des services publics et de la sphère non marchande, risquerait au contraire d’augmenter les inégalités. »

Face à ces inégalités endogènes, il y a essentiellement trois réponses possibles.

  • Premièrement, la fiscalité et notamment celle du patrimoine : c’est la solution privilégiée par Piketty.
  • Deuxièmement, le développement du capital public ou collectif.
  • Et enfin, la production de richesses non marchandes, par exemple les services publics. L’État est donc l’agent le mieux à même de lutter contre ces inégalités en régulant le capitalisme et en faisant sortir du marché une partie de la production de richesses.

 

  • Les autres sortes d’inégalités sont les inégalités individuelles. Les situations familiales et personnelles sont différentes.
    • Les familles nombreuses n’ont pas les mêmes besoins que les couples sans enfants ;
    • les handicapées n’ont pas les mêmes besoins que les personnes valides ;
    • les personnes âgées, les enfants, les adultes actifs n’ont pas non plus les mêmes besoins.

Notre système social tente de corriger ces inégalités en allouant des allocations spécifiques aux différentes catégories de population. Le minimum vieillesse est plus élevé que le RSA, les étudiants peuvent avoir le droit à des bourses ou à des chambres étudiantes s’ils vivent loin de leur université, les familles nombreuses bénéficient d’allocations spécifiques dont sont exclus les couples sans enfants. Il existe des aides aux logements pour les foyers modestes, des aides spécifiques pour les handicapés…

La question du financement est assez délicate, et ne constitue sans doute pas l’angle par lequel il faut juger, en bien ou en mal, le revenu de base. Toutefois, pensez-vous que le revenu de base souhaité par ses partisans les plus à gauche (800 à 1000 € par mois) soit possible à financer ? Des pistes de financement incluent

  • la hausse la TVA,
  • la création monétaire,
  • la suppression de certaines prestations sociales…

Si la TVA augmente, si les prix augmentent, si des allocations disparaissent, on se demande si les classes modestes et moyennes auraient vraiment beaucoup à y gagner, ou s’il ne s’agit que de « recycler [sous une forme différente] des prestations déjà existantes », comme le dit Michel Husson…

Il n’est pas possible de répondre à cette question. De deux choses l’une. Ou bien le revenu de base ne change rien aux rapports de force économiques et donc aux prix, et dans ce cas on peut raisonner à périmètre constant et en évaluer précisément le coût. Mais dans ce cas, pourquoi inventer un tel système ? Ou bien le revenu de base modifie les rapports salariaux, bouleverse en profondeur le système économique et dans ce cas raisonner en terme de coût de financement est absurde. Mille euros par mois, cela ne veut absolument rien dire si tous les rapports de prix ont été modifiés, si un dîner au restaurant coûte 300 euros ou si les services d’une femme de ménage coûtent 50 euros de l’heure… Alors la solution…. (elle pointe son nez d’abord dans la consommation responsable et participative…, ci dessous. Non celle de récupération du système par un autre système tout aussi politique que le précédent, pais par la seule volonté du citoyen et donc du peuple et ce dans le respect justement de la Constitution « gouvernement, par le Peuple, pour le Peuple et avec le Peuple… à l’exclusion de toute autre possibilité de récupération)

 

Peuple reprenez, déjà, les rênes de vos consommations. Ne vous laissez pas guider par des soi-disant « commerçants » qui ne veulent que votre bien alors que seul compte pour eux, l’être, en raison, de leurs bénéfices planquables en paradis terrestres (et surtout fiscaux)…. Ne vous laissez pas imposer d’acheter ce que des génies du fric facile, vous imposent d’acheter. Décidez de ce que vous voulez acheter…

De plus en supprimant tous les intermédiaires qui se sucrent sur votre dos (TVA, bénéfices, dividendes,…..) vous pouvez pailler l’absence de revenu universel, cela vous permet de mieux vivre, par rapport à maintenant, de l’ordre de 45%

Le livre « travailler deux heures par jour » est enfoncé. Ce serait dès lors travailler 3 heures par mois….
Mais faut-il attendre l’événement des actuelles 15 coopératives d’achat-vente en gestation, en France, où le seul mot d’ordre est le consommateur son seul maître, quelle anarchie….. , pour éradiquer le chômage. C’est possible si on veut….
  • Eradichom-Prorata   (3,75% du Pib européen)
    • Evolution au galop du chômage
    • Coût résorbation en Europe
    • temps de travail compensatoire en Europe
    • tarifications au prorata du reste à vivre

mais le veut-on vraiment quand on voit les arguments qui s’opposeraient à une revenu décent. Tout le monde n’est pas homme (ou femme) de fric. Certains mettent d’autres valeurs au dessus de tout…. et savent se contenter de peu… Lorsqu’ils ont ce peu, ils peuvent alors donner leur maximum dans d’autres activités-occupations non lucratives (et comme des pro, même si c’est gratuit)

Qui a décidé que l’homme devait-être cet être démuni du 21 ième siècle?
 https://www.les-crises.fr/david-cayla-distribuer-une-allocation-universelle-sans-toucher-au-marche-ne-changera-rien-aux-rapports-de-force-par-frederic-santos/
….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Cliquer ci-dessous, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French »quelque chose!
******

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1620…… Avant?

******

Et pendant ce temps……

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

les législatives 2002 sont dans la boite et on peut donc comparer 2002 – 2007 – 2012 et 2017 et voir le développement électoral de plus en plus riche en aberrations. Oserez-vous les voir et découvrir, plus bas? 45 députés seraient rémunérés au Smic comme indemnité de base… (enfin des élus du peuple connaissant les joies du Peuple avec des fins de mois qui démarrent le 9 ou 10 du mois)

Et si on comparaît….. (il vous suffit de cliquer :  le75-dpt – 02-17 ). Cette comparaison pour le département 75 se décline pour chaque département et chacune des 577 circonscriptions. Découvrez la qualité quantifiée de nos chers élus qui brillent de plus en plus vers le zéro à l’infini. Bientôt les élus seront ceux qui auront moins 0% de voix par rapport aux inscrits, « l’élection en moins ». Vous pouvez demander une telle comparaison pour chez vous. Il suffit d’oser demander (plus facile de que voter et surtout de voter bien)

1,5 milliards, c’est la mise de fonds sur les fonds baptismaux de la macronique défailles, que pourraient consentir ;

  • les politicards en rupture de BAN (blancs-Abstentions et nuls), puisque élus avec un chouia de voix par rapport aux inscrits (celles refusées en publication officielle)
  • les partis qui en ont assez de s’exaspérer de la générosité du Peuple qui les fait vivre grassement (avec ou sans VRP du pouvoir)

A noter qu’il manque les chiffres de 2002, en cours de collecte, retraitements et analyses (qui seront ajoutés, dès qu’élaborés….). Un clic sur  – 1,5 milliard écomico-politicarde  –  pour une claque à nos politicards, qui ont la tête de l’emploi….

Dans l’esprit de l’effort de guerre que les députés veulent s’imposer, par esprit de solidarité avec le peuple à qui on pique 5€ d’APL, pour aider la patrie en danger, nous travaillons à l’étude de leurs indemnités (de base + IRFM = 10 972€ par mois) au prorata de leur résultats au 1er tour par rapport aux inscrits et les incidences d’économies, député par député et au niveau national et dans le temps, année par année d’élection. Il n’est pas normal qu’un député à 3% perçoive le même que celui à 30% …. Quand ce travail sera fini, il apparaîtra ici….

On parle de VRP du Peuple, devenus VRP du pouvoir. Savez vous que le VRP est très souvent payé au résultat (commissions en % du chiffre d’affaire). Il est déjà un résultat concernant les VRP du pouvoir que sont devenus les ex VRP du Peuple…. – On cherche à emmerder l’automobiliste, un peu plus, en créant de toute pièce une nouvelle taxe (pourquoi ne prend t-on pas ces 100 millions espérés sur les bénéfices des pétroliers avec interdiction de répercussion sur les consommateurs? Et jusqu’à quand l’automobiliste va t-il se laisser faire…. Y a t-il parmi eux des APLisés? Il faut leur dire que les cumuls sont maintenant interdits et que gagnera t-on quand la branche automobile plongera dans le rouge, va t-on contraindre les Français à acheter 2 voitures au lieu d’une?). C’est tout nouveau cela vient de sortir – C’est la qualité de leur élection. Que pensez vous :

D’où l‘idée de demander aux élus de montrer l’exemple de la rigueur en acceptant de n’être indemnisés (base et IRFM) que sur la base de leur résultat du 1er tour…(et non avec un fixe de 10793€)  Les APLisés accepteraient certainement plus facilement la ponction de 5€

les sous marins étant des participants du challenge du nombre, histoire d’emmerder, un peu plus les électeurs et qui souvent sont des officines des partis dits « grands », tellement grands qu’ils en sont réduits à traficoter.

Il serait intéressant de faire apparaître, sur les professions de foi des candidats (Divers, Divers Droite, divers gauche et autres pavillons de complaisance), le rattachement financier desdits candidats. Ils ont obligation de le signaler lors de l’inscription de candidature. Ce serait plus honnête de savoir, in fine, pour qui chaque candidat roule… Il suffit de le décréter ou de l’ordonner. Avantage, cela ne coûte rien au budget… et en ces temps difficiles c’est positif!

Ce tableau en attente de celui qui sera complété avec l’analyse-étude des résultats de 2002 (puis éventuellement, ensuite,depuis 1958, – si c’est possible d’accéder aux chiffres des résultats par circonscriptions et non aux regroupements – soit 15 élections législatives scrutées dans leur déclin….)

Qu’en pensez-vous?

 

*****

Mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011 .
*****

 

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……

Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :

 

*****

A l’attention particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1CO