-

panama papers

Serions nous moins… que nos amis marocains. Ils savent faire plier, sans casse, oeufs. Danone en sait maintenant quelque chose. Et nos amis panaméés et con-fédérés helve et tics…? (unedekeg@11/06/2018)

Publié le Mis à jour le

choix du jour : « Boycott libérateur » ou « consommation sur ordonnance »
*****
dicton du jour :  « à la saint Barnabé, fauche ton pré »
 *****
Oligarchie
pour la seule beauté du pont…..(au pas de Nemours)   http://www.incapabledesetaire.com/oligarchie.html

Toute dernière (ou première), pour la route :

en grève au nom de la solidarité avec ceux qui ne sont pas grève sur la place…..ni sur la plage

 

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

 Vous pouvez déambuler en criant des slogans auxquels ne croient même plus vos chefs de cortèges…. Vous pouvez dire que cela va mal et en rester là. Par contre si vous voulez agir, vous avez, à votre disposition, tout un arsenal. mais cela vous oblige à être libre…. et cela implique de ne plus être un mouton esclave et donc plus qu’enragé…

et avec un peu de recul…. :  

Le seul empêcheur de manifester en boycott, ce ne sont pas les ninjas caparaçonnés, armés jusqu’au dents et avec leur utima ration (merci Fillon : Nuit Ultima ratio , cliquer dessus pour tirer à vue), mais vous même et surtout votre conscience en miroir. Vous avez des armes et vous ne les utilisez pas (vote blanc, boycott, refus de votre esclavage,….)

*****

se souvenir :

  • Macron aux Indiens: « Ne respectez jamais les règles ». (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

 

Un boycott sans précédent fait chuter drastiquement les ventes de Danone au Maroc…

Laurie Debove 

et nous ne pénaliserions pas ceux qui se sucrent doublement sur notre dos, tout en bénéficiant des largesses que procurent nos impôts compensés, pour leur permettre d’utiliser des infrastructures à l’œil? Il n’y a pas que les produits « made in colonies d’occupation » dans l’œil du cyclone « boycott ».

vous voulez une liste, cliquez : Panama – France 34-0 (bon boycott en chasse à court)

https://directinfo.webmanagercenter.com/2016/04/04/scandale-panama-papers-les-paradis-fiscaux-cest-quoi/

 

Il y a des moyens pacifiques et très efficaces, pour lutter contre les multinationales qui font ce quelles veulent. Un exemple avec le Maroc. Évidemment, pour que ça fonctionne, il faut de la solidarité. Mougeons réfléchissez et arrêtez de vous regarder le nombril. Les contestations sans actions sont vouées à l’échec (prenez en de la graine… Râler contre Macron, sa clique de bilden-bergers, ses politicards de secondes zone, ses opportunistes, ses carriéristes – oui ils le sont aussi, comme dans d’autres formations, puisque le patron l’est …. – et ses peureux, sans action à l’appui, c’est stérile comme un tricot sans fibre et ou fil de laine)

Si les marocains ont choisi le boycott comme forme de contestation, c’est pour éviter que les violences policières commises lors des manifestations publiques tuent le mouvement dans l’œuf. (on peut tabasser une troupe de manifestants. Il est difficile, voire impossible de tabasser, celui qui , individuellement est face  au produit ou service à boycotter, à moins de mettre un flic par personne. En France ce serait donc un recrutement, sans pareille, de 33,5 millions de flics… et dire que l’on veut réduire le corps fonctionnel de 500 000 unités! La relance est là, effectivement puisque l’on recrute à Tours de bras et ailleurs)

Lancée anonymement sur les réseaux sociaux le 20 avril, une campagne de boycott protestant contre la cherté de la vie prend une ampleur inédite au Maroc. Visant trois grandes entreprises, elle déstabilise complètement le marché et les autorités du pays. Un ministre en défaveur du boycott a même dû démissionner.

42 % de boycottants déstabilisent le Maroc

42 % des citoyens marocains ont rejoint le mouvement de boycott lancé fin avril, selon une enquête publiée par le journal marocain Tel Quel. Dans leur ligne de mire : Centrale Danone, la filière marocaine du géant de l’agroalimentaire français, les eaux Oulmès et les stations-service Afriquia. Les trois entreprises visées dominent toutes leur secteur, et sont accusées par les boycottants d’imposer leurs prix sur l’ensemble du marché (Il en est de même en France. Qui d’après vous fixe les prix? Le pouvoir? Rendez vous compte la moitié des contre-macron du premier tour de piste et de chauffe de 2017, ont raison des géants. Sacré David, dommage qu’il ne soit pas de la tribu, lui, perdue ou non).

En un mois, Centrale Danone est déjà totalement dépassée par l’ampleur du phénomène. Elle a beau montrer patte blanche en prouvant que les prix du lait n’ont pas augmenté depuis 2013, les boycottants marocains ne décolèrent pas, encore plus quand l’entreprise a proposé des promotions plutôt qu’une véritable baisse des prix. En moins de six semaines, les ventes Centrale Danone ont chuté de 50 %. (Qu’attendons nous… Si on cherche bien on doit trouver un motif de mécontentement. Qui se souvient du licenciement de la branche « LU » il y a quelques décennies, au motif que ses bénéfices n’étaient pas à deux chiffres! Le boycott se doit d’avoir bonne mémoire. Pour ma part, depuis ce temps je n’achète plus Danone et je prends sa concurrence ou je m’en passe)

Lundi, la société cotée à la Bourse de Casablanca a dit s’attendre à une perte nette de 150 millions de dirhams (13,5 millions d’euros) au premier semestre 2018. Fin mai, elle avait déjà annoncé réduire de 30 % son approvisionnement en lait auprès de ses fournisseurs locaux -120.000 éleveurs au total, expliquant sa décision par la baisse de ses ventes.

La campagne de boycott a même contraint l’un des ministres du gouvernement à démissionner. Lahcen Daoudi, ministre des Affaires générales de la gouvernance, a dû quitter son poste au gouvernement après avoir rejoint une manifestation des employés de Centrale Danone, inquiets pour leur travail. Sa prise de position publique avait provoqué de vives critiques au sein de la population boycottante.

Le véritable combat des boycottants : un rejet des élites

Avant d’être économique, ce boycott est surtout politique. Les marocains y participant rejettent le manque de concurrence indépendante sur le marché, mais surtout le mélange entre pouvoir politique et industriel. Ainsi, Meryem Bensalah est à la fois la dirigeante des Eaux d’Oulmès (dont la marque Sidi Ali) et la présidente du patronat marocain. Le ministre de l’agriculture marocain, Aziz Akhannouche, est aussi le PDG du groupe régentant Afriquia.

Notre nouveau Manifeste sur le pouvoir du boycott bienveillant

A RFI, Driss, un entrepreneur marocain, explique bien pourquoi il soutient le boycott.

« Notre problème principal, c’est qu’il y a un mélange entre business et politique (tiens le lobbying n’est pas que franco-Français. En voilà une idée!). C’est vraiment là où ça fait vraiment mal, où il y a un ras-le-bol. » (tiens le lobbying n’est pas que franco-Français. En voilà une idée!)

Si les marocains ont choisi le boycott comme forme de contestation, c’est pour éviter que les violences policières commises lors des manifestations publiques tuent le mouvement dans l’œuf. Dans les dix consignes données aux boycottants pour la réussite du projet, la sixième encourage les citoyens à ne pas manifester. En effet, le gouvernement est tristement connu pour réprimer violemment la contestation, à l’image du traitement qu’il fait de Nasser Zefzafi, leader de l’opposition enfermé depuis un an en cellule d’isolement.

Pour les marocains, la stratégie à suivre est claire : « Au Maroc, la répression étatique a donné lieu à un mouvement pacifiste inédit qui permet à la population de protester contre la politique de l’État sans s’exposer au risque de la répression : le boycott. »

 

Et si les prochaines grèves étaient sous forme de boycott. Il est vrai que les manifs ne donnent plus de résultats et que les syndicats les continuent. On se demandent s’ils croient à leurs revendications et s’ils n’organisent pas de manifs par ignorance d’autres formes d’actions…. Faut-il balayer, avec les politicards, les syndicats?

En plus du boycott, que se passerait-il si, le même jour, à la même heure, tous les concernés remettaient, ensemble, leur démission…. Les révolutions ne réussissent elles pas parce qu’elles sortent de l’ordinaire et surtout de la routine. La routine est la mort déclarée de toute révolution. Le drame des révolutionnaires c’est qu’ils s’endorment sur leur « victoire ». Une révolution qui ne se renouvelle pas se condamne… Etre un révolutionnaire se travaille, en permanence, sinon ….. On n’est pas révolutionnaire si on ne l’est qu’un temps…, tout au plus un simple contestataire qui n’agit égoïstement, que pour lui même et ses petits « privilèges. Si dès satisfaction obtenue on ne garde pas sa vigilance vis à vis des autres, on n’est qu’étron de révolutionnaire.

Qui se souvient qu’il fut un temps lointain au grand orient (non l’obédience des travailleurs du bâtiment, mais celui géographique) où on limogeait un général vainqueur, non comme une sanction, mais parce que l’on savait bien et déjà, qu’il allait s’endormir sur ses lauriers…. Un général méconnu à toujours ses preuves à faire…. Quelle sagesse!

Dans lez boycott, le seul flic répressif que vous avez face à vous, ……. c’est vous!

 

https://lesmoutonsenrages.fr/2018/06/10/un-boycott-sans-precedent-fait-chuter-drastiquement-les-ventes-de-danone-au-maroc/

*****

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!
******

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant. C’était avant…..?

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical..

******

Et pendant ce temps……

  • S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

 

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)
On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?
La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.
*****
Mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011 .
*****

 

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……

Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :

Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

petite commission des grosses présidentielles législativisées

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1C

Vous avez des fuites, pampers ou nana peuvent y remédier… non pas les empêcher – c’est organique – mais vous faire vivre avec et malgré…. (unedekeg@09/02/2018)

Publié le Mis à jour le

choix du jour : « fuites massives » ou « fuitelité »
 
dicton du jour :  « Si la fête d’Apolline nous mouille, Que saint Claude le ciel sombre débrouille »
*****

Français(es) quand vous saurez……que :

Les fuites ,ne sont plus un problème dès lors que vous avez de quoi endiguer les flux….. . Elles sont , comme les ravages de l’âge. Il faut composer avec pour ne pas se décomposer….!

et avec un peu de recul….

Les fuites, ne m’en parlez pas, elles bouchent mes horizons…… Et impossible d’en connaître les causes et raisons. Alors je m’appareille, comme je peux et ma vie s’en trouve améliorée… et cela ne se voit pas (comme dit la pub)

 
*****
pensez à cliquer sur les liens qui apparaissent en orangé, vous découvrirez des tableaux pouvant vous intéresser….. à divers titres et degrés

*****

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

[Armes de déstabilisation massive] Fuites de données : « L’arme des lanceurs d’alerte est devenue celle des puissants »

https://i0.wp.com/docplayer.fr/docs-images/42/12419114/images/page_14.jpg

http://docplayer.fr/12419114-La-gestion-des-crises-de-securite-civile.html

Source : Le Parisien, Nelly Terrier

Qui est à l’origine des fuites massives d’information ? Un livre écrit comme un roman d’espionnage répond à cette question. Nous avons interviewé un de ses auteurs.Laconneriesansnomquivousva

Dans un livre choc intitulé « Armes de déstabilisation massive » * et servi par l’actualité des « Paradise Papers », Pierre Gastineau et Philippe Vasset, spécialistes du renseignement pour le site Intelligence Online, offrent une plongée sans précédent dans le business des fuites de données : qui pirate ? Pourquoi ? Pour qui ? Ils livrent des réponses qui permettent de se repérer dans un théâtre d’ombres où se croisent services secrets et hackers mercenaires au service d’Etats ou de multinationales. Depuis 2009, au moins une quarantaine de Leaks (fuites en anglais) ont inondé la planète, créant ici et là des soubresauts.

A l’heure où de nouvelles révélations surgissent, ouvrant un débat sur l’évasion fiscale, nous avons interrogé Philippe Vasset.

Vous enquêtez sur ce que vous appelez « les armes de déstabilisation massive », plus précisément les fuites sur Internet, qui servent à mener des offensives : entre Etats rivaux, entreprises concurrentes, voire des entreprises contre des Etats. Est-ce le nouveau champ de bataille des pays et des multinationales ?

C’est une nouvelle guerre clandestine, son principe est que rien n’y est revendiqué, on met un Etat ou une entreprise à terre, mais le lieu d’où vient le coup n’est jamais identifié (c’est quoi le terrorisme?).

Donnez-nous un exemple de ces guerres…

Le meilleur exemple, c’est la récente mise au ban du Qatar par toutes les monarchies du Golfe (On ne peut avoir l’Om et rester vierge de tout conflit d’intérêts. Les transferts cela laisse des traces….). Le feu est mis aux poudres par une supposée déclaration de l’Emir du Qatar faite sur le fil de presse de l’Agence qatarie, dans laquelle il déclare que l’Iran est un partenaire honorable et que le Hamas est le seul représentant de l’autorité palestinienne. Propos jugés scandaleux par tous les voisins du Qatar. Sauf que la déclaration est… fausse, qu’elle a été introduite par des pirates sur le fil de l’agence.

Vous pointez également l’exemple d’entreprises, lesquelles grâce à des fuites déstabilisent un Etat. Mais l’inverse, des pays agissant contre des entreprises, est aussi vrai… (en somme, c’est normal, « tout le monde le fait » …. disait un grand politique dans une vie antérieure quand ses costards commençaient à gêner aux entournures)

Donc l’arme des fuites massives, ça marche bien ?

C’est une arme très efficace, il est impossible d’y riposter (et ce n’est pas Abdelslam qui dira le contraire…. Quand la machine est en marche, rien n’arrête le léviathan…. ). Prenez par exemple des révélations sur un service d’Etat : une fois les secrets et les savoir-faire exposés sur la place publique, c’est comme un pâtissier qui verrait la recette de son gâteau le plus fameux divulguée sur Internet : il ne peut plus rien faire. Cette arme est d’autant plus extraordinaire qu’elle ne coûte pas grand-chose. C’est au départ l’arme du faible, celle de lanceurs d’alertes, esseulés dans leur entreprise ou dans leur administration, qui ne sont pas d’accord avec ce qu’ils voient en interne et décident de le faire savoir en volant des documents qu’ils font publier. Cette technique des activistes est devenue en dix ans celle des puissants.

A ce jeu, certains pays sont meilleurs que d’autres. Pour vous, Israël, Inde et Russie sont les maîtres en ce domaine…

Israéliens et Indiens ont fait le choix de développer des filières informatiques très offensives, de former des hackers, de les intégrer dans leurs services de renseignement, puis de les laisser ensuite partir pour vendre leur savoir-faire, tout en maintenant un lien avec eux – en clair, qu’ils n’agissent jamais contre les intérêts de leur propre pays. C’est un choix d’Etat pour compenser une faiblesse stratégique.

En ce qui concerne la Russie, il s’agit d’un choix tactique (lire : « Cyber arnaque’ – comment les hackers piratent vos cartes bancaires – de Mishaz Glenny, qui sait de quoi il s’agit). La Russie a cru être attaquée via les Panama Papers, ce qui a créé une paranoïa au sommet de l’Etat. Ils ont donc décidé de faire pareil. L’avantage stratégique de ce pays, c’est qu‘il est un des très rares états au monde à avoir toujours eu une filière active de formation en manipulation d’information et propagande. Les techniques de fuites massives entrent parfaitement dans ce type d’arsenal.

Où en sont les Français, les Européens et les Américains ?

Ils sont tous visés par des fuites massives, en particulier les Américains. Rappelez-vous les premières fuites de Wikileaks avec le Sergent Manning, celles de Snowden… Ce qui est pratiqué, en revanche, et les Américains y mettent beaucoup de moyens, ce sont les contre-enquêtes pour savoir qui est à l’origine des fuites ou des attaques informatiques, ou qui les a commanditées. (l’objet a apparemment peu d’intérêt….. en tout cas moins que qui!)

« DANS TOUTES CES AFFAIRES, LE MOT QUE PERSONNE NE PRONONCE JAMAIS, C’EST PIRATAGE »

On a l’impression que ces fuites sont à double détente : d’une part des informations vraies qui sont publiées, et causent un premier impact, d’autre part l’intérêt de ceux qui ont piraté ou commandité le piratage et qui en attendent un autre impact. Est-ce le cas ?

Dans toutes ces affaires de fuites, le mot que personne ne prononce jamais, c’est piratage (et que dire du copy-ratage dont certains chez nous sont devenus spécialistes, s’attribuant des textes  – sans autorisation de leurs auteurs – en apposant de façon arbitraire leur copyright et malheur à vous si vous utilisez ces textes, il vous en coûtera 200€, en attente d’une jurisprudence à 5 000€ la passe, l’égale… C’est ce que l’on appelle passer du bricolage à l’industrie lourde!. Il y aurait ainsi plus de 144 contrevenants à la doctrine, ainsi exploitée… -pensez , parmi ceux recensés et insultés… sans compter ceux qui auraient été passés sous le silence désarmé…. du paiement idoine. Et là il ne s’agit pas d’un état, d’une société, mais d’un pékin, si particulier que si vos routes se croisent, dépêchez vous de prendre les con-tournantes pour éviter la case TGI où il vous poursuit de ses assiduités particulières.. Vous ne savez qui c’est ….? C’est indiqué et disséminé dans le corpus de ce blog) Nous avons fait un recensement le plus complet possible. Depuis 2005, il y a eu à peu près 40 affaires de ce type, et à l’exception des Football Leaks, personne n’a reconnu que ça venait probablement d’un piratage. Or, le processus d’acquisition des données et leur dissémination sont souvent plus significatifs que les données elles-mêmes. Le meilleur exemple, ce sont les mails dévoilés du parti démocrate américain pendant la campagne. Dans ces fuites, il n’y a pas grand-chose, en revanche un an après il y a 18 enquêtes aux Etats-Unis pour savoir qui a piraté et pourquoi, avec la supposition que ça a été fait par la Russie, avec la bienveillance, si ce n’est la complicité, de l’équipe Trump.

Ce que l’on sait, c’est que dans la majorité des fuites massives, l’origine est un piratage.

Il y a donc des intérêts à ces fuites ?

Dans la très grande majorité des fuites massives, oui, il y a des intérêts derrière. Mais comme ces informations fuitées – et cela ne souffre aucune exception — portent sur des données véridiques, il est facile d’évacuer l’origine au seul profit de l’exploitation des fuites elles-mêmes, en soi déjà intéressant. Sauf que malgré tout, ces fuites ne tombent pas du ciel… C’est très difficile d’aller au-delà sans enquête précise. Mais la contradiction est problématique car tous ceux qui exploitent ces informations ne parlent pas de comment ils y ont eu accès. L’anonymat de départ qui protégeait les lanceurs d’alerte est devenu un mur derrière lequel des intérêts se cachent.

On a un peu l’impression que les lanceurs d’alerte animés par l’intérêt commun ont été remplacés par des gens moins innocents…

Oui, le glas a sonné pour les légions de hackers désintéressés qui agissaient sous l’égide de principes. Ce sont maintenant des mercenaires payés et servant toute sorte d’intérêts. Ce n’est plus le village enchanté du hacking des années 1990, c’est une place de marché sur le darknet, une plateforme d’appels d’offres.

 « Souvent, le plus important est la motivation des organisateurs de fuites »

Alors que les fuites se multiplient depuis dix ans, deux journalistes ont enquêté et montrent que désormais, les sources sont des entreprises ou des États.

De Wikileaks aux Paradise Papers, vous recensez plus d’une quarantaine de cas de fuites massives de données ces dernières années. Qui en est à l’origine ?

  •  Les fuites massives de données datent du milieu des années 2000. C’était au départ une « arme du pauvre », employée par des lanceurs d’alerte, pour combattre une partie plus forte.
  • Mais c’est devenu rapidement une méthode utilisée par des gouvernements, des milliardaires ou des entreprises privées pour faire avancer leurs intérêts, car cela s’avère très efficace. Personne ne peut résister à l’exposition publique de sa correspondance privée… La NSA, l’agence américaine chargée du renseignement électronique, a eu les mains coupées lorsque ses techniques ont été révélées.

Quinze ans de conflit entre un fonds d’investissement et le gouvernement argentin de Cristina Kirchner ont été réglés à l’amiable deux semaines après la publication des Panama Papers. Ces derniers avaient révélé que la présidente argentine avait des sociétés enregistrées par le cabinet Mossack Fonseca. Cela ne suffit pas à dire que ce fonds est responsable de la fuite, mais il en a bénéficié.

Vous remontez jusqu’aux acteurs de certaines opérations et montrez qu’il s’agit de professionnels ?

Derrière ces fuites de données se trouvent des pirates travaillant pour quelques cabinets ayant pignon sur rue en Israël, en Russie ou en Inde. Ce ne sont pas des inconnus isolés, mais des personnes répertoriées par les appareils des États, et qui les laissent commercialiser leur savoir-faire à condition qu’ils rendent quelques services. (quelqu’un se présentant juriste en période d’étude du droit, c’est quoi? Méfiez vous des oh- ripeaux des vrais ripoux, ils sont plus vrais que nature. Même, ils forcent le trait, à défaut de l’admiration)

Tout le monde peut se faire piéger. Les pirates étudient le profil de la personne ciblée et lui envoient un mail qu’il aura envie d’ouvrir, ce qui leur permettra de pénétrer son ordinateur. Derrière ces fuites se trouvent aussi des consultants qui jouent le rôle de courtiers.

Faut-il continuer à évoquer ces fuites ?

Oui, bien sûr, leur contenu doit être exploité. Mais la banalisation de ces piratages nous a intrigués et nous avons aussi voulu nous intéresser à la provenance de ces données. Souvent, le plus important est la motivation des organisateurs de fuites, plus que les informations révélées.

Dans l’affaire des fuites du Parti démocrate américain, les courriers exposés révèlent des propos mesquins, de petits arrangements, mais pas de preuve d’abus ou de corruption massive. En revanche, deux ans après, il y a des enquêtes au Congrès sur la façon dont la fuite a été organisée en lien avec la Russie, et cela menace la présidence Trump.

Nous ne disons absolument pas qu’il faut boycotter les fuites : nous avons simplement voulu enquêter sur le circuit par lesquels elles nous sont parvenues et les intérêts qui sont derrière. Souvent, c’est un angle mort des affaires de fuites massives.

 

 

Pub, dans le coeur de la séquence sérieuse de l’info….. :

Qui n’a craint, un jour, les fuites…..? C’est maintenant chose faite. Mais à toute crainte, sa parade…. les protège culotte (des sans-….) et le reste pour continuer à vivre à peu près bien et surtout, comme avant…. On commence sa vie, anti-fuite et on la termine, aussi, anti-fuite…. Quel raccourci…. . Mais le montant de la retraite n’est pas calculé aux débits urinaires, mais bien des contes à dormir debout, même grabataire. Quel déficit qui n’est pas encore une dette vis à vis de la société (il faudra attendre chaque terme échu et déchu, car il faut le passage en couches pour affiner les mixions de déficit en dette) . Conclusion, ce sont les « honnêtes » travailleurs qui vont, encore, devoir éponger les fuites de capitaux liquides vers de faux paradis vessiaires….. (et pas seulement aujourd’hui, mais encore demain)

Retour normal à l’info avec :

 

https://www.les-crises.fr/armes-de-destabilisation-massive-fuites-de-donnees-larme-des-lanceurs-dalerte-est-devenue-celle-des-puissants/

 

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!
******

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant?

Rappel : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de keg, ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical..

******

Et pendant ce temps……

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

 

*****

« L’héritage crucifié »

Message d’outre-tombe

11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)
On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?
La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.
*****
Mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011 .
*****

 

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……

Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :

Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

petite commission des grosses présidentielles législativisées

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1C

Le paradis sur terre n’existe que pour les riches. Si vous croyez, encore, que c’est pour vous…. « vous ne le valez pas »! (unedekeg@07/11/2017)

Publié le Mis à jour le

choix du jour : «populo pachers» ou «riches papers»
 
*****

Français quand vous saurez……que :

les paradis fiscaux existent parce que les pouvoirs ne s’appuient que sur les riches pour massacrer à tronçonneuse financière les petites gens. Vous croyez encore et toujours que quand vous élisez un pouvoir, votre bonheur sera à la sortie des urnes. Erreur, il se sortira que des urnes des 5 années après. Vous avez donc, toujours une urne de retard

et avec un peu de recul….

Nous en sommes rendus à « Paradise papers »…. après les « panama papers » A quand « enfer papers » qui ouvrira la voie du « purgatif papers »

*****

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Se débarrasser des paradis fiscaux, c’est possible (mais que si on le veut)

  

Se débarrasser des paradis fiscaux, c'est possible (mais que si on le veut)
Image d’illustration d’un paradis fiscal. (SIPA)

Ils ne sont « au cœur du système » que parce qu’on le veut bien (c’est qui : on? Vous, moi… ?). Il serait parfaitement possible de s’en débarrasser. Mais a-t-on les bons leaders pour cela ?

« Les paradis fiscaux, c’est terminé ». On se souvient de la fanfaronnade du président Nicolas Sarkozy, le 23 septembre 2009. Elle avait soulevé bien des sarcasmes, mais aussi une lueur d’espoir : pour la première fois, les plus hauts dirigeants de la planète semblaient se soucier de ce qui est un des pires maux des démocraties, celui qui ronge l’un de leur principaux piliers, le « consentement à l’impôt ». (Lire dans la conclusion générale  la « fin du panama ». Chapeau pour cette étude!)

Huit ans plus tard, comme viennent le rappeler les révélations sur les « Paradise Papers », force est de constater que la lucidité était du côté des sarcastiques. Selon l’économiste Gabriel Zucman, qui vient de mettre à jour son enquête sur les paradis fiscaux (« La richesse cachée des nations », Seuil), n’en déplaise à Nicolas Sarkozy, le total des avoirs détenus dans des paradis fiscaux a continué à s’accroître : il serait passé entre 2013  et 2017 de 5.800 milliards d’euros à 7.900 milliards d’euros…(36,1% de hausse quand les retraites viennent de subir une hausse historique de 2%, pour les plus heureux!)

Les paradis fiscaux se portent donc bien, merci pour eux. Au point que les commentateurs, les bras ballants, commencent à les croire immortels. Ils « font partie du système », ils seraient son « autre face », répètent-ils quel que soit leur bord… (On apprend que Fillon aurait dit « Tout le monde, le fait…. ». rendons lui cette paternité de ce système de justifications absolues. La preuve,depuis, on n’a pas su lui administrer une réponse. Le résultat électoral, mais cela ne vaut rien. La preuve on a élie mac’Ron et non lui et ce parce que tout le monde l’a fait, à part quelques irréductibles qui ont dit non aux deux duettistes de guignol). Comme si l’on était en présence d’un mal « inévitable » voire, pour certains, nécessaire. A les écouter, à partir du moment où l’on accepte ce système (un capitalisme globalisé irrigué par des mouvements de capitaux sans entrave) il faudrait apprendre à vivre avec quelques failles ou alors faire la révolution. Au moins, ceux qui, avant la crise financière de 2008 expliquaient doctement que les paradis fiscaux avaient une vertu, puisqu’ils contribuaient à « baisser le coût du capital », ont désormais la décence de se taire.  

Il n’y a pourtant aucune raison de se résigner : si la volonté politique est là, il est évidemment possible de lutter tant contre la fraude (illégale) que contre « l’optimisation » (légale mais immorale). (Ce qui est immoral c’est l’incidence des dividendes sur les prix payés par l’acheteur. Le jour où l’on boycottera tous les profiteurs-escrocs, leur paradis deviendra leur enfer sur terre. Cela leur permettra d’espérer un purgatoire dans un au-delà où ils ne pourront que s’optimiser eux-mêmes)

« Paradise Papers » : « Nous préparons des révélations sur les Français »

La fraude proprement dite

Pour ce qui est des violations ouvertes de la loi, il n’y a aucune raison de baisser la garde. Or c’est ce que semble parfois faire l’occident depuis des années. En France, le nombre de juges d’instruction travaillant au pôle financier de Paris a reculé : « Vingt-sept juges en 2001, treize en 2007 et huit en 2012, détaillait l’an dernier l’eurodéputée verte Eva Joly dans un article publié l’an dernier dans « le Monde Diplomatique ». Au pôle financier de Nanterre, le nombre de juges est passé de sept à trois…  Le phénomène n’est pas propre à la France : selon la Fédération syndicale européenne des services publics, 56.000 postes d’agents du fisc ont été supprimés entre 2008 et 2012 (à l’époque où Sarkozy, donc, clamait que les paradis fiscaux, c’était « terminé » !). (L’optimisation augmente, les juges baissent. C’est la loi des quilles libres…. Le principe des vases communiqués. … ils se perdent dans les vases de nuit et parfois dans celles des où blis. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, au gré du temps et des temps présents, passé et à venir. Disait un ancien)

De telles réduction d’effectifs, dans des administrations qui rapportent plus qu’elles ne coûtent, sont ubuesques. Autre absurdité : aucun gouvernement, en France, ne remet en cause le « verrou de Bercy” qui attribue à l’administration fiscale le monopole des poursuites pénales engagées contre les fraudeurs, lui permettant de passer divers arrangements avec ces derniers…  (Le code des impôts échappe aux parlementaires…. C’est un pouvoir dans le pouvoir qui arrange le pouvoir quand il se heurte à l’article 40 de la constitution pour pondre une loi… : Les propositions et amendements formulés par les membres du parlement – et non du pouvoir – ne sont pas recevables lorsque leur adoption aurait pour conséquence soit une diminution des ressources publiques, soit la création ou l’aggravation d’une charge publique. Ils savent dès lors contourner, quand ils le veulent, cet interdit en puisant dans le code des impôts avec ses articles 575 et 575 A ou le financement par les services du premier ministre – mais d’où vient l’argent de ses servies?. Voir :

ouvrez ces documents cela vaut la peine. Outre le fait que vous découvrirez une discrimination faite entre « Pupilles de la Nation » – par les pouvoirs, les parlementaires, les politicards, les médias et …. le peuple, c’est à dire moi et vous – dont ce 11 Novembre, on fête le centenaire de la création voulue par Clémenceau en 1917, centenaire en guise d’adieu au titre, du moins dans la version « grande guerre ». A l’avenir ce titre sera l’exclusivité des attentats où les parents « meurent à cause de la France » la chope de bière ou d’apéro à la main…. !

Au titre de l’article 40 de la Constitution,, aucune loi nécessitant finance n’a pas lieu d’être (près de 90% des lois) et partant à quoi servent les représentants du pouvoir que sont les députés?!

Sur le plan national, chaque pays peut donc traiter plus vigoureusement cette délinquance, qui est une des plus coûteuses pour la communauté : on parle ici, pour la seule France,  de 60 à 80 milliards d’euros « volés » aux autres contribuables. (Il paraît que les sociétés où l’état est actionnaire, majoritaire ou non, optimisent….)

Sur le plan international, un chantier prometteur a été ouvert : l’échange automatique d’informations, enfin imposé (à l’initiative des Etats-Unis) aux pays comme la Suisse, représente un vrai progrès. Les paradis fiscaux sont désormais contraints de déclarer aux administrations fiscales de leur clients les opérations que ces derniers réalisent.

Un coup fatal porté au « secret bancaire » ? Pas complètement car d’autres méthodes ont été imaginées pour contourner ces nouvelles contraintes. Les fraudeurs continuent de se cacher à travers des montages : leur argent passe par exemple par des cascades de sociétés écrans, des fondations, des trusts, avant d’atterrir, « anonymisés », sur un compte à Singapour ou ailleurs.

Une nouvelle bataille doit être menée pour que soient identifiées facilement les personnes physiques qui se dissimulent, en bout de chaîne, derrière ces montages sophistiqués. Gabriel Zucman propose un « cadastre financier mondial » pour lever l’opacité et des sanctions contre les paradis fiscaux qui se prêteraient à ces acrobaties.

L’optimisation fiscale 

Le second combat à mener, c’est celui qui vise « l’optimisation fiscale » légale. Notamment celle que pratiquent les grandes entreprises multinationales. L’OCDE estime le manque à gagner pour les collectivités publiques à plus de 250 milliards d’euros par an.

Pour autant qu’on respecte la loi, il est légitime (ou au moins humain), de chercher à payer le moins possible d’impôts. (sport réservé aux riches. Comment voulez-vous que les pauvres optimisent. Ils ont déjà du mal à optimiser leur vie de merde….). Le problème, c’est quand la loi est clairement détournée de son objectif : lorsque des grandes entreprises ou de très riches contribuables décortiquent le droit et ses “trous” à la recherche d’astuces dont le seul objet est d’éviter de payer l’impôt.

Pour lutter contre ces manœuvres, il n’y a guère qu’une solution : il faut réformer le droit pour colmater les failles. Ce n’est certes pas si simple quand ce droit est produit par 150 pays différents, sous forme de lois ou de conventions fiscales. Mais s’il existe une a volonté politique commune, cette difficulté est finalement purement « technique » – et donc surmontable. (le prélèvement à la base du Chiffre d’affaire ferait l’affaire du fisc… on veut bien le faire à la source des salaires….Il suffit de se baser sur les chiffres de l’année précédente avec réajustement sur l’année « A+1 ». On sait, aux impôts décortiquer un bilan de l’an « N-1 », sinon, il faut changer de métier, et on peut donc calculer la masse des bénéfices et leurs répartitions… et c’est cela qu’il faut imposer à la base)

L’OCDE s’est attelé depuis une dizaine d’années à la tâche, avec les encouragements des pays du G20. Des mesures ont été prises pour lutter contre « l’érosion des bases fiscales et des transferts de bénéfice »(Base erosion and profit shifting, ou « Beps ») et rendre impossible la localisation de profits dans des juridictions où les entreprises n’ont aucune activité, comme les Bermudes ou les îles Caïman.

Pascal Saint-Amans, qui dirige le Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDE, affiche son optimisme. Il « espère » que les « Paradise Papers » représentent une « photographie du passé », pas du présent. A l’écouter, les acrobaties fiscales les plus choquantes des multinationales sont en train de disparaître sous la pression des mesures « Beps » et de la progression de la transparence. Le projet de réforme fiscale que préparent les Etats-Unis (baisse des taux de l’impôt sur les sociétés à 20%, incitation à rapatrier les 2800 milliards de dollars d’avoirs à l’étranger…) devrait porter un nouveau coup aux paradis fiscaux.

Le combat n’est pas terminé. Saint-Amans suggère ainsi de mettre la pression sur les sociétés d’avocats spécialisées dans les montages fiscaux : on ne leur interdirait pas de chercher les failles du droit (puisque c’est légal), mais on les obligerait à signaler clairement ce qu’ils font. Ainsi, dès qu’elles imagineraient un schéma pour contourner certaines règles, les administrations fiscales en seraient informées et dès lors, elles pourraient prendre des mesures. (on devrait contraindre les avocats à signaler les failles du système au fisc et les condamner lorsqu’ils utilisent ces failles pour de riches clients… comme complices de vol fiscal)

Le choix de l’Europe

Une autre solution, plus simple et plus radicale, serait d’obliger les multinationales à payer des impôts dans les pays où ils exercent effectivement leur activité. La France a suggéré en septembre  d’imposer les sociétés du numérique (Google, Facebook…) sur le chiffre d’affaires plutôt que sur les bénéfices. Mais ce n’est pas une mesure très juste, puisqu’elle frapperait les entreprises qui ne font pas encore de bénéfices, comme les start-up.

Au niveau européen, depuis un an, la Commission et le Parlement discutent d’une autre approche plus subtile : une « assiette commune consolidée pour l’impôt des sociétés » (Accis). Pour l’eurodéputée Eva Joly, ce projet de directive permettrait de résoudre une grande partie du problème posé par les paradis fiscaux. « Un groupe multinational serait imposé de façon unitaire, quel que soit l’endroit où il générerait ses bénéfices. Puis on répartirait le produit de cet impôt entre les différents pays européens, en fonction de l’activité réelle de ce groupe dans chacun d’entre eux » explique-t-elle.

Au Parlement européen, les différents groupes politiques s’acheminent vers un compromis sur ce projet de directive. Mais ce débat fait ricaner certains spécialistes

Pour Pascal Saint-Amans, ce projet d’Accis n’a aucun sens tant que les Européens n’auront pas repensé complètement leur fiscalité. Ils doivent notamment résoudre le problème posé par l’absence de « frontière extérieure fiscale ». La solution est donc politique : concrètement, comment convaincre par exemple les Irlandais d’accepter une « frontière fiscale » avec les îles Caïmans ?  Que leur proposer pour qu’ils cessent d’être un cheval de Troie des paradis fiscaux ?

« Il faudrait qu’Emmanuel Macron et Angela Merkel se mettent d’accord pour nettoyer le truc. Qu’ils mettent les vraies questions sur la table, qu’ils disent aux Néerlandais, aux Irlandais, aux Luxembourgeois que la situation n’est plus tenable, et que si rien ne change, il faut s’attendre à d’autres Brexit. »

Trump, Juncker, Macron…  

A la réponse à la question “Que faire pour éliminer les paradis fiscaux ?”, la réponse est donc avant tout : « il faut le vouloir ». Elle est purement politique.

Le problème, c’est que les citoyens choisissent (mais s’agit-il réellement d’un choix? On est en droit d’en douter quand on voit un Mc’Ron élu avec 18% des inscrits au premier tour) des leaders qui sont rarement des foudres de guerre, quand on en vient à la lutte contre l’évasion fiscale. Peut-on vraiment compter sur un champion de la finance (Donald Trump), un anciens gardien du secret bancaire (Jean-Claude Juncker) ou un ex-banquier d’affaires (Emmanuel Macron) pour agir avec férocité ?

Pourtant, les scandales (Luxleaks, Panama papers, Paradise papers…) font bouger peu à peu la situation, dans le bon sens. (C’est du goutte à goutte qui cache toujours la suivante encore plus grosse…. )

Lire cela est assez révélateur des tendances d’actions déguisées qui se présentent….  « Panama papers » (tels des petits papier d’Arménie, chers à Régine), venant après optimisation et avant « paradise papers ». La bulle devient chaque fois de plus en plus grosse… et cache forcément celle qui se cache, encore et toujours, derrière.
  • Celui qui veut, trouve les moyens
  • et celui qui ne veut pas, trouve les excuses
de plus, comme « tout le monde le fait…. » Et si justement tout le monde savait qu’il serait prélevé à la source du bénéf… Ce serait tout bénéf pour le Peuple et le paradis serait alors de ce monde et surtout pour tous.
….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Cliquer ci-dessous, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French »quelque chose!
******

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », depuis environ 1620…… Avant?

******

Et pendant ce temps……

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

les législatives 2002 sont dans la boite et on peut donc comparer 2002 – 2007 – 2012 et 2017 et voir le développement électoral de plus en plus riche en aberrations. Oserez-vous les voir et découvrir, plus bas? 45 députés seraient rémunérés au Smic comme indemnité de base… (enfin des élus du peuple connaissant les joies du Peuple avec des fins de mois qui démarrent le 9 ou 10 du mois)

Et si on comparaît….. (il vous suffit de cliquer :  le75-dpt – 02-17 ). Cette comparaison pour le département 75 se décline pour chaque département et chacune des 577 circonscriptions. Découvrez la qualité quantifiée de nos chers élus qui brillent de plus en plus vers le zéro à l’infini. Bientôt les élus seront ceux qui auront moins 0% de voix par rapport aux inscrits, « l’élection en moins ». Vous pouvez demander une telle comparaison pour chez vous. Il suffit d’oser demander (plus facile de que voter et surtout de voter bien)

1,5 milliards, c’est la mise de fonds sur les fonds baptismaux de la macronique défailles, que pourraient consentir ;

  • les politicards en rupture de BAN (blancs-Abstentions et nuls), puisque élus avec un chouia de voix par rapport aux inscrits (celles refusées en publication officielle)
  • les partis qui en ont assez de s’exaspérer de la générosité du Peuple qui les fait vivre grassement (avec ou sans VRP du pouvoir)

A noter qu’il manque les chiffres de 2002, en cours de collecte, retraitements et analyses (qui seront ajoutés, dès qu’élaborés….). Un clic sur  – 1,5 milliard écomico-politicarde  –  pour une claque à nos politicards, qui ont la tête de l’emploi….

Dans l’esprit de l’effort de guerre que les députés veulent s’imposer, par esprit de solidarité avec le peuple à qui on pique 5€ d’APL, pour aider la patrie en danger, nous travaillons à l’étude de leurs indemnités (de base + IRFM = 10 972€ par mois) au prorata de leur résultats au 1er tour par rapport aux inscrits et les incidences d’économies, député par député et au niveau national et dans le temps, année par année d’élection. Il n’est pas normal qu’un député à 3% perçoive le même que celui à 30% …. Quand ce travail sera fini, il apparaîtra ici….

On parle de VRP du Peuple, devenus VRP du pouvoir. Savez vous que le VRP est très souvent payé au résultat (commissions en % du chiffre d’affaire). Il est déjà un résultat concernant les VRP du pouvoir que sont devenus les ex VRP du Peuple…. – On cherche à emmerder l’automobiliste, un peu plus, en créant de toute pièce une nouvelle taxe (pourquoi ne prend t-on pas ces 100 millions espérés sur les bénéfices des pétroliers avec interdiction de répercussion sur les consommateurs? Et jusqu’à quand l’automobiliste va t-il se laisser faire…. Y a t-il parmi eux des APLisés? Il faut leur dire que les cumuls sont maintenant interdits et que gagnera t-on quand la branche automobile plongera dans le rouge, va t-on contraindre les Français à acheter 2 voitures au lieu d’une?). C’est tout nouveau cela vient de sortir – C’est la qualité de leur élection. Que pensez vous :

D’où l‘idée de demander aux élus de montrer l’exemple de la rigueur en acceptant de n’être indemnisés (base et IRFM) que sur la base de leur résultat du 1er tour…(et non avec un fixe de 10793€)  Les APLisés accepteraient certainement plus facilement la ponction de 5€

les sous marins étant des participants du challenge du nombre, histoire d’emmerder, un peu plus les électeurs et qui souvent sont des officines des partis dits « grands », tellement grands qu’ils en sont réduits à traficoter.

Il serait intéressant de faire apparaître, sur les professions de foi des candidats (Divers, Divers Droite, divers gauche et autres pavillons de complaisance), le rattachement financier desdits candidats. Ils ont obligation de le signaler lors de l’inscription de candidature. Ce serait plus honnête de savoir, in fine, pour qui chaque candidat roule… Il suffit de le décréter ou de l’ordonner. Avantage, cela ne coûte rien au budget… et en ces temps difficiles c’est positif!

Ce tableau en attente de celui qui sera complété avec l’analyse-étude des résultats de 2002 (puis éventuellement, ensuite,depuis 1958, – si c’est possible d’accéder aux chiffres des résultats par circonscriptions et non aux regroupements – soit 15 élections législatives scrutées dans leur déclin….)

Qu’en pensez-vous?

 

*****

Mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011 .
*****

 

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……

Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :

 

*****

A l’attention particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1CO