-

migration en idéolopgie

Les frontières se heurtent toujours aux hordes envahissantes.. Certaines réussissent leur passage, d’autres se font reconduire, en 39 comme en 2017 !(by keg – 14/02/2017)

Publié le Mis à jour le

Le choix du jour : «Poitiers en Schengen» ou  «Schengen en poitou»

  Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français »

 

Dernière nouvelle : L’Afghanistan compte un nombre aberrant de généraux (en masse de revenus, bientôt un bidasse gagnera beaucoup plus qu’un général. On comprend mieux, parfois le grade-honorifique de première classe, c’est honorifique et cela ne coûte rien!)


 

je ne voterai pas pour mes bourreaux. La révolte d’un « pupille de la Nation non juif », trop con pour apprécier le bonheur promis par des-put-a-tifs (ne parlons pas des chauves)   (en abrégé : http://wp.me/p4Im0Q-1sO)

Français quand vous saurez……que :

Poitiers n’a pas suffit, malgré ce que l’on nous a enseigné. Poitiers, c’est l’échec de la politique migratoire de la France, avant la lettre et surtout son esprit….

….. et avec un peu de recul….

Immigration individuelle, immigration collective … Et dire que l’on a condamné Hortfeux  quand il a osé parler d’envahissements, à partir de 3! Comment va t-on condamner la France entière? Il va falloir louer des places de prison dans l’espace Schengen et assurer ainsi, dans le respect des règles européennes, la libre circulation des détenus

…..

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

Interdire l’immigration musulmane ? Les Français votent majoritairement Trump

 bataille-de-poitiers

Il y a sondage et sondage. Il y a les variations des figures du microcosme scrutées au microscope quasi quotidiennement : Macron +2, Fillon -1, etc. Et puis il y a les études qualitatives sur les attentes des Français sur les grands sujets, qui devraient inspirer nos candidats en campagne.

Et, en l’occurrence, ce sont même les opinions des citoyens européens, pays par pays, qui ont été sondées. Et sur un sujet précis : l’interdiction de l’immigration provenant de pays musulmans. La proposition par rapport à laquelle le sondé devait se situer était limpide : « Toute nouvelle migration de pays principalement musulmans doit être arrêtée » (« All further migration from mainly Muslim countries should be stopped »).

Les résultats de cette enquête sont nets, et l’on peut raisonnablement penser que l’acharnement des juges et des médias à empêcher l’application du programme du président démocratiquement élu ne renversera pas la tendance.

Au contraire.

Donc, selon cette enquête, 55 % des Européens veulent suspendre l’entrée des immigrés venant des pays musulmans. Ce chiffre grimpe à 61 % chez les Français, 64 % en Hongrie, 65 % en Autriche, 71 % en Pologne. En Allemagne, une majorité absolue (53 %) se dégage aussi pour interdire l’immigration issue de pays musulmans. La majorité ne devient relative que chez les Espagnols (41 %) et les Britanniques (47 %).

En France, seuls 16 % des sondés s’opposent à l’interdiction de l’immigration musulmane. Il serait peut-être temps que les candidats à la présidentielle qui ne veulent pas voir le problème se saisissent du sujet. Un vrai sujet.

 

« Muslim, go heaume », martelait déjà (en vieux François-gaulois) le Charles de Poitiers, à Tamanrasset. Chassez le naturel, il revient au galop. Sommes nous réellement descendants de ce Charles marteleur en xénophobie…. Il semblerait que Poitiers n’aurait était qu’un service de douane qui filtrait les importations (hommes, idées, marchandises, culture, religion, ….. ), avant la lettre. On en a fait tout un plat. Et cela c’était bien avant Schengen et sa liberté de circuler, il n’y a plus rien à voir, au croissant des routes?

Poitiers, réussite ou échec de la politique des gouvernants d’alors?

Si on ne voulait pas des musulmans, en France, il ne fallait pas les faire devenir cellules au bois dormant…. Et pourtant, on était bien comptant, sans y être regardant, quand on avait besoin de fellahs-gars qui obéissaient au doigt et à l’œil des Kapo (y compris à la chaîne de montage)

 

 

http://www.bvoltaire.fr/pascalcelerier/interdire-limmigration-musulmane-francais-votent-majoritairement-trump,313341

***

Et pendant ce temps……

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Pour votre « marché matinal aux nouvelles fraîches », les articles en « Une » des principaux médias retenus!

bleu (sans ‘(*) ») dans le texte d’origine est déjà une façon de répondre, partiellement au sujet de ce texte….
——
« (*) » : veut dire que c’est une coquille voulue et/ou une liberté de langage ……ou une tentative de jeu de mots?
Ajoutez un peu de pâte-a-physique et une poignée de sel…j’aime. Faire revenir dans une noix de beurre rance et vous aurez votre recette du jour. A déguster chaude, la patate! Un peu d’irraison ne peut faire de mal.
dès 2017, un dictionnaire bilingue sortira pour mieux comprendre l’esprit « kegien (*) » ‘ ! Exercez-vous –:
GrosMots kegiens Février2016

****

 

Post-maternité : après l’oubli de soi, le réveil (parfois violent)

Post-maternité : après l'oubli de soi, le réveil (parfois violent)
Capture d’écran du film « L’ours et la poupée » avec Brigitte Bardot (DR)

Il y a un temps durant lequel la mère ne voit plus que ses enfants. Et puis, il y a un moment où ça s’arrête.

 

Dans les mois qui ont suivi la naissance, tout son espace mental et son corps étaient tournés vers les besoins de son enfant. Une sorte de long brouillard tendre, de suite de soins, dont elle vient de sortir.

Ce retour à soi est un mouvement psychique tout à fait naturel (et inverse à celui que la femme entreprend quand elle devient mère).

« Le moment du grand réveil »

A cette époque, elle avait l’impression d’avoir renoncé à « tous les aspects de sa personnalité ». La sexualité n’allait pas bien non plus, compliquée par une déchirure importante lors du premier accouchement. Puis par la fatigue et les discussions sur les couches qui « désérotisent tout ».

C’est le moment du grand réveil : Emilie a commencé une formation pour devenir psychologue à son compte. Plus tard, elle s’est mise à prendre des cours de pilotage d’avion, elle a divorcé et rencontré un nouveau mec qui lui a fait découvrir l’éjaculation féminine.

Pendant cette période, ses enfants sont passés au second plan et elle trouve que ça leur réussit très bien. Elle a fait boucher ses trompes, pour être sûre de passer définitivement à autre chose.

« Emportée par une vague »

Autre type de scénario fracassant : quand le retour sur soi se réalise dans l’adultère. Pour les femmes après accouchement, la “reconnexion” avec son corps, sa revalidation, est parfois difficile à faire avec le compagnon (démonétisé).

Catherine, 60 ans aujourd’hui, a aussi vécu aussi l’histoire passionnelle de sa vie quand son fils avait 1 an.

Le sexe dans la famille

« Cela a un rapport avec le fait qu’on s’est mis à aimer le père de ses enfants comme sa mère. L’amour l’a emporté et il ne suffit pas à faire vibrer notre sexe. Pour désirer, il faut être séparé… »

« Les fonctions parentales sont asexuées. Vous êtes papa et maman et contents de l’être. Mais il est difficile d’être intéressé par un sexe qui fait partie de la famille. Cela n’a rien de nouveau, sauf qu’avant on en parlait pas. »

« en lien avec le fait de sortir du petit maternage, il y a une séparation. Les bébés, c’est plus pareil quand ils se mettent à parler et qu’on ne les porte plus. A ce moment là, on peut repenser… L’infidélité, à ce moment-là, je dirais que c’est classique quand on est classique… et téméraire. »

La « censure de l’amante »

Dans son cabinet près du Luxembourg, à Paris, Leticia Solis-Ponton, psychanalyste spécialiste de la parentalité, décrit bien les mouvements contraires auxquels la mère est soumise

A propos du recentrage dont on lui parle ou du « mouvement psychique » inverse :

Leticia Solis-Ponton dit que l’un des premiers mécanismes séparateurs a été décrit sous le nom de « censure de l’amante ». C’est le moment où la mère s’absente pour son enfant : elle veut qu’il s’endorme le soir pour rejoindre sa propre chambre et redevenir amante. Mais dans son livre sur la parentalité, la complexité de ce retour au lit conjugal est aussi décrite :

La préoccupation maternelle primaire

A ce stade, il est absolument impossible de faire le lien entre les deux, mais en décembre dernier, dans une étude publiée par la revue Nature Neurosciences, des chercheurs espagnols et danois ont constaté que la grossesse entraînait des modifications de la taille et de la structure de la substance grise dans des zones associées à la cognition sociale.

Une compression de la matière grise dans ces régions laissant supposer une « spécialisation » à la faveur de l’enfant et au détriment des autres et de soi. (Tandis que chez les hommes, il ne se passe rien.)

« C’est pour ça qu’on a l’impression d’être débile ? », s’interroge Emilie, quand on lui en parle. « Nous ne voulons surtout pas faire passer le message que la grossesse fait perdre une partie du cerveau, car nous ne pensons pas que c’est le cas », a répondu la chercheuse qui a mené l’étude au New York Times. Il semblerait que ces modifications demeurent dans les deux années qui suivent la naissance de l’enfant. Et après ?

« Je ne prends pas de cours de zumba »

Pour beaucoup des femmes, la post-maternité — ce qu’on pourrait aussi appeler le syndrome du nid plein — se passe sans problème.

Pour Julie, 31 ans, l’atterrissage a bizarrement eu lieu entre les deux enfants. Avec son premier enfant, elle a eu l’impression de plonger dans l’animalité, « j’étais un fauve avec les griffes sorties ».

Elle se souvient d’une soirée où elle s’était enfermée dans les toilettes chez elle avec son fils encore bébé, parce qu’il y avait de la fumée de cigarette qui circulait dans l’appartement. Elle pensait qu’il allait en mourir.

Mais pour sa fille, l’effet ne s’est pas reproduit, « et du coup j’ai moins de souvenirs d’elle bébé ». Elle est désolée de le dire, mais elle a aussi eu moins envie de lui lire des bouquins sur les animaux de la ferme.

Aujourd’hui, elle a l’impression que ses deux enfants sont à la bonne distance. Julie se force à ne pas enchaîner deux soirées dehors pour passer du temps avec eux. Pas parce qu’elle ne pourrait pas supporter de faire autrement, mais parce que c’est le point d’équilibre qu’elle s’est fixé.

 

Etre maire et épouse cela s’appelle cumul de mandats, incompatibles. Il est un temps pour tout…. Cela explique certains conflits d’intérêts conduisant aux excès. Le remède semblerait-être le tampon (parfois, le boulot, parfois, l’amant,….), revenu après relevailles-allégeances entre les deux situations, histoire de redevenir femme avant que de redevenir amoureuse de la paire!

C’est la post modernité de la post maternité (cacher faisant foi d’amante retrouvée

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/sur-le-radar/20170210.OBS5150/post-maternite-apres-l-oubli-de-soi-le-reveil-parfois-violent.html

 

****

 

Cédric Herrou, délinquant sans frontières  –  Ne confondons pas accueil et trafic de migrants

herrou migrants frontieres loi

Cédric Herrou. Sipa. Numéro de reportage : AP21995552_000003.

Imaginez : une famille de migrants, ayant traversé des milliers de kilomètres, qui fuit la guerre parfois, la misère souvent, toque à votre porte. Que faites-vous ? Vous aurez tendance, par solidarité, à aider cette famille de migrants. Vous l’accueillerez chez vous, et, avec le temps, l’aideriez sans doute à trouver un foyer où ses membres pourront se sentir chez eux. L’altruisme est irréprochable, c’est alors l’attitude inverse qui surprendrait.

 

Cependant, ce n’est pas ce qu’a fait Cédrid Herrou. Ce dernier n’a pas aidé 5 migrants toquant à sa porte, mais plusieurs centaines qu’il a accueillies, hébergées et auxquelles il a fourni eau, nourriture et électricité. Sans jamais en parler aux autorités compétentes, M. Herrou a ouvert, dans la clandestinité la plus complète, son propre camp de migrants. Imaginez un seul instant qu’un incendie se soit déclaré, qui aurait été responsable ? Imaginez un seul instant qu’il demande à des migrants de se prostituer ou de travailler pour lui en contrepartie du logement qu’il offrait, qu’auriez-vous dit ?

Un bras de fer avec la nation

L’action de M. Herrou a un nom : le trafic de migrants. On remarquera que ses déclarations sont teintées d’idéologie militante. La faute à l’Europe, à la France, à « un Etat qui a mis des frontières en place et qui n’en gère absolument pas les conséquences ». A l’écouter, la société ne lui a pas laissé le choix.

Il décide donc délibérément d’engager un bras de fer avec la nation, refusant de laisser la France et les autorités compétentes gérer le problème.

Notre prétendu philanthrope se substitue à l’Etat et, par là même, accomplit un acte militant. Dès lors, le caractère solidaire de son geste disparaît. Il n’effectue plus cet acte a priori généreux de façon désintéressée. Ce n’est plus l’humain qui l’intéresse, c’est le symbole qu’il y a derrière.

Du tribunal comme tribune

Cédric Herrou ne s’en cache pas : « Au départ, je voyais des gens marcher sur la route, des Noirs, alors je les amenais à la gare de Breil-sur-Roya », raconte-t-il. Ce n’est plus l’individu qui l’intéresse, c’est le migrant qui se cache derrière. Le migrant qu’il accueille ne devient plus que le véhicule de son idéologie protestataire, anti frontière, anti-étatiste. « Je suis serein » déclarait-il dans l’attente du délibéré de son procès. C’est compréhensible, grâce à son action, grâce à son exploitation politique du migrant, il a fait parler de lui et de son idéologie. Cela, le procureur la bien compris, reprochant à Cédric Herrou d’instrumentaliser ce procès comme une tribune politique. Ayant requis 8 mois de prisons avec sursis, le tribunal lui a finalement infligé 30 000 euros d’amende. C’est relativement peu.

A ses yeux, qu’importe sa peine et qu’importe le sort des migrants qu’il a accueillis, il aura atteint son but en les utilisant pour se faire entendre. Ce n’est plus de la solidarité naturelle mais l’exploitation d’hommes, de femmes et d’enfants innocents pour promouvoir une idéologie. Intolérable.

 

Et dire qu’il fut un temps où les passeurs étaient recherchés, traqués, assassinés, torturés. Le mouvement se faisait dans l’autre sens : France – extérieur.

Certains sont morts, d’autres furent décorés et une infime partie est devenue « juste parmi les nations ».

de quel côté se situent nos pouvoirs?

 

http://www.causeur.fr/cedric-herrou-delinquant-sans-frontieres-42649.html

 

*****

 

Le cœur du système

Le cœur du système

«La propagande sert davantage à nous justifier nous-mêmes qu’à convaincre les autres; plus nous avons de raisons de nous sentir coupables, et plus fervente sera notre propagande.» (Eric Hoffer, The True Believer: Thoughts on the Nature of Mass Movements)

 

Dans Le Maître et Marguerite, le chef-d’œuvre de Mikhaïl Boulgakov, le Diable apparaît en personne sous la cape du magicien Woland. Le Diable est joueur: il s’amuse à tester la vanité et la crédulité des hommes. Et il sait qu’il n’est d’humains plus crédules que les incrédules de métier. C’est ainsi que son premier interlocuteur, Berlioz, vedette littéraire du Moscou soviétique et athée militant, finira décapité par un tramway, exactement comme le magicien le lui a prédit. Ah! S’il avait un seul instant pris au sérieux l’existence du Tentateur qui venait, justement, de lui offrir une cigarette…

Des blagues à ne pas faire en société

«Qu’est-ce que le Système?» me demandent sans cesse les idiots utiles du Système. (Tweet, 5.2.2017)

Ils s’attribuent à la fois une haute capacité de discernement, une mission de «vigilance citoyenne» et une position critique vis-à-vis du pouvoir. Dans le langage ras-du-sol des services, ce sont de parfaits idiots utiles.

L’idiot utile est celui qui croit qu’il ne croit pas ce qu’il croit, mais qu’il le sait. Que sa subjectivité n’y est pour rien. Que sa connaissance ne lui vient pas par un quelconque canal d’influence ou d’endoctrinement, mais de la vérité des choses elle-même. Sans filtre. Sans intermédiaire. Sans diable ni système.

Le Système, selon eux, n’existe pas. Ou, s’il existe, il n’a ni malice ni intention particulière. Il fait partie du paysage comme le climat ou la course des astres et obéit aux décrets des institutions comme la charrue au laboureur. Ce qui existe, pour cette catégorie d’esprits, c’est l’«Antisystème», à savoir tous ces milieux étranges et «sulfureux» qui, sous couvert de «résistance» contre un spectre de leur invention, complotent pour renverser la démocratie. Quelquefois, souvent même, ces innocents décrètent que le Système, c’est justement ça: l’Antisystème. Tout comme les étiquettes, les causes et les effets s’intervertissent facilement. Pour que l’«Antisystème» soit moralement condamnable, pour qu’on puisse le censurer et le liquider sans états d’âme, il est nécessaire que sa cause soit une illusion. Mais entre ces deux termes, lequel découle de l’autre? La nécessité de bâillonner l’opposition à cause de ses mensonges, ou la nécessité de prouver que ses vues sont des mensonges afin de la bâillonner?

C’est celui qui dit qui est!

Les comploteurs dénoncent les complotistes. Quoi de plus normal? (Tweet, 31.1.2017)

Ainsi le complot a-t-il été attesté comme une réalité indiscutable et omniprésente par ses protagonistes et défenseurs mêmes! Mais par un extraordinaire renversement rhétorique, le crime de complot a été rejeté sur ceux qui, justement, le dévoilaient au grand jour — ainsi que sur leurs hypothétiques alliés russes (car le mot «russe» est un utile déclencheur réflexe qui associe immédiatement à l’espionnage, à la propagande et à la désinformation). En effet, le seul moyen de berner le public et de détourner son attention du complot indiscutable qu’il avait sous les yeux était de pointer du doigt un complot bien plus menaçant, d’autant plus menaçant qu’on ne pouvait en montrer qu’une ombre: celui liant Poutine à Trump via Julian Assange!

Et voici donc les comploteurs devenus complotistes à leur tour en dénonçant le complot des complotistes visant à faire éclater leur propre complot!

On pourrait étendre ce jeu de miroirs à l’infini. Ce qu’il reflète fondamentalement est très simple et vieux comme le monde: les rapports de force entre l’ordre établi et l’opposition, entre le discours du pouvoir et sa contestation. Selon que vous serez puissant ou misérable,/Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir, résumait sobrement La Fontaine dans «Les Animaux malades de la peste». OU Blaise Pascal, dans ses Provinciales, s’adressant à ses adversaires jésuites d’une mauvaise foi criante: «Vous êtes quatre-vingt docteurs, mes bons Pères, et je suis seul. Vous avez forcément raison!» (Je cite de mémoire.)

Voilà donc le billard à mille bandes réduit à un vulgaire jeu de quilles: celui qui tient en main la grosse boule est en position de faucher les autres, un point c’est tout. Or, quoi qu’il arrive, la main qui tient la boule est celle du Système. Les quilles peuvent être blanches, jaunes, vertes ou rouges, elles peuvent être «de gauche» ou «de droite», mais le choix à l’échelon des existences se ramène à cela: il y a ceux qui lancent la boule et ceux qui attendent d’être fauchés ou épargnés par le projectile.

Pourquoi tous ces faisceaux?

«Une intelligentsia dominante, que ce soit en Europe, en Asie ou en Afrique, traite les masses comme une matière première qu’on peut soumettre à expérimentation, manipuler et gaspiller à volonté.» (Eric Hoffer, The Temper of Our Time, 1967)

Le mot système vient du verbe grec systeô, qui signifie attacher ensemble, entrelacer.

C’est une étape que le Système s’emploie à désactiver en criblant de tabous le discours public avec l’aide cruciale du dispositif de l’instruction et des médias. Il aura fallu un dressage rigoureux pour enseigner aux consciences contemporaines à craindre l’invocation même du «Système» et à censurer ceux qui en parlent. La crédulité est l’un des éléments clefs de ce dressage. On apprend à admettre n’importe quelle affirmation, pourvu qu’elle vienne d’une source autorisée.

Le Système est impersonnel, même s’il a un ample personnel à son service et même s’il confère à l’élite de ce personnel des pouvoirs dont les rois et les tyrans de jadis ne disposaient pas. L’erreur de ceux qui le contestent (et la technique de ceux qui veulent en détourner l’attention) est de le personnaliser: de réduire des lois générales et des mécanismes à des individus et à des traits de personnalité. Les gouvernements combattus par le Système sont systématiquement réduits à des régimes, et les régimes eux-mêmes à la seule figure de leur chef (Kadhafi, Saddam, Assad, Poutine…); cependant que les «Antisystème» s’acharnent à identifier derrière le mécanisme des «tireurs de ficelles» dont l’existence ou non n’a aucune importance.

Lorsque l’action personnelle commence à compter réellement, c’est qu’on se trouve dans un système de pouvoir individualisé et donc, déjà, en marge du Système. La personnalité de l’ivrogne Juncker n’a pas plus de poids dans l’Union soviétique européenne que celle de l’ivrogne Eltsine n’en avait dans l’URSS finissante, deux systèmes inhumains en fin de course. L’opposition sourde et poltronne du pauvre Obama aux agissements de son propre appareil n’a en rien freiné l’emballement général. Mais le fait même que la personnalité de Vladimir Poutine infléchisse le cours de son histoire montre que la Russie est sortie, en partie, de l’orbite du Système.

Une autre erreur courante consiste à prêter au Système une idéologie. Le Système n’a pas d’idéologie: il se sert en opportuniste de celle qui, à un moment donné, le plus à même de consolider et d’étendre son empire.

L’humain contre l’androïde

Ne jamais nommer le Système: c’est le meilleur service à lui rendre. Persée ne pouvait croiser le regard de Méduse. (Tweet, 10.12.2015)

Or ce que nous observons aujourd’hui dans nos aires est un bouleversement tectonique. L’évolution tranquille du Système vers ce mécanisme parfait via le perfectionnement technique couplé à la régression de l’humain a été bouleversée par une série d’événements politiques, mais aussi de prises de conscience psychologiques. Aux États-Unis, pour parler schématiquement, un outsider a réussi à prendre à revers le Système. Certes, M. Trump était une «huile» de premier plan de l’oligarchie américaine, mais le Système n’est pas réductible à l’oligarchie. Dans le cadre du Système, un juge vénal ou un journaliste illettré a la faculté de faire trébucher l’oligarque le plus puissant pour peu que son action serve le Système. Et non seulement Trump a-t-il réussi à enlever la présidence des États-Unis, mais encore s’emploie-t-il, depuis le premier jour de son mandat, à faire passer en force toute une série de mesures aussi perpendiculaires à la marche du Système que les bâtons qu’on met dans une roue.

Pour le dire encore plus schématiquement: l’administration Trump, comme l’État de Poutine, comme nombre d’autres insurrections décriées comme «populistes», s’emploie à enrayer la stratégie du Système dans son cœur même, laquelle consiste à abattre toutes les frontières établies par des communautés humaines conscientes (et donc des souverainetés volontaires) pour les remplacer par de nouveaux cloisonnements hermétiques dont lui seul, le Système, aurait les clefs: systèmes de sécurité et de contrôle total, omnisurveillance, dématérialisation documentaire et monétaire, puçage et traçage. Ce n’est pas un hasard si les milliardaires de la Silicon Valley — qui sont pourtant de sa classe sociale — montent en première ligne contre le nouveau président américain, aux côtés des patrons des médias de masse et des vedettes du show-biz, principaux organisateurs du décervelage et de la régression de masse.

L’enjeu de la lutte qui se développe aujourd’hui sous nos yeux dépasse les visions et la mission de tous les gouvernants de ce siècle et du précédent. Cette lutte est l’aboutissement d’une longue évolution de la civilisation européenne, qui a mis entre les mains de l’humanité les outils de sa libération en même temps que ceux de son anéantissement. L’enjeu est le choix entre une société encore calquée sur des destinées humaines ou une «entité» gérée par un Système anonyme épaulé par la mince élite gérant l’ensemble des banques et des médias et les prêtres informatiques de la post-humanité.

Coda

En ouverture de son ouvrage posthume (inédit en français), La fourmilière globale, Alexandre Zinoviev proposait au tournant du XXIe siècle une «fiction» terrifiante, qui pourtant paraît presque banale aujourd’hui:

«Notre XXe siècle aura peut-être été le siècle le plus dramatique de toute l’histoire humaine du point de vue de la destinée des gens et des nations, des idées, des systèmes sociaux et des civilisations. Mais, toutes ces choses étant posées, ce fut aussi un siècle de passion et d’aventure: siècle d’espoirs et de désespoirs, d’illusions et de visions, d’avancées et de déceptions, de joies et de malheurs, d’amour et de haine… Ç’aura été, peut-être, le dernier siècle humain. A sa suite se profile une masse de siècles d’histoire suprahumaine ou posthumaine, une histoire sans espoirs ni désespoirs, sans illusions ni visions, sans avancées ni déceptions, sans joies ni chagrins, sans amour ni haine…»

Bref, nous voici aux portes d’une masse de siècles où le Système aura éradiqué l’Homme. Ou pas?

 

Le système en quête de son anti-système…. Nous croyons lutter contre et nos soubresauts ne font que le favoriser…. Nos luttes sans aboutissements réels et révolutionnaires (que serait le renversement) conduisent à plus de systèmes (contrôles, traçages, vulnérabilités). Le système se nourrit abondamment des échecs de ses assujettis.

Faut-il dès lors se couler dedans ou continuer à vouloir s’en extraire? Le système se nourrit grassement de nos terrorismes (en 39/45, ce n’est pas pour rien quie les résistants étaient désignés terroristes, pour les occupants et ses supplétifs vichyssois, maréchalistes. Les tenants actuels considèrent leurs enfants comme indignes de la qualité pleine et entière de Français). Comment verrait-on la récompense, au niveau des enfants de djihadistes, si on les honorait (et pourtant, leurs parents servent le système, en permettant des lois d’exception pour contraindre encore plus les non terroristes dans l’acte, mais dans les pensées…). Heureusement que les terroristes actuels sont très jeunes et n’onn pas beaucoup d’enfants!

 

http://reseauinternational.net/le-coeur-du-systeme/

 

***

 

 

 

*****

 

 

https://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2015/07/ren%C3%A9-le-honzec-mort-du-petit-commerce.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut livrer l’information, alors que les prochaines semaines permettront d’en savoir beaucoup plus. La nausée, le dégoût absolu, la honte, même s’il faut le prendre encore un peu avec des pincettes ! On voudrait que ça ne soit pas vrai, tant cela s’étale dans toute l’horreur d’une civilisation dépravée et promise à la disparition. On voit certes les morts dans les guerres et les révolutions, les décapitations, mais sait-on en France qu’un juteux commerce à l’échelle de la nation américaine serait basé sur la vente de corps d’enfants avortés, marché noir et là c’est prouvé, et aussi suspicion d’activité à plus grande échelle et officielle ? Vous avez bien lu, et ce commerce organisé à grande échelle est subventionné semble t’il par le gouvernement fédéral américain, encouragé par des politiciens comme Hillary Clinton qui lui décerne l’intérêt d’un « grand service ».

 

Partout aux Etats-Unis, des parties du corps ou des corps entiers d’enfants avortés sont achetés et vendus. Des centaines de millions de dollars de subventions sont allouées par le gouvernement américain à cette « industrie ». C’est l’organisation appelée « Planned Parenthood » qui en bénéficie. Récemment sa présidente le docteur Mary Gatter s’est plainte du cours sous-évalué du corps de ces bébés et a même ajouté, citant les termes d’une vidéo connue ici en Amérique du Nord : « Il faut vendre plus cher, je veux une Lamborghini » ! Ça semble être un gag immonde, tant c’est gros, surréaliste. Elle exige une réévaluation à au moins 75$ par cadavre.

Quel est le futur d’une Nation qui se prête à ce macabre commerce ? Quelle civilisation résistera à cette horreur institutionnalisée ? On rapporte que des bonus sont prévus en fonction de la nature des parties humaines commercialisées. Ces parties de corps d’enfants avortés sont revendues à des sociétés de recherche médicale. Brigitte Bardot, et à raison, s’offusque qu’on tue des animaux pour ça. Que penserait-elle si elle savait que là-bas on recycle les corps des enfants avortés ?

Évidemment les medias sont complices et entretiennent un silence absolu, un blackout, sur le sujet, certains n’y croyant pas. Faites vos recherches et vous entrerez dans un monde d’horreur qui vous permettra sûrement d’en savoir plus. Je suis pour ma part littéralement horrifié que de telles pratiques existent, soient autorisées, et même encouragées et subventionnées. Je suis béat d’incrédulité à la constatation que tout cela semble vrai.

Certains mouvements contestent la véracité de cette information, qui s’appuie pourtant sur des vidéos et des données réelles. La lumière sur ce sujet sera faite, maintenant que les réseaux sociaux ont été sollicités. On sait que le commerce sur le marché noir de ce genre de « marchandise » existe bel et bien, et que ce trafic d’organes trouve preneur. A t’on tout vu jusqu’ici sur ce dont l’humain est capable ?

 

A  l »époque du recyclage, peut-on s’insurger de ce que les corps morts soient débités….. On pourrait s’insurger si on les tuait pour …. mais là on se contente de recycler. Et puis qui osera refuser une amélioration apportée (à lui et/ou sa famille) en matière de mieux-être et de réparation médicale partie de ces « récupération »., Ne jouons pas les hypocrites….  Si on s’insurge, on se doit de refuser de bénéficier des progrès médicaux y liés.

Ce que je trouve scandaleux, c’est la surenchère des prix pour des sujets de laboratoire…..

Ne nous trompons pas; les progrès de la médecine se font, depuis toujours, sur le dos des morts, à bon compte. Souvenons nous aussi que notre médecine est bénéficiaire des morts et amputés des guerres…. Allons nous refuser et au nom de quoi. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme., disait déjà Lavoisier qui était loin d’être avorté.

Quand à un éventuel trafic d »organes de morts, c’est peut-être abusif et en rien comparable avec le trafic d’organes d’enfants vivants

 

http://free.niooz.fr/s/free/le-commerce-de-la-mort-3642254.shtml

 

*****

 

Les présidentielles, comme si vous y étiez et quoique l’on en dise ou pas :

  1. E-goth de campagne (des députés d’active, et/ou au gouvernement.org, voulant être calife en lieu et place d’un cap’tain défunt et défaut) : vrp-fillon-f-ump (ses premiers maux) et http://wp.me/p4Im0Q-1nR (ses derniers mots, incapable…..s)
  2. La primaire des législatives (individus et partis) ou scoring « députés » (pour Peuple dépité)
  3. « Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) – http://wp.me/p4Im0Q-141

en savoir plus, beaucoup plus :il-etait-une-fois-2017

La guerre des vieux jeunes premiers (en finale de lutte) :

  1. Fillon fillon-putatif   et fiche-transparency-fillon
  2. Valls – valls-putatif    Exit Valls, place à Hamon…. il va nous faire le coup de tous-en-Khamon

Bientôt il ne va plus rester que Hamon (mais restera t-il vraiment s’il est le seul à oser….?)! Faut-il, dès lors voter s’il est le seul compétiteur? – 14 – Patrimoine 2014 – Benoit Hamon

 

…..

« Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) de la « dé-professionnalisation du mandat électif » (ou « quand le tirage au sort remplacera la ripoublique…. » ). Dans la mesure de l’esprit initial de « Nuit debout »…. du « ni partis, ni syndicats »  :    http://wp.me/p4Im0Q-141

….

FIN de la une DU JOUR

Fin de l’article de « La Une de keg » du jour. Merci de l’avoir lu et de vos commentaires. Les différents tableaux joints et à découvrir, vous ont-il éclairé, surtout en ce qui concerne les élections en prévision de décembre 2015 et au delà?
Ce qui suit ne concerne que quelques infos en attente de réutilisation (en vrai dépotoir, bric à brac, de brique et de broc), où vous pouvez puiser, à vos risques et périls garantis.

…..

  • Dans quel état gère, en urgence la socia-lie : 14/11/2015 – 26/02/2016 – 26/05/2016 – 26/07/2016  – 26/01/2017 –  13/12/2016   160719 – nuit de létat en urgence prolongée  –  (…     05/07/201 7= la sortie de l’état normal (une mesure qui dure devient la norme) pour devenir autre et sans en dire le nom. Cazeneuve promu premier ministre a devancé l’avenir en faisant voter, au 13/12/2016, une prolongation anticipée, de 3 mois supplémentaires jusqu’au 15/06/2017 (entre les deux tours des législatives et sans possibilité de modifier quoique ce soit et pour qui que ce soit)
  • Dernière nouvelle. Le pouvoir s’affole et n’attend pas l’échéance programmée du 26/01/2016. Cazeneuve, à peine promu 1er ministre, fait voter . Quelle fin de mandat pitoyable…. avec un état en urgence d’impossibilité à se réformer… et demain ne s’annonce guère mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011

…..

L’état en urgence…….. du 14/11/2015  (lendemain du Vendredi 13, réputé jour de chance… Pour qui?) au :

(partie visible de l’ice-berg appelée à disparaître, dès la levée de l’embargo liberticide, à usage, exclusif, des seules libertés des citoyens et non  des terroristes…qui s’en battent l’œil La preuve par Nice.)

État d’urgence ordinaire et « normale » : 

Prochaine échéance au 26 Juillet 2016 (et de 4 dont 3 mi temps supplémentaires). Tous les rassemblements interdits (cultes, meetings politiques, match de sport, réunions syndicales, manifs, réunion de plus de 3 personnes, marchés de plein air, marchés publics, attentes aux guichets – Sécu, gares, aéroports, files d’alimentation – achats en grandes surface, queues aux cinés, concerts, …., défilés du 14 juillet, commémorations, « nuit debout »). Rendez-vous donc à la prochaine prolongation…. au 26/07/2016! Il y aura une trêve estivale – pour reprendre lors de la rentrée scolaire. Les terroristes respectent le calendrier scolaire (et solaire)! Dernière nouvelle : la Belgique n’est toujours pas en état d’urgence…. Surprenant! Prolongation, avant la date de fin, et à nouveau pour 6 mois jusqu’à l’installation du nouveau pouvoir (Acte 1 de Cazeneuve, nouveau premier ministre….)

Grenoble : une fresque de street art jugée anti-flic provoque un tollé
L’oeuvre « L’Etat matraquant la liberté » créée par l’artiste Goin, dans le cadre du festival de street art subventionné par la ville de Grenoble. (Capture d’écran/ France 3 Alpes)
 Il paraît que l’état majore son urgence de deux  six mois. …… voir :  « Etat d’urgence ordinaire et normale » (plus bas)
un pays qui se « dictatorise (*) » (au nom d’un pseudo « terrorisme » – non et/ou très mal défini) et surtout qui laisse faire, avec la complicité de ses politicards et l’immobilisme de sa population ne peut revendiquer être le pays flambeau des Lumières et se ravale au rang de ses « ennemis » ou supposés. (tant que dure l’état d’urgence. ….. qui ne se presse pas pour partir si on en croit les rumeurs)
Gandhi
 Oser dire « NON », en votant blanc, tant que l’on n’a que des non-choix, c’est déjà être debout (et pas seulement la nuit). Il n’est que temps, déjà, en 2017!

Et s’il ne manquait que 509 députés! (un tout petit peu plus de 88%  de dédain du problème. Ils sont libres, eux!)
Il en va de la liberté du Peuple, quand même, qu’ils représenteraient!
Il est vrai que c’est tellement banal qu’un état d’urgence…..
  • Ils étaient 80 pour s’opposer en 1940…. ! sans être ripoux
  • Combien seront-ils pour la prolongation au delà du 26/07/2016? (26 ont refusé et 489 ont voté la prolongation améliorée, soit 6 mois – )  160719 – nuit de létat en urgence prolongée
  • Combien seront-ils pour celle au delà du 26/01/2017?

Afficher l'image d'origine

Un jour, ils oserons nous demander (à droite, comme à gauche), par référendum, si nous voulons mettre fin à cet état d’urgence, que nous n’avons jamais voulu et encore moins demandé!
(l’urgence de l’état c’est l’état d’urgence. L’urgence du peuple c’est de virer tous les urgentistes…..  2 Programmes diamétralement opposés)

……

De la constitution de l’état d’urgence abusif :

Article 21 Préambule de la constitution :
    • « Quand le gouvernement viole les libertés et les droits garantis par la constitution (état d’urgence prolongé et reprolongé!) , la résistance sous toutes ses formes est le plus sacré des droits et le plus impérieux des devoirs. »
  • (En l’an I, on parlait d’insurrection et non de résistance et d’armer cette révolution-citoyenne). Où en sommes nous? Et bien sûr cela ne concerne que le Peuple, pour le Peuple et avec le Peuple! et non les ersatz du pouvoir
en contradiction avec : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000695350

…..

  • En France (en fin de règne, de Mars 2016 à ….. ) , on progresse! On rétablit la ferme générale en ce qui concerne la détection-radariste…. On vend la charge au privé…… Le privé va donc acheter la charge d’alimenter le budget amende de conduite et à lui de se démerder pour rentrer dans ses frais de charge et sans oublier sa marge, non d’erreur (dont il n’a que faire) mais de bénéfice. Car le privé n’est pas l’état il n’a pas le souci de déficit, son seul étant celui du profit +. Effectivement le changement c’est maintenant et ici…..

A lire impérativement, pour mieux comprendre ce qui nous arrive : « Al Qaïda en France » de Samuel Laurent et ce que l’on va devoir supporter. Vous y apprendrez que les djihadistes se fondent dans la foule (ils fument, boivent, se droguent – en contradiction volontaire et « autorisée »  par leurs chefs -, présentent bien….. ont parfois des situations au top)…. jusqu’au jour où on les réveille et alors quel Bataclan!
Preuve que les lois d’exception ne concernent nullement les terroristes, excepté quand ce sont des citoyens (mono ou bi) nationaux qui expriment leur mécontentement. Les terroristes les vrais frapperont où ils voudront et quand ils voudront. Que voulez vous, réellement, opposer à leur déterminisme? Leur nationalité française? Il faut être naïf pour croire aux lois liberticides, soit disant pour contrer le terrorisme…..
Et pour inciter à rester…. coi : http://www.directmatin.fr/monde/2016-01-14/daesh-brule-vivants-ses-membres-qui-ont-fui-ramadi-720362 jusqu’au bout (ou quoi)

 …. au 15/07/2017 – et Valls corollaire du 49-3, citoyen, pour passer 2017, en force…..

*****


Une sélection  de digests :

  • Vote blanc, expression du refus de non-choix
  • La non- imposition imposée en imposture
  • La Dhimmitude à refaire naître
  • A-faire « Charlie-Hebdo
  • Boites à Malices
  • autorisation de représailles à balles tueuses- « Ultima Ratio »
  • « Pupilles de la Nation non juifs » – discriminés
  • le référendum -migratoire, anti-Schengen
  • en Régionales de 2015 –R15-analyse
  • la non valeur des signatures politiques  – signature-bidon
  • de tout et de rien dans notre atmosphère, je vous assure cousin il l’a dit :  Vrac160101
  • Pan AM et après : Fin du bordel à Panama : Fin du Panama
  • A venir : la primaire, la levée des urgences,…. le scoring des députés (élire ou réélire des impuissants à protéger le peuple)…

Prêt à ressortir à la moindre alerte et avis de tempêtes…… et surtout en période exceptionnelle des urgences

Publicités