-

liberté d’expression

La liberté d’expression au filtre de la crapulerie…. étatisée et attisée. Quand un pékin-quidamisé s’arroge le droit d’être juge et partie vis à vis de sa liberté de rançonner… autrui, comme il l’entend! (unedekeg@17/05/2018)

Publié le

choix du jour : « Liberté de dire » ou « liberté de censurer »
 
dicton du jour :  « s’il tonne au jour de la saint Pascal, sans grêle, ce n’est pas un mal »
 *****
pour la seule beauté du pont…..(au pas de Nemours)
Oligarchie
 

Toute dernière (ou première), pour la route :

Jérôme Cahuzac condamné, dont 50% avec sursis. Il fait partie des fusillés de 1916 « pour l’exemple » et ce afin de galvaniser les troupes à ne pas se faire prendre….  et uniquement cela. Preuve qu’il vaut mieux piquer gros, même très gros qu’une mob. Que vont risquer les panamas papers ? –
Panama – France 34-0  à cliquer pour une grande claque informative… – https://www.lci.fr/sujet/jerome-cahuzac/

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

 La liberté ne peut concerner que ceux qui sont libres. Peut-on dire quand on subit et que l’on ne tente même pas d’essayer de se libérer (par son vote par peur, vote par aveuglement, vote par ignorance, vote par lâcheté ou silence complaisant). Quand on n’est pas capable de dire « Non » (vote blanc) on ne peut revendiquer une quelconque liberté, puisque l’on se complaît dans l’esclavage de la délégation de pouvoir et de souveraineté… Réapprenons la liberté pour pouvoir oser dire nos expressions (réelles et non celles dictées par des tiers)

et avec un peu de recul…. :  

 A-t-on encore le droit de dire, quand on s’esclavage (ce ne sont pas les autres qui nous rendent esclave, c’est nous qui nous laissons enchaîner quand parfois on ne fabrique pas soi même les chaînes…). Seul l’homme libre peur s’arroger le droit de dire. Silence on enchaîne!
*****
pensez à cliquer sur les liens qui apparaissent en orangé, vous découvrirez des tableaux pouvant vous intéresser….. à divers titres et degrés

*****

se souvenir :

  • Macron aux Indiens: « Ne respectez jamais les règles ». Suivez ses ordonnances, les exemples à suivre, en tous domaines viennent du sommet des pyramides…. Qu’attendez vous pour obéir à cette ordonnance à dose homme et oh pathiques…. (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)
  • S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Zemmour condamné: la France, le pays des droits de l’homme qui se tait? Le « djihad judiciaire », un suicide français

Anne-Sophie Chazaud

la plume en barbelés….. c’est le droit de se taire, imposé, et on ne dit pas que c’est une dictature. Ecrivaillons, sortez de la paille, vos stylos, encriers…. vos papiers, c’est la larme!

https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/jai-revele-la-verite-au-sujet-de-president-erdogan-et-de-la-syrie-pour-cela-il-ma-emprisonne-can-dundar/

Eric Zemmour a été condamné, le 3 mai, par la Cour d’appel de Paris, pour provocation à la haine religieuse. En 2016, dans l’émission « C à vous », le journaliste avait notamment dit que la France vivait « depuis trente ans une invasion » et qu’ « une lutte pour islamiser un territoire » se déroulait « dans les innombrables banlieues françaises où de nombreuses jeunes filles sont voilées ».

Habitué des procès en sorcellerie politique et morale, l’essayiste et polémiste Eric Zemmour a été condamné en appel après avoir tenu au sujet de l’islam des propos apparemment insupportables pour l’esprit ambiant de censure et ses bras armés judiciaires.

Il importe peu de savoir si l’on est d’accord ou pas avec la vision non politiquement correcte et manifestement blasphématoire défendue par l’auteur du Suicide français. La vraie question posée par cet énième procès d’opinion est l’état de la liberté d’expression dans un pays qui, pour s’en vanter abondamment, semble toutefois profondément sinistré dans ce domaine, à un point préoccupant pour la démocratie et les libertés fondamentales.

La France, le pays des droits de l’homme qui se tait

« Il est interdit d’interdire », scandait-on en mai 1968. 50 ans plus tard il semble qu’il soit plutôt bien inspiré de se taire si l’on souhaite éviter les bûchers pour pensée non conforme et non conformiste.

A lire aussi: Georges Bensoussan, le procès d’un innocent ?

Comme Georges Bensoussan, comme Charlie Hebdo, comme Nicolas Dupont-Aignan, comme Pascal Bruckner, comme Mohamed Louizi et tant d’autres harcelés célèbres ou anonymes en raison de leurs opinions, Eric Zemmour fait à son tour les frais de ce que l’on nomme désormais un véritable « djihad judiciaire », – ici lancé par l’association EuroPalestine qui peut entre autres s’enorgueillir d’avoir porté en 2004 la candidature de Dieudonné aux élections européennes -, tendant à faire interdire toute critique de l’islam. L’autre versant majeur de la censure actuelle consiste à verrouiller la pensée sitôt qu’il s’agit d’aborder les questions migratoires sous un jour critique. (après le sionisme, l’islamisme au nom de la séparation… mais où va t-elle s’arrêter? Lorsque les religions -fauteuses de troubles – seront interdites et pas seulement de pratique et toutes seront ainsi traitées à l’ego)

L’islamophobie, un blasphème imaginaire

Le moyen soulevé est celui de l’incitation à la haine ou à la discrimination, dont le maniement systématique, voire systémique, ouvre doucement mais sûrement la voie à la reconnaissance d’un délit de blasphème et d’ « islamophobie » (dénoncer les attentats est-ce de l’islamophobie?). Cette dernière appellation a été abondamment reprise et sans le moindre discernement ni recul critique par les principaux médias après l’énoncé du jugement, du Figaro au Monde en passant par L’Express, alors même qu’on sait désormais combien ce « concept » constitue une ineptie démocratique et intellectuelle, et l’on ne saurait dire si la presse mainstream a agi ainsi par inculture, par bêtise ou par lâche entérinement idéologique de l’inacceptable. L’autre conséquence de cette judiciarisation outrancière de l’opinion publique est la généralisation américanisée et paranoïde du concept de l’ « offense » où chacun se sentira bientôt victime des propos de tous et inversement.

 A-t-on encore le droit de ne pas apprécier une idéologie ou une religion sans pour autant être psychiatrisé (dans un but de disqualification intellectuelle) en mode prétendument « phobique » ? Peut-on encore véritablement débattre ?

La France pensée mécanique

La police de l’opinion se porte au mieux en France, dans un cadre législatif qui, pour tous les spécialistes de ce domaine, constitue un véritable maquis de censures et d’interdictions, sous couvert de « liberté de la presse » : le régime de la liberté d’expression est en effet réglé par la loi du 29 juillet 1881 dont le nom paraît bien trompeur tant il ne fait en réalité qu’énoncer depuis ses innombrables ajouts et empilements législatifs successifs toutes les restrictions et limitations apportées à ladite liberté. (même un simple pékin, dénoncé en ses pratiques y va de ses prétentions à restreindre la sphère de liberté des autres, surtout quand ils dénoncent ses pratiques sulfureuses…. On n’aurait plus le droit d’informer des dangers…. à éviter – voir plus bas, beaucoup plus bas et en fin de programme de quoi il retourne)

La judiciarisation du champ contemporain de l’expression (et donc, de facto, de l’opinion) traduit une montée sans précédent du niveau de censure. Les outils privilégiés en sont certes les atteintes à la vie privée, les questions de diffamation (revoir plus bas, beaucoup plus bas et en fin de page…, même déboutées en référé et poursuivies sur le fond, malgré une reconnaissance implicite, reconnue et réaffirmée de confiscation d’argent indue….) et d’injure, mais surtout les allégations d’incitation à la haine qui servent principalement la censure idéologique actuelle.

Facebook, le réseau qui vous la ferme

Dans ce cadre législatif très contraint dont les activistes idéologues ont bien compris tout le bénéfice qu’ils pouvaient en retirer, à travers des actions judiciaires structurées et méthodiques à des fins d’intimidation, la pensée de gauche française, historiquement anti-libérale et liberticide, considérant qu’après tout, il n’y a « pas de liberté pour les ennemis de la liberté », se déploie comme un poisson dans l’eau de la censure. Le gauchisme libertaire des années 1960-70 n’aura quant à lui pas longtemps accepté de tolérer l’expression de ce qui peut le contredire, à travers tout ce qui ose formuler une opinion différente de la sienne sur les questions sociétales dans lesquelles il s’est barricadé, et dont le combat antiraciste des années 1980 est à la fois le paradigme et le corset, en lieu et place de toute pensée politique construite.

A lire aussi: Emmanuel Macron et la « fake » liberté d’expression

Et comme si tout ce maquis d’interdits ne suffisait pas, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une loi à venir sur les fake news (qui va définir la fakerité des news. C’est le même jeu que le décodex du monde appliqué à un journal ou à un quidam imbu de son absence de personne… mais qui cherche à vivre au travers de constitution de trésor de guerre, bien utile par temps de disette….), sorte de superstructure mondiale de la censure, et qui aura pour principal effet de faire interdire les expressions d’opinions déclarées fausses par des magistrats érigés en nouveaux experts ès vérités, ès dogmes, en l’occurrence le juge des référés qui pourra statuer en urgence en période électorale et faire ainsi interdire certains contenus : cette disposition extrêmement inquiétante, dans un pays qui a vu la fermeture massive de plusieurs dizaines de milliers de comptes Facebook entre les deux tours de la dernière élection présidentielle, ou qui vient de voir la suppression du compte Facebook de Génération identitaire, en dehors d’ailleurs de toute action judiciaire, par l’entreprise d’un Mark Zuckerberg devenu pourvoyeur mondial de moraline (sans omettre de se faire des couilles en or….), laisse entrevoir un rétrécissement encore plus spectaculaire de la liberté d’expression à l’avenir, réduite peu à peu à peau de chagrin, prise entre le marteau religieux, l’enclume politique et l’embastillement moral.

C’est vrai que Causeur fait causer….! N’est-ce pas d’ailleurs l’origine de l’expression « cause et fait ». Quoique l’on en pense causeur pose et fait poser les vrais problèmes ; celui de la liberté d’expression loin des filtres insensés de médias s’auto-proclamant juges et partis, (le monde) ou de pékin (voir l’affaire en fin d’article) s’investissant juge et parti (avoir fait 4 ans et plus de droit ne permet pas de s’auto-proclamer quémandeur de redevances, sans foi et surtout ni loi, sans fondement juridique au nom de copy-râtés. Pour avoir osé le dire et l’écrire, je fais l’objet de plainte en diffamation (déboutée en référée) sur le fond (malgré le d’éboutage… Gentillesse expresse, le plaignant n’a pas fait constater par huissier, une pièce, soit disant imparable de sa plainte, pour éviter des frais supplémentaires à sa victime – moi ….-  normal quand on exige 5 000€ de dommages et intérêts en plus de 5000 € au titre de l’article 7000 – frais d’avocats – , avec bien sur, l’ordonnance du retrait du texte expliquant ses magouilles. Obtenir gain de cause lui permettra d’exiger, jurisprudence oblige, 5 000€ en lieu et place des 200€ habituels…(c’est ce que l’on appelle la prime au résultat, mieux que la privatisation des radars vitessiers).  Combien faudra -t-il de copy-ratés pour se faire une sacrée rente de situation….de quoi cesser de travailler, pour traquer les copy-râteurs…., plus reposant et surtout plus juteux ? De quoi relancer une activité en berne….! On devrait le prendre au « .gouv ». Pour une fois que l’on a quelqu’un de compétent…. ce serait dommage de le gaspiller dans des tâches subalternes et obscures….. qui parle de préjudice sans pouvoir en apporter la preuve (licenciement ou pire, emprisonnement….) au nom de la rareté (qu’il confond avec référencement et surtout veut le faire accroire au tribunal. La victimisation est toujours payante, jusqu’à un certain point. Point trop n’en faut!)

*****

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!
******

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant?

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical..

******

Et pendant ce temps……

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)
On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?
La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.
*****
Mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011 .
*****

 

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……

Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :

Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

petite commission des grosses présidentielles législativisées

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1
Publicités