-

juifs

Au nom de dieu je t’accueille…. Mais de quel dieu s’agit-il? Ma maison est de tolérance, si tu m’honore, ainsi que mes coutumes… Si tu m’impose, oust la valise ou le cercueil! (unedekeg@10/09/2018)

Publié le Mis à jour le

Choix du jour : « migrant respectueux» ou « migrant envahisseur »
*****
dicton du jour :  « à la sainte Inès, travaille sans cesse »
 *****
Oligarchie

veritasinblogo.wordpress.com/2018/09/06/premier-article-de-blog/

Toute dernière (ou première), pour la route  :

Que cachent les vacances de monsieur Hulot? Parti de rien, ou presque Ushuaia…. ) après avoir foulé les marches du Palais, il est redescendu de son pied des stalles…., mais d’un cran (montana) seulement. Si un jeunot de 27 ans est capable d’organiser sur son nom un défilé des faites (et gestes, comme dans toute chanson….), un défilé monstre à Paris de plus de 10 000 gaulois récalcitrants à la politique migratoire de Macron, vers le glyphosate et le nucléaire à tout vent…. , c’est sûr il nous reviendra en président. Ah si Macron l’avait laissé faire il ne se fut pas encombré d’un de Rugy qui se fut contenté de rugir (et parfois éructer) contre ses collèges, représentants, comme lui du pouvoir… , mais à l’assemblée cons-tituée. Il va devenir un adversaire de taille pour son cher mètre à panser lors du renouvellement de 2022. Cela en fait déjà 3 pré-déclarés , 4 ans à l’avance pour le terme du mandat posté. Il faut partir de plus en plus tôt!

Ce sera peut-être la surprise en cadeau-pochette 2022. La France sera écologique ou musulmane. Le non choix sera, comme en 2017, peste-colérique… Et la peur vous prendra aux tripes à nouveau, jusqu’à la nouvelle….

 

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

L’accueil des migrants ne peut et ne doit-être l’accueil des envahisseurs. Il est un équilibre à trouver et cet équilibre n’est que l’expression de la volonté du Peuple. A quand le référendum de la migration, chacun indiquant le pourcentage tolérable qu’il est prêt à accepter… Les réponses seraient regroupées en pourcentage et c’est le pourcentage ayant obtenu le plus de suffrage qui serait retenu qui indiquerait la moyenne acceptable. Les politiques n’ont pas à se mêler de ce qui ne relève que de la volonté du Peuple. Ils se doivent de mettre en place la volonté ainsi désignée. Ne pas faire de référendum, c’est interdire au peuple toute souveraineté en ce qui le concerne. Et dans ce cas le Peuple a le droit de renverser….  – veritasinblogo.wordpress.com/2018/09/07/la-constitution-ou-plutot-les-constitutions/ 

et avec un peu de recul…. : 

 Si nous avions, depuis la nuit des temps, refusé le monothéisme, nous ne serions pas dans la merde religieuse d’aujourd’hui. Au nom de dieu, je t’assassine…. est devenu un précepte religieux chez les 3 courants religieux. Avant… mais il y a longtemps, les dieux cohabitaient et il y avait toujours une place, pour l’attardé, au banquet des divinités….

*****

 

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses. Vous êtes celui qui ….? »

 

accueillir une religion étrangère dans la cité?

Aurélien Marq

Caricature dilem du 18 novembre 2015 : Toute l'actualité ...

Et si dieu migrait que lui dirions nous? Et pourtant, ce serait ce qu’il a fait, mais de façon détournée… il a utilisé le matériau local (conversion) plutôt que d’envoyer ses légions étrangères…. Ce serait donc une preuve qu’il est supérieur aux humains…. qui eux envoient leurs envoyés faire le sale boulot pour l’avènement d’une autre religion. C’est ce que l’on appelle l’épuration évangélique divine par homme interposé. Quand on dit « je crois » on émet déjà un doute. Croire n’est pas affirmer et donc pourquoi imposer ce qui n’est pas clairement défini?

https://www.liberte-algerie.com/dilem/dilem-du-18-novembre-2015

 

L’aréopage a voté, Oreste a été acquitté. Mais les Furies s’estiment spoliées de leurs privilèges anciens, et menacent de déchaîner leur courroux sur la ville. Pour elles, les mortels doivent se plier à l’ordre primordial qu’elles incarnent, et tous les moyens sont bons pour les y contraindre.

Intervient Athéna. Elle veut convaincre les Érinyes, elle argumente, mais on devine que le bouclier et la lance ne sont pas loin. Ses paroles sont apaisantes et sincères, elle ne désire pas le conflit, mais si les divinités étrangères que sont les Furies menacent sa cité, alors son courroux sera terrifiant, et elle ne retiendra pas ses coups.

Essuie-toi les pieds avant d’entrer

Alors elle leur propose un pacte : devenir à leur tour citoyennes d’Athènes. Jusque là, leur culte était inconnu dans la ville. Athéna offre qu’on leur consacre un temple, et que des processions soient organisées en leur honneur. Mais cela les oblige : elles devront embrasser les règles fondamentales de la culture qui les accueille, renoncer à la vengeance pour lui préférer la justice. Elles devront se plier aux lois de la cité et aux décisions de son assemblée. Elles devront toujours défendre les intérêts de la ville et de ses habitants, et ne jamais leur nuire. Alors, et alors seulement, leur puissance sera une bénédiction pour Athènes, et elles pourront y demeurer.

Les Érinyes acceptent, et deviennent les Euménides. Les Furies deviennent les Bienveillantes.

peut-être de lui faire une place. N’est-ce pas ainsi que l’État devrait traiter une religion nouvellement arrivée, plongeant ses racines dans un monde dont les valeurs sont fort différentes des siennes ? Accepter , et dans ce cas une place véritable et digne, mais en lui imposant des conditions strictes.

A lire aussi: Et si on arrêtait d’opposer laïcité et religions? (1/3)

Là encore, le germe de la laïcité est présent. La cité ne se prononce pas sur l’existence des Érinyes mais elle fait valoir sa souveraineté. Chacun est libre de croire en elles, mais l’État n’acceptera la présence de leur culte que s’il se plie aux lois décidées par son assemblée et sert ses citoyens, tous ses citoyens et pas seulement ses adeptes. Autre condition, et non des moindres, cette religion nouvelle venue doit impérativement renoncer à tout usage de la violence (fût-elle juridique), de la menace ou de la contrainte, pour se conformer aux règles du débat, de la discussion, et de la libre critique. « Si tu sais respecter la Persuasion sainte » dit Athéna au chœur des Érinyes, « tu resteras ici. » Mais dans le cas contraire, tu n’auras nulle place dans la cité.

Athéna ne renie rien

Ne serait-il pas temps pour nous de suivre cet exemple ?

L’État ne doit pas être faible, ni naïf.

Dénonçant l’instrumentalisation des droits de l’homme par leurs adversaires, Yadh Ben Achour écrit : « La burqa est une croix gammée, une lapidation potentielle. Toutes deux sont porteuses d’un message clair :  »Donne-moi la liberté que je la tue. » A moins d’accepter cette sentence de mort, un démocrate doit se défendre. La loi ne peut être conçue uniquement pour limiter le pouvoir démocratique. Elle doit le protéger contre ceux qui le haïssent »1.

Mais il ne faut pas non plus oublier la fin de la trilogie, ni le titre de la pièce, qui est de multiples manières un message d’espoir. Les Érinyes deviennent les Euménides. Athéna ne renie rien de ce qu’elle défend pour les intégrer dans sa cité, mais s’en fait des alliées. Elle a eu la lucidité de rejeter chez les Furies ce qui menaçait son peuple et ses valeurs, mais elle a aussi su voir le germe de ce qui leur permettrait de devenir les Bienveillantes.

Aurons-nous la sagesse et le courage de distinguer les deux ? De combattre ce qui doit l’être, mais aussi de voir ce et ceux qui valent la peine qu’on leur tende la main, et de le faire ?

L’étranger, tout comme toi, est enfant de Zeus

Quant aux autres religions, celles qui déjà dans leur rapport à la cité respectent « la Persuasion sainte » et l’autonomie politique octroyée aux mortels, elles aussi doivent se montrer vigilantes et lucides.

Reconnaître la capacité d’autres religions à « frayer la route vers le divin » est une affaire de bon sens et de foi : pourquoi les dieux n’auraient-ils rien enseigné aux autres peuples ? 

Les religions qui ont leur place dans la cité doivent défendre les principes qui permettent la liberté de la cité et des citoyens, y compris contre les menaces religieuses, qu’elles viennent de leurs propres dérives ou de la propension d’autres cultes à la superstition au sens ancien du terme, qui recouvre ce qu’aujourd’hui nous appellerions obscurantisme, mais aussi intégrisme, fanatisme, totalitarisme.

« Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. »

Ce n’est pas un hasard si notre régime, censément démocratique, n’a jamais su donner à la nation des fêtes qui fussent véritablement celles de tout le monde. Nous avons laissé à Hitler le soin de ressusciter les antiques péans »4.

Qui pourrait nier que les vies et les œuvres de Homère, Hésiode, Eschyle, Cléanthe, Cicéron, Plutarque sont de ces sources profondes – parmi d’autres bien sûr, mais à une place d’honneur ? Ne perdons plus le contact avec elles ! N’abandonnons plus à notre part d’ombre ou à l’oubli la force des antiques péans, mais saisissons-la à pleines mains !

Comme l’écrit Jacqueline de Romilly : « L’actualité des tragédies grecques, l’actualité des grands principes et des grandes espérances qu’ils nous ont légués (…) nous saisissent, et nous rappellent ce vers quoi nous aimerions aller, aussi fièrement qu’ils le faisaient, sous la conduite de la déesse Athéna ».

Faire de la place, sans faire place

Notre civilisation ne survivra que si elle retrouve le sens de ses propres valeurs, au lieu d’en faire des slogans creux. Notre démocratie ne survivra que si nous croyons en elle avec la même détermination et la même lucidité que Périclès ou Churchill. « Ce vers quoi nous aimerions aller, aussi fièrement qu’ils le faisaient. » Oui, nous avons fait des erreurs et commis des fautes, mais nous n’avons pas à rougir de notre héritage ni de l’élan qui a permis de le construire, siècle après siècle. La laïcité, telle que la pressentait et la sublimait Eschyle, est l’une des conditions pour y parvenir. Pour tendre vers la liberté et l’émancipation sans cesser de rechercher toujours la vérité et la justice. Pour faire une place à une religion étrangère sans nous perdre, en lui fixant des règles fermes et claires, lui faire une place tout en refusant sans faiblir de lui faire place. Pour préserver l’autonomie de la politique sans renoncer à la spiritualité qui nous évitera de sombrer dans un consumérisme matérialiste mesquin, égoïste et vide ; la spiritualité, religieuse ou non, qui nous permettra d’échapper à l’obsession d’avoir pour nous encourager à être et à faire.

Qu’on en voie la source dans la sagesse de la fille de Zeus, dans celle d’un dramaturge, dans celle d’un peuple, ou dans les trois à la fois, là n’est pas aujourd’hui l’essentiel. C’est bien de cette laïcité lucide et exigeante que nous avons un urgent et intense besoin. Et elle mérite que nous la défendions avec enthousiasme, ενθουσιασμος, inspirés par les dieux.

L’erreur fondamentale de l’homme a été de bannir le polythéisme…. Le rejet de l’autre est , en général, essentiellement lié au domaine religieux et surtout ses interprétations erronées…. Quand le polythéisme existait, il n’y avait point de conflit d’influences… Le panthéon déiste était tellement vaste qu’il y avait toujours place (même sur un strapontin) pour l’errant, le petit vilain canard, dès lors où il se coulait dans le moule de la cité et de ses lois. 

L’hospitalité se devait d’accueillir ,mais si telle était une obligation, l’accueilli se devait de respecter les règles de celui qui a la gentillesse, la générosité de celui qui accueille à sa table (fut-elle ou non sainte).  L’accueilli qui vient avec ses gros sabots doit-être reconduit à la porte de son accueillant-hôte. Ne pas être vigilant sur ce point crucial, je vous le dit =, en vérité, conduira à des attentats aux bonnes mœurs de notre pays…. Vous verrez que cela adviendra.

Les responsables, dans l’ordre d’introduction : les juifs, les chrétiens les musulmans…. Dans l’ordre d’arrivée des armadas conquérantes du panthéon religieux. Nous aurions dû (du moins les cités antiques) condamner à mort tous les faux prophètes…. Souvenez vous de Moshe au Sinaï qui a conclu l’alliance avec dieu qui s’est extrait de lui-même du panthéon :  « si tu m’honore plus que les autres dieux, je te garantis la domination du monde… « . Il n’y eut pas de témoin…. pour confirmer ou infirmer la vérité!

En somme chaque religion n’a tenu qu’à un seul illuminé se prenant pour messager de dieu. Quand on pense que c’est le même dieu… Que penser de cette multiplication messagère… Lequel est le vrai? Et dire que pour la prochaine religion, à venir, il en sera de même et que nous goberons, de la même façon, car nous n’aurons rien compris des 3 précédentes incarnations désincarnées et vaporées.

Je suis tolérant à la culture de l’autre, accueilli chez moi, dans la mesure où cet autre respecte, chez moi, ma façon et culture de vie. C’est pourquoi chez moi, c’est une maison de tolérance. Mais si l’autre vient mettre les pieds dans le plat, chez moi, je le vire à coups de pieds au cul(te) et le déclare interdit de séjour. Ma maison pouvant être mon lieu restreint de vie, tout comme le pays (auquel je suis relié par la culture que je respecte.

  • Je suis pour l’accueil des migrants qui ne me font pas chier, comme je veux
  • je suis contre l’accueil des migrants qui viennent me faire chier comme ils veulent (dans ce cas ce ne sont plus des migrants, mais des envahisseurs. Je suis le seul à décider si oui ou non le vais accepter les envahisseurs. Ce n’est pas l’état qui me commande, en la matière… D’autant que par définition originelle, l’état c’est moi, c’est vous… (qu’un sang impur abreuve nos sillons, micron ou macron)

 

https://www.causeur.fr/religion-integration-republique-laicite-153663

*****

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant. C’était avant…..?

se souvenir :

Macron aux Indiens: « Pour réussir, ne respectez jamais les règles …. »! (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)

******

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical.

******

Et pendant ce temps……

S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)

On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?

La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.

*****

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……
Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :
Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-