-

juge et partie

Après un remaniement musclé, le patron s’attaque au parquet pour qu’il soit ciré, dans le sens de la marche impérieuse et pour les besoins de la cause qui le dessert! (unedekeg@21/10/2018)

Publié le Mis à jour le

Choix du jour : « Macron au parquet » ou « Macron au taquet »
*****
dicton du jour :  « pluie qui fume en tombant menace de durer longtemps »
 *****
Oligarchie

https://veritasinblogo.wordpress.com/2018/10/11/et-en-finale-les-states-en-stats-de-1960-a/

Une panne moteur m’a empêché de mettre du diesel dans mon blog-moteur. Il a fallut réadapter la mécanique avec une solution plus légère et moins polluante, au superbe sans a-plomb. C’est pourquoi je fus absent des envois de flashs non détectables car en révision quelles que furent vos vitesses de croisière…. ! Je n’ai pu ainsi aborder l’intérieur regarni  « deux pour le prix d’un ». Il le voulait, il l’a eu….!

Toute dernière (ou première), pour la route… :

Enfin du personnel compétent, place Beauvau! Mais le ministre n’est pas celui que l’on croit. Le vrai est du sérail et donc compétent en matières régaliennes. Le maître-chanteur à la fonction n’a pu faire chanter plus haut que lui…. Il se retrouve donc sous-ministre, condamné à n’être que estafette entre son homme compétent et son patron au palais, un entre deux, en somme. Hitler, aussi fut, un moment de sa vie, estafette. On a vu où cela l’a conduit et nous aussi!

Où l’on voit ce qu’il advient quand le chat d’intérieur n’est pas là, les souris dansent sur un volcan à la limite du légal-illégal (ou l’inverse, pour bien marquer la neutralité par rapport à la situation.. par séparation des pouvoirs accordés ou non.)

Et toujours le glyphosate en carburant pour être en marche :  en marche au glyphosate  (Osez cliquer sur ce lien c’est le la dynamique de groupe poly-tics, due à l’absorption continue de désherbants, y compris pour ses pilets!)

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

 On a enfin un président qui préside son conseil judiciaire. On eut pu être en droit de penser aux Ministres et point au delà. Quand il aura tout à sa pogne, il sera temps de nous annoncer sa dictature que tout le monde ressent déjà et maintenant. Le laisserons nous faire jusqu’au bout… 9à quand la virade manu militari. Souvenez vous du serrement du jeu des paumés qui fit la république. pour avoir desserré, elle est devenue ripoublique

et avec un peu de recul…. : 

Mais de quoi se mêle le patron. Il joue au CEMA, il joue au barreau, il joue sur le parquet… On a la chance d’avoir un président qui vagit et babille. Mais petit deviendra grand…. pour peu que ses troupes ne se délitent pas…

*****

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses ». Vous, où vous situez vous….?

Moralisation de la vie publique : Une justice couchée…

Jean Daspry

Moralisation de la vie politique… - kybezki.over-blog.com

!? …… moralés avez vous dit, est-ce mot-râle?

http://kybezki.over-blog.com/2016/06/moralisation-de-la-vie-politique.html

 

 « La Justice est la sanction des injustices établies » nous rappelle Anatole France dans L’affaire Crainquebille. La France est malade de sa Justice depuis toujours, pourrait-on dire.

DIMENSION STRUCTURELLE : LA JUSTICE DÉPENDANTE ET PARTIALE

Quelques rappels s’imposent pour mesurer la situation de l’autorité judiciaire dans notre pays. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle n’est pas brillante.

Justice administrative : l’État est son propre juge

En France, il existe une asymétrie entre l’État – concept pris au sens large – et le citoyen. L’État bénéficie d’un double privilège :

a – de droit (on lui applique un droit inégalitaire qui porte le nom de droit administratif)

b – et de juridiction (il est jugé par les juridictions administratives : tribunal administratif, cour administrative d’appel et Conseil d’État en cassation des secondes et en première et dernière instance des affaires sensibles).

Les textes les régissant parlent des « membres du Conseil d’État » et non des magistrats. En un mot, l’État est jugé par ses propres fonctionnaires qui ne sont ni indépendants, ni impartiaux. De plus, le Conseil d’État cumule, de manière ubuesque, les fonctions de conseil et de juge de l’État.(encore un decodex. Après le pékin-péquenot , voir en marge droite et en bas de page … , le journal impartial voulant régenter la bonne parole de la mauvaise, voici maintenant, au plus haut échelon national, celui du juste injuste car conditionné et conditionnel du Conseil d’état des lieux, commun)

De quoi se mêle le Conseil d’État ? C’est là que l’on s’aperçoit que le Conseil d’État est un État dans l’État… Qui de plus méconnaît un principe cardinal du droit, celui de l’impartialité qui va lui valoir des poursuites devant la Cour européenne des droits de l’homme à l’initiative de Greenpeace. Pas moins !

Justice judiciaire : le parquet est aux ordres du pouvoir

On nous vante les immenses mérites de la justice judiciaire française que l’on présente en modèle à toute la planète. Tout va très bien madame la marquise mais à part cela un tout petit rien. Si tant est que les magistrats du siège soient entièrement indépendants  (pourtant ils le devraient puisque bien assis et non en équilibre précaire….)– ce dont nous doutons fortement hormis quelques exemples de magistrats intègres bien connus dont la carrière a été freinée -, ceux du parquet ne le sont certainement pas.

« Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera, soit des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle…. ».

Or, la cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a été conduite à sanctionner la France à deux reprises en 2010 en raison de la non-conformité du statut du parquet aux dispositions de l’article 6. Il s’agit de l’arrêt Moulin et de l’arrêt Medvedyev.

A la lueur des récentes décisions strasbourgeoises concernant la France, on ne peut qu’être tenté de rappeler les mots du commissaire du gouvernement Guyomar qui, dans un autre contexte, appelait sagement à ne pas « accepter de fermer les yeux en attendant qu’on les ouvre pour vous à Strasbourg » (mais à quoi sert d’ouvrir les yeux et oser dire si c’est sans suite ni pour ni contre….). Or, depuis cette date, ni Nicolas Sarkozy, ni François Hollande pas plus qu’Emmanuel Macron n’ont procédé à l’incontournable réforme constitutionnelle permettant de modifier les règles concernant le statut du parquet à la française comme si nos présidents de la République n’avaient cure des décisions de la CEDH.

DIMENSION CONJONCTURELLE : LES OUKASES DE JUPITER

La pratique générale jupitérienne de la verticalité du pouvoir explique largement sa pratique justicière qui consiste à rayer les parquets à tous les sens du terme.

Pratique générale jupitérienne : la verticalité du pouvoir

C’est que Jupiter ne plaisante pas lorsqu’il s’agit de sa pratique verticale du pouvoir. Tout le monde doit se mettre au garde à vous :

a- les militaires (inutile de revenir sur ses propos rappelant qu’il était le chef des armées après la sortie du CEMA Pierre de Villiers),

b- les diplomates (Jean-Yves Le Drian et Nathalie Loiseau font de la figuration au Quai d’Orsay, se bornant à ahaner les éléments de langage du château),

c- les magistrats (il passe au-dessus de la tête de la garde des Sceaux, Nicole Belloubet pour les nominations importantes) doivent mettre le petit doigt sur la couture de leur robe, surtout ceux du parquet qui sont déjà aux ordres. La question est soulevée par le remplacement de l’actuel titulaire du poste de procureur de Paris, François Molins10.

Pratique justicière jupitérienne : rayer les parquets

Le rôle important du procureur de Paris. Retour aux années Sarkozy. Alors que plusieurs proches du pouvoir (François Bayrou, Muriel Pénicaud, Richard Ferrand, Alexis Kohler, Françoise Nyssen, Alexandre Benalla) sont visés par des enquêtes judiciaires, l’Élysée se met à sélectionner les procureurs amenés à occuper les postes les plus sensibles. C’est au futur procureur de Paris qu’il reviendra, entre autres choses, de prendre des réquisitions dans les affaires MoDem (Bayrou), Pénicaud, Nyssen et Benalla…

Le déroulement du processus de sélection actuel Alors que le ministère de la justice, au terme d’un long processus de sélection des candidats, avait porté son choix sur Marc Cimamonti, actuel procureur de Lyon (et président de la Conférence nationale des procureurs de la République), le processus de décision a été gelé et les réseaux sont entrés en action, cela sur fond d’affaire Benalla.Ubuesque. Soudain, le ministère de la justice envoie dans les tribunaux une « transparence » (pour gérer l’opacité), c’est-à-dire un projet de nomination : il s’agit en l’occurrence d’annoncer la proposition de promouvoir Marc Cimamonti au poste de procureur général près la cour d’appel de Versailles. Ce magistrat serait-il trop indépendant pour être nommé à Paris ? Il a notamment ouvert une enquête préliminaire sur le financement de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron à Lyon.

Un jeu de bonneteau qui ne trompe personne. La manœuvre ne trompe personne. « La direction des services judiciaires tente de déguiser le choix du prince en une prétendue transparence, qui intervient bien trop tardivement pour être réelle.

« Que faudra-t-il pour qu’enfin la classe politique admette l’impérieuse nécessité de couper le lien entre l’exécutif et les parquets, en confiant le pouvoir de proposition au CSM ?

Le choix d’un magistrat à l’échine souple. Finalement, le choix de Jupiter pour remplacer François Molins s’oriente vers Rémy Heitz16, signifiant une reprise en mains politique du ministère public que confirme le parcours professionnel du nouvel élu :

« Après le pataquès qu’il a provoqué, le gouvernement a choisi un candidat qui le rassure. Rémy Heitz avait en effet déjà fait consensus au plus haut sommet de l’Etat lorsqu’il avait été choisi pour diriger la stratégique DACG, lieu où remontent des informations sur les affaires pénales délicates (il y aurait dons de fait déjà, deux justices ; celles des affaires délicates » et les autres! Mais qui peut dire le nombre exact de justices? En aurait-on une pour chaque corps composant de la France?) et où est impulsée la politique pénale à l’attention de tous les procureurs de France. 

La morgue de Jupiter. Emmanuel Macron, accusé de s’immiscer dans le processus de nomination du prochain procureur de Paris, s’en est pris jeudi aux ‘esprits chagrins’ et a dénoncé une ‘mauvaise lecture’ de la Constitution en matière d’indépendance de la justice. ‘L’indépendance n’interdit pas, et je dirais même qu’elle commande, une parfaite articulation de l’autorité judiciaire et des autres pouvoirs publics”, a déclaré le chef de l’Etat lors d’un discours au Conseil constitutionnel. (il est le seul, apparemment à connaître et surtout comprendre la Constitution et pour cause c’est celle qu’il n’a pas créée amis qu’il aurait bien voulu…. ! on verra, bientôt sur veritasinblogo.wordpress.com quelques points de la constitution foulé, allégrement, aux pieds par les pouvoirs présidentiels, exécutifs et parlementaires. Une constitution qui n’est pas une constitution respectée, n’est pas une constitution et un pays sans constitution appartient à celui qui a les couilles pour le prendre en otage… surtout quand le peuple y con-sent mauvais)

On croit rêver devant une telle malhonnêteté intellectuelle. Nous ne sommes pas dans une démocrature (une démocratie « illibérale ») européenne à la hongroise ou à la polonaise mais dans la patrie autoproclamée des droits de l’homme… et des farces et attrapes, la République en marchandises chère à notre « Président du quotidien ».

QUELQUES RÉCENTES INFORMATIONS AMUSANTES : LA DÉMORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE

Le moins que l’on puisse dire est qu’en France, tout est permis dans le « monde nouveau » que nous avait promis le plus jeune président de la Ve République, la main sur le cœur à la mode américaine. Nul n’est épargné. De Nicolas Sarkozy à Emmanuel Macron en passant par François Hollande.

Un fidèle de Nicolas Sarkozy : Patrick Balkany

Resté silencieux au cours des derniers mois, le facétieux maire de Levallois-Perret et très proche de notre ex-président bling-bling, Nicolas Sarkozy fait à nouveau parler de lui19. Interdiction du cumul oblige, Patrick Balkany avait été contraint en juin 2017 de ne pas se représenter aux législatives, au profit de son écharpe de maire de Levallois-Perret. Une perte de mandat qui s’est accompagnée d’une perte d’indemnité (5600 euros mensuels pour un député), et qu’a souhaité compenser l’intéressé. Ainsi, le conseil municipal de Levallois-Perret a voté mercredi soir une augmentation de l’indemnité du maire, portée à 4257 euros mensuels, rapporte Le Parisien . Le maximum autorisé par la loi pour une ville de cette taille (64.000 habitants). Si jusqu’à maintenant le maire était indemnisé à un niveau inférieur, c’est que le cumul des rémunérations d’un élu est plafonné par la loi à 8272 euros. Lorsqu’il était député, il avait donc réduit l’indemnité venant de sa ville, à 3075 euros. Maintenant qu’il n’occupe qu’un mandat de maire, il est donc libre de porter son indemnité au maximum. Il est vrai que la France a un mal qui a pour nom inflation législative. Mais, si nous avons la quantité, nous n’avons pas la qualité. Ce qui conduit à de telles incongruités. (quand interdira-t-on de telles pratiques de rémunération. Il me semble que cela relève de référendum… C’est quand même le fric fu peuple dont il s’agit. Halte aux escroqueries politicardes!)

Une fidèle de François Hollande : Julie Gayet

Soupçonnant une « immense escroquerie », l’opposition indienne réclame une enquête sur l’achat de 36 chasseurs de combat à la France, sous la présidence de François Hollande, et sur le rôle de Reliance, le partenaire indien de Dassault. Mais Reliance, c’est aussi un mystérieux financement accordé à un film coproduit par Julie Gayet. En effet, nous apprenons que le parquet national financier « étudie » le dossier indien. En débat une question simple : Julie Gayet, alors compagne officielle de François Hollande (elle ne le serait plus? Aurait-elle été manipulatrice en couchant avec le pouvoir…. , au ponant?), a-t-elle bénéficié d’un financement de film « trop généreux » en marge de la vente d’avions Rafale à l’Inde ? « Trop généreux » au point de cacher une opération de corruption ? Le vilain mot est lâché. Comment est-ce possible lorsque l’on sait que François Hollande est un ancien magistrat de la Cour des comptes, sise rue Cambon ?

Deux fidèles d’Emmanuel Macron : Jean-Jacques Brideley et Charline Avenel

Le député Jean-Jacques Bridey, soutien de la première heure d’Emmanuel Macron et président de la commission de la défense à l’Assemblée, est visé par une enquête préliminaire pour concussion. L’élu est soupçonné d’avoir cumulé les indemnités de ses différents mandats au-delà des plafonds autorisés par la loi (qui sait par ailleurs que la loi d’écrêtage laisse le soin au concerné par cette loi, le choix du destinataire des excédents de production de picaillons… autant dire la porte ouverte pour aider sa famille restreinte et élargie….C’est beau la transparence aux pâques). Il aurait indûment touché 100 000 euros. L’élu de La République en marche (LREM), qui préside la commission de la défense nationale à l’Assemblée, est soupçonné par la justice de ne pas avoir respecté les règles relatives à l’écrêtement et d’avoir ainsi cumulé les indemnités tirées de ses différents mandats (député, maire et président d’agglomération) au-delà du plafond autorisé par la loi. Affaire à suivre ! Une fois encore, la République marche (et dire que l’on la croyait « en marche ») au rythme des espèces sonnantes et trébuchantes 

La possible nomination de Charline Avenel (camarade de promotion « Senghor » de l’ENA d’Emmanuel Macron) au poste de rectrice de l’académie de Versailles poserait problème à l’instar de celle de Philippe Besson au poste de consul général de France à Los Angeles. En effet, un décret de circonstance signé par Emmanuel Macron publié le 4 octobre 2018 modifie les modalités de nomination des recteurs. Encore un nouveau fait du Prince Jupiter. Plusieurs syndicats d’enseignants s’étaient opposés à ce texte lors de sa présentation au Conseil supérieur de l’éducation le 20 septembre 2018, dénonçant « une évolution qui vise toujours plus à promouvoir une haute fonction publique du copinage et des réseaux ».

Ne parlons pas du premier ministre, Édouard Philippe – brillant conseiller d’État – qui veut mettre la France à la diète et dont nous apprenons que sa gestion de la ville du Havre dont il a été maire entre 2012 et 2017 est plus que problématique à en croire un rapport de la chambre régionale des comptes. C’est le fameux faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais de notre élite arrogante et incompétente, surtout lorsqu’elle est issue de l’ENA mais aussi des fameux grands corps de l’État (Conseil d’État, Cour des comptes et inspection générale des Finances). Il est vrai que notre sympathique premier ministre a fait un passage par Areva qui n’a pas été remarquable.

Pour la petite histoire, le conseiller communication du président, critiqué pour sa gestion défaillante de l’affaire Benalla, Bruno Roger-Petit est nommé « conseiller mémoire » de Jupiter.

Décidément, le « nouveau monde » promis comme la terre du même nom a toutes les saveurs, les parfums de l’ancien monde. Ancien monde si décrié par Jupiter qui avait promis de le réformer et d’y mettre bon ordre du haut de sa stature jupitérienne et monarchique (et dire que 18% des inscrits se sont laissés baiser  – en fournissant eux mêmes la vaseline – au premier tour, augmentés de 12 millions de froussards, faisant dans leur froc au second – on comprend que la France pue maintenant de la sorte…- ont cru à un changement. Ils ne voulaient, en réalité, que la stabilité en cours et pas de changement. Ils se croyaient vessies et ils ne furent lentes hernes). L’actualité est riche de tous ses reniements.

DE QUELQUES REMARQUES ICONOCLASTES !

Après la trahison des élites, vient le temps de la repentance, du mea-culpa, du mea maxima culpa de Jupiter sur le thème je vous ai compris et je vais changer.

La trahison des clercs29 : l’élite suffisante et insuffisante

L’on comprend mieux dans ces conditions la défiance croissante qui se consolide entre le peuple et ses représentants. Nous risquons d’en avoir un échantillon lors des prochaines élections au Parlement européen du 26 mai 2019 à l’occasion desquelles La République en marche arrière et en godillot a réuni ses militants parisiens le 26 septembre 2018. (verdict ; plus de 75% au BAN électoral…. Les trimards du refus vont faire légion… étrangers aux processus pseudo-démocratiques?. Qui veut encore de l’Europe.  Même parmi ceux qui y sont élus, beaucoup n’y croient plus. Ils se contentent de rentes de situation, soit disant pour lutter de l’intérieur. Heureusement on a maintenant un sous-ministre délégué-chanteur, pas encore maître, mais patience il fait ses games-boys….)

Le mea-culpa de Jupiter : la repentance tous azimuts

Mais, dieu soit loué, les choses pourraient changer. En effet, nous apprenons par Le Monde que « Face aux difficultés, le président de la République, Emmanuel Macron change de méthode ».

LA MACRONIE RÉDUITE AUX ACQUÊTS35 ET AUX ABOIS (et aux caquets…..)

La morale de cette fable est évidente. Avant d’administrer des leçons de droit et de vertu à la terre entière, de stigmatiser les errements des Hongrois et des Polonais36 en termes de violation des standards de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe, nous ferions mieux de balayer devant notre porte. Et de balayer très sérieusement. Les immondices juridiques qui s’y entassent commencent à se voir et à poser problème à tous les citoyens en quête de la recherche d’un authentique état de droit et d’une véritable démocratie dans la « Grande Nation ». À quand la réforme constitutionnelle censée mettre aux standards européens le statut du parquet ?

Cela ne semble pas encore être pour demain à en croire les récentes déclarations du président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius. Finissons-en avec notre arrogance qui nous aveugle et nous interdit de voir le principal ! La meilleure garantie que puisse offrir l’autorité judiciaire à tout citoyen est avant tout qu’elle soit indépendante et impartiale au sens de l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’homme. Ni plus, ni moins. Or, en France, nous en sommes encore loin en dépit des rodomontades de Jupiter. Pour combien de temps encore, notre Douce France, qui avance mais sans savoir où elle va (c’est normal, il ne suffit pas de dire « en marche »…. sans indiquer le sens … C’est pragmatique et programmatique, mais en même temps dramatique…) et qui s’enorgueillit à New-York de pénaliser le harcèlement de rue, tolèrera-t-elle de posséder une Justice aussi couchée ?

 

un p’tit coup d’œil rétro….. pas si inintéressant que cela, mais qui permet de mieux piger la « hauteur » (dans le sens que vous voulez donner à ce terme) du sujet du jour ….! Un rapide survol du nouveau monde tant clair au nez…. mais sombre vu de derrière, et pour cause, le selfie faisant preuve (l’un des selfé est en cabané pour trafic d’influence ou de drogue? Vous me direz que les deux sont hallucinogènes!). En somme on nous la joue clerc zobs cures…. 

ratés en macronie de 2017 à 08-2018

 

https://www.les-crises.fr/moralisation-de-la-vie-publique-une-justice-couchee-par-jean-daspry/

*****

Le macron ne sert qu’à accentuer…. (les preuves, chaque jour qui passe ou ne passe pas)

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant. C’était avant…..?

Le macron ‹ ◌̄ › est un diacritique de plusieurs alphabets : latin, grec et cyrillique. Il prend la forme d’une barre horizontale que l’on place le plus souvent au-dessus d’une voyelle. Son principal rôle est d’indiquer que le signe qui le porte reçoit une quantité vocalique (et non votative) longue ; il s’oppose en cela à la brève ‹ ◌̆ ›. (cela promet)

Il est aussi utilisé pour modifier la valeur de certaines consonnes comme l̄, m̄, n̄, r̄, v̄, ȳ dans l’écriture de quelques langues, ou d’autres consonnes comme dans certaines translittérations. Le macron se retrouve aussi au-dessous de certaines lettres modifiant ainsi leur son, où on l’appelle macron souscrit ou ligne souscrite. ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Macron_(diacritique))

se souvenir :

Macron aux Indiens: « Pour réussir, ne respectez jamais les règles …. »! (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)

******

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au cœur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical. (C’est en fin de compte mon journal de bord personnel sur telle ou telle actualité)

******

Et pendant ce temps……

S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)

On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?

La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.

*****

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……
Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :
Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-

La liberté d’expression au filtre de la crapulerie…. étatisée et attisée. Quand un pékin-quidamisé s’arroge le droit d’être juge et partie vis à vis de sa liberté de rançonner… autrui, comme il l’entend! (unedekeg@17/05/2018)

Publié le

choix du jour : « Liberté de dire » ou « liberté de censurer »
 
dicton du jour :  « s’il tonne au jour de la saint Pascal, sans grêle, ce n’est pas un mal »
 *****
pour la seule beauté du pont…..(au pas de Nemours)
Oligarchie
 

Toute dernière (ou première), pour la route :

Jérôme Cahuzac condamné, dont 50% avec sursis. Il fait partie des fusillés de 1916 « pour l’exemple » et ce afin de galvaniser les troupes à ne pas se faire prendre….  et uniquement cela. Preuve qu’il vaut mieux piquer gros, même très gros qu’une mob. Que vont risquer les panamas papers ? –
Panama – France 34-0  à cliquer pour une grande claque informative… – https://www.lci.fr/sujet/jerome-cahuzac/

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

 La liberté ne peut concerner que ceux qui sont libres. Peut-on dire quand on subit et que l’on ne tente même pas d’essayer de se libérer (par son vote par peur, vote par aveuglement, vote par ignorance, vote par lâcheté ou silence complaisant). Quand on n’est pas capable de dire « Non » (vote blanc) on ne peut revendiquer une quelconque liberté, puisque l’on se complaît dans l’esclavage de la délégation de pouvoir et de souveraineté… Réapprenons la liberté pour pouvoir oser dire nos expressions (réelles et non celles dictées par des tiers)

et avec un peu de recul…. :  

 A-t-on encore le droit de dire, quand on s’esclavage (ce ne sont pas les autres qui nous rendent esclave, c’est nous qui nous laissons enchaîner quand parfois on ne fabrique pas soi même les chaînes…). Seul l’homme libre peur s’arroger le droit de dire. Silence on enchaîne!
*****
pensez à cliquer sur les liens qui apparaissent en orangé, vous découvrirez des tableaux pouvant vous intéresser….. à divers titres et degrés

*****

se souvenir :

  • Macron aux Indiens: « Ne respectez jamais les règles ». Suivez ses ordonnances, les exemples à suivre, en tous domaines viennent du sommet des pyramides…. Qu’attendez vous pour obéir à cette ordonnance à dose homme et oh pathiques…. (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)
  • S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Zemmour condamné: la France, le pays des droits de l’homme qui se tait? Le « djihad judiciaire », un suicide français

Anne-Sophie Chazaud

la plume en barbelés….. c’est le droit de se taire, imposé, et on ne dit pas que c’est une dictature. Ecrivaillons, sortez de la paille, vos stylos, encriers…. vos papiers, c’est la larme!

https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/jai-revele-la-verite-au-sujet-de-president-erdogan-et-de-la-syrie-pour-cela-il-ma-emprisonne-can-dundar/

Eric Zemmour a été condamné, le 3 mai, par la Cour d’appel de Paris, pour provocation à la haine religieuse. En 2016, dans l’émission « C à vous », le journaliste avait notamment dit que la France vivait « depuis trente ans une invasion » et qu’ « une lutte pour islamiser un territoire » se déroulait « dans les innombrables banlieues françaises où de nombreuses jeunes filles sont voilées ».

Habitué des procès en sorcellerie politique et morale, l’essayiste et polémiste Eric Zemmour a été condamné en appel après avoir tenu au sujet de l’islam des propos apparemment insupportables pour l’esprit ambiant de censure et ses bras armés judiciaires.

Il importe peu de savoir si l’on est d’accord ou pas avec la vision non politiquement correcte et manifestement blasphématoire défendue par l’auteur du Suicide français. La vraie question posée par cet énième procès d’opinion est l’état de la liberté d’expression dans un pays qui, pour s’en vanter abondamment, semble toutefois profondément sinistré dans ce domaine, à un point préoccupant pour la démocratie et les libertés fondamentales.

La France, le pays des droits de l’homme qui se tait

« Il est interdit d’interdire », scandait-on en mai 1968. 50 ans plus tard il semble qu’il soit plutôt bien inspiré de se taire si l’on souhaite éviter les bûchers pour pensée non conforme et non conformiste.

A lire aussi: Georges Bensoussan, le procès d’un innocent ?

Comme Georges Bensoussan, comme Charlie Hebdo, comme Nicolas Dupont-Aignan, comme Pascal Bruckner, comme Mohamed Louizi et tant d’autres harcelés célèbres ou anonymes en raison de leurs opinions, Eric Zemmour fait à son tour les frais de ce que l’on nomme désormais un véritable « djihad judiciaire », – ici lancé par l’association EuroPalestine qui peut entre autres s’enorgueillir d’avoir porté en 2004 la candidature de Dieudonné aux élections européennes -, tendant à faire interdire toute critique de l’islam. L’autre versant majeur de la censure actuelle consiste à verrouiller la pensée sitôt qu’il s’agit d’aborder les questions migratoires sous un jour critique. (après le sionisme, l’islamisme au nom de la séparation… mais où va t-elle s’arrêter? Lorsque les religions -fauteuses de troubles – seront interdites et pas seulement de pratique et toutes seront ainsi traitées à l’ego)

L’islamophobie, un blasphème imaginaire

Le moyen soulevé est celui de l’incitation à la haine ou à la discrimination, dont le maniement systématique, voire systémique, ouvre doucement mais sûrement la voie à la reconnaissance d’un délit de blasphème et d’ « islamophobie » (dénoncer les attentats est-ce de l’islamophobie?). Cette dernière appellation a été abondamment reprise et sans le moindre discernement ni recul critique par les principaux médias après l’énoncé du jugement, du Figaro au Monde en passant par L’Express, alors même qu’on sait désormais combien ce « concept » constitue une ineptie démocratique et intellectuelle, et l’on ne saurait dire si la presse mainstream a agi ainsi par inculture, par bêtise ou par lâche entérinement idéologique de l’inacceptable. L’autre conséquence de cette judiciarisation outrancière de l’opinion publique est la généralisation américanisée et paranoïde du concept de l’ « offense » où chacun se sentira bientôt victime des propos de tous et inversement.

 A-t-on encore le droit de ne pas apprécier une idéologie ou une religion sans pour autant être psychiatrisé (dans un but de disqualification intellectuelle) en mode prétendument « phobique » ? Peut-on encore véritablement débattre ?

La France pensée mécanique

La police de l’opinion se porte au mieux en France, dans un cadre législatif qui, pour tous les spécialistes de ce domaine, constitue un véritable maquis de censures et d’interdictions, sous couvert de « liberté de la presse » : le régime de la liberté d’expression est en effet réglé par la loi du 29 juillet 1881 dont le nom paraît bien trompeur tant il ne fait en réalité qu’énoncer depuis ses innombrables ajouts et empilements législatifs successifs toutes les restrictions et limitations apportées à ladite liberté. (même un simple pékin, dénoncé en ses pratiques y va de ses prétentions à restreindre la sphère de liberté des autres, surtout quand ils dénoncent ses pratiques sulfureuses…. On n’aurait plus le droit d’informer des dangers…. à éviter – voir plus bas, beaucoup plus bas et en fin de programme de quoi il retourne)

La judiciarisation du champ contemporain de l’expression (et donc, de facto, de l’opinion) traduit une montée sans précédent du niveau de censure. Les outils privilégiés en sont certes les atteintes à la vie privée, les questions de diffamation (revoir plus bas, beaucoup plus bas et en fin de page…, même déboutées en référé et poursuivies sur le fond, malgré une reconnaissance implicite, reconnue et réaffirmée de confiscation d’argent indue….) et d’injure, mais surtout les allégations d’incitation à la haine qui servent principalement la censure idéologique actuelle.

Facebook, le réseau qui vous la ferme

Dans ce cadre législatif très contraint dont les activistes idéologues ont bien compris tout le bénéfice qu’ils pouvaient en retirer, à travers des actions judiciaires structurées et méthodiques à des fins d’intimidation, la pensée de gauche française, historiquement anti-libérale et liberticide, considérant qu’après tout, il n’y a « pas de liberté pour les ennemis de la liberté », se déploie comme un poisson dans l’eau de la censure. Le gauchisme libertaire des années 1960-70 n’aura quant à lui pas longtemps accepté de tolérer l’expression de ce qui peut le contredire, à travers tout ce qui ose formuler une opinion différente de la sienne sur les questions sociétales dans lesquelles il s’est barricadé, et dont le combat antiraciste des années 1980 est à la fois le paradigme et le corset, en lieu et place de toute pensée politique construite.

A lire aussi: Emmanuel Macron et la « fake » liberté d’expression

Et comme si tout ce maquis d’interdits ne suffisait pas, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une loi à venir sur les fake news (qui va définir la fakerité des news. C’est le même jeu que le décodex du monde appliqué à un journal ou à un quidam imbu de son absence de personne… mais qui cherche à vivre au travers de constitution de trésor de guerre, bien utile par temps de disette….), sorte de superstructure mondiale de la censure, et qui aura pour principal effet de faire interdire les expressions d’opinions déclarées fausses par des magistrats érigés en nouveaux experts ès vérités, ès dogmes, en l’occurrence le juge des référés qui pourra statuer en urgence en période électorale et faire ainsi interdire certains contenus : cette disposition extrêmement inquiétante, dans un pays qui a vu la fermeture massive de plusieurs dizaines de milliers de comptes Facebook entre les deux tours de la dernière élection présidentielle, ou qui vient de voir la suppression du compte Facebook de Génération identitaire, en dehors d’ailleurs de toute action judiciaire, par l’entreprise d’un Mark Zuckerberg devenu pourvoyeur mondial de moraline (sans omettre de se faire des couilles en or….), laisse entrevoir un rétrécissement encore plus spectaculaire de la liberté d’expression à l’avenir, réduite peu à peu à peau de chagrin, prise entre le marteau religieux, l’enclume politique et l’embastillement moral.

C’est vrai que Causeur fait causer….! N’est-ce pas d’ailleurs l’origine de l’expression « cause et fait ». Quoique l’on en pense causeur pose et fait poser les vrais problèmes ; celui de la liberté d’expression loin des filtres insensés de médias s’auto-proclamant juges et partis, (le monde) ou de pékin (voir l’affaire en fin d’article) s’investissant juge et parti (avoir fait 4 ans et plus de droit ne permet pas de s’auto-proclamer quémandeur de redevances, sans foi et surtout ni loi, sans fondement juridique au nom de copy-râtés. Pour avoir osé le dire et l’écrire, je fais l’objet de plainte en diffamation (déboutée en référée) sur le fond (malgré le d’éboutage… Gentillesse expresse, le plaignant n’a pas fait constater par huissier, une pièce, soit disant imparable de sa plainte, pour éviter des frais supplémentaires à sa victime – moi ….-  normal quand on exige 5 000€ de dommages et intérêts en plus de 5000 € au titre de l’article 7000 – frais d’avocats – , avec bien sur, l’ordonnance du retrait du texte expliquant ses magouilles. Obtenir gain de cause lui permettra d’exiger, jurisprudence oblige, 5 000€ en lieu et place des 200€ habituels…(c’est ce que l’on appelle la prime au résultat, mieux que la privatisation des radars vitessiers).  Combien faudra -t-il de copy-ratés pour se faire une sacrée rente de situation….de quoi cesser de travailler, pour traquer les copy-râteurs…., plus reposant et surtout plus juteux ? De quoi relancer une activité en berne….! On devrait le prendre au « .gouv ». Pour une fois que l’on a quelqu’un de compétent…. ce serait dommage de le gaspiller dans des tâches subalternes et obscures….. qui parle de préjudice sans pouvoir en apporter la preuve (licenciement ou pire, emprisonnement….) au nom de la rareté (qu’il confond avec référencement et surtout veut le faire accroire au tribunal. La victimisation est toujours payante, jusqu’à un certain point. Point trop n’en faut!)

*****

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!
******

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant?

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical..

******

Et pendant ce temps……

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)
On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?
La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.
*****
Mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011 .
*****

 

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……

Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :

Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

petite commission des grosses présidentielles législativisées

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1