-

guerre

La progrès émancipateur est d’offrir une caisse en lieue et place d’une étable, pour tenter de mettre au monde, un sauveur…. On en aurait bien besoin! (par keg – 302 Mars = 27/12/2016)

Publié le Mis à jour le

Le choix du jour : «nativité décaissée» ou  «Nativité des tables»

  Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot », ni « bi », mais que « Franco – Français »

 

Dernière nouvelle : les sept glandiateurs de la socia-lie sont toujours dans la course au large et au grand court. Ils y croient, à l’héritage. Ne serait-il pas plus prudent de l’accepter, sous réserve d’inventaire et donc de surprises.

Français quand vous saurez……que :

au début, il y a longtemps, on prêtait au moins une étable pour accoucher! Maintenant une caisse suffit. Quel progrès a réalisé l’humanité en 2016 ans!

….. et avec un peu de recul….

les petits trinquent pour 0,45€ de bénéfices perdus (volontairement ou non), alors que les gros et gras roulent des millions de personnes pour quelques malheureux millions optimistes, soustraits. De quoi effectivement faire une fausse couche en caisse…. !

 

…..

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

Une caissière fait une fausse couche à son poste et accuse Auchan

Une caissière fait une fausse couche à son poste et accuse Auchan
Illustration. ((Sipa))

Fadila, 23 ans, affirme avoir alerté sa hiérarchie, en vain.

 

C’est une histoire tout à fait sinistre qui a été diffusée lundi 26 décembre sur Twitter par la CGT. Dans l’hypermarché Auchan City de Tourcoing, une caissière, Fadila, 23 ans, a été victime d’une fausse couche fin novembre. Dans un courrier, la caissière fait le lien entre cette fausse couche et ses conditions de travail. Et pour cause : elle a constaté qu’elle perdait du sang assise derrière sa caisse.

Une fausse couche constatée à sa caisse

Ce 21 novembre vers 14 heures, Fadila reprend son poste à la caisse n°1, relate-t-elle dans sa lettre.

Fadila recherche des antidouleurs auprès de ses collègues, en vain. « Les clients eux-mêmes se montraient inquiets quant à mon état de santé », souligne-t-elle dans sa lettre.

Pour couronner le tout, selon la CGT, Fadila aurait reçu un avertissement « pour une absence injustifiée » et « l’entreprise n’aurait pas déclaré l’accident de travail ».

« Personne ne me redonnera ce que j’ai perdu »

Contactée par « l’Obs » par téléphone à la suite de ce courrier, Fadila explique qu’elle vient finalement de recevoir une attestation d’accident du travail de la part d’Auchan, et que celle-ci s’est accompagnée d’un avertissement écrit. Elle attend maintenant de pouvoir voir son médecin (qui n’était pas disponible ce 26 décembre) pour prendre attache avec sa mutuelle et la sécurité sociale, en ce qui concerne les frais de santé engendrés par son hospitalisation. 

Amère et fatiguée, elle déclare : « Tout ça, ça ne sert à rien. Personne ne me redonnera ce que j’ai perdu, à commencer par la santé et mon enthousiasme. Ils ont pris une partie de moi et ils l’ont détruite.

Aujourd’hui, Fadila espère que quelqu’un de chez Auchan lui présentera des excuses : « J’espère que quelqu’un s’excusera, mais aussi qu’il y aura un dialogue avec les responsables. Parce qu’aujourd’hui, il n’y a pas de communication. » 

La réponse d’Auchan

La direction du groupe, que « l’Obs » a également pu joindre, ne nie pas le drame.

L’entreprise dit avoir conscience de la situation douloureuse vécue par son employée. Mais elle insiste pour que l’on distingue le ressenti de cette personne et ce qu’il s’est passé.

Des pauses, des aménagements d’horaires refusés ? « C’est faux, lorsqu’il y a besoin d’aller aux toilettes (mais c’est toilette-minute de soulagement et guère plus) , ça se fait dans les cinq minutes, il n’y a aucun obstacle à cela. Il n’y a jamais eu de demande d’aménagement d’horaires. Nous pouvons en faire, mais il faut que ce soit formulé. »

Quant au dossier administratif de Fadila, « tout a été géré normalement », affirme le porte-parole, assurant que l’employée « a reçu les salaires qui étaient dus ». 

Comment en est-on arrivé là ?

La direction du groupe Auchan estime « qu’il y a peut-être eu une incompréhension ». Mais elle dénonce aussi « une instrumentalisation », sans nommer la CGT. Samuel Meegens, de la CGT Tourcoing, estime, lui, que le drame est une conséquence de l’organisation managériale d’Auchan City :

C’est dans ce magasin qu’en août, une caissière a été mise à la porte pour cette trompée de 85 centimes dans sa caisse (il n’y a pas de petits profits…. Si on laisse passer 40 centimes, x fois, ce sont des millions d’optimisation fiscale qui passent à l’as. On ne peut « rouler » – même involontairement – ces magasins de 0,45€ mais eux peuvent, rouler les citoyens de millions et par millions. Ils ont tout de grands). Elle avait laissé passer une boîte de sauce tomate.

Selon le syndicaliste, « il est laissé beaucoup d’autonomie à des petits chefs qui mettent la pression sur les équipes ». Pris à part, chaque fait ne serait pas forcément imputable juridiquement à la direction. Mais l’organisation n’aurait pas permis de prévenir cet incident.

La jeune femme, qui est par ailleurs titulaire d’un diplôme de conseillère séjour et voyage, ne sait pas si elle reprendra son poste au sein d’Auchan. Elle espère éventuellement trouver un emploi dans le secteur touristique.

 

Avant, mais c’était avant on arrivait à accoucher dans une étable!  C’était pas bien reluisant pour les conquérants de l’époque….. Maintenant compétitivité et production obligent, on est contraint de faire naître sur son lieu de travail (même si en fausses couches commercialisées et rentabilisées. Heureusement que les vraies sont, elles, imperméables à toutes fuites. Demandez aux marmots qui lez portent et dansent avec).

Tous ces millénaires pour en arriver là! Et cela s’appelle du libéralisme…..

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20161226.OBS3094/une-caissiere-fait-une-fausse-couche-a-son-poste-et-accuse-auchan.html

***

Et pendant ce temps……

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Pour votre « marché matinal aux nouvelles fraîches », les articles en « Une » des principaux médias retenus!

bleu (sans ‘(*) ») dans le texte d’origine est déjà une façon de répondre, partiellement au sujet de ce texte….
——
« (*) » : veut dire que c’est une coquille voulue et/ou une liberté de langage ……ou une tentative de jeu de mots?
Ajoutez un peu de pâte-a-physique et une poignée de sel…j’aime. Faire revenir dans une noix de beurre rance et vous aurez votre recette du jour. A déguster chaude, la patate! Un peu d’irraison ne peut faire de mal.
dès 2017, un dictionnaire bilingue sortira pour mieux comprendre l’esprit « kegien (*) » ‘ ! Exercez-vous –:
GrosMots kegiens Février2016

****

 

 

 

****

 

Colombie: un jeu vidéo pour compatir avec les Farc  –  De la paix et des jeux

 

Deux combattants des Farc au camp Alfonso Cano Block, décembre 2016. SIPA. 00786315_000009

Menue, teint pain d’épice et coupe afro, Victoria est l’héroïne de Reconstruction, jeu vidéo créé et développé à Bogota qui place le joueur dans la peau d’une victime du conflit armé colombien. Un jeu de guerre comme un autre ? Pas tout à fait. Ni sang, ni violence, ce jeu-là n’a qu’un but affiché : vous faire réfléchir sur la guerre.

 

Le bon peuple ne sait pas que la guerre c’est mal. C’est pourquoi ce jeu, Reconstruction, arrive à point nommé : l’objectif est de « [se] mettre dans la peau des autres », nous dit son producteur, Alvaro Triana. « Les autres », c’est-à-dire ceux qui ont vécu un conflit qui, depuis plus de 50 ans, a impliqué guérillas, paramilitaires et forces armées, se soldant par huit millions de victimes, dont plus de 260 000 morts et 60 000 disparus. Dans le but à peine voilé de contribuer à construire, en renfort du fragile accord de paix, un nouveau grand roman de réconciliation nationale.

Ne pas criminaliser les agresseurs

L’histoire commence lorsque Victoria, âgée d’une trentaine d’années, revient dans son village natal de Pueblo Escondido, un lieu imaginaire de la région d’Uraba (nord-ouest), qu’elle a dû fuir à 14 ans, déplacée par la violence. Elle a alors des réminiscences de ce qu’était sa vie à l’époque dans ce petit hameau de la jungle colombienne, avec sa place arborée et son église typiques, sur ses relations avec son grand-père, avec d’autres villageois mais aussi… des combattants des groupes armés.

La narration s’appuie sur le dessin animé et ne cherche surtout pas à criminaliser les agresseurs, considérant qu’ils sont le produit d’une série de circonstances propres à la dynamique de la guerre. « Les décisions du joueur modifient l’histoire au fur et à mesure afin que l’accent soit mis sur ce que nous ferions, nous, dans de telles situations. Ce n’est pas aussi facile qu’on l’imagine! », insiste Alvaro Triana, 34 ans, précisant que le jeu s’adresse principalement aux citadins qui n’ont pas vécu les combats de près. « Est-ce que je viendrais au secours de l’un de ceux qui viennent d’attaquer mon village ? C’est bien de faire ça ou faut-il le laisser mourir ? », s’interroge encore Alvaro Triana.

Vous auriez pu en faire autant

Dans un contexte de division nationale (50,2% des Colombiens ont voté contre l’accord de paix), l’initiative est osée. Mieux valait donc la jouer subtile. Relativiser les responsabilités des « coupables » oui, mais alors sans l’afficher. Reconstruction a un but pédagogique et ne contient, à ce titre, aucune image de violence ni ne traite du trafic de drogues, source de financement des groupes armés illégaux. Tous coupables ? L’idée doit s’imprimer dans les consciences, pas directement sur l’écran.

Transmettre un message “optimiste”

« Un jeu guerrier ne peut susciter de bons comportements » et le narcotrafic est un thème difficile à aborder, « nous ne voulions pas jouer sur le côté morbide », se justifie le producteur, dont le jeu a été en partie financé par… la GIZ, structure qui agit essentiellement pour le compte du gouvernement fédéral allemand. Cette entreprise philanthropique mondiale a de quoi renforcer les relations qu’entretient le gouvernement colombien avec son peuple : la philosophie de ce jeu s’inscrit en effet parfaitement dans celle de la « Commission pour la recherche de la Vérité (avec un grand « V »), la Cohabitation et la Non-répétition » dont la mise en place est prévue par l’accord de paix signé entre le gouvernement Santos et les Farc et qui rappelle sa cousine sud-africaine établie après la fin de l’apartheid en 1995.

Reconstruction s’inspire de cette idée d’une justice positive et sans contrainte bien que sa conception dès février 2015 s’appuie sur la base d’archives du Centre national de la mémoire historique (CNMH) et de témoignages de victimes. Ce jeu doit transmettre un message « qui soit optimiste et pas quelque chose de catastrophique parce que de ça, nous en avons assez ! », résume son jeune créateur, qui considère Reconstruction comme un outil de réconciliation. Paramilitaires, Farc, Etat colombien, citoyens : si tout le monde est un peu coupable, personne ne l’est vraiment. « La guerre c’est la paix. », lit-on dans 1984… (mais par d’autres voies)

 

Peut-on toujours banaliser la violence des guerres, guérillas et frictions entre communautés? Que faisait-on avant d’en venir aux armes pour régler des problèmes  entre personnes, groupes, pays …. ? L’homme est-il capable de paix? Comment peut-on l’imposer et interdire toute guerre en déclarant cette  dernière au ban de la société, avant et non après!

Et si la trêve des confiseurs était étendue à chaque jour d’une année, reconductible par humaine reconduction! Une année à la fois……

 

http://www.causeur.fr/jeu-video-colombie-farc-paix-41822.html

 

*****

Le négationnisme, les « fausses informations » , et le ministère de la vérité…

Le négationnisme, les « fausses informations » , et le ministère de la vérité…

Google a annoncé il y a quelques jours travailler à une modification de son algorithme de classement des résultats de recherche dans le but de lutter contre les contenus « négationnistes » et plus généralement les contenus « ne faisant pas autorité ».

 

Cette annonce fait suite à la campagne de lobbying des médias américains et du camp démocrate estimant que le succès de Donald Trump à l’élection présidentielle, dont ils ne semblent pas vouloir se remettre, avait été obtenue grâce à une campagne de désinformation orchestrée par la Russie sur les réseaux sociaux.

Plus récemment le Guardian, sous la plume de Carole Cadwalladr, dénonçait le fait que le moteur de recherche faisait remonter en tête de ses résultats des sites négationnistes en réponse à la question : « Did the holocaust really happen ». Le premier lien résultant de cette requête renvoie en effet au site suprémaciste stormfront.org et à un article listant les « 10 raisons selon lesquelles l’holocauste n’a jamais eu lieu ».

Si depuis, une tentative de ménage a semble-t-il été effectuée par Google, son efficacité semble très limitée. La même recherche effectuée aujourd’hui ne change en effet pas grand-chose au fond du problème.

Si Stormfront.org n’apparaît plus en première page, deux des trois premiers résultats sont négationnistes.

En réalité, le problème, n’en déplaise aux journalistes comme Mme Cadwalladr, ne provient pas de Google, dont l’algorithme de classement a pour fonction, ainsi que l’ont répété ses ingénieurs, de « fournir la réponse la plus adaptée et la plus pertinente à la demande ».

Le « Pagerank » a été conçu originellement par les fondateurs de la firme sur un modèle universitaire et l’algorithme est inspiré de la méthodologie d’évaluation de la recherche dans l’enseignement supérieur américain en fonction du nombre de publications d’articles et de leur fréquence de citation. Ce modèle permet ainsi de faire remonter les résultats jugés les plus « pertinents » à une requête donnée, essentiellement en fonction de la fréquence de citation des pages contenant les mots clefs. Ce modèle tient également compte de la « réputation » des pages (toujours en fonction de leur fréquence de citation) contenant les liens vers les pages correspondant à la requête. Le modèle de Google est donc avant tout un modèle fondé sur l’itération et l’inter-citation, il est par conséquent incapable d’évaluer la « véracité » d’une page, son respect du droit en fonction des différentes législations nationales et les problématiques liées à l’incitation à la haine, au racisme ou au négationnisme. Il est par ailleurs techniquement impossible de prendre en compte de telles considérations, du fait notamment des différences entre les législations nationales et leur appréciation de la « liberté d’expression », c’est à dire de la gamme et de la variété des opinions ayant accès à l’espace public.

Le problème c’est la requête, pas le résultat

Le problème soulevé par certains journalistes et Mme Cadwalladr ne vient donc pas du fait que Google propose des pages web négationnistes ou racistes en réponse à des requêtes s’interrogeant sur l’existence réelle de l’holocauste, mais de la question elle-même. Ce type de question qui interroge la véracité de la Shoah renvoie forcément à des pages ou des sites négationnistes, pour la simple raison que la remise en cause de la réalité de ce fait historique correspond très précisément à la définition du négationnisme. Il paraît ainsi aberrant ou incompréhensible d’être choqué que Google renvoie des résultats négationnistes lorsqu’on lui adresse précisément une requête …négationniste, même si, comme le dit Mme Cadwalladr :  « Vos enfants pourraient y être exposés.»

Cette nouvelle campagne médiatique contre la neutralité du web (comment le « on dit » peut-il être neutre, quand l’anonymat est roi. Le joiur où l’on imposera l’utilisation du web en son nom propre et nous sous pseudo, le web se nettoiera de lui-même. Ce n’est pas le web qui est en cause mais la qualité des utilisateurs) trouve son origine dans une mauvaise connaissance technique du mode de fonctionnement du référencement de Google de la part des élites journalistiques, mais également dans la confusion mentale qui procède de la régression intellectuelle. Cette dernière empêche la perception de la distinction entre le messager et le message, entre les modalités techniques et le contenu véhiculé, elle conduit à une pensée magique qui fonctionne par amalgame et sur la logique régressive du « bouc émissaire ». C’est ainsi Google qui devient coupable de fournir des résultats à des questions négationnistes, à la place des utilisateurs et des négationnistes eux-mêmes, alors que le moteur n’est qu’un intermédiaire entre une question et un contenu tous les deux préexistants.

Une privatisation de la « vérité »

En réalité, la question qui devrait être posée et que ne soulève à aucun moment Carole Cadwalladr est celle de la liberté d’expression et de la publication d’opinions et de contenus racistes ou négationnistes sur Internet (mais à découvert réel. Il faut avoir le courage de sa liberté d’expression). Sur ce sujet, les législations sont relatives aux différents contextes nationaux et relèvent de l’appréciation des représentations politiques. La France puni la contestation de crime contre l’humanité, depuis la loi Gayssot de 1990, notamment en fonction des moyens énoncés à l’article 23 du code pénal relatif à la liberté de la presse, qui couvre le champ de communication « par voie électronique » mais également toute « incitation à la haine » fondée notamment sur la race ou la religion, depuis 1881.

Plutôt que d’accuser le moteur de recherche Google de « propager des discours de haine », la journaliste du Guardian devrait ainsi plutôt interpeller son gouvernement sur la législation de la Grande-Bretagne qui ne dispose pour l’instant pas de lois permettant de sanctionner le négationnisme (de quel droit devrait-on empêcher des gens de croire l’inverse des théories imposées, vraies ou fausses. Ce n’est pas le négationnisme qu(il faut interdire, mais ce qui amène au négationnisme et cela commence par la réforme de ce qui y conduit. Dont justement les armes de destruction massive de Saddam Hussein…..  Les nier est-ce faire preuve de négationnisme?).

Cela pose indubitablement un sérieux problème, surtout lorsque les médias et les sources considérés traditionnellement comme « fiables » se trouvent engagés dans un processus d’influence et de construction de l’opinion publique. Dans notre société de la communication, c’est le cas sur tous les sujets touchant à la politique ou comportant des enjeux financiers. La campagne d’intoxication de l’opinion publique à l’occasion de la libération d’Alep nous a fourni récemment un exemple de manipulation massif des faits et d’inversion de la réalité dictée par les intérêts et les objectifs géostratégiques occidentaux.

Ce n’est bien évidemment pas à Google de chercher à « établir la vérité » à notre place. Et certainement pas à partir d’une base de données basée sur un processus automatisé utilisant un algorithme sous copyright. Pouvons-nous déléguer ses questions à un algorithme ?

La vérité peut-elle être établie par un algorithme ? Quelle distorsion de la réalité sur Internet, et de notre perception de la réalité, peut induire un tel processus ?

Cela revient dans les faits à confier la vérification de la « fiabilité » des informations à des médias qui se sont largement illustrés par leur parti-pris, leur propension à manipuler l’information et à produire des « fake news », ainsi que l’a révélé la campagne présidentielle américaine. Le Washington Post a par exemple complaisamment diffusé la théorie du complot du staff de campagne d’Hillary Clinton concernant la manipulation russe de l’élection ou encore les accusations de la CIA concernant l’origine russe des « Podesta leaks » ayant révélé l’ampleur de la collusion entre les médias et… l’équipe de campagne de Mme Clinton. L’initiative de Facebook revient ainsi à confier aux acteurs engagés dans la fabrication et la manipulation de l’information le monopole d’un ministère virtuel de la vérité.

La Shoah fut le plus ignoble, le plus machiavélique et le plus gigantesque complot de l’histoire. Ce complot était destiné à faire disparaître des millions de personnes dans « la nuit et le brouillard », tout en gardant cette entreprise d’élimination à l’échelle industrielle secrète. Le machiavélisme de la Shoah a notamment consisté à masquer la finalité du processus aussi bien aux opinions publiques européennes qu’à ses futures victimes. C’est précisément la culture du secret entourant la « solution finale » à toutes ses étapes, de sa conception lors de la conférence de Wannsee jusqu’à ses modalités pratiques reposant sur la parcellisation de l’information et des responsabilités, l’utilisation d’un double langage destiné à masquer la réalité des faits, le choix de l’implantation des camps d’extermination dans des zones reculées, l’élimination des témoins et la destruction des preuves à la fin de la seconde guerre mondiale, qui a permis l’émergence de théories négationnistes l’assimilant à une « théorie du complot ».

Ce que nous disent la Shoah et la négation de la Shoah, c’est que l’élimination physique de millions d’êtres humains provenant de tous les pays d’Europe a pu rester largement masquée aux opinions publiques occidentales du fait du monopole de l’information et de la propagande de guerre dans les pays occupés, mais aussi, plus simplement, parce que beaucoup ne « pouvaient pas y croire » comme le dit Raymond Aron, parce que cela semblait tout bonnement inimaginable : «Les chambres à gaz, l’assassinat industriel d’êtres humains, non, je l’avoue, je ne les ai pas imaginés et, parce que je ne pouvais pas les imaginer, je ne les ai pas sus.»

L’administration de la vérité qui se met en place aujourd’hui, l’éradication de la dissonance cognitive, les revendications d’espaces « secure » et « safe » pour nos enfants et nous-mêmes, tout cela concoure à la fabrication d’une « xénophobie ordinaire » et nous rendra également incapables de savoir aussi bien que d’imaginer dans l’avenir…

Le problème réside ainsi dans la mise en place d’un système de censure et d’administration privé et opaque de l’information sur Internet en lieu et place de législations nationales faisant l’objet d’un débat politique et public, sous le prétexte de lutter contre les « fausses informations » ou le négationnisme. Ce régime de droit privé va contribuer à l’éradication du phénomène de dissonance cognitive permettant la constitution de l’esprit critique face aux manipulations et aux intoxications médiatiques, c’est à dire notre capacité à imaginer et à penser ce que nous considérons précisément comme impensable…

 

Pour interdire le négationnisme, il n’y a qu’un moyen, la vérité, vraie et non trafiquée.

Un autre exemple de manipulation, moindre qu’une guerre de chiffres… Vous vous souvenez des gendarmes morts dans un accident de voiture, dernièrement…. Information reprise en boucle et sur plusieurs jours. Je ne vais pas nier la véracité de cette information. Mais je me pose les questions :

  • pourquoi énumérer la qualité des victimes, d’un banal accident de la route (même si un tel accident n’est jamais banal). Pourquoi n’a t-on pas énoncé la qualité des autres victimes?
  • Cette énumération change t’elle quelque chose à l’accident et à ses circonstances? Est-ce que si ce n’était pas des gendarmes, l’accident n’aurait pas eu lieu?
  • certains étaient père de famille…. Fait-on autant de cas des enfants d’autres victimes.

Je ne nie nullement cette information. Je ne fais que du négationnisme relatif aux détails énoncés, qui n’ont strictement rien à voir, excepté à vouloir manipuler l’opinion en clivage : respect des lois et respects de certains corps….  Est-ce que ces informations (secondaires et inutiles) servent mon inquiétude sur les dangers relatifs de la route? Qu’ils soient flics ou simples pékins, cela ne change rien à la perception que j’ai de la dangerosité de la vie.

Soyez attentifs, chaque jour nous apporte son lot d’information téléguidées? Que font les médias? Se contentent -ils de nous dire ce qu’on leur demande de nous dire! A quoi servent les médias?

Il en est de même de tout ce qui se passe. Attentats, attentats déjoués, attentats devant avoir eu lieu et déjoués 6 mois après leur date de réalisation. La nouveauté sera quoi?

Doit on t-ou gober, sans la moindre hésitation? A quoi sert d’avoir un cerveau si on ne peut, ou ne veut, l’utiliser. Qui osera faire, à l’exclusion du pouvoir (présent et à venir) le négationnisme de la discrimination faite à certains « Pupilles de la Nation non juifs », depuis  Juillet 2000 (une promesses : en vue : http://wp.me/p4Im0Q-1nR )

 

 

http://reseauinternational.net/le-negationnisme-les-fausses-informations-et-le-ministere-de-la-verite/

 

***

 

On a le droit d’espérer des lendemains qui chanteront…

 

Un pape joyeux, une Église lugubre, une société malade… Cette trinité n’est pas sainte mais redoutable.

 

Le monde ne va pas si mal que cela. C’est la première photo de Français aussi riant…. Il n’oserait pas nous faire le coup des sanglots des violons place Saint Pierre et apparaître aussi radieux en coulisses…. Pas lui!

 

http://www.bvoltaire.fr/philippebilger/on-a-le-droit-desperer-des-lendemains-qui-chanteront,302162

 

*****

 

Un Noël bien triste pour la Russie : le pays est en deuil et pleure les victimes de la tragédie

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé qu’une journée de deuil national serait observée en hommage aux victimes du crash d’un avion militaire russe en mer Noire avec 92 personnes à bord. Selon l’ordonnance du président, les drapeaux d’État seront abaissés dans l’ensemble du territoire russe. En outre, les institutions culturelles et les médias ont annulé des événements et programmes de divertissement consacrés au Nouvel An.

 

Toutes les cathédrales et églises de l’Église orthodoxe russe tiendront des cérémonies en mémoire de 92 victimes du crash. Les Moscovites continuent à apporter des fleurs et des bougies devant le bâtiment de l’Ensemble Alexandrov pour rendre hommage aux 64 membres du célèbre chœur Alexandrov, qui auraient dû se produire devant le contingent russe en mission antiterroriste en Syrie.

Le crash de l’avion militaire russe Tu-154, qui se dirigeait vers la base aérienne de Hmeimim en Syrie, a eu un retentissement immense non seulement en Russie, mais dans le monde entier. Nombreux sont les hommages rendus aux victimes de la catastrophe un peu partout dans le monde.

Des gens apportent des fleurs et des bougies devant l’ambassade russe dans plusieurs pays en mémoire des personnes décédées dans le crash du Tu-154

 

Il ne reviendra pas le temps du muguet, la Plaine se couvre de cendres aériennes, la place rouge sera vide, les bateliers de la Volga rament à mer,la troïka ne tracera plus ses sillons dans la neige….Le Tupolev endeuillé. Le choeur de l’armée Rouge saigne!

A dieu, ne plaise, Kalinka ….

Mon coeur pleure ses fleurons

 

http://free.niooz.fr/s/free/un-noel-bien-triste-pour-la-russie-le-pays-est-en-deuil-et-pleure-les-victimes-de-la-tragedie-13562231.shtml

 

*****

Les présidentielles, comme si vous y étiez et quoique l’on en dise ou pas :

  1. E-goth de campagne (des députés d’active, et/ou au gouvernement.org, voulant être calife en lieu et place d’un cap’tain défunt et défaut) : vrp-fillon-f-ump (ses premiers maux) et http://wp.me/p4Im0Q-1nR (ses derniers mots, incapable…..s)
  2. La primaire des législatives (individus et partis) ou scoring « députés » (pour Peuple dépité)
  3. « Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) – http://wp.me/p4Im0Q-141

en savoir plus, beaucoup plus :il-etait-une-fois-2017

La guerre des vieux jeunes premiers (en finale de lutte) :

  1. Fillon

Place, maintenant, aux gauchos (ou simili) de la pampa électorale…. sans le père François. Il y a trique sous la bure! Quel don François du ciel

  1. Valls
Ah ! La signature qui vous honore quand vous la respectez, mais…….
Qui vous colle aux basques et vous poursuit de la vindicte quand…. vous la déshonorez

…..

« Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) de la « dé-professionnalisation du mandat électif » (ou « quand le tirage au sort remplacera la ripoublique…. » ). Dans la mesure de l’esprit initial de « Nuit debout »…. du « ni partis, ni syndicats »  :    http://wp.me/p4Im0Q-141

….

Dans quel état gère, en urgence la socia-lie : 14/11/2015 – 26/02/2016 – 26/05/2016 – 26/07/2016  – 26/01/2017 –  13/12/2016   160719 – nuit de létat en urgence prolongée  –  (…     05/07/201 7= la sortie de l’état normal (une mesure qui dure devient la norme) pour devenir autre et sans en dire le nom. Cazeneuve promu premier ministre a devancé l’avenir en faisant voter, au 13/12/2016, une prolongation anticipée, de 3 mois supplémentaires jusqu’au 15/06/2017 (entre les deux tours des législatives et sans possibilité de modifier quoique ce soit et pour qui que ce soit)
Dernière nouvelle. Le pouvoir s’affole et n’attend pas l’échéance programmée du 26/01/2016. Cazeneuve, à peine promu 1er ministre, fait voter . Quelle fin de mandat pitoyable…. avec un état en urgence d’impossibilité à se réformer… et demain ne s’annonce guère mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011

…..

Attention! 
Dire une vérité concernant nos amis intimes juifs, et surtout à leur encontre, même quand cela les dérange, c’est de l’antisémitisme ainsi qu’accepter de la lire….. Pour être bien avec eux, il faut leur louer Israël (c’est bien connu, Israël ne s’achète pas, mais par contre on peut s’emprunter, pour le louer, à taux d’usures et de vétusté)

 FIN de la une DU JOUR

Fin de l’article de « La Une de keg » du jour. Merci de l’avoir lu et de vos commentaires. Les différents tableaux joints et à découvrir, vous ont-il éclairé, surtout en ce qui concerne les élections en prévision de décembre 2015 et au delà?
Ce qui suit ne concerne que quelques infos en attente de réutilisation (en vrai dépotoir, bric à brac, de brique et de broc), où vous pouvez puiser, à vos risques et périls garantis.

…..

L’état en son urgence…….. du 14/11/2015  (lendemain du Vendredi 13, réputé jour de chance… Pour qui?) au :

(partie visible de l’ice-berg appelée à disparaître, dès la levée de l’embargo liberticide, à usage, exclusif, des seules libertés des citoyens et non  des terroristes…qui s’en battent l’œil La preuve par Nice.)

État d’urgence ordinaire et « normale » : 

Prochaine échéance au 26 Juillet 2016 (et de 4 dont 3 mi temps supplémentaires). Tous les rassemblements interdits (cultes, meetings politiques, match de sport, réunions syndicales, manifs, réunion de plus de 3 personnes, marchés de plein air, marchés publics, attentes aux guichets – Sécu, gares, aéroports, files d’alimentation – achats en grandes surface, queues aux cinés, concerts, …., défilés du 14 juillet, commémorations, « nuit debout »). Rendez-vous donc à la prochaine prolongation…. au 26/07/2016! Il y aura une trêve estivale – pour reprendre lors de la rentrée scolaire. Les terroristes respectent le calendrier scolaire (et solaire)! Dernière nouvelle : la Belgique n’est toujours pas en état d’urgence…. Surprenant! Prolongation, avant la date de fin, et à nouveau pour 6 mois jusqu’à l’installation du nouveau pouvoir (Acte 1 de Cazeneuve, nouveau premier ministre….)

Grenoble : une fresque de street art jugée anti-flic provoque un tollé
L’oeuvre « L’Etat matraquant la liberté » créée par l’artiste Goin, dans le cadre du festival de street art subventionné par la ville de Grenoble. (Capture d’écran/ France 3 Alpes)
 Il paraît que l’état majore son urgence de deux  six mois. …… voir :  « Etat d’urgence ordinaire et normale » (plus bas)
un pays qui se « dictatorise (*) » (au nom d’un pseudo « terrorisme » – non et/ou très mal défini) et surtout qui laisse faire, avec la complicité de ses politicards et l’immobilisme de sa population ne peut revendiquer être le pays flambeau des Lumières et se ravale au rang de ses « ennemis » ou supposés. (tant que dure l’état d’urgence. ….. qui ne se presse pas pour partir si on en croit les rumeurs)
Gandhi
 Oser dire « NON », en votant blanc, tant que l’on n’a que des non-choix, c’est déjà être debout. Il n’est que temps, déjà, en 2017!

Et s’il ne manquait que 509 députés! (un tout petit peu plus de 88%  de dédain du problème. Ils sont libres, eux!)
Il en va de la liberté du Peuple, quand même, qu’ils représenteraient!
Il est vrai que c’est tellement banal qu’un état d’urgence…..
  • Ils étaient 80 pour s’opposer en 1940…. ! sans être ripoux
  • Combien seront-ils pour la prolongation au delà du 26/07/2016? (26 ont refusé et 489 ont voté la prolongation améliorée, soit 6 mois – )  160719 – nuit de létat en urgence prolongée
  • Combien seront-ils pour celle au delà du 26/01/2017?

Afficher l'image d'origine

Un jour, ils oserons nous demander (à droite, comme à gauche), par référendum, si nous voulons mettre fin à cet état d’urgence, que nous n’avons jamais voulu et encore moins demandé!
(l’urgence de l’état c’est l’état d’urgence. L’urgence du peuple c’est de virer tous les urgentistes…..  2 Programmes diamétralement opposés)
Article 21 Préambule de la constitution :
    • « Quand le gouvernement viole les libertés et les droits garantis par la constitution (état d’urgence prolongé et reprolongé!) , la résistance sous toutes ses formes est le plus sacré des droits et le plus impérieux des devoirs. »
  • (En l’an I, on parlait d’insurrection et non de résistance et d’armer cette révolution-citoyenne). Où en sommes nous? Et bien sûr cela ne concerne que le Peuple, pour le Peuple et avec le Peuple! et non les ersatz du pouvoir
en contradiction avec : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000695350

En France (en fin de règne, de Mars 2016 à ….. ) , on progresse! On rétablit la ferme générale en ce qui concerne la détection-radariste…. On vend la charge au privé…… Le privé va donc acheter la charge d’alimenter le budget amende de conduite et à lui de se démerder pour rentrer dans ses frais de charge et sans oublier sa marge, non d’erreur (dont il n’a que faire) mais de bénéfice. Car le privé n’est pas l’état il n’a pas le souci de déficit, son seul étant celui du profit +. Effectivement le changement c’est maintenant et ici…..

 …. au 26/01/2017 – et Valls corollaire du 49-3, citoyen, pour passer 2017, en force…..

——–

Osez signer le démantèlement de la diminocratie (cf : Unedekeg du 18/01/16) : https://www.change.org/p/les-parlementaires-dire-non-au-verrouillage-de-la-d%C3%A9mocratie, au profit du rétablissement de la Démocratie

****

A lire impérativement, pour mieux comprendre ce qui nous arrive : « Al Qaïda en France » de Samuel Laurent et ce que l’on va devoir supporter. Vous y apprendrez que les djihadistes se fondent dans la foule (ils fument, boivent, se droguent – en contradiction volontaire et « autorisée »  par leurs chefs -, présentent bien….. ont parfois des situations au top)…. jusqu’au jour où on les réveille et alors quel Bataclan!
Preuve que les lois d’exception ne concernent nullement les terroristes, excepté quand ce sont des citoyens (mono ou bi) nationaux qui expriment leur mécontentement. Les terroristes les vrais frapperont où ils voudront et quand ils voudront. Que voulez vous, réellement, opposer à leur déterminisme? Leur nationalité française? Il faut être naïf pour croire aux lois liberticides, soit disant pour contrer le terrorisme…..
Et pour inciter à rester…. coi : http://www.directmatin.fr/monde/2016-01-14/daesh-brule-vivants-ses-membres-qui-ont-fui-ramadi-720362 jusqu’au bout (ou quoi)

*****


Une sélection  de digests :

  • Vote blanc, expression du refus de non-choix
  • La non- imposition imposée en imposture
  • La Dhimmitude à refaire naître
  • A-faire « Charlie-Hebdo
  • Boites à Malices
  • autorisation de représailles à balles tueuses- « Ultima Ratio »
    
  • « Pupilles de la Nation non juifs » – discriminés
    
  • le référendum -migratoire, anti-Schengen
  • en Régionales de 2015 –R15-analyse
  • la non valeur des signatures politiques  – signature-bidon
  • de tout et de rien dans notre atmosphère, je vous assure cousin il l’a dit :  Vrac160101
  • Pan AM et après : Fin du bordel à Panama : Fin du Panama
  • A venir : la primaire, la levée des urgences,…. le scoring des députés (élire ou réélire des impuissants à protéger le peuple)…

Prêt à ressortir à la moindre alerte et avis de tempêtes…… et surtout en période exceptionnelle des urgences