-

guerre et Paix

Qui a eu cette idée folle de croire que vendre des armes assurait la paix…. C’est croire que l’être humain, dans sa globalité, est intelligent! Il faut être con pour y croire…. (unedekeg@20/08/2018)

Publié le Mis à jour le

Choix du jour : « guerre-épée » ou « Paix, tétez »
*****
dicton du jour :  « à la saint Bernard, pour moissonner, il est bien tard »
 *****
Oligarchie
pour la seule beauté du pont…..(au pas de Nemours)   http://www.incapabledesetaire.com/oligarchie.html

Toute dernière (ou première), pour la route  :

Le pouvoir fait sa rentrée…. les partis se grattent aux roustons pour affûter leurs angles d’attaque, aujourd’hui LR à quatre vérités, un peu la cinquième colonne risible. Celui qui rêvait d’être calife se veut vizir. A qui  le tour demain?

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

 Vendre des armes c’est pour que l’on ne meurt pas. Si l’immortalité était à ce prix, cela se saurait depuis que l’homme (et/ou la femme, genre oblige) existe. Quel est le salaud qui a vendu et assuré le service après-vende du premier lance-pierre…. ?

et avec un peu de recul…. :

 Vendre des armes, c’est assurer la paix (peut-être chez nous, mais pas chez les voisins directs de l’acheteur). Faut-il croire une telle « vérité » émise par quelque énarque ou autre tête couronnée par la soit disant vox populi (réduite aux caquets des quelques 80% qui ne voulaient pas se payer sa tête… excepté dans les baraques foraines de chamboule-tout

*****

 

 

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Vente d’armes: mitraillons les lieux communs

Vendre des armes est essentiel à la Défense nationale

Gil Mihaely

Vol Patrouille de France, Rafale et Falcon 8X - Dassault ...

La rafale en patrouille de France. Carte de visite à l’étranger…..

https://www.dassault-aviation.com/fr/groupe/actualites/

Démonstration de vol d’un Rafale, juin 2017. ©SIPA, Numéro de reportage : 00809920_000002.

Pour un Etat, la vente d’armes n’améliore pas seulement les chiffres du commerce extérieur. Il s’agit non seulement d’entretenir un levier essentiel de sa politique de défense mais aussi de maintenir un outil industriel indispensable à l’avenir de son économie. Obama l’avait parfaitement formulé en son temps (si tu veux la paix fabrique des armes! Quelle contradiction. Tout le monde sait que vendre des armes c’est autoriser leur utilisation. A moins de prendre les acheteurs pour des cons et des demeurés! A quel moment le sont-ils, lors de l’achat ou après?)

A l’instar des prix de l’immobilier et de la franc-maçonnerie, la question des ventes d’armes est un de ces petits marronniers médiatiques qui reviennent de temps à l’autre.

Mais lorsqu’il s’agit de commenter les contrats d’armements signés avec des régimes pas très fréquentables ou des pays dans des guerres controversées, l’antimilitarisme reprend ses droits.

Ainsi, d’après ce rapport, « en sept ans [entre 2010-2017], les livraisons ont été multipliées par 33 alors que la répression envers l’opposition s’est intensifiée ». Une autre critique récurrente cible les ventes à l’Arabie saoudite d’armes et de munitions utilisées dans la guerre que la coalition dirigée par Riad mène au Yémen.

« Le monde doit se rappeler que ce ne sont pas que les institutions internationales, les traités et les déclarations, qui lui ont apporté la stabilité après la Deuxième Guerre mondiale. [..] Oui, les outils de guerre ont un rôle à jouer pour préserver la paix. Et pourtant cette vérité doit coexister avec une autre : aussi justifiée soit-elle, la guerre promet une tragédie humaine. Par son courage et par son sacrifice, le soldat se couvre de gloire car il exprime son dévouement à sa patrie, à sa cause, à ses camarades de combat. Mais la guerre elle-même n’est jamais glorieuse et nous ne devons jamais la claironner comme telle. (La paix n’est donc qu’un épisode entre deux guerres. A quand la grande suivante?)

Maintenir et améliorer son outil militaire

Un pays dépendant à 100% d’autres pays pour équiper ses armées n’a pas la maîtrise de son outil militaire. Le gouvernement d’un tel pays devrait toujours compter sur ses fournisseurs en cas de guerre pour remplir les stocks de munitions et pièces de rechanges, pour remplacer les équipements détruits et reconstruire ses armées une fois la guerre terminée.

Il s’agit donc de maintenir dans la durée – des décennies durant – un savoir-faire, des infrastructures et des compétences. Deux Etats ont plus ou moins atteint l’autosuffisance dans ce domaine : les Etats-Unis et la Russie. Un troisième, la Chine, rejoindra prochainement ce club très fermé. Tous les autres sont condamnés à établir des priorités et acheter ailleurs ce qu’ils ne fabriquent pas. Ces choix ont un double coût, économique mais aussi politique : les grandes puissances dominent ce marché et utilisent leurs industries de défense en tant qu’outil d’influence et de politique étrangère.

La vente d’armes, outil d’investissement et de diplomatie

Paris entend soutenir une autonomie stratégique européenne, ce qui veut dire concrètement – a fortiori depuis l’élection de Trump – pouvoir tenir tête à la Russie. Face à ces contraintes, le choix de la France a été de maintenir des capacités prioritaires « à la maison » d’un côté (sous-marins nucléaires, avions de chasse ainsi que des multiples systèmes et technologies) et de l’autre d’acheter des équipements ou de coopérer dans la fabrication du reste.

On vend donc pour pouvoir acheter le nécessaire moins cher (plus Dassault obtient de commandes, moins l’État paie par unité. (Parlons en de Dassault, combien nous a-il coûté, en subventions et autres « facilités » accordées à l’avionneur, pour ne pas vendre un Rafale réputé chérot?. En somme la France fait la « pute – VRP » pour vendre – sans grand succès – des rafales et autres armements pour bénéficier de soldes, même hors de période des dates officielles…C’est ce que l’on appelle se payer sur la bête!), pour pouvoir maintenir des chaînes de fabrication en activité pendant longtemps (ce qui les rendent disponibles pour les forces armées françaises) et pour pouvoir faire évoluer le matériel grâce aux clients étrangers dont les achats financent les programmes de recherche et développement. Concrètement, c’est grâce aux contrats avec l’Egypte, l’Inde et le Qatar que la Marine et l’Armée de l’air françaises auront plus de Rafales de meilleure qualité, à moindre prix. (En somme si on est bon c’est grâce à l’étranger. Belle indépendance!

Pour pouvoir continuer à garder la main sur ce qui a été considéré comme essentiel, acheter le reste et créer des alliances sur les zones prioritaires (Europe, Afrique, MO et Asie-Pacifique), le commerce d’armes est un passage obligé pour la France. En d’autres termes, aussi longtemps que la France souhaite jouer un rôle important dans les affaires du monde, un rôle dont son siège de membre permanant du conseil de sécurité de Nations Unies est l’attribut principal, elle doit pouvoir jouer un rôle important dans le marché d’armes. Or, les contrats d’armement sont l’un des meilleurs « ciments diplomatiques » possibles. (Dis moi combien tu vends d’armes et je te dirai combien d’années de guerre tu feras, demain…..)

La contribution de l’industrie d’armement à l’économie 

Et si le positionnement stratégique de la France dans le monde l’impose, des considérations d’ordre économique plaident aussi pour une politique intelligente (où réside l’intelligence de vendre de l’armement qui se retourneront contre nous…. Voir al Q-aida) de ventes d’armes. Tout d’abord, il y a le produit direct des transactions souvent colossales et leurs retombées évidentes en termes d’emplois (l’industrie de la défense emploie aujourd’hui 165 000 personnes). Cette industrie, drainant d’énormes moyens publics dans une course perpétuelle à la sophistication face à des adversaires redoutables, sert de locomotive à l’économie nationale.

Le rôle des centres de recherche militaires

N’oublions pas non plus le rôle qu’ont joué ces centres de recherche dans la formation des futurs entrepreneurs.

Le tableau est donc complexe et dépasse largement les positions et argumentaires simplistes qu’on peut trouver dans des médias non spécialisés (alors si non spécialisé, il faut se taire?). La question n’est donc pas de savoir s’il faut ou non vendre des armes. Les ventes d’armes sont la condition sine qua non de l’existence d’une industrie française de la défense et de la possibilité d’équiper convenablement les armées françaises. Aussi longtemps que nous vivons dans le monde décrit par Obama dans son discours de réception du prix Nobel, et exposé en termes moins lyriques par les Livres blancs sur la défense et la sécurité nationale, les ventes d’armes constitueront un pilier de la défense nationale française. (Le jour où l’homme ne sera plus esclave, les ventes d’armes cesseront! Mais encore faut-il qu’il s’en donne les moyens! …. Sinon, on reparlera de ce sujet et ad vitam)

 

il paraît que sans l’armement, la France n’aurait plus (ou pas) d’industrie. Il va falloir adopter la constitution américaine et armer tous les citoyens…. Cela supprimera beaucoup de chômage avec une seule balle calibrée…. Mais si on adopte cette constitution, il faudra y inclure la présentation d’un casier-vierge pour toute ambition politique (nationale et ou locale). Imaginez des repris de justice sursitaires qui vous plombent parce que vous osez dénoncer…. Vous êtes salauds ) vouloir que Colomb se tue à la tâche  (que vous a t-il fait? Vous ne lui pardonnez pas son 80?) et que le garde des sots ne sache plus où emprisonner tout son beau monde, bien de chez lui (ou elle, puisque inclusive oblige) et de ses ambitions….?

Alors on devrait augmenter les capacités de production par 10 pour résorber le chômage. Telle fut la stratégie du camarade Adolf qui lui aussi avait dit à ses troupes Dassault  « en marche » et elles ont marché comme un seul homme pour les merlans à venir. Beaucoup y ont été refaits. plus de 50 millions au bas mot (et homo, tel le service, très spécial,  au service des menus plaisirs du président actuel, comme ceux d’avant.). On trouvera bien le moyen de solder toute la camelote en l’offrant parfois à des insolvables, mais chez qui on pourrait exploiter les ressources…. En somme un plan Marshall avant la lettre ou « en marche » arrière (décidément….) alors que celui de 1957 était de permettre aux pays issus de la guerre de s’en sortir, pour préparer la suivante…. C’est une peu aussi l’aide à la rentrée dans la nouvelle….

En somme, nous somme condamnés à guère épais…. !

 

 

https://www.causeur.fr/vente-armes-defense-obama-dassault-153609

*****

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant. C’était avant…..?

se souvenir :

Macron aux Indiens: « Ne respectez jamais les règles »! (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)

******

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical.

******

Et pendant ce temps……

S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)

On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?

La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.

*****

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……
Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :
Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-