-

guerre et Paix

Qui a eu cette idée folle de croire que vendre des armes assurait la paix…. C’est croire que l’être humain, dans sa globalité, est intelligent! Il faut être con pour y croire…. (unedekeg@20/08/2018)

Publié le Mis à jour le

Choix du jour : « guerre-épée » ou « Paix, tétez »
*****
dicton du jour :  « à la saint Bernard, pour moissonner, il est bien tard »
 *****
Oligarchie
pour la seule beauté du pont…..(au pas de Nemours)   http://www.incapabledesetaire.com/oligarchie.html

Toute dernière (ou première), pour la route  :

Le pouvoir fait sa rentrée…. les partis se grattent aux roustons pour affûter leurs angles d’attaque, aujourd’hui LR à quatre vérités, un peu la cinquième colonne risible. Celui qui rêvait d’être calife se veut vizir. A qui  le tour demain?

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

 Vendre des armes c’est pour que l’on ne meurt pas. Si l’immortalité était à ce prix, cela se saurait depuis que l’homme (et/ou la femme, genre oblige) existe. Quel est le salaud qui a vendu et assuré le service après-vende du premier lance-pierre…. ?

et avec un peu de recul…. :

 Vendre des armes, c’est assurer la paix (peut-être chez nous, mais pas chez les voisins directs de l’acheteur). Faut-il croire une telle « vérité » émise par quelque énarque ou autre tête couronnée par la soit disant vox populi (réduite aux caquets des quelques 80% qui ne voulaient pas se payer sa tête… excepté dans les baraques foraines de chamboule-tout

*****

 

 

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Vente d’armes: mitraillons les lieux communs

Vendre des armes est essentiel à la Défense nationale

Gil Mihaely

Vol Patrouille de France, Rafale et Falcon 8X - Dassault ...

La rafale en patrouille de France. Carte de visite à l’étranger…..

https://www.dassault-aviation.com/fr/groupe/actualites/

Démonstration de vol d’un Rafale, juin 2017. ©SIPA, Numéro de reportage : 00809920_000002.

Pour un Etat, la vente d’armes n’améliore pas seulement les chiffres du commerce extérieur. Il s’agit non seulement d’entretenir un levier essentiel de sa politique de défense mais aussi de maintenir un outil industriel indispensable à l’avenir de son économie. Obama l’avait parfaitement formulé en son temps (si tu veux la paix fabrique des armes! Quelle contradiction. Tout le monde sait que vendre des armes c’est autoriser leur utilisation. A moins de prendre les acheteurs pour des cons et des demeurés! A quel moment le sont-ils, lors de l’achat ou après?)

A l’instar des prix de l’immobilier et de la franc-maçonnerie, la question des ventes d’armes est un de ces petits marronniers médiatiques qui reviennent de temps à l’autre.

Mais lorsqu’il s’agit de commenter les contrats d’armements signés avec des régimes pas très fréquentables ou des pays dans des guerres controversées, l’antimilitarisme reprend ses droits.

Ainsi, d’après ce rapport, « en sept ans [entre 2010-2017], les livraisons ont été multipliées par 33 alors que la répression envers l’opposition s’est intensifiée ». Une autre critique récurrente cible les ventes à l’Arabie saoudite d’armes et de munitions utilisées dans la guerre que la coalition dirigée par Riad mène au Yémen.

« Le monde doit se rappeler que ce ne sont pas que les institutions internationales, les traités et les déclarations, qui lui ont apporté la stabilité après la Deuxième Guerre mondiale. [..] Oui, les outils de guerre ont un rôle à jouer pour préserver la paix. Et pourtant cette vérité doit coexister avec une autre : aussi justifiée soit-elle, la guerre promet une tragédie humaine. Par son courage et par son sacrifice, le soldat se couvre de gloire car il exprime son dévouement à sa patrie, à sa cause, à ses camarades de combat. Mais la guerre elle-même n’est jamais glorieuse et nous ne devons jamais la claironner comme telle. (La paix n’est donc qu’un épisode entre deux guerres. A quand la grande suivante?)

Maintenir et améliorer son outil militaire

Un pays dépendant à 100% d’autres pays pour équiper ses armées n’a pas la maîtrise de son outil militaire. Le gouvernement d’un tel pays devrait toujours compter sur ses fournisseurs en cas de guerre pour remplir les stocks de munitions et pièces de rechanges, pour remplacer les équipements détruits et reconstruire ses armées une fois la guerre terminée.

Il s’agit donc de maintenir dans la durée – des décennies durant – un savoir-faire, des infrastructures et des compétences. Deux Etats ont plus ou moins atteint l’autosuffisance dans ce domaine : les Etats-Unis et la Russie. Un troisième, la Chine, rejoindra prochainement ce club très fermé. Tous les autres sont condamnés à établir des priorités et acheter ailleurs ce qu’ils ne fabriquent pas. Ces choix ont un double coût, économique mais aussi politique : les grandes puissances dominent ce marché et utilisent leurs industries de défense en tant qu’outil d’influence et de politique étrangère.

La vente d’armes, outil d’investissement et de diplomatie

Paris entend soutenir une autonomie stratégique européenne, ce qui veut dire concrètement – a fortiori depuis l’élection de Trump – pouvoir tenir tête à la Russie. Face à ces contraintes, le choix de la France a été de maintenir des capacités prioritaires « à la maison » d’un côté (sous-marins nucléaires, avions de chasse ainsi que des multiples systèmes et technologies) et de l’autre d’acheter des équipements ou de coopérer dans la fabrication du reste.

On vend donc pour pouvoir acheter le nécessaire moins cher (plus Dassault obtient de commandes, moins l’État paie par unité. (Parlons en de Dassault, combien nous a-il coûté, en subventions et autres « facilités » accordées à l’avionneur, pour ne pas vendre un Rafale réputé chérot?. En somme la France fait la « pute – VRP » pour vendre – sans grand succès – des rafales et autres armements pour bénéficier de soldes, même hors de période des dates officielles…C’est ce que l’on appelle se payer sur la bête!), pour pouvoir maintenir des chaînes de fabrication en activité pendant longtemps (ce qui les rendent disponibles pour les forces armées françaises) et pour pouvoir faire évoluer le matériel grâce aux clients étrangers dont les achats financent les programmes de recherche et développement. Concrètement, c’est grâce aux contrats avec l’Egypte, l’Inde et le Qatar que la Marine et l’Armée de l’air françaises auront plus de Rafales de meilleure qualité, à moindre prix. (En somme si on est bon c’est grâce à l’étranger. Belle indépendance!

Pour pouvoir continuer à garder la main sur ce qui a été considéré comme essentiel, acheter le reste et créer des alliances sur les zones prioritaires (Europe, Afrique, MO et Asie-Pacifique), le commerce d’armes est un passage obligé pour la France. En d’autres termes, aussi longtemps que la France souhaite jouer un rôle important dans les affaires du monde, un rôle dont son siège de membre permanant du conseil de sécurité de Nations Unies est l’attribut principal, elle doit pouvoir jouer un rôle important dans le marché d’armes. Or, les contrats d’armement sont l’un des meilleurs « ciments diplomatiques » possibles. (Dis moi combien tu vends d’armes et je te dirai combien d’années de guerre tu feras, demain…..)

La contribution de l’industrie d’armement à l’économie 

Et si le positionnement stratégique de la France dans le monde l’impose, des considérations d’ordre économique plaident aussi pour une politique intelligente (où réside l’intelligence de vendre de l’armement qui se retourneront contre nous…. Voir al Q-aida) de ventes d’armes. Tout d’abord, il y a le produit direct des transactions souvent colossales et leurs retombées évidentes en termes d’emplois (l’industrie de la défense emploie aujourd’hui 165 000 personnes). Cette industrie, drainant d’énormes moyens publics dans une course perpétuelle à la sophistication face à des adversaires redoutables, sert de locomotive à l’économie nationale.

Le rôle des centres de recherche militaires

N’oublions pas non plus le rôle qu’ont joué ces centres de recherche dans la formation des futurs entrepreneurs.

Le tableau est donc complexe et dépasse largement les positions et argumentaires simplistes qu’on peut trouver dans des médias non spécialisés (alors si non spécialisé, il faut se taire?). La question n’est donc pas de savoir s’il faut ou non vendre des armes. Les ventes d’armes sont la condition sine qua non de l’existence d’une industrie française de la défense et de la possibilité d’équiper convenablement les armées françaises. Aussi longtemps que nous vivons dans le monde décrit par Obama dans son discours de réception du prix Nobel, et exposé en termes moins lyriques par les Livres blancs sur la défense et la sécurité nationale, les ventes d’armes constitueront un pilier de la défense nationale française. (Le jour où l’homme ne sera plus esclave, les ventes d’armes cesseront! Mais encore faut-il qu’il s’en donne les moyens! …. Sinon, on reparlera de ce sujet et ad vitam)

 

il paraît que sans l’armement, la France n’aurait plus (ou pas) d’industrie. Il va falloir adopter la constitution américaine et armer tous les citoyens…. Cela supprimera beaucoup de chômage avec une seule balle calibrée…. Mais si on adopte cette constitution, il faudra y inclure la présentation d’un casier-vierge pour toute ambition politique (nationale et ou locale). Imaginez des repris de justice sursitaires qui vous plombent parce que vous osez dénoncer…. Vous êtes salauds ) vouloir que Colomb se tue à la tâche  (que vous a t-il fait? Vous ne lui pardonnez pas son 80?) et que le garde des sots ne sache plus où emprisonner tout son beau monde, bien de chez lui (ou elle, puisque inclusive oblige) et de ses ambitions….?

Alors on devrait augmenter les capacités de production par 10 pour résorber le chômage. Telle fut la stratégie du camarade Adolf qui lui aussi avait dit à ses troupes Dassault  « en marche » et elles ont marché comme un seul homme pour les merlans à venir. Beaucoup y ont été refaits. plus de 50 millions au bas mot (et homo, tel le service, très spécial,  au service des menus plaisirs du président actuel, comme ceux d’avant.). On trouvera bien le moyen de solder toute la camelote en l’offrant parfois à des insolvables, mais chez qui on pourrait exploiter les ressources…. En somme un plan Marshall avant la lettre ou « en marche » arrière (décidément….) alors que celui de 1957 était de permettre aux pays issus de la guerre de s’en sortir, pour préparer la suivante…. C’est une peu aussi l’aide à la rentrée dans la nouvelle….

En somme, nous somme condamnés à guère épais…. !

 

 

https://www.causeur.fr/vente-armes-defense-obama-dassault-153609

*****

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant. C’était avant…..?

se souvenir :

Macron aux Indiens: « Ne respectez jamais les règles »! (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)

******

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical.

******

Et pendant ce temps……

S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)

On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?

La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.

*****

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……
Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :
Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-

Les gâte-sauce de la ripoublique refuseraient la sandwicherie offerte. Et on nous dit que la fin dans (et non du, quoique….) le monde est grandissante. (unedekeg@19/11/2017)

Publié le Mis à jour le

choix du jour : «fin en chef» ou «chef  en fin»
 
pensez à cliquer sur les liens qui apparaissent en orangé, vous découvrirez des tableaux pouvant vous intéresser….. à divers titres et degrés
*****
*****

Français quand vous saurez……que :

On vous baise de l’extérieur, on vous baise de l’intérieur. Le comble c’est que vous payez pour faire le sandwich….. Marrant, non? Le seul droit que vous ayez, c’est le choix de la sauce et on dit, du moins des mal-disants, que vous êtes des gâte-sauce….

et avec un peu de recul….

Vous avez cru élire un président et ses troupes en marche. Tout fait maintenant du sur place (qui n’est pas forcément du sur mesure), en attendant de faire marche arrière avant le sauve qui et que peut! L’heure est proche. Les baisés de l’intérieur réalisent qu’ils ne sont rien que chair à canon (et pas toujours de beauté….). Quand aux extérieures, ils ont déjà rangé leurs barricades pour une prochaine sortie des stives…. avenir

*****

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »
 

Il nous faut des aventuriers, pas un président-spectacle!

Ovni de la politique, Emmanuel Macron a eu un double mérite, celui de mettre à terre le système des partis et « en même temps » de faire la démonstration par les faits qu’il n’avait pas non plus les dispositions adéquates pour être en capacité de gouverner.

La fin d’un monde

Son instinct narcissique lui a fait repérer, non sans l’aide d’alliés intéressés, que se jouait dans une politique française à bout de souffle une opportunité historique de changer le modèle pour prendre le relais (mais est-ce vraiment un changement, quand on voit poindre, à l’horizon, au sein de son mouvement à l’arrêt – tout le monde descend – des dissensions, et où on refait le même système de barons de la drogue… politique,transfuges des anciens systèmes… qui imposent leur vue et leur façon de pensée – comme avant – à des néophytes incultes en matière politique… Combien de baisés de l’intérieur, parce ceux de l’extérieur, ne se comptent plus mais se la content. Un chef, un parti, un pays, c’est le triptyque qui fait führeur). L’élection reste une vente (pour qu’il y ait vente, il faut qu’il y ait acheteur et pour que cette vente soit un best-seller, il faut atteindre plus de 50%… A 18% des inscrits au premier tour, on est un navet de la 5éme… pire le navet le moins côté. C’est le record absolu de la mévente, d’une idée politique, depuis 1956) et, comme dans les négociations où le bagout des vendeurs prédomine, rien ne garantit la prestation future. Et c’est là que le phénomène Macron s’enlise et s’arrête : les défilés médiatiques sont à la politique ce que les défilés militaires sont à la guerre : plus on leur consacre d’argent et d’attention plus il est à craindre qu’ils cachent une sérieuse difficulté à passer à la pratique.

Alors que nos élites phosphorent en tous sens pour ressusciter les partis, dont ils croient qu’ils traversent seulement une déconvenue, l’heure est au bilan et à l’écoute d’un authentique renouvellement.

Les bouffons préférés aux rois

Ce qui s’est passé lors de cette élection présidentielle est loin d’être conjoncturel. C’est un cycle de deux siècles qui arrive soudainement à son terme, après avoir indéfiniment cherché les variations pour subsister. La Révolution française a remplacé l’intelligence de l’action, qui s’enrayait, par l’intelligence des idées, qui la paralyse. Pendant cent cinquante ans, les régimes se sont succédé sans parvenir à faire de l’action politique une pratique efficace et surtout durable. La Restauration a voulu ressusciter les privilèges au lieu de redonner vie à une forme nouvelle et dynamique de discernement royal. Les deux empires ont cru pouvoir se prémunir du futur en l’enfermant par avance dans un code exhaustif : le propre de l’inattendu, comme les allemands face à la ligne Maginot, est de contourner l’existant, fût-il solide. Les républiques, enfin, ont fait reposer la force présumée des dispositifs à venir sur le volume des débats : la IIIe et IVe République se sont, à ce jeu-là, très vite essoufflées. (On est loin de l’idéal révolutionnaire de 1789, où effectivement l’être suprême – de dindes – se mettait au service de son peuple triomphant qui déléguait sa marche au bonheur absolu, à de simples représentants – alors signalés du peuple et qui avec l’usure du temps et surtout du fric devinrent ce qu’ils sont aujourd’hui, des représentants des pouvoirs. Les pouvoirs passent, mais eux restent malgré leurs 04 Aout!  Leur raison de leur maintien à tout prix, même celui de trahison des idées qu’ils ont véhiculées pendant des décennies et imposées à leurs électeurs, leurs petits privilèges mesquins).

La Ve République, d’inspiration monarchique, eut l’opportunité de donner un timbre nouveau à cet exercice du pouvoir devenu le parent pauvre de la vie politique (la seule conquête du pouvoir occupant tout l’espace). Trois erreurs lui furent néanmoins fatales. Le choix d’abord du suffrage universel direct en 1962, qui, au lieu de désigner sur des critères « opérationnels » un président réellement aux commandes, a fait advenir un règne émotionnel, propre à promouvoir, avec l’avènement des médias, les bouffons plutôt que les rois.(et là impossible de roquer, tout au plus devenir roquet, ce qui n’empêche les car à van de passer….Quand on vote, c’est pour en chier. C’est comme dans un engagement militaire « t’as signé c’est pour en chier…. » disait mon adjudant bien aimé qui l’avait entendu de son adjudant, qui l’avait…..vache qui rit! )

L’appareil politique est devenu un organe de communication

La pratique presque systématique du référendum, ensuite, par le général de Gaulle, et notamment dans les moments critiques où ce dernier fuyait des discernements nécessaires (guerre d’Algérie, mai 68,…), a entériné la préférence laissée aux logiques quantitatives sur la lucidité et le courage politiques ; par la suite, cherchant à éviter le jeu risqué du référendum (d’après la constitution, la seule expression de la souveraineté du Peuple….. dans un gouvernement par le Peuple, pour le Peuple et avec le Peuple.  Combien de smicard à l’assemblée. On ne peut parler efficacement que de ce que l’on connaît et l’intellectualiser n’est pas vivre la chose. Or nous pourrions, tout en faisant des économies :   leg-17-nc3a9o-indemnitc3a9-max-du-1er) qui fut fatal au général, cette attitude se commua en une pratique aboutie et massive de la communication « écran de fumée » pour compenser la capacité réelle à traiter les problèmes. Enfin, le choix récent du quinquennat, synchronisé avec une assemblée nationale réduite à être une ombre de l’exécutif (voir pour cela l’arrivée massive d’incompétents élus sur le seul nom d’Emmanuel Macron), a fait de l’appareil politique un organe de communication de court terme.

Après avoir vendu des idées ou des postures décalées pour accaparer l’attention le temps d’une l’élection, on en vote quelques-unes pour donner l’impression qu’on honore le programme. La Ve République est ainsi devenue non pas une institution propice à un gouvernement qui dure mais un dispositif rapproché autour d’un président-spectacle qui fait plus penser à un vendeur (vendeur est encore un qualificatif de qualité pour désigner un simple camelot de lui même et non du Roy) de marché qu’à un grand cuisinier.

Une erreur de casting massive

Le pire est qu’il n’est pas seul à être à côté du casting : notre dispositif politico-médiatique a fait advenir une élite absolument décalée par rapport aux besoins du pays. Leg17 – 325 ans de Transfuges .Si la politique est une jungle nous pourrions dire que nous avons fait advenir aux commandes depuis des décennies une alliance improbable de Tartarins (de Tarascon) et de botanistes. Les premiers vendent la jungle sans savoir la traverser, les autres savent la décrire sans savoir l’affronter. C’est d’aventuriers que nous avons besoin, c’est-à-dire de personnalités capables de faire la seule chose qui au final est utile face au danger : discerner les décisions à prendre et les conduire avec pragmatisme au contact des événements.

Nous le savons bien, non seulement les idées que nous voyons débattre ne sont pas prioritaires par rapport aux enjeux quotidiens de la vie des Français (est-ce vraiment le moment de diviser les Français sur la PMA alors que chômage  – alors que l’on peut, il suffit de vouloir :  Eradichom-Prorata  – et terrorisme sont loin d’être éradiqués ?), mais ceux qui  viennent les défendre ou les combattre sont souvent les moins à même de gouverner : Zemmour ou Attali, Schiappa ou Bellamy ne sont guère calibrés pour le pouvoir et pour certains d’entre eux ne le recherchent pas. Les plus lucides savent que la justesse des idées repose dans leur exhaustivité alors que la justesse de l’action consiste en sa simplicité : l’objectif des premières est de convaincre, celle de la seconde, de fonctionner.

Débattre de l’accessoire

La politique est une science relative, évolutive, essentiellement enracinée dans la difficulté quotidienne de la conduite des affaires, qu’elles soient stratégiques ou courantes. Elle a, au final, trois préoccupations :

  • l’établissement des conditions réelles de la sécurité (et, avec elle, d’une défense, d’une police et d’une justice crédibles et coordonnées),
  • l’établissement des conditions de la prospérité (avec la souplesse appropriée aux évolutions de marché davantage qu’une exhaustivité de dispositifs inopérants),
  • l’établissement des conditions d’un épanouissement spirituel qui ne renie pas l’héritage culturel.

Tant que ces trois objectifs ne sont pas honorés, c’est-à-dire quotidiennement pilotés jusqu’au succès, le reste est superfétatoire (on nous vend de la merde pour justifier que nous avons besoin de PQ. Il est vrai que l’on est tellement tarés, que l’on ne fait pas le poids – sinon comment expliquer les résultats électoraux de 2017… – , mais pour faire le poids exact, il faut la tare….). Notre politique, aujourd’hui, est en quelque sorte comparable à une entreprise qui aurait confié les destinées de sa croissance à son comité d’entreprise et qui, incapable de réaliser sa croissance, débattrait sans fin du nouveau distributeur de boissons à l’étage ou des réductions offertes à Eurodisney pour les enfants de salariés.

Sortir des clivages idéologiques stériles

Le temps est venu de constituer une force politique  (barré par mes soins .keg – il nous faut tout simplement une force qui ne soit ni politique, ni syndicale, ni religieuse, ni philosophique. Il nous faut la force du Peuple prenant son destin en main…. D »où l’intérêt d’abattre le capitalisme-communiste sous toutes ses formes et à commencer par notre consommation, où nous ne serons plus otages de marchands de beurre qui veulent s’en faire sur notre dos, en beurrant leurs actions rances de raréfaction, comme si nous étions, déjà, revenus au temps béni du rationnement en ticket choc  mais sans le chic et c’est là le hic : au prix TTC coûtant ) qui repose non plus sur une appartenance idéologique mais sur une réelle capacité à faire. Ce qui doit prévaloir dans ce choix ce n’est pas l’accord d’idées mais la réalité des personnalités. Les chefs naturels ont fui depuis bien longtemps l’espace politique et ce pour une raison simple : un chef attend que la gravité des événements le convoque pour apporter sa contribution et croire en sa légitimité. Il ne fait pas, comme nos commentateurs professionnels, des bavardages sur chaque événement qui se présente : il délègue sa gestion autant qu’il est possible en préparant le temps d’après. Il habite les difficultés d’une intelligence quotidienne de coordination et d’action. Il ne consacre pas son énergie à faire des lois qui, à force de vouloir régenter les moindres détails, construisent « des paquebots dans des criques grecques », c’est-à-dire des dispositifs inemployables, incapables d’accéder à la réalité comme la superstructure marine, au large. Il s’occupe plutôt au mieux de les réduire à leur portion exécutable, au pire, de les accommoder jour après jour pour qu’elles donnent du résultat.

Les partis ont perdu la guerre

Ce n’est pas une bataille que les partis ont perdue, c’est une guerre. La guerre nouvelle c’est celle qui va consister, pour chaque citoyen, à aller chercher dans son environnement le chef naturel et légitime qui œuvre en silence. Mandela ou Gandhi se sont tus longtemps avant que, par la densité de ce qu’ils incarnaient, un mouvement populaire ne vienne les appeler au pouvoir. Plus près de nous, il n’y a pas si longtemps, la guerre de Vendée nous a livré un témoignage édifiant : pas un seul de ses chefs, pourtant remarquables, ne s’est mis en avant. Ce sont les paysans qui, conscients d’un danger imminent, sont allés les chercher (certains, comme Charette, sous leur lit), pour leur confier leur destinée. Napoléon qualifia la Vendée de « peuple de géants ». Nos résistants de l’intérieur leur ont, en 40, emboîté le pas (mais le pouvoir ne le sait pas. Il es oublie trop, au point, d’avoir 100 ans après la création du titre de « Pupille  de la Nation », un et indivisible, de s’être rendu, aujourd’hui,  à 7 titres différents, où les seuls véritables tenants du titres sont traités avec mépris et la tombe de leur parent, réputé « mort pour la France », en combattant, les armes à la main, profanée à chaque commémoration officielle, au point d’avoir crée de facto un titre nouveau « Pupille de la Nation inconnu », où on ne parque que les seuls qui devraient avoir doit à reconnaissance  – en attendant qu’ils crèvent. La fin de cette crevaison est programmée, normalement pour 2052… et les faux se voient gratifiés à cause de leurs souffrance, parce que eux…. ils ont souffert!  – voir l’article, de cette saga mémorielle d’absence, du 08/11/2017 sur unedekeg.com ) .

La houle médiatique crée les conditions du malheur

Sans faire la guerre bien sûr, avec les moyens de communication qui sont les nôtres, nous avons entre les mains la possibilité de renouveler la politique par une approche opérationnelle plutôt qu’émotionnelle, pragmatique plutôt idéologique. Nous avons la capacité d’échapper à la houle médiatique qui crée les conditions de notre propre malheur, celui d’un espoir qui se perd dans l’illusion des mots. Nous pouvons pré-désigner nos candidats futurs par une observation de bon sens qui émane de notre quotidien. La question dès lors ne sera plus l’appartenance hystérique à la droite ou à la gauche (et la détestation absurde du voisin, en dépit de ses potentialités, sur la seul base de ses idées) mais la capacité à occuper l’espace futur d’une présence de discernement et, derrière, à employer convenablement les talents incroyables qui existent en France.

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Retrouvez le blog de François Bert.

 Tout est dit et si malgré cela, nous persistons, c’est que vraiment nous ne pouvons et ne devons qu’être esclave. Et dans ce cas, on ferme sa gueule et on rame, tous en cadence….. une, deux, une, deux!
….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!
******

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1620…… Avant?
Rappel : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu et verticaux sont de keg sont des commentaires et en final la conclusion est en noir vertical..

******

Et pendant ce temps……

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

les législatives 2002 sont dans la boite et on peut donc comparer 2002 – 2007 – 2012 et 2017 et voir le développement électoral de plus en plus riche en aberrations. Oserez-vous les voir et découvrir, plus bas? 45 députés seraient rémunérés au Smic comme indemnité de base… (enfin des élus du peuple connaissant les joies du Peuple avec des fins de mois qui démarrent le 9 ou 10 du mois)

Et si on comparaît….. (il vous suffit de cliquer :  le75-dpt – 02-17 ). Cette comparaison pour le département 75 se décline pour chaque département et chacune des 577 circonscriptions. Découvrez la qualité quantifiée de nos chers élus qui brillent de plus en plus vers le zéro à l’infini. Bientôt les élus seront ceux qui auront moins 0% de voix par rapport aux inscrits, « l’élection en moins ». Vous pouvez demander une telle comparaison pour chez vous. Il suffit d’oser demander (plus facile de que voter et surtout de voter bien)

1,5 milliards, c’est la mise de fonds sur les fonds baptismaux de la macronique défailles, que pourraient consentir ;

  • les politicards en rupture de BAN (blancs-Abstentions et nuls), puisque élus avec un chouia de voix par rapport aux inscrits (celles refusées en publication officielle)
  • les partis qui en ont assez de s’exaspérer de la générosité du Peuple qui les fait vivre grassement (avec ou sans VRP du pouvoir)

A noter qu’il manque les chiffres de 2002, en cours de collecte, retraitements et analyses (qui seront ajoutés, dès qu’élaborés….). Un clic sur  – 1,5 milliard écomico-politicarde  –  pour une claque à nos politicards, qui ont la tête de l’emploi….

Dans l’esprit de l’effort de guerre que les députés veulent s’imposer, par esprit de solidarité avec le peuple à qui on pique 5€ d’APL, pour aider la patrie en danger, nous travaillons à l’étude de leurs indemnités (de base + IRFM = 10 972€ par mois) au prorata de leur résultats au 1er tour par rapport aux inscrits et les incidences d’économies, député par député et au niveau national et dans le temps, année par année d’élection. Il n’est pas normal qu’un député à 3% perçoive le même que celui à 30% …. Quand ce travail sera fini, il apparaîtra ici….

On parle de VRP du Peuple, devenus VRP du pouvoir. Savez vous que le VRP est très souvent payé au résultat (commissions en % du chiffre d’affaire). Il est déjà un résultat concernant les VRP du pouvoir que sont devenus les ex VRP du Peuple…. – On cherche à emmerder l’automobiliste, un peu plus, en créant de toute pièce une nouvelle taxe (pourquoi ne prend t-on pas ces 100 millions espérés sur les bénéfices des pétroliers avec interdiction de répercussion sur les consommateurs? Et jusqu’à quand l’automobiliste va t-il se laisser faire…. Y a t-il parmi eux des APLisés? Il faut leur dire que les cumuls sont maintenant interdits et que gagnera t-on quand la branche automobile plongera dans le rouge, va t-on contraindre les Français à acheter 2 voitures au lieu d’une?). C’est tout nouveau cela vient de sortir – C’est la qualité de leur élection. Que pensez vous :

D’où l‘idée de demander aux élus de montrer l’exemple de la rigueur en acceptant de n’être indemnisés (base et IRFM) que sur la base de leur résultat du 1er tour…(et non avec un fixe de 10793€)  Les APLisés accepteraient certainement plus facilement la ponction de 5€

les sous marins étant des participants du challenge du nombre, histoire d’emmerder, un peu plus les électeurs et qui souvent sont des officines des partis dits « grands », tellement grands qu’ils en sont réduits à traficoter.

Il serait intéressant de faire apparaître, sur les professions de foi des candidats (Divers, Divers Droite, divers gauche et autres pavillons de complaisance), le rattachement financier desdits candidats. Ils ont obligation de le signaler lors de l’inscription de candidature. Ce serait plus honnête de savoir, in fine, pour qui chaque candidat roule… Il suffit de le décréter ou de l’ordonner. Avantage, cela ne coûte rien au budget… et en ces temps difficiles c’est positif!

Ce tableau en attente de celui qui sera complété avec l’analyse-étude des résultats de 2002 (puis éventuellement, ensuite,depuis 1958, – si c’est possible d’accéder aux chiffres des résultats par circonscriptions et non aux regroupements – soit 15 élections législatives scrutées dans leur déclin….)

Qu’en pensez-vous?

*****

« L’héritage crucifié »

Message d’outre-tombe

11 Novembre 2005

héritage en croix
on a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel tire réel et vrai?
La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.
*****
Mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011 .
*****

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……

Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :

*****

A l’attention particulière de la liberté d’expression, voir: