-

fascisme

Après un decodex-médiatique, voici celui des putes de chambrée…. Le BMC s’implante partout, là où il y a pouvoir, il y a maintenant dictature. Quel führeur de vivre en 2018. C’est l’Appel. (unedekeg@18/06/2018)

Publié le Mis à jour le

Choix du jour : « censure + » ou « sang sur »
*****
dicton du jour :  «  bon temps en juin, abondance en grain »
 *****
Oligarchie
pour la seule beauté du pont…..(au pas de Nemours)   http://www.incapabledesetaire.com/oligarchie.html

Toute dernière (ou première), pour la route :

en repos, le temps du moundial Russe…. (excepté si une info est plus importante ; mort présidente, attentat stadaire avec des milliers de victimes, déclaration de guerre autre que commerciale, explosion d’arsenaux nucléaires,… avènement officiel du « mais si », mais non….). Il ne faut pas polluer l’horizon du bon Peuple…

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

Petit à petit on se met en marche…. c’est qu’il faut du temps pour ébranler la conscience d’un groupe aussi bigarré. Patience, la dictature est au bout de la censure et de leur ultima ratio . Merci Fillon de ce costard ; https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270 en sur-mesure démesurée (encore un décret et non une loi – ni proposée ni projetée – et encore moins référendaire)

et avec un peu de recul…. :  

Le decodex, nouvelle mode sans sure, té, c’te bonne blague. Les députés doivent se faire chier à n’être que chambre d’enregistrement des volontés des patrons…. surtout d’un seul…. Alors ils font preuve d’originalité. Ils s’amusent à créer une « censure + » qui doit mener normalement à leur sur-pouvoir… Pardon celui de la voix de leur maître. Etre esclave d’un esclavagiste, quand on peut se défouler sur ses propres esclaves cela s’appelle être kapo. Manque plus que le « T » et pas forcément de 5 à 7, quoique en chambre…. pour que ce soit la fin avent le commencement…; Même dieu y perdrait son aura…. ainsi que son Yiddish

*****

se souvenir :

  • Macron aux Indiens: « Ne respectez jamais les règles ». (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Bons ou mauvais médias : des députés veulent « labelliser » la presse !….

Tout va devenir labellisé… comment ne pas concevoir que l’on ait envie de prendre le maquis en se faisant la belle, histoire de respirer un peu loin des carcans que nous imposent les justement « bien-pensants » (marrant il n(y a que eux qui y croient….)? Bientôt même la naissance va être labellisée et cela s’appellera eugénisme. Il ne vous est pas échappé qu’aujourd’hui, nous sommes justement le jour de l’Appel et pour certains peureux (12 millions) celui du rAppel du 18 Juin 2017, qui a donné naissance au label en marche…. arrière, en urgence!

https://www.financite.be/fr/news/label-financite-fairfin-2-labellises

 

Veulent-ils créer un second « déconnex » ? Faut-il que ça les dérange les sources non officielles (attention aux copy-râtés… Certains anti plagiat de leur créativité piquée aux autres, veillent à leur gagne pain, facile, ils mettent un mot bien spécifique et particulier genre faute grosse orthographiée…. essayez avec « Bénitier-batipse-mal » , terme assez rare et surtout orthographié de la sorte. Essayez ce mot tel quel sur Google ou Qwant. Vous trouverez de suite qui en parle et de là, vous pourrez le contacter et lui demander, gentiment et sans être contraint de l’insulter s’il résiste, des droits d’hauteur. Certains s’en sont fait une industrie lucrative – dans la créativité des autres.  Il suffit ensuite de taper ces mots spécifiques et le tour est joué et le tiroir caisse enregistre plus ou moins les entrées PayPal. Notez que je n’ai cité aucun nom. Ce serait trop facile; d’autant que ce spécialiste tient à un certain anonymat et on le comprends. Il ne faut pas lui piquer son gagne-pain! Ce serait du vol et du viol de conscience).  Bien sûr, il n’est pas question d’approuver la diffusion de contenu factice, mais on va vers une dictature fasciste si cette loi est votée. Il va tout de même être très difficile de statuer.  Qui peut se prévaloir d’être le détenteur de LA vérité ? Certainement pas ceux qui vivent du mensonge institutionnalisé. On ne nous dit pas tout!!  Partagez !! ..

Dans les deux propositions de loi contre la manipulation de l’information, discutées ce jeudi 7 juin au Parlement, plusieurs amendements proposent une « labellisation » ou « certification » des médias par l’Etat. Entre excès de zèle et amateurisme, certains députés semblent bien décidés à apposer un sigle sur les sites Internet français… (il y a déjà, l’accord de parution par l’intérieur, puis l’aide financière de l’état, suivie par le filtrage du Monde-decodex et accessoirement de certaines élites – méconnues et inconnues du grand public, seuls ceux qui y ont affaire et en affaire, qui en connaissent.. – pékines qui officient dans l’ombre telles des barbouzes de la pensée copy-râtée – et maintenant « censure » légiférée par la volonté (non du peuple, mais de ses soit-disant représentants. Et malgré tout ce ne sera pas suffisant? A quand l’interdiction pure et simple de paraître. Vous allez voir que toutes ces mesures seront inefficaces et il faudra…. )

« Information 100% certifiée par l’Etat français« . L’éventualité de ce label vous interroge, où vous met carrément mal-à-l’aise ? L’énoncé est évidemment provocateur, mais il semble que les parlementaires LREM et MoDem souhaitent souscrire à une formule de ce type. Car la loi contre les fausses informations (Macron disant aux Indiens, en partant vers l’est de Paris, « pour réussir, ne respectez pas les règles », information véritable ou diffamation en falke?), examinée à partir de ce jeudi au Parlement, est truffée d’amendements prônant la « labellisation » ou la « certification » des sources d’informations. Comme lorsqu’un label est présent pour indiquer la provenance d’un fromage, les députés souhaiteraient pouvoir doter les sites Internet et autres organes de presse d’un sigle permettant leur identification. Faire la part des choses, en somme, entre les sites d’informations fiables, qui diffusent de vraies infos, et les autres. Selon certains députés, ce label devrait être distribué par rien de moins… que l’Etat lui-même. (Il y a fort à parier que si des labels sont apposés sur les sites « mauvais » ce sera leur rendre service. Une pub à bon compte. les Français ont la transgression dans le sang – excepté les 12 millions de peureux du second tour. Quand on est aussi peureux dans un vote on l’est aussi dans la transgression… Mais restent quand même quelques 33 millions d’électeurs qui feront malgré tout un choix….)

Ces amendements sont multiples : au moins cinq d’entre eux tentent d’inscrire l’existence d’un label dans la loi. Un groupe issu de la majorité La République en marche réclame ainsi la création d’une « obligation de signalétique » qui doit permettre d’identifier quels sont « les sites de confiance » et ceux « de moindre crédibilité »  . Ces bons et mauvais points devraient être distribués selon des « modalités » et des « critères » qui « seront définis par décrets« , c’est-à-dire directement… par la puissance publique ! Pour compléter ce contrôle, les députés proposent même une « procédure de labellisation certifiée » qui serait « confiée au Conseil supérieur de l’audiovisuel » (CSA). Actuellement, le rôle de cet organisme est de garantir l’exercice de la liberté de communication à la télévision et à la radio. La qualité ordonnée par décret…. (Y a du fayotage dans l’air pour complaire à sa seigneurie, curétale du Latran, même si le p’tit jésus n’est pas sa divinité au panthéon des monothéités)

Derrière la « bonne intention »…

 « C’est un problème, vous ne pouvez pas confier un impératif de certification au CSA, déplore Patrick Eveno, président de l’Observatoire de la déontologie de l’information. Dans un état libre de droit (?), il ne lui revient pas de trancher ce qui est fiable de ce qu’il ne l’est pas en matière d’informations sur Internet« .

Pour contrer cette critique, d’autres députés se défendent de vouloir labeliser l’information… tout en proposant de délivrer « une signalétique visible et appropriée des contenus publiés par des services de presse en ligne« . « décrire la médiocrité électorale de certains au premier tour, sera donc labéllisé! – le neo prorata indemnités alpha, allez-y voir, tant que le label VSOP n’y est pas encore appliqué… ) « Ce n’est pas un label. Il s’agit simplement d’un signe qui pourrait permettre aux lecteurs de s’y retrouver dans les sites qu’ils visitent et qui serait valorisant pour les journalistes« , se défend auprès de Marianne (elle eut pu choisir un autre canard…. à moins qu’elle ne veuille compliciser « Marianne ») la députée MoDem Sophie Mette, assurant aussitôt « avoir eu une très bonne intention » en proposant ce texte (on la comprend au vu de son score…. et de son appartenance)

… un label indirectement remis par l’Etat (pourquoi légiférer pour un tel label. Il en est un incontestable : l’aide financière aux médias…. 200 millions)

Avant même l’ouverture des discussions au Parlement, son amendement d’origine a été directement escamoté.  Dans cette première version, les députés centristes proposaient que cette fameuse « signalétique » soit délivrée par la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP). Aujourd’hui, cette dernière a un rôle essentiellement fiscal : elle reconnaît quelles publications bénéficient des avantages postaux et fiscaux attribuées à la presse. C’est elle, aussi, qui attribue leur carte presse aux journalistes français (quel dommage, les internautes qui veulent écrire, n’ont pas, pour le moment, besoin d’une carte presse… Mais dans La France  fasciste à venir lors de la dictature, ils auront le choix : ne pas ecrire ou le camp de lavage de serf-veaux lents). Bien qu’elle constitue une autorité administrative indépendante, son président et certains de ses membres sont nommés par un arrêté du ministre chargé de la Communication.

Là encore, en proposant que le choix d’un sigle revienne à la CPPAP, les députés MoDem suggéraient donc, en somme, que l’Etat français identifie quelles sources d’informations étaient crédibles, et quelles autres ne l’étaient pas. « Ça a été mal perçu mais il s’agissait bien d’une maladresse, indique-t-on (on se demande, réellement, de qui sont représentants les députés….. et pendant ce temps, à l’appui de la compétition d’un ballon rond, les vrais problèmes ne sont et ne seront pas réglées. La dictature est effectivement « en … marche ». Quand l’arrêterons nous? et avons nous réellement envie de le faire? Les parlementaires, non….). Nous l’avons rectifiée en indiquant simplement qu’il fallait une signalisation. Nous voyons bien le problème que proposerait une attribution d’un sigle par l’Etat ». Et au MoDem d’ajouter, très mal-à-l’aise : « On vous assure que nous n’avons jamais eu l’intention de labelliser l’information ». De quelle manière serait alors défini le fameux sigle de bonne conduite médiatique, si aucun organisme public ne s’en mêle ? « Nous n’y avons pas encore vraiment réfléchi, concède Sophie Mette, un peu confuse. Peut-être que l’amendement ne sera pas adopté, alors il est encore trop tôt pour y penser ! » (preuve que c’est inscrit dans leurs gênes politiques à défaut de génétiques. Il n’en brillent pas au génie politique….)

« Nous n’y avons pas encore vraiment réfléchi », concède la députée à l’origine du texte

Un label pour « exercer un vrai contrôle déontologique »

Après quelques hésitations, la députée finit par lâcher une idée, celle d’une commission extérieure à l’Etat, constituée de professionnels des secteurs des médias : « Rien n’est encore écrit, précise-t-elle. Tout est encore possible et ouvert, en tout cas en ce qui concerne cette proposition ! » Une idée qui rejoint notamment celle de Reporters sans frontière, qui réclamait, début avril, la création d’un label européen pour faire le tri entre les vraies et les fausses informations : « Ce serait une bonne idée pour permettre une certification des méthodes production de l’information », se réjouit Paul Copin, juriste de l’association. RSF imagine pour sa part un système de labellisation qui rejoindrait celui des autres industries, passant par exemple par l’Association française de normalisation (AFNOR) : « Cela nous d’avoir permettrait une garantie de fiabilité », poursuit-il.

Mais pour Patrick Eveno, aucune des solutions proposées aujourd’hui en matière de certification ne fait l’affaire : « On est en train de construire une vraie usine à gaz, regrette-t-il. Les propositions de Reporters Sans Frontières (même les journalistes cautionnnent cette »censure » déguisée…) ou celle des députés ne sont pas les bonnes, pour la simple raison qu’elles demandent d’exercer un contrôle a priori, sur un contenu qui n’a pas encore été produit. C’est absurde ! »

Alors que son adoption devait intervenir le jeudi 7 juin, la loi sur les « fake news » a finalement été repoussée à plus tard et devrait probablement être votée en juillet. Après huit heures de discussion dans un hémicycle assez clairsemé ( faut-il payer 577 députés – à 10 960€ / mois plus le reste… – et alors que la constitution stipule que chaque député ne peut recevoir qu’un seul mandat de collègue….), la séance a été levée à 1 heure du matin. Il reste encore une centaine d’amendements à étudier dans les deux textes qui constituent ce nouvel arsenal législatif (une loi ordinaire, et une autre organique, portant sur la période présidentielle). Ce dernier vise à contrecarrer la diffusion d’une « fausse information », terme dont la définition a cristallisé les critiques cette semaine. 

La rapporteuse de la loi, Naïma Moutchou (La République en marche) a ainsi fait voter une nouvelle définition ce jeudi : « Toute allégation ou imputation d’un fait, inexacte ou trompeuse, constitue une fausse information »(encore faut-il définir, pour éviter l’arbitraire flagrant, « inexacte » et/ou « trompeur ». Faudra t-il attendre le serment de ses auteurs pour en savoir. C’est l’infaillibilité des politicards après celle du Papa, du Président, des « gouv.fr »….). Preuve du manque de consensus dans la majorité, la ministre de la Culture, François Nyssen, qui juge cette définition trop générale, a expliqué espérer que la navette avec le Sénat permettrait une définition « plus satisfaisante ». (Vous avez le droit de dire ce que je dis lorsque je vous y autorise, après vérification par moi même de ce que j’ai dit ou voulu dire et de ce que vous, vous voulez dire et surtout écrire. C’est le nouvel évangile selon chacun des politicards. Dieu va s’y paumer avec ces milliers d’évangiles déjà qu’au de là de quatre, c’est la merde….)

 

METTE Sophie 33-9 MDM 15,91%

9éme circonscription de la Gironde, 15,91% des inscrits au 1er tour (le plus a été de 30%). Economie réalisable avec l’indemnisation au prorata : la moitié des 10 926 (indemnité de base + IRFM) au 284ème rang sur 577… Peut mieux faire. A t-elle peur que l’on dénonce son manque de représentativité même si au dessus des 12,50% prévu par le code électoral? On comprend dès lors qu’elle ne veuille plus laisser paraître de telles vérités… car même à mi indemnités elle reste avec 4 fois le smic….

Vouloir créer un label relève du crime de lèse-information, voire de lèse-Peuple (si la révolution avait effectivement comme volonté de donner et rendre le Pouvoir au Peuple) et accepter que l’état mette son nez partout. De vrais journalistes peuvent-ils accepter l’idée même d’un label quelconque. Ils se seraient insurgés contre celui de decodex (à l’initiative du « monde »), paraît-il! Mais si c’est pour en réclamer un de la part de l’état… de quoi ont-ils peur réellement? De leur médiocrité. Celui qui est compétent ne doit pas craindre le label du Peuple (qui rappelons-le, en vertu de la constitution est seul souverain….. Les députés n’étant que leur représentation et le gouvernement, le guide qu’il accepte de se donner pour un temps, lequel devrait-être révocable dès maintenant sans attendre 2022, parce que telle est la volonté du Peuple, devant les constats d’anti peuple des mesures prises depuis un a n et qui ne sont pas finies. Au bout de ce chemin la dictature).

Rien ne va plus au jeu des paumés (que nous sommes. Va falloir ressortir les baillonnettes des lampes qui soit disant éclairaient le monde. Mais il y a … longtemps, longtemps). Le sarment n’est plus ce qu’il était et maintenant il faut boire la lie avant qu’elle ne soit tirée et encore moins retirée. Ce n’est plus la ciguë, c’est la ligue ou lie-bue… Décidément la marche ne semblerait plus marcher excepté au crépuscule des yeux….

*****

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!

******

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant. C’était avant…..?

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical.

******

Et pendant ce temps……

S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)

On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?

La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.

*****

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……
Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :
Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1C
Publicités