-

dette

Un autre moyen de joug pour mettre à genoux un pays et ensuite en coupe réglée ou non…. la dette! (Une de keg – 04/08/2017)

Publié le

Le choix du jour : «dette à intérêts» ou «intérêts à dettes»
 
 *****

Français quand vous saurez……que :

On assassine mieux un pays en lui permettant d’augmenter sa dette avec des emprunts pour simplement payer un service à cette dette….

et avec un peu de recul….

Il y a deux moyens de mettre un pays sous le joug et ces deux moyens ont un seul nom, la guerre. Ce que les armes ne font (ou n’ont pas fait), l’argent le fait plus sûrement et surtout en gardant les mains propres….. les tauchtones se débrouillent entre eux…. Les plus féroces boufferont les plus fragiles, mais cela reste en interne

*****

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

 ******

Et pendant ce temps……

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

La crise grecque a rapporté plus de 1 milliard d’euros aux finances allemandes

Entre les prêts accordés à Athènes et les programmes de rachat de titres de dette, les organismes allemands ont récolté 1,34 milliard d’euros depuis le début de la crise.

 

Le ministère des Finances allemand a rendu public les profits engrangés grâce aux intérêts des prêts accordés à la Grèce. Résultat, Berlin a encaissé 1,34 milliard d’euros depuis le début de la crise en 2009, révèle le quotidien Süddeutsche Zeitung.

Philippe Béchade: Tout va bien en Grèce ?, … Arrêtons cette bouffonnerie ! Patrick Artus: « On prête aux grecs l’argent qui leur permet de nous rembourser. C’est une absurdité totale »

Dans le détail, la banque de développement allemande KfW a encaissé 393 millions d’euros d’intérêts du prêt de 15,2 milliards d’euros qu’elle a accordé à Athènes en 2010. Entre 2010 et 2012, un programme de rachat de titres de dette d’Etat par les banques centrales de la zone euro à permis à la Bundesbank d’enregistrer un profit de 952 millions d’euros.

Que l’on se rassure, on n’est pas mieux lotis en France… On emprunte les 42 milliards et plus du service de la dette et pendant ce temps, la dette continue à augmenter d’autant. Et dire que d’aucuns prétendaient enrayer la dette, tout en argumentant sur les fameux 3% de Maastricht. De deux choses l’une :

  • ou c’étaient et ce sont de parfaits incompétents (mieux que cela, ils meurent et nous avec)
  • ou ils nous prennent carrément pour des demeurés (ont-ils tour ou raison?)

C’est peut-être un mix des deux……

Mais ce que l’on peut voir c’est qu’en Grèce, il n’y pas usure, mais de là à dire que c’est nickel comme un sou neuf…, il y à une mer à boire et à traverser. et j’ai justement calculé au 1000ème prés, cela fait 2,58% de taux, qui même sans être d’usure use et met à genoux la Grèce, puisqu’elle emprunte comme nous pour payer non sa dette (qu’elle est incapable de payer), mais ses intérêts et qui dit intérêt dit quelqu’un qui se sucre au bout de la chaîne d’esclavage financier.

Mais dans la réalité si le taux n’est que de 2,58% cela coûte quand même à la Grèce 8,85%……. Cela doit être les coûts annexes et déguisés dans les clauses illisibles du traité-convention de prêt.

Qui a donc intérêt à ce que les dettes des pays augmentent? Cherchez les stocks d’options et les dividendes intéressants et vous découvrirez la cupidité de certains au dessus du panier, qui,pourront ainsi, un jour racheter les pays à Bacou…. (non malgré tout, ce n’est pas la zone des russes).

Saigner un pays, en le mettant à genoux, c’est le nouveau genre de guerre, peut-être plus efficace que les autres…. Là point de génocides à organiser , en solution finale… On aide les pays à y parc=venir par eux mêmes!

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français »

**********

Mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011 .

 

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida).

Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word) :

 

*****

A l’attention particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1CO
Publicités