Testament adressé, directement, à ceux qui se disent Gaullistes…. et aux autres

Publié le

 

 

Mon testament était précis…..

« L’héritage crucifié »
Message d’outre-tombe
09 Novembre 2005

Mon testament caricature

« Prendre soin, en permanence, de mes enfants que sont ceux de parents « Morts pour la France », la France que j’incarnais alors seul…
Ces enfants ont été déclarés « Pupilles de la Nation », mes Pupilles

Ceux qui se réclament de mon souvenir et de mon héritage doivent avoir présent à l’esprit que ce sont ces morts qui m’ont permis d’élever la France au niveau où je l’ai élevée.
Ce sont ces morts et non les vivants que vous êtes qui ont mélangé leur sang au ciment de l’édifice France tel que je vous l’avais laissé il y a plus de 40 ans…
Ce sont ces morts qui ont répondu présent pour permettre que quelques Français puissent encore croire en la valeur de la France.
Ils n’étaient pas nombreux en ce temps là.
Ce sont ces « Morts pour la France » qui ont entendu mon Appel et qui ont accepté de mourir dans l’Honneur plutôt que vivre dans le déshonneur.

Leur mort fut multiple :

• dans l’horreur de la barbarie nazie des camps (ou des suites de la captivité)
• dans les massacres malheureux de populations civiles ou d’otages fusillés. Là aussi barbarie nazie
• dans les combats du maquis. Là aussi barbarie nazie
• dans les combats menés par les FFL (Forces Françaises Libres). Là aussi barbarie nazie
• victimes de bombardement

Mais leur mort fut une seule et unique « Mort pour la France ».
La souffrance de leurs enfants est une et non multiple.
Ce sont ces gens là qui ont fait la France que j’aimais, celle pour laquelle j’ai accepté de m’investir, mon grand Œuvre, celle que je vous ai laissée….

Si vous ne respectez pas cette volonté d’Egalité de la souffrance de « mes » enfants, vous ne pouvez revendiquer mon héritage et encore moins vous déclarer les continuateurs de mon œuvre.
Mon œuvre, sans cet épisode tragique de la seconde Guerre Mondiale, n’aurait jamais pu être ce qu’elle a été.
C’est cet épisode qui est à l’origine de ce que j’ai été.
Mépriser, oublier les enfants de ceux qui en ont été les véritables acteurs, c’est renier ce que j’ai été et ce que j’ai représenté.
Ces enfants font partie intégrale de mon héritage.
Les parents de mes enfants se sont sacrifiés pour les valeurs républicaines pour lesquelles j’ai mené mes combats : Liberté – EGALITE – Fraternité. »

Pensez-y dans vos toutes prochaines décisions ».

 

Publicités