-

Ce qui tue un pays, une communauté, ne s’appelle que passivité. Ce sont les Peuples qui creusent les tombes de leurs oublis…répétés! Et non l’Histoire. (unedekeg@13/10/2018)

Publié le Mis à jour le


Choix du jour : « passivité  d’avant » ou « passivité actuelle »
*****
dicton du jour :  « automne en fleur, hiver plein de rigueur »
 *****
Oligarchie

https://veritasinblogo.wordpress.com/2018/10/11/et-en-finale-les-states-en-stats-de-1960-a/

Toute dernière (ou première), pour la route… :

Surprise, il n’y a pas d’attentats. Pourtant c’est un temps béni… L’intérieur est malade en son extérieur…. Si on peut s’en passer, il y a crainte pour tous les autres mini-stères. D’ici à ce qu’on les surprime,…. Cela s’appelle simplement dictature (et non subprime)

Où l’on voit ce qu’il advient quand le chat d’intérieur n’est pas là, les souris dansent sur un volcan à la limite du légal-illégal (ou l’inverse, pour bien marquer la neutralité par rapport à la situation.. par séparation des pouvoirs accordés ou non.)

Le prochain gouvernement va éradiquer…. Quoi? C’est la surprise…. Selon que l’on trouvera ou non un intérieur garni d’attentions (bonnes, cela coule de source élyséenne), l’éradication sera partielle ou totale au point d’éclipser tous les intermédiaires entre riches et gueux…. C’est la lutte de classes!

Et toujours le glyphosate en carburant pour être en marche :  en marche au glyphosate  (Osez cliquer sur ce lien c’est le la dynamique de groupe poly-tics, due à l’absorption continue de désherbants, y compris pour ses pilets!)

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

 L’Histoire s’invite de nouveau à notre table de festin…. et nous serions condamnés à resservir les mêmes plats, avec le même cérémonial?

et avec un peu de recul…. : 

 Nous savions que…. et nous n’avons rien fait. Nous savons … et nous ne faisons rien. La différence entre les deux situation : un génération et demi!

*****

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses ». Vous, où vous situez vous….?

 

Pourquoi les journalistes ont-ils sous-estimé Hitler ?

Par Xavier de La Porte

Macron président : les dessinateurs ne lui accordent pas d ...

 

A chacun ses plaies…. Boy!

http://www.lefigaro.fr/culture/2017/05/08/03004-20170508ARTFIG00115-macron-president-les-dessinateurs-ne-lui-accordent-pas-d-etat-de-grace.php

 

Ce livre est à la fois glaçant et touchant. Glaçant parce que replonger dans ce que les correspondants de la presse internationale en poste à Berlin racontaient des Nazis en 1933 est stupéfiant. Bien sûr, certains – les journalistes de «L’Humanité» par exemple – ont compris l’horreur qui se préparait. Mais beaucoup, en France et ailleurs, manifestèrent une incroyable absence de clairvoyance – voire une complaisance – envers ce que Hitler mit en place une fois au pouvoir.

L’intérêt du livre est de dépasser ce constat (qui a déjà été fait) pour donner à lire les articles en question, mais aussi pour raconter les conditions de vie et de travail de ces correspondants à Berlin. Par toute une galerie de portraits, on découvre leur proximité parfois avec le régime, on comprend la difficulté d’enquêter en Allemagne à cette époque, le manque de relais dans les rédactions nationales (qui ne veulent pas fatiguer le lecteur avec des récits répétitifs).

Et puis, il y a évidemment l’antisémitisme – qui n’était pas qu’allemand – et son revers tout aussi terrifiant. Aux Etats-Unis par exemple, beaucoup de grands journaux ont des propriétaires juifs qui ne veulent pas paraître surtraiter ce qui ne s’appelle pas encore la Shoah, et incitent leurs rédactions à une grande prudence. Pourquoi les journalistes n’ont-ils pas alerté le monde sur ce qui se préparait (et était déjà en train de se dérouler pour une part)? C’est la question centrale de ce livre. (les juifs complices d’Hitler et de ce qu’il allait lui faire;, on connait. Déjà il y a quelques millénaires, un mec consenti à accepter ce qui allait lui advenir… Il le fallait pour faire une religion. Ce dernier s’appelait jéhu et finit par croire en croix. D’ailleurs se pose la question, des deux qui est le plus important de Judas ou de jehu? Sans Judas, il n’y eut eu de Jéhu, mais le symbole)

Mais le livre est touchant parce que Daniel Schneidermann ne cache pas que cette question, il se la pose à lui-même. Il se la pose en rapport à aujourd’hui: pourquoi n’a-t-on pas vu Trump venir (c’est même le point de départ de sa réflexion)? Comment traiter la montée des autoritarismes? Comment dénoncer sans se répéter? Mais il se la pose aussi sur le mode «en 1942, aurais-je été résistant ou collabo?» Et donc il ne cesse au fil des pages de se demander si, lui en poste à Berlin en 1933, il aurait vu ce qui se tramait, si lui il aurait eu le courage, trouvé les mots etc.? Si lui, en tant que juif, aurait réagi différemment… C’est évidemment insoluble, mais il a au moins l’honnêteté de se questionner. (effectivement qu’aurions nous fait en ces périodes troubles et obscures de notre histoire?. Les Résistant eurent raison, après coup, de leur combat. Mais si l’Allemagne fut restée triomphante, leur combat fut resté stérile. Déjà qu’avec le temps, on a un peu tendance à trop les oublier et surtout oublier leurs rejetons appelés pompeusement, mais il n’y a que le titre, surtout qu’ils sont les euls véritables répondant à la définition initiale « Pupilles de la Nation », même à plus de 70 ans)

Parmi tous les témoignages de journalistes livrés au fil des pages, un m’a frappé en particulier, parce qu’il insiste sur une autre raison de la cécité :

La Grande Bretagne tolère au Royaume des Al-Saouds d ...

http://www.tunisiefocus.com/politique/grande-bretagne-tolere-royaume-al-saouds-dutiliser-armes-a-munition-yemen-161878/

(Extrait de “Berlin, 1933 – La Presse internationale face à Hitler” Daniel Schneidermann, Le Seuil)

Précision : l’acide prussique, c’est un autre nom du Xylon B, le gaz massivement utilisé dans les camps.

Ce témoignage se distingue des autres parce que, tout en ayant été rédigé a posteriori, il ne cherche pas à racheter son auteur (tous n’ont pas cette honnêteté). Mais surtout il insiste sur un aspect intéressant: l’incrédulité.

Le journaliste en question a fait son travail, mais croyait-il vraiment à ce qu’il écrivait, ou plutôt que ce qu’il écrivait soit vraiment possible? Etait-il vraiment possible qu’Hitler se prépare à gazer des gens en masse? Ce qui est d’autant plus étonnant, c’est qu’on en est 1942, soit presque dix ans après l’accession des Nazis au pouvoir et qu’on a vu à l’oeuvre depuis longtemps le régime nazi vis-vis des juifs, des roms, etc.. Et pourtant, Alvin Rosenfeld ne croit pas complètement à une extermination massive.

Et sans doute se joue ici quelque chose d’essentiel. Que le journaliste n’y croit pas complètement a sans doute des incidences sur la manière dont il rend compte de l’information, sur les mots qu’il emploie, sur la distance qu’il place – même très inconsciemment – avec les propos qu’il rapporte, et sa volonté de «porter le sujet» auprès de ses collègues et supérieurs. Et cela doit se diffuser dans l’ensemble de la rédaction, jusque dans les plus hautes sphères du journal.

Se pose alors une autre question : si les journalistes eux-mêmes n’y croient pas complètement, comment les lecteurs pourraient-ils y croire? C’est là qu’intervient un phénomène terrible: on peut avoir une information sans que cela ne provoque rien, il y a une distance entre savoir quelque chose et prendre la mesure des conséquences de ce savoir. Parce que c’est trop. (Où est passée la simple curiosité? Ne sommes nous devenus que de simples consommateurs d’info à la ligne, en sachant que la richesse chasse toujours l’info précédente. Prenons nous le temps de creuser les « aliments informationnels qu’on nous donne régulièrement. L’info ne connaît que deux expressions ; la boucle ou le flash éphémère… Entre les deux, rien , le désert)

En gros, la question est peut-être moins: «les gens de l’époque savaient-ils ce qui se tramait dans les camps d’extermination?» que: «les gens de l’époque pouvaient-ils envisager que ce soit possible?» Il ne s’agit pas d’excuser, car sans doute l’incrédulité a-t-elle aussi des causes obscures, mais on voit bien que parfois, il y a dans l’âme humaine des mystères qui rendent l’Histoire incompréhensible.(quand on voit les manipulations pour une simple élection, ainsi en 2017, le moteur a été la peur orchestrée et organisée, comme en 2002… pour faire triompher l’obscurantisme. Faut-il remettre en cause, le système électoral, de nos jours comme en 1933? Oui! surtout quand on voit que l’on élit n’importe quoi avec les 12 millions de peureux de 2017 qui se sont additionnés aux 18% du premier tour. C’est à dire que l’élu n’est pas celui, réel de 82% des Français…  )

 

pays Presidentiel – France

Il est toujours facile de « juger » après coup. Mais nous posons nous la question de ce que nous, nous aurions fait….  en pareilles circonstances. C’est tellement facile les jugements, abrupts, de valeurs…. 

Et puis notre manque d’objectivité (même moi, j’y suis sujet!) nous aveugle au point de nous empêcher de voir la réalité crue. Peut-être que cette dernière nous fait peur…, au point de préférer le consensus imposé. C’est tellement plus facile et surtout moins fatiguant. A agir de la sorte, par habitude, on a perdu une vertu essentielle, celle de se faire sa propre idée en pesant le pour et le contre. Faut-il condamner le métier de journaliste? Oui dans la mesure où ce dernier se contente de retranscrire les données d’agences de presse, sans le moindre approfondissent…

Souvenez vous du processus moutonnier orchestré lors de « grands » sujets, qui nous faisaient tourner en boucle :

  • Les opérations de sentinelle du désert vis à vis de Saddam, après son invasion du Koweït… où on cherchait désespérément les fameuses armes de destruction massive…. inexistantes 
  • 1109 et ses « résidents » se jetant dans le vide du 50 ième étage pour « éviter » la mort….
  • Charlie Hebdo et son cortège de figurant affirmant, sans oser le reconnaître qu’ils étaient des charlots au cacheton….  (c’était loin d’être de la figuration intelligente…. )
  • Bataclan et son cortège d’absurdités (les téléphones qui sonnaient dans le vide et qui ont surpris les « sauveteurs ». Il me semblait que dans un spectacle on invitait les spectateurs à éteindre leur portable pour ne pas troubler le spectacle du carnage, à venir. Certainement que les morts atteint par des balles et à mort ont pris le soin d’allumer leur téléphone, avant l’impact fatal… )
  • élection de « en marche » et sa sortie triomphaliste, venant du néant, pour peut-être y retourner plus vite que prévu, 
  • les ordonnances médica-menteuse du jupitérion de service au palais
  • l’impossibilité de trouver des ministres « propres » sous toutes les coutures

Et nous avons,, en permanence, joué le jeu de la non vérification de validité des informations distillées par les alambics des pouvoirs. Nous nous sommes abreuvés au mauvais alcool, devenus parfois al-côves…. 

Sommes nous persuadés d’être différents des journalistes « aveugles » des années hitlériennes? Sommes nous différents aujourd’hui, plus qu’hier? Non…. 

Prendrons nous l’exacte mesure de la montée des extrémismes qui pointe le nez au sommet des états modernes? Resterons nous simples spectateurs, comme auparavant?

 

https://bibliobs.nouvelobs.com/screenshot/20180927.OBS3055/pourquoi-les-journalistes-ont-ils-sous-estime-hitler.html

*****

Le macron ne sert qu’à accentuer…. (les preuves, chaque jour qui passe ou ne passe pas)

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant. C’était avant…..?

Le macron ‹ ◌̄ › est un diacritique de plusieurs alphabets : latin, grec et cyrillique. Il prend la forme d’une barre horizontale que l’on place le plus souvent au-dessus d’une voyelle. Son principal rôle est d’indiquer que le signe qui le porte reçoit une quantité vocalique (et non votative) longue ; il s’oppose en cela à la brève ‹ ◌̆ ›. (cela promet)

Il est aussi utilisé pour modifier la valeur de certaines consonnes comme l̄, m̄, n̄, r̄, v̄, ȳ dans l’écriture de quelques langues, ou d’autres consonnes comme dans certaines translittérations. Le macron se retrouve aussi au-dessous de certaines lettres modifiant ainsi leur son, où on l’appelle macron souscrit ou ligne souscrite. ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Macron_(diacritique))

se souvenir :

Macron aux Indiens: « Pour réussir, ne respectez jamais les règles …. »! (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)

******

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au cœur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical. (C’est en fin de compte mon journal de bord personnel sur telle ou telle actualité)

******

Et pendant ce temps……

S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)

On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?

La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.

*****

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……
Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :
Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-
%d blogueurs aiment cette page :