-

C’est fou ce que le féminin d’un mot change, complétement, le sens du mot. Retrait ne veut pas forcément dire retraite, même si c’est un retrait actif, ou d’actif …. (unedekeg@14/06/2018)

Publié le Mis à jour le


choix du jour : « retrait » ou « retraite »
*****
dicton du jour :  «  qui en juin se porte bien, aux temps chauds ne craindra rien »
 *****
Oligarchie
pour la seule beauté du pont…..(au pas de Nemours)   http://www.incapabledesetaire.com/oligarchie.html

Toute dernière (ou première), pour la route :

en repos, le temps du moundial Russe…. (excepté si une info est plus importante (mort du président, attentat stadaire avec des milliers de victimes, déclaration de guerre autre que commerciale, explosion d’arsenaux nucléaires,… avènement officiel du mais si, mais non….)

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

 Les 12 millions de peureux du second tour 2017, sont les mêmes que ceux de 2002 et de la prochaine confrontation establishment-FN (ou tout autre sigle qu’il voudra s’affubler). Que pensent-ils, au bout d’un an de leur président (car ils l’ont bien élu – bien dans ce cas pouvant être pris dans le se,ns de mal). Il n’est que temps de prendre sa retraite en patience….

et avec un peu de recul…. :  

Quand on dit que l’on veut sucrer les aides dites « sociales », c’est que l’on n’est certainement pas pour les petites gens. Il est illusoire de croire que tout le monde doit-être riche… Ce serait sacrément emmerdant pour les riches qui ne sont riches que parce qu’il y a des pauvres. La preuve, entre eux, ils s’emmerdent tellement qu’il leur faut baiser leurs alter-égo, sans quoi, ils ne savent plus quoi faire

*****

se souvenir :

  • Macron aux Indiens: « Ne respectez jamais les règles ». (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

L’inquiétante interview sur la future réforme des retraites

Jacques Bichot

Quand la retraite, à la réforme (et donc au rebut de la société)  se passe de maux

http://pcfelbeuf.over-blog.fr/retraites-on-leur-fait-un-dessin

 

Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a livré une première interview au Parisien en forme de feuille de route. Le gouvernement veut instaurer un système par points et les premiers indices donnés sur le futur visage du nouveau système ne sont pas réjouissants…

L’interview donnée au Parisien par le haut-commissaire à la réforme des retraites, le 30 mai, est plutôt inquiétante.

Le nouveau régime sera-t-il vraiment universel ?

Une formule incite à en douter : « Si nous pouvons bâtir un régime dans lequel sont englobés tous les salariés du privé et du public… ». S’agirait-il donc d’un régime réservé aux salariés ? Une autre phrase va dans ce sens : « Le revenu donnera un droit à points, vous aurez une portabilité des droits quel que soit le type d’employeur et le secteur. » Fort bien, mais quid des assurés sociaux qui sont salariés durant certaines périodes de leur existence, et travailleurs indépendants à d’autres, voire même simultanément salariés et indépendants ?

L’évolution économique et sociale ne va pas dans le sens d’un cloisonnement entre ces deux sortes d’emploi (moi, j’en vois trois : salariés, indépendants, parlementaires) ; il existe même une tendance à utiliser des contrats intermédiaires entre le contrat de travail classique et le contrat de fourniture d’un bien ou d’un service.  Il serait donc très imprudent de reproduire l’erreur commise à la Libération, quand les pouvoirs publics renoncèrent à créer un régime vraiment universel. La viabilité à long terme des régimes catégoriels n’est pas assurée, nous avons payé assez cher pour le savoir ! Le réalisme doit l’emporter sur le désir qu’ont certains d’avoir « leur » propre régime.

Faut-il conserver un âge minimal pour la liquidation des pensions ?

Le haut-commissaire entend « garder un seuil en dessous duquel ils [ndlr : les cotisants] ne peuvent pas partir pour éviter que cela pèse sur la solidarité nationale. L’âge actuel de 62 ans devrait être conservé. »

On comprend le problème : certaines personnes cherchent à tirer parti des prestations non contributives, comme un minimum vieillesse, alors qu’elles seraient à même de gagner des droits à pension supplémentaires en travaillant jusqu’à un âge plus avancé. Mais la solution proposée est maladroite, car elle maintient inutilement une antique notion qui devrait être bannie de l’esprit des Français, celle d’âge de la retraite.

Que vont faire les pouvoirs publics lorsque quelqu’un, ayant un poil dans la main (alias un poiliste et ils seraient nombreux, selon des sources mal informées,, sur les listes d’attente) s’arrangera pour émarger à pôle emploi bien avant 62 ans, en attendant cet âge fatidique pour liquider sa pension ? Décourager les stratégies de tire-au-flanc sans tomber dans l’inhumanité est nécessaire mais difficile.

Quelle place le nouveau système attribuera-t-il au fait d’engendrer et d’éduquer des enfants ?

La réponse à la question de savoir s’il y aura des « compensations pour (…) les mères qui s’arrêtent pour élever les enfants » est affligeante. Cette question, pour maladroite qu’elle fût, fournissait l’occasion de rappeler que les retraites par répartition dépendent totalement de la mise au monde et de l’éducation des enfants. Peu de nouveau-nés, cela signifie à terme une diminution de la générosité de tout système de retraites par répartition. Cette forme d’assurance vieillesse repose en effet entièrement sur l’investissement dans la jeunesse, puisque ce sont les enfants et les jeunes d’aujourd’hui qui seront les cotisants de demain. (on a changé la mob au troisième mouflet. Il est vrai que pigeot n’en fait plus! C’est maintenant se démultiplier pour alleger la charge de sécurisation de nos vieux jours… Il est vrai, vraiment qu’à l’époque de la vitesse, la mob, c’est dépassé. Et une mob ne peut-être rackettée-radarisée, pour non dépassement de vitesse autorisée ou interdite, selon le côté où vous êtes)

Si l’on a une conception réaliste du fonctionnement effectif de la retraite par répartition, la réponse est évidemment : « Ni l’un, ni l’autre ». Pour le comprendre, il suffit de se référer à ce que disait Alfred Sauvy : « Nous ne préparons pas nos retraites par nos cotisations, mais par nos enfants ». Dès lors que l’on a pris conscience de cette réalité incontournable, attribuer des droits en fonction des enfants élevés (et certes pas sous forme d’un pourcentage de la pension reposant sur les revenus, formule qui avantage indûment les riches ! Faire l’inversement proportionnel au reste à vivre, après retrait des obligations : cotisations, , impôts, prélèvements, déremboursements, taxes, TVA,TVA sur taxe,….), ne saurait découler de la « solidarité » au sens d’assistance : il s’agit de simple justice, la justice que l’on appelle parfois « commutative » (recevoir l’équivalent de ce que l’on a fourni).

A lire aussi: Retraites: la meilleure façon de cotiser, c’est encore de procréer

Que la réforme des retraites conserve dans un premier temps l’absurde attribution des points au prorata des cotisations versées au profit des « anciens » peut être admis, en attendant le passage à une formule économiquement rationnelle donnant des points au prorata de l’investissement réalisé dans la jeunesse. Mais il est désespérant que l’on n’envisage même pas, en France, de faire l’équivalent ce qui a été instauré en Allemagne, lors des réformes de 1992 et 1999, concernant la prise en compte des enfants dans le calcul de la pension. (on sait bien copier ce qui intéresse les pouvoirs – ce n’est pas que Macron, déjà, avant …. – dans les systèmes de nos voisins, mais ne prendre qu’une partie , en abandonnant ce qui n’intéresse pas c’est induire en erreur ceux qui sont « concernés » par les « nouveautés » avantageuses, mais pas pour celui qui en fera les frais. Quand on copie, on copie tout ou rien)

Rappelons succinctement ce dispositif allemand : chaque enfant donne droit à autant de points que trois années de cotisation au salaire moyen. Autrement dit, élever un enfant est productif de droits à pension au même titre que cotiser, et d’ailleurs ces droits sont calculés en faisant comme si les parents versaient une cotisation vieillesse supplémentaire. Depuis 1999, il n’est plus nécessaire, pour y avoir droit, qu’un parent s’arrête de travailler. Une restriction existe, mais elle concerne uniquement les couples bénéficiant de deux hauts salaires : la somme de la cotisation fictive et de la cotisation effective ne doit pas dépasser la cotisation correspondant au plafond de la Sécurité sociale.

Nonobstant cette restriction, le dispositif allemand constitue un pas intéressant en direction d’une véritable contributivité en matière de droits à pension : outre-Rhin, élever un ou des enfants a enfin été reconnu comme une contribution au système de retraites par répartition. Sortir, fut-ce symboliquement, de l’humiliante situation actuelle dans laquelle les véritables contributeurs aux pensions à venir sont traités comme des assistés, serait pour la France un progrès considérable. Il n’est pas encore trop tard pour que Jean-Paul Delevoye s’en fasse le promoteur.

 

Au bout d’un an il serait temps de s’inquiéter de la peur des 12 millions (25% de l’électorat, quand même!)de manipulés par la « peur officielle », créée de toute part…. (le FN, encore une fois a été agité, tel un hochet pour remplacer le loup de la mèregrande qui se fait boulotter en guise de chaperon… On bouffe ce que l’on a sous la min et là, tout est bon, comme dans le cochon, en tire-lires-€uro). Ils sont heureux, ils ont, soit disant éviter quelque chose, mais certainement pas ce qu’il leur advient… Ils doivent certainement applaudir de tout ce qui s’est fait en leur non urnaire… Ils en savent pas que pour exorciser leur peur, il faut avoir les couilles d’oser dire non et que c’est plus difficile que de s’abstenir… ou que de voter pour un escroc (non encore révélé, mais que l’on découvre petit à petit…..

Monsieur Macron pour être président de tous les Français, il faut peut-être se souvenir que la France ce n’est pas le 1% des plus riches. Cela n’est que la partie visible de l’iceberg. Tout se passe ne dessous (et pas seulement de table….. ni de ceinture). Se souvenir, en permanence, que vous ne représentez que 18% des inscrits (soit 12% de la population…. petit rappel, en général pour être présent au second tour, normalement, il faut obtenir 12,5%….. Pour le syndic de la copropriété France, vos ordonnances sont nulles et non avenues, surtout quand en plus vous vous permettez de dire aux indiens : « pour réussir, n’obéissez pas aux lois…. »  il est vrai que vous avez essayé de leur fourguer des rafales et autres bourrades de flanc, comme votre père-politicard d’avant ainsi que votre grand-père, encore avant…). Le 1% des plus riches vous financent vos ambitions, mais ce sont quand même les petits papiers de la masse qui vous mettent sur le siège. Savez-vous qu’ils peuvent tout aussi bien vous détrôner en 2022 (par la force de leur bulletin) ou avant (par la force de leurs bâtons, à défaut de baïonnette, puisque baillonés). A vous de choisir. Durer dans la qualité ou être guillotiné par la défaveur populaire. Souvenez-vous que le Peuple est alternativement peureux et courageux…

C’est quand la retraite, pour vous et dans quelles conditions (Bénéficierez vous des mesures que vous vous apprêtez à appliquer aux autres)?. Vous n’êtes pas au dessus du lot. Vous n’êtes en fin de compte qu’un Français… comme moi et tous les autres. Serez vous concerné par le système que vous souhaitez imposer. Vous êtes mal barré quand au système de capitalisation au titre des mouflets, il serait peut-être d’y songer. Le temps court et il vous faut trouver la mère porteuse…. à moins que la GPA vous y autorise. Pensez aussi à ne pas amputer la reconversion relative à l’heureuse bénéficiaire de votre ou vos) embryon(s) présidentiel(s), à venir. Il est temps de vous mettre en marche pour cela.

 

*****

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!

******

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant. C’était avant…..?

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical.

******

Et pendant ce temps……

S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)

On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?

La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.

*****

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……
Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :
Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1C
Publicités

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :