-

Il paraît que la démocratie a donné naissance au populisme. Ne confond t-on pas, trop facilement, populisme et populaire, même si les deux ont la même cible centrale! (unedekeg@09/06/2018)

Publié le Mis à jour le


choix du jour : « Bilden-berg en devenir » ou « Ice-berg titanique »
*****
dicton du jour :  « qui pêche en juin, pêche fretin »
 *****
Oligarchie
pour la seule beauté du pont…..(au pas de Nemours)   http://www.incapabledesetaire.com/oligarchie.html

Toute dernière (ou première), pour la route :

Comptes de campagne d’Emmanuel Macron : une association anticorruption va bientôt déposer une plainte

Le compte est bon, jean Pierre! Apparemment ce ne serait pas vrai. GL évent, qui aurait bénéficié de libéralités prè-colombienne (et pro, avant l’heure) aurait fait un retour sur bénéfice -alias retour d’ascenseur post – pour rester dans le giron de tête des 500….petites fortunes de France) ainsi que d’autres, que je ne citerais pas, auraient des erreurs comptables…. Tirez le fil et la pelote va se vider…..

https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/comptes-de-campagne-d-emmanuel-macron/comptes-de-campagne-d-emmanuel-macron-une-association-anticorruption-va-bientot-deposer-une-plainte_2792795.html

*****

Françai(se)s quand vous saurez……que :

La Démocratie crucifiée, c’est le populisme en marche. La démocratie demande vigilance, le populisme ne demande aucun effort. Il suffit de suivre, jusqu’à l’abattage rituel (et là se pose le problème du choix, difficile, hallaloukarcher), au nom de son dieu ré-incarné comme mon ongle benjamin….

et avec un peu de recul…. :  

 La démocratie est morte, cela fait longtemps et on continue à faire semblant d’y croire….. (à sa mort ou à son existence?). On croit bien en une entité que l’on a jamais vue …. Quand on a vu une et que l’on accepte -souverainement et avec l’aval de Bruxelles et d’autres sans N.O.M – la disparition, c’est la foi démocratique que l’on crucifie…. !

*****

se souvenir :

  • Macron aux Indiens: « Ne respectez jamais les règles ». (ce qui est valable pour les Indiens ne le serait pas pour les Français?)

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

 

Il n’y a pas de happy end au populisme

Jean-Paul Marthoz

https://www.renartleveille.com/

 

Une plongée dans l’Italie des années trente, sous la plume de Caroline Moorehead, auteure d’« A Bold and Dangerous Family » qui raconte le destin de la famille Rosselli durant cette sombre période de l’histoire, nous rappelle utilement qu’aucune aventure populiste ne se termine bien.

En octobre 1931, Le Soir publiait le testament de Lauro de Bosis. Un texte de six pages dactylographiées, intitulé «  L’histoire de ma mort  », adressé à ses amis et à son amie américaine, l’actrice Ruth Draper. Quelques jours plus tôt, ce jeune Italien s’était envolé depuis la Corse aux commandes d’un Pegasus et avait largué une pluie de tracts anti-fascistes au-dessus de Rome, avant de s’abîmer en mer. «  Personne ne prend le risque du fascisme au sérieux, écrivait-il. C’est pour cela qu’il est nécessaire de mourir. J’espère qu’après moi, d’autres soulèveront l’opinion et récolteront ce que j’ai semé  ».

Pas de soulèvement

Mussolini, dit-on, piqua une colère noire quand il prit connaissance de cette action qui ridiculisait sa force aérienne. Mais personne ne se souleva. Les semences que Lauro de Bosis avait lancées disparurent dans l’ivraie du fascisme triomphant. En ce début des années 1930, les trains arrivaient à l’heure, la malaria reculait dans les marais pontins au sud de Rome, la mafia sicilienne se tenait à carreau et le drapeau impérial italien flottait sur la Cyrénaïque et la Tripolitaine…

Bégaiement de l’histoire

L’histoire ne se répète pas, elle bégaie, dit-on (mieux, elle rat d’hôte, quand elle s’accommode , à sa guise, du passé, dont on fait table rase – gratis). Sans doute, mais, comme le martelait le philosophe George Santayana, «  ceux qui ne peuvent se souvenir de leur passé sont condamnés à le répéter  » .

Et qui, en Europe, se souvient vraiment de ces années 1920 et 1930, lorsque Mussolini étouffait une fragile démocratie libérale, déployait ses « squadristi » dans les rues et imposait son Etat corporatiste ? Avant d’envoyer ses soldats et son aviation légionnaire en Espagne, pour appuyer Franco et bombarder Guernica.

Lire aussi Mouvement 5 Etoiles en Italie: le populisme comme marque de fabrique d’un parti inclassable

Le combat des Rosselli

l’un des fondateurs, alors qu’il vivait en exil en France, de Giustizia e Liberta (Justice et liberté), un mouvement « libéral de gauche » qui avait fait de l’anti-fascisme un combat éthique et « civilisationnel ». Le 9 juin 1937, il fut assassiné, avec son frère Nello, par des hommes de main de l’organisation d’extrême droite française, La Cagoule, à la solde des services secrets italiens. Carlo Levi, l’auteur du « Christ s’est arrêté à Eboli », chronique magistrale de sa relégation dans un village de la Basilicate, au milieu de paysans misérables et abandonnés, faisait partie de ce mouvement. En 1943, Primo Levi, l’auteur de « Si c’est un homme », s’en réclama lui aussi en rejoignant les partisans anti-nazis regroupés au sein des Brigades Rosselli, avant d’être arrêté et déporté à Auschwitz.

Un sentiment de fatalité

Les circonstances qui ont présidé à l’émergence du fascisme hier, du populisme xénophobe aujourd’hui, sont certes très différentes. Mais télescoper les deux périodes n’est pas un exercice futile si l’on veut comprendre «  comment les démocraties finissent  ». Caroline Moorehead rappelle que, face au fascisme, des membres éminents de la société italienne et européenne furent complices ou complaisants : Lord Rothermere, le baron de la presse britannique, encensa Mussolini, tandis que le Pape Pie XI, après la signature des Accords du Latran, qualifia le Duce «  d’homme envoyé par la Providence  » (c’est vrai que la providence, même au Latran, peut alternativement être dieu ou le diable. Seule l’enveloppe de parade change! L’un renferme l’autre et vice et versa…. sinon ce ne serait ni l’un, ni l’autre!). Mais ce livre exprime surtout ce sentiment de fatalité qui, à partir d’un certain moment, semble projeter tout un peuple dans une «  marche de la folie  » (en marche avant d’abord, puis arrière, ensuite…. pour revenir à la position d’équilibre qu’est l’immobilisme, jusqu’au prochain mouvement populo, qui fait recommencement du balancier-ballotage, ça urne!), comme l’appelait l’historienne Barbara Tuchman. Brusquement, la raison et le bon sens, cette forme de « common decency » que George Orwell attribuait au peuple, semblent disparaître, au profit de l’expression sans filtre des rancœurs, des frustrations, des exaspérations, voire des haines. Brusquement, la « volonté populaire », majoritaire, devient le levier de la remise en cause des principes les plus fondamentaux de la démocratie et de l’Etat de droit.

« Non mollare » ! « Ne pas abandonner » !

Que faire ? Non mollare, ne pas abandonner, scandaient les partisans de Justice et Liberté. Ils proposaient une sortie de crise qui, en alliant la défense des libertés et la justice sociale (mais qu’appelle t-on réellement « justice sociale. Tout le monde en parle, mais personne ne se mouille pour en donner une définition acceptable –  prix au prorata  à cliquer selon votre humeur.  6€ pour tous =injustice sociale, 0,0068% du reste à vivre = justice, tout court) , se rapprochait du New Deal, de ce « libéralisme à l’américaine » qui allait permettre au président démocrate Franklin Roosevelt de combattre les fauteurs de la crise, les « ploutocrates ultralibéraux », et ceux qui, au sein du mouvement America First, prétendaient y répondre par le populisme et l’autoritarisme.

De la farce au tragique

Les giellisti, comme on les appelait, échouèrent face à Mussolini. Leur échec fut celui de toute l’Italie, entraînée par le Duce dans une dictature de plus en plus brutale et finalement dans une alliance funeste avec l’Allemagne nazie. C’est là sans doute le principal enseignement de l’histoire : il n’y a pas de happy end au populisme. Il n’y en a jamais eu nulle part, qu’il se dise de droite ou de gauche, qu’il soit autoritaire ou devienne totalitaire. Le populisme commence parfois comme une farce, par un Vaffanculo («  Va te faire foutre  ») tonitruant, mais il se termine toujours sur un désastre ou une tragédie.

 

Le populisme, c’est quoi? Faut-il penser qu’une i-vedette (sportive, politique, artistique, religieuse, électorale, …. ) est un désastre pour le peuple qui l’en sense?

Il est vrai que les exemples précédents (Russie, Allemagne, Japon, Italie – la Roberto , ou tard – le confirment … Mais le populisme n’existe qu’à force de gogotismes…. Si les peuples se donnaient la peine, collectivement et non séparément et isolément de raisonner (à défaut de résonner), le populisme ne passerait pas. Il y a populisme quand on fait passer ce que l’on veut, au peuple, sans que ce dernier, globalement n’y résiste.

La seule résistance valable au populisme est le savoir…. Donnez vous la peine d’apprendre (seul ou en vous faisant aider par ceux qui s’ adonnent déjà au savoir….) les fondements de fonctionnement de votre société (Constitution, code électorale, règlement de l’Assemblée nationale, institutions politiques et droit constitutionnel,….) et le populisme ne passera plus par vous, et vous renverrez les tenants de ces doctrines dangereuses à leurs études…. pour repasser leurs examens (non de conscience, ils n’en ont pas …..).

Souvenez vous le pouvoir des clergés (bas et haut) qui s’exerçait par le savoir qu’ils empêchaient de divulguer (ce n’était réservé qu’aux zélites) aux manants…. Dès lors que l’on a appris à lire, à tertous, ils ont perdu leurs prix-villéges @ ure et à dia (ne plaise). Quand les cocos de 1917, en Russie, disaient que la religion était l’opium du peuple, ils avaient raison, en partie, Ils n’ont oublié qu’une chose c’est que c’est le savoir qui est l’opium du Peuple. Shootez-vous au savoir et vous verrez que dans le dessein, ci-dessous, seul vous êtes à l’équilibre avec les pouvoirs, sur la planche et il suffit que vous, seul, quittiez cette planche…. alors qu’avec la foule, il faut atteindre la masse critique…. Si vous ne comprenez la puissance de votre pouvoir avec cette seule image, alors vous  avez raison d’être pro-populiste et de suivre vos bergers pastoureaux qui vous mènent aux battages rituels (où vont immanquablement les troupeaux…) élec-teauraux (preuve que le coran passe en continu).  Etre libre demande de la volonté, alors qu’être esclave est tellement reposant, on ne fait rien, ce sont les autres…. !

Quand à la Démocratie, elle est morte dès lors où l’on accepte les pouvoirs tels que représentatifs de minorités…. La démocratie est expression de majorités (dans la définition initiale, la seule valable. Tout le reste n’étant que manipulation). Etre président avec 18% des inscrits au premier tour et 12 millions de froussards,de plus, au second, n’est pas être président, mais dictateur… surtout quand il se contente d’ordonner… a quoi servent alors les chambres si ce n’est d’entérinement…. Se souvenir que les chambres sont aussi l’un des symboles de la démocratie….. Alors si elles ne servent plus ne faut-il pas, au nom des économies, les supprimer?

 

http://plus.lesoir.be/161278/article/2018-06-07/il-ny-pas-de-happy-end-au-populisme

*****

….. deux ou trois doigts de « French Touch électorale »? Allez un dernier, sur le pouce pour la route! Cliquer ci-dessous les liens en orangé, dans, « … et pendant ce temps…. », les liens idoines en « French » quelque chose!
******

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », et que depuis environ 1592…… Avant. C’était avant…..?

Rappel  (pour d’éventuels mauvais coucheurs, autoproclamés « chasseurs à prime de plagiats » de leur soit disant intellectualité, même si copy-ratée d’autrui. Un copyright ajouté sur quelque chose de récupéré n’est pas acte de propriété – cf jugement de référé en date du 20 Février 2018 – TGI de Paris. Heureusement ces autoproclamés sont plus que minoritaires. Précisions, sur ce problème (adressées à la demande) : au coeur des articles, les éléments écrits en bleu (ou noir) et verticaux sont de « keg », ce sont des commentaires (genre explication de texte ou notes personnelles ou d’autrui) et en final la conclusion est en noir vertical..

******

Et pendant ce temps……

  • S’il est possible d’exploiter un esclave un certain temps il finira inévitablement par se rebeller. Pour être en mesure de l’exploiter tout le temps, il doit ignorer sa condition d’esclave. (donne lui un poisson, de temps en temps, mais, surtout, ne lui apprend pas à pécher!)

 

Cliquer sur des liens (orangés et sans radars), c’est surprise-party pris (et prix libre)! :

En ouvrant les trois documents, ci joints relatifs à

Découvrez-y la si fameuse « French Touch électorale »….., en sous marins!

 

*****

« L’héritage crucifié » / Message d’outre-tombe / 11 Novembre 2005

héritage en croix (je sais)
On a festoyé un centenaire, il paraît…….. : https://wp.me/p4Im0Q-2ag  (c’est long pour 100 ans – le texte – normal). En étiez-vous ce 11/11/2017 et à quel titre réel et vrai?
La France méprisante vis à vis de ses « Pupilles de la Nation inconnus ». Surtout ne ravivez pas la flamme du mépris. Ils ont déjà eu leur lot jusqu’au dégoût, à la fin de leur vie….. https://wp.me/p4Im0Q-2az . C’est de l’eugénisme d’état à l’étal brut.
*****
Mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011 .
*****

 

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……

Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word, c’est gratuit et cela peut rapporter gros, en connaissance) :

Quand on fait ses commissions il ne faut pas oublier que la cash-bas héla le pékin

petite commission des grosses présidentielles législativisées

*****

A l’attention très particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1C
Publicités

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :