Il y a pantin et pantin. Mais en final, Macron est comme nous, ni plus, ni moins! Marionnette d’opérette et quand le moment sera venu, au rebus! (unedekeg@09/09/2017)

Publié le Mis à jour le

Le choix du jour : «Macron, marionnettiste» ou «Macron-pantin,tchao»
 
 *****

Français quand vous saurez……que :

Macron, chef de pantin….. Vous croyez qu’il est grand. Illusion créée de toute pièces! Il est comme vous, pantin entre les mains d’autres. Accordons lui le bénéfice de ses soutiens, qui l’ont fait et le déferont, quand le moment sera venu. Quand quelqu’un tire les ficelles pour vous faire faire ce qu’il veut, que vous le vouliez ou non vous n’êtes que marionnette. Certains y croient!

 

et avec un peu de recul….

Qu’est un pantin si ce n’est l’esclave de qui tire ses ficelles. Il y a les pantins de masse (les citoyens) et les pantins des lites…. Mais que l’on ne s’y trompe,chacun a son montreur de marionnettes….

 

*****

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

« La vitesse est d’essence divine. Avant le Dieu des chrétiens qui a repris l’éclair et la foudre à Zeus, c’est Hermès qui l’a incarnée. Hermés va à la vitesse du vent » . Pour rafraichir la mémoire de tous ceux dont les souvenirs de la mythologie grecque et latine sont un peu flous, rappelons qu’au dieu grec Zeus (roi des dieux, dieu du ciel, du Climat, du Tonnerre et des Éclairs) correspond le dieu latin Jupiter et qu’au dieu grec Hermès (messager des dieux, dieu du Voyage, des Communications, du Commerce, des Voleurs, de la Ruse, de la Langue, de l’Écriture, de la Diplomatie) correspond le dieu latin Mercure.

La traditionnelle semaine des ambassadeurs (28-31 août 2017), première du quinquennat d’Emmanuel Macron, présente, par certains aspects, une dimension mythologique. Celle d’une rencontre improbable, inédite entre deux divinités : Zeus, alias Jupiter avec Hermès, alias Mercure.

LE CONTEXTE GÉNÉRAL DE LA SEMAINE DES AMBASSADEURS : UN MONDE SANS MAÎTRES (mais avec un dieu quand même condescendant à descendre de son trône olympique…. dire sa bonne parole. Ses envoyés spéciaux défrayent les chroniques…, y compris médiatiques et judiciaires – lui qui voulait la pureté.. intangible d’un casier vierge! Il est temps de faire un coup de tonnerre)

Pour mieux appréhender le sens de l’intervention du président de la République, il importe de rappeler la genèse de la semaine des ambassadeurs, sa préparation diplomatique ainsi que la vie du microcosme parisien.

La semaine des ambassadeurs : une tradition ancienne

En quoi consiste la semaine des ambassadeurs qui remplace, sous l’influence de Laurent Fabius, la traditionnelle conférence des ambassadeurs ? Il suffit de se reporter au site du Quai d’Orsay. Lancée en 1993 par le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, la conférence des ambassadeurs réunit chaque année, à la fin du mois d’août, tous nos chefs de mission diplomatique – accrédités auprès d’un État ou d’une organisation internationale – afin qu’ils reçoivent « les orientations » des plus hautes autorités françaises (président de la République, premier ministre, ministre des Affaires étrangères et, le cas échéant, les ministres concernés par l’ordre du jour de la session). Cette rencontre doit contribuer à mettre en cohérence tous les volets de l’action extérieure de la France que les ambassadeurs sont chargés de cordonner et d’animer. Nous ne sommes pas dans la simple tactique diplomatique mais dans la stratégie internationale. Cet exercice est d’autant plus attendu qu’il fournit au président de la République la première occasion du quinquennat de s’adresser à cette noble et docte assemblée et que le thème de réflexion retenu pour cette semaine des excellences est cardinal : « Renouveler notre action dans un monde de ruptures » (Est-il nécessaire d’avoir autant d’ambassadeurs, alors qu’il n’y a qu’une pensée unique. Les fatwas jupitériennes devraient suffire pour impressionner nos amis étrangers. Il suffirait qu’ils s’adressent directement à l’olympe-élysées-Montmartre. Economies)

Outre les grands sujets d’actualité (avenir de l’Europe, multilatéralisme, développement du numérique…) et les questions d’organisation du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, la semaine se décline autour de trois grands axes :

  • la journée « je rencontre un entrepreneur » (au titre de la diplomatie économique) avec le désormais traditionnel speed-dating#1Ambassadeur1Entrepreneur (dans le texte) ;
  • la journée « je rencontre un ambassadeur » et un échange sur les réseaux sociaux avec les ambassadeurs et avec les invités du studio.
  • Les ambassadeurs ne sont plus ringards, ils sont dans le vent du numérique et de la transparence. Ils se prêtent de bon gré à cet exercice de fausse transparence.

La préparation diplomatique : un sans-faute jupitérien… ou presque

À la veille de la semaine des ambassadeurs, le chef de l’État effectue une tournée remarquée en Europe centrale. Va-t-il exposer son projet pour sortir l’Union européenne de l’impasse dans laquelle elle se trouve ? Que nenni ! Il tente de rallier certains de ses homologues à l’idée d’un durcissement de la directive Bolkenstein au même moment où à Paris les négociations avec les partenaires sociaux sur la réforme du droit du travail s’annoncent serrées.

  • En marge d’une réunion à Salzbourg avec les dirigeants autrichien, slovaque et tchèque (23 août 2017) et avant de se rendre en Roumanie (il déclare devant la communauté française que « les Français détestent les réformes »)
  • et en Bulgarie5, Emmanuel Macron se montre particulièrement sévère sur la directive travailleurs détachés et sur la Pologne, dénonce une « trahison de l’esprit européen », arguant que l’Europe n’avait pas pour but de « favoriser les pays qui font la promotion du moindre droit social ». Il obtient des résultats certains.
  • Plutôt que de pratiquer une diplomatie d’inclusion, il privilégie une diplomatie d’exclusion, ne se rendant pas en Hongrie et en Pologne (il réussit le tour de force de créer une crise diplomatique avec Varsovie !). Si l’on peut féliciter le président de la République pour ses bons mots (ceux de ses plumes et de ses communicants), on peut aussi regretter l’absence de grande stratégie internationale qui s’attache à sa fonction.
  • Autre excellente nouvelle pour le chef de l’État, l’embellie économique dont profite la France en cette fin d’année 2017… à l’exception notable du chômage (comment peut-on parler d’embellie alors que le chômage continue sa progression. De qui se moque t-on. On fait dire ce que l’on veut aux chiffres…. Et en la matière ils s’y entendent. Ceux qui préparent le 12 Septembre vont-ils eux aussi se contenter d’une guerre des chiffres. S’ils veulent impressionner…. il leur faudra trouver autre chose que des moutons bêlant dans les rues qui mènent aux abattoirs…. rituels)
  • Rappelons que Jupiter envoie, le 26 août 2017 à Bagdad, le (la) ministre des Armées et le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères pour déguster les succès de la coalition anti-EIIL in situ et « renouer un partenariat historique » avec l’Irak comme à l’époque de Saddam Hussein. Au passage, la France accorde un prêt (de soutien budgétaire, d’encouragement aux réformes de fond et à l’assainissement financier du pays) d’un montant de 430 millions d’euros à l’Irak remboursable en 17 ans à un taux favorable de 6,75% avec de l’argent que nous empruntons nous-mêmes (et on n’a pas d’argent pour les Français dans le besoin de la misère….!).
  • Le dimanche 28 août, après une séance de « selfies » au Touquet, Emmanuel Macron s’entretient avec son homologue turc pour exiger la libération de notre compatriote journaliste, Loup Bureau, ignorant que ce genre d’affaires se traite dans la plus grande discrétion pour obtenir la plus grande efficacité. (Il est jeune….. un bleu-bite quoi, seconde classe qui tance ses CEMA-généraux)
  • Mais, ce n’est pas tout, le lundi 28 août, le président de la République réunit un « séminaire gouvernemental » pour resserrer les rangs (« il ne faut jamais céder aux Cassandre »), leur donner une feuille de route (« volontarisme, ambition et exigence »), substituer le concept de « transformation » à celui plus anxiogène de « réforme ». Il accueille un mini-sommet UE/Afrique sur les migrations en présence des chefs de gouvernement allemand, italien et espagnol, de la transparente Haute représentante de l’union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité de l’Europe et de chefs d’État africains (Niger, Tchad, Libye…). Il remet sur la table son idée de « hot spots » et de suivi des migrants potentiels en Afrique.

On l’aura compris, Jupiter est sur tous les fronts.

La vie du microcosme : les tonton-flingueurs à la manœuvre

Mais, en ce mois d’août caniculaire, le baromètre politique est à la dépression. La politique intérieure reprend ses droits.

  • En effet, dans le même temps (formule chère à Emmanuel Macron), nous apprenons que François Hollande entend rester dans le jeu politique et qu’il s’exprimera régulièrement « sous des formes diverses »
  • pendant que François Fillon abandonne la politique pour se préparer à sa nouvelle vie de financier.
  • Quant à Nicolas Sarkozy, il s’ennuie de la politique politicienne mais n’est pas mécontent de gagner plus d’argent que lorsqu’il était simple ministre.
  • Pour sa part, l’éphémère garde des sceaux que fut François Bayrou sort de sa cure de silence pour critiquer la méthode de celui qu’il encensait il y a quelques mois encore.

Au-delà d’une critique justifiée par un sentiment d’amertume, deux de ses philippiques méritent d’être méditées :

  • l’absence de cap de la politique actuelle (« L’opinion ne voit pas clairement la direction, le but, que l’on se fixe »)
  • et l’absence d’un « gouvernement de plein exercice » qui dicte sa ligne à Bercy et aux grands corps de l’État (« Les hauts fonctionnaires semblent avoir plus de poids que par le passé »).
  • Au passage, nous apprenons que le chef de l’État a dépensé 26 000 euros (260€ par jour….. pire qu’une cocotte! Minute à 0,18€ l’unité. Heureusement qu’il est jeune!) en frais de maquillage depuis sa prise de fonctions.

Confronté à cette impopularité croissante, le président de la République annonce qu’il change de stratégie… de communication.

Quelques instants avant son discours aux excellences, il désigne le journaliste Bruno Roger-Petit, conseiller, porte-parole de la présidence pour relayer la parole de l’Élysée, redonner de la perspective à la parole présidentielle. Nous sommes donc pleinement rassurés surtout en apprenant que le couple Macron vient d’adopter un chien surnommé « Nemo ». Au cas où vous ne l’auriez pas compris, le président de la République nous informe : finie la réforme, le maitre-mot de la rentrée est TRANSFORMATION. À quand l’annonce d’une transfiguration de Jupiter pour cause de dégringolade continue dans les sondages ? Afin de faire le service après-vente de son discours aux ambassadeurs, rien de tel qu’une resucée dans son long entretien au Point du 31 août 2017. Sur le plan de la communication, le moins que l’on puisse dire est que la séquence com’ est parfaite. (Un pays incapable de réforme peut-il s’accommoder de transformation. Quelle est la différence sémantique. Une transformation n’est-elle pas une réforme. Il est vrai que réforme traduit : vieux, hors usage, usé, à mettre au rencard)

Le décor intérieur et extérieur ainsi planté, qu’en est-il de l’intervention du président de la République du 29 août 2017?

LE CONTENU DE L’ANNONCE FAITE AUX AMBASSADEURS

C’est autour d’un triptyque que le président de la République organise sa présentation :

  • sécurité
  • indépendance,
  • influence.

Ceci permettra à notre pays d’être plus fort et de lui permettre de tenir son rang grâce à une diplomatie mondiale et globale, toujours en initiative.

La protection de la sécurité de nos concitoyens doit devenir la raison d’être de notre diplomatie (le plan sentinelle, en appui de l’état d’urgence devenu état second…. constitutionnel, ne serait-il plus à la hauteur. On va donc armer les ambassadeurs de leur écharpe et c’est eux que l’on, va armer contre les kalach, ceintures, voitures bélier…. Quel carnage en vue. L’élite du pays réduite en esclavage-terroriste! Du jamais vu)

Le fil d’Ariane, la première priorité de la politique étrangère française est désormais la lutte contre le terrorisme islamiste. Elle doit se décliner dans toutes ses dimensions :

  • géographique (se concentrer sur les zones irako-syrienne et sahelo-libyenne) ;
  • sécuritaire (conjuguer sécurité et stabilité) ;
  • financière (assécher les finances du terrorisme) ;
  • diplomatique (refus de prendre parti dans la querelle entre le Qatar et ses voisins, soutenir l’accord sur le nucléaire iranien) ;
  • globale (compléter le militaire par le politique19) ;
  • migratoire (régler le problème en amont) :
  • africaine (arrimer l’Afrique à l’Europe en actionnant trois leviers : défense, développement et diplomatie).

 Le président s’engage à veiller personnellement à ce que les ambassadeurs de France aient « les moyens de remplir leurs missions ». Ce qui veut tout dire et rien dire à la fois.

L’indépendance de la France suppose mobilité, autonomie et opportunisme

Il y décrit sa vision de l’Europe à laquelle il a donné corps en se rendant à Berlin pour s’accorder sur un « agenda de protection ». Il annonce son intention de la développer après les élections allemandes autour de 10 sujets de travail :

  • protection des travailleurs,
  • Europe de la défense,
  • Union économique et monétaire, numérique,
  • Europe à plusieurs formats,
  • « simplification administrative radicale et plus de subsidiarité »…

Son objectif est simple : apporter une réponse concrète aux attentes de nos citoyens (pipeau : il s’en contrecarre…..). C’est pourquoi, il lancera des conventions démocratiques pour associer les citoyens à la réflexion sur l’Europe.

L’influence de la France articulée autour de nos valeurs et de nos idéaux

Le chef de l’État décline sa pensée – souvent confuse et approximative – autour de quelques idées force censées accroître l’influence de la France dans le monde :

  • climat (réunion d’un sommet à Paris le 12 décembre prochain) ;
  • paix (dialogue avec les grands dont la Russie pour mettre fin au conflit ukrainien, aux conflits gelés) ;
  • justice et libertés (ferment de notre action collective) ;
  • culture (défense des biens culturels) ;
  • attractivité (à travers la diplomatie économique, le tourisme, priorités du réseau, les échanges universitaires, la marque France à l’étranger, la promotion de la langue française qui doit retrouver sa place).
  • La diplomatie économique fait l’objet d’une intervention spécifique de Jean-Yves Le Drian à l’ouverture des rencontres « un ambassadeur, un entrepreneur (28 août 2017) complété par un entretien au Parisien et d’une longue et ennuyeuse intervention du premier ministre, Édouard Philippe.

C’est à ce prix, celui de la transformation cf remarque relative à réforme et transformation. (Si le Français ne veut de réforme, il ne veut pas de transformation, ou alors celles allant dans le sens du bien-être des citoyens et non celui des nantis de la ripoublique), que la France pourra reconquérir les « leviers de la puissance », faire entendre son identité, tracer un modèle civilisationnel, faire entendre sa voix originale, celle d’une « puissance grande par ses ambitions, grande par ses idéaux, grande par ses espérances ». Désormais, « la diplomatie française doit être globale, conjuguant économie, défense, éducation, culture, environnement » afin d’assurer son rayonnement. On le constate, le lyrisme est au rendez-vous.

Que penser de cette brillante intervention et de son cadre, la semaine des ambassadeurs ?

Parvenu à ce stade de l’exégèse du discours jupitérien, deux questions peuvent être posées : que penser de la pertinence de son intervention et de celle de la semaine des ambassadeurs ?

  • Que penser de la pertinence de ce premier discours jupitérien ? Diplomatie de la transformation ou pétard mouillé ?
  • Que penser de la pertinence de cette semaine des ambassadeurs ? Diplomatie de l’efficacité ou diplomatie du tout Paris ?

De cap, nos excellences n’en auront pas reçu un seul mais une foultitude, de quoi en perdre leur latin même si abondance ne nuit pas. Charles Trenet nous chantait : « le soleil a rendez-vous avec la lune ». Avec Emmanuel Macron, cette éclipse diplomatique prend la forme d’un rendez-vous entre Zeus et Hermès. Le premier apporte en présent divin au second la diplomatie de la transformation : « vous êtes ainsi appelés à devenir les ambassadeurs de la transformation de la France ».

Guillaume Berlat

Patience, la fin du tunnel, c’est pour bientôt….. 1 702 jours. Déjà 6,81% de son temps partis en fumettes et vaperolles de vapeurs chargées de donner le change…. On va l’avoir! (à l’usure, normal pour un ex banquier-associé, qui s’y entend en la matière). Certains se contentent d’être larbins de plus puissants. C’est parce qu’il sait cette vérité qu’il entend régner à la Juju…… Avoir l’illusion d’être quelqu’un, le rêve de toute marionnette. Son dieu disait « je suis, je suis celui qui est ». Lui, c’est « je suis ce que d’autres veulent que je sois ». L’olympe peut repasser… Il lui manque la dimension divine…. à défaut, il se la joue important…. Mais pour qui, pour lui ou pour nous? Et s’il ne trompait que lui!
Bientôt ce sera « tchao pantin » pour la co(que)luche de ses Remistes et autres (ceux qui ont voté par peur, en font-ils partie?).
C’est maconiquetonpeuple@elysees2017.fr
François, au secours on t’avait déjà et on ne l’a pas compris….
 
******

Et pendant ce temps……

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Et si on comparaît….. (il vous suffit de cliquer :  le75-dpt – 02-17 ). Cette comparaison pour le département 75 se décline pour chaque département et chacune des 577 circonscriptions. Découvrez la qualité quantifiée de nos chers élus qui brillent de plus en plus vers le zéro à l’infini. Bientôt les élus seront ceux qui auront moins 0% de voix par rapport aux inscrits, « l’élection en moins ». Vous pouvez demander une telle comparaison pour chez vous. Il suffit d’oser demander (plus facile de que voter et surtout de voter bien)

1,5 milliards, c’est la mise de fonds sur les fonds baptismaux de la macronique défailles, que pourraient consentir ;

  • les politicards en rupture de BAN (blancs-Abstentions et nuls), puisque élus avec un chouia de voix par rapport aux inscrits (celles refusées en publication officielle)
  • les partis qui en ont assez de s’exaspérer de la générosité du Peuple qui les fait vivre grassement (avec ou sans VRP du pouvoir)

A noter qu’il manque les chiffres de 2002, en cours de collecte, retraitements et analyses (qui seront ajoutés, dès qu’élaborés….). Un clic sur  – 1,5 milliard écomico-politicarde  –  pour une claque à nos politicards, qui ont la tête de l’emploi….

Dans l’esprit de l’effort de guerre que les députés veulent s’imposer, par esprit de solidarité avec le peuple à qui on pique 5€ d’APL, pour aider la patrie en danger, nous travaillons à l’étude de leurs indemnités (de base + IRFM = 10 972€ par mois) au prorata de leur résultats au 1er tour par rapport aux inscrits et les incidences d’économies, député par député et au niveau national et dans le temps, année par année d’élection. Il n’est pas normal qu’un député à 3% perçoive le même que celui à 30% …. Quand ce travail sera fini, il apparaîtra ici….

On parle de VRP du Peuple, devenus VRP du pouvoir. Savez vous que le VRP est très souvent payé au résultat. Il est déjà un résultat concernant les VRP du pouvoir que sont devenus les ex VRP du Peuple…. – On cherche à emmerder l’automobiliste, un peu plus, en créant de toute pièce une nouvelle taxe (pourquoi ne prend t-on pas ces 100 millions espérés sur les bénéfices des pétroliers avec interdiction de répercussion sur les consommateurs? Et jusqu’à quand l’automobiliste va t-il se laisser faire…. Y a t-il parmi eux des APLisés? Il faut leur dire que les cumuls sont maintenant interdits et que gagnera t-on quand la branche automobile plongera dans le rouge, va t-on contraindre les Français à acheter 2 voitures au lieu d’une?). C’est tout nouveau cela vient de sortir – C’est la qualité de leur élection. Que pensez vous :

D’où l‘idée de demander aux élus de montrer l’exemple de la rigueur en acceptant de n’être indemnisés (bas et IRFM) que sur la base de leur résultat du 1er tour…(et non avec un fixe de 10793€)  Les APLisés accepteraient certainement plus facilement la ponction de 5€

La dèche kalitat électorale ou le déclin des valeurs et surtout de ceux et celles chargés de les porter en oriflamme :

Variation en tempo électoraux
  2007 2012 2017
Elus 577 577 576
partis 12 13 15
% voix Possible 1er Tr 8,33% 7,69% 6,67%
%1°Tr Elu Max 44,21% 35,52% 29,76%
Moyen 26,01% 21,64% 16,21%
Min 8,49% 0,14% 2,96%
ecart 35,73% 35,38% 26,79%
% des inscrits max au 1° Tr Max 44,21% 36,90% 29,76%
Moyen 26,03% 22,39% 16,98%
Min 12,01% 4,02% 3,42%
ecart 32,20% 32,88% 26,34%
% des inscrits max au 2° Tr Max 44,21% 40,80% 37,92%
Moyen 32,42% 30,09% 22,37%
Min 21,50% 6,93% 6,16%
ecart 22,72% 33,86% 31,75%
25% au 1er tour 334 158 25
% des élus 57,89% 27,38% 4,34%
circons de > 12,5% au 1er Tour 572 550 503
Norme des > 12,50 1176 1178 1153
obtenu > 12,5% 1027 1052 608
obtenu / Norme 87,33% 89,30% 52,73%
trio pour 2nd tour 22 24 1
% / Circonscr 3,81% 4,16% 0,17%
Elus au 1° Tour 111 36 3
% / Circonscr 19,24% 6,24% 0,52%
candidatures 6 559 6 579 7 836
candddats identifiables 5 790 5 684 6 097
sous-marins 769 895 1 739
% sous marins 11,72% 13,60% 22,19%
circon Sous marin 378 377 517
% Circons Sous-marins 65,51% 65,34% 89,76%
BAN 1er Tour max 70,40% 86,82% 90,69%
moyen 40,84% 43,80% 52,36%
min 28,67% 22,78% 38,41%
Eecart 41,72% 64,03% 52,29%
BAN 2nd Tour max 76,12% 87,59% 89,67%
moyen 42,04% 46,57% 61,34%
min 27,69% 17,92% 26,90%
Eecart 48,43% 69,67% 62,77%
BAN = Blancs-Abstentions et nuls

les sous marins étant des participants du challenge du nombre, histoire d’emmerder, un peu plus les électeurs et qui souvent sont des officines des partis dits « grands », tellement grands qu’ils en sont réduits à traficoter.

Il serait intéressant de faire apparaître, sur les professions de foi des candidats (Divers, Divers Droite, divers gauche et autres pavillons de complaisance), le rattachement financier desdits candidats. Ils ont obligation de le signaler lors de inscription de candidature. Ce serait plus honnête de savoir, in fine, pour qui chaque candidat roule… Il suffit de le décréter ou de l’ordonner. Avantage, cela ne coûte rien au budget… et en ces temps difficiles c’est positif!

Ce tableau en attente de celui qui sera complété avec l’analyse-étude des résultats de 2002 (puis éventuellement, ensuite,depuis 1958, – si c’est possible d’accéder aux chiffres des résultats par circonscriptions et non aux regroupements – soit 15 élections législatives scrutées dans leur déclin….)

Qu’en pensez-vous?

 

*****

FIN de la une DU JOUR

Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français », depuis environ 1620…… Avant?

**********

Mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011 .

 

Souvenez-vous, les plus grandes saloperies sont au JO en Juillet et Août, lorsque les Français sont, non dans la rue mais, sur le sable, avant que d’être sur la paille…. Le pouvoir se décide sur le sable des arènes (quelle corrida), Panem et circenses ……

Dont  (cliquer sur chacun des items, ci-dessous, pour accéder aux tableaux d’analyse, sous Word) :

 

*****

A l’attention particulière de la liberté d’expression, voir:

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans …. : http://wp.me/p4Im0Q-1CO
Publicités

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s