(17/06/2017) – La garde de la dynamite aux terroristes, c’est histoire de sots…. dans l’inconnu du pouvoir. Vite une ordonnance d’annulation homo!

Publié le


Loi Bayrou: la morale contre la politique  –  Le lynchage de Fillon n’était-il qu’une mise en bouche?

Sous prétexte de lutter contre « les affaires », on accroît encore la mainmise des médias, des magistrats et de l’appareil d’État sur la vie politique.

François Bayrou à Pau, juin 2017. SIPA. AP22064185_000001

Le feuilleton des affaires politico-financières aura bientôt une bonne trentaine d’années. Trente ans que la classe politique essaie désespérément de reconquérir la confiance de l’opinion en se trompant de diagnostic et en cédant à la double pression des médias et de la justice. 

Les politiques, quant à eux, tout en conservant plus ou moins discrètement les mauvaises habitudes, n’hésitent pas à instrumentaliser les affaires pour affaiblir les adversaires. Depuis 1988, selon la bonne vieille méthode « un fait divers, une loi », une collection impressionnante de textes a vu le jour, chacun d’eux voulant laver plus blanc, aggravant le précédent, affaiblissant les pouvoirs politiques en leur imposant des contraintes irréalistes et en en faisant des cibles commodes pour des institutions judiciaires zélées. Et en mettant à mal, au passage, un certain nombre de principes fondamentaux des libertés publiques.

Mesure phare du non-programme de Macron

*****

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans : http://wp.me/p4Im0Q-1CO

*****

Emmanuel Macron, successeur adoubé de François Hollande, avait besoin de se distinguer de ses concurrents. Faute de programme politique, ce fut donc jeunesse, renouvellement et probité. La composition du gouvernement d’Édouard Philippe a montré ce qu’il fallait penser du renouvellement, mais aussi du sérieux de l’exigence de probité. Richard Ferrand se retrouve collé, non pour avoir fait pire que les autres, mais pareil. Et puis l’idée saugrenue de confier à François Bayrou, vieux cheval de retour politique qu’accompagnent toutes les rumeurs, le poste de garde des Sceaux et la responsabilité de « porter » le fameux texte sur la moralisation de la vie publique.

Celui-ci a présenté les grandes lignes de son texte à la presse avant de le soumettre au Conseil des ministres. L’abandon du terme de « moralisation » au profit de celui de « loi de confiance » montre qu’on en a rabattu par rapport aux rodomontades de la campagne électorale.

Confier la mission de rendre pure la vie politique à Bayrou, c’est confier le stock de dynamite voir le code nucléaire à un terroriste…. C’est jouer avec le feu et un peu plus jouer avec le diable… Si encore on avait confié cette mission à Fillon, on comprendrait (puisque « tout le monde le fait »), mais à Bayrou…! N’est-ce pas mettre l’agneau (des « i », sur le tréma-trépas de la probité) dans la meute des loups…. Pauvres loups qui cachent mal les impuissances à venir. Les sots sont bien gardés….

Combien va durer le provisoire? voir ses duels – duels Modem 2017-2

http://www.causeur.fr/moralisation-justice-politique-bayrou-ferrand-44864.html#

Publicités

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s