-

(17/06/2017) – C’est bien connu, « si tu veux la paix, fais la guerre… ». Mais encore faut savoir faire la bonne…. ! A se tromper dans les moyens, on rate l’arrivée!

Publié le

Quel est le prix de la guerre ?

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/PHO82f3e744-0789-11e4-b073-044c998de4c9-805×453-1728x800_c.jpg

Quel est le prix de la guerre ?

Pour la classe politique française, le juste prix de la guerre s’élève à un effort de 2% du PIB français. Soit 42,5 milliards d’euros par an. Le budget de la défense s’élève aujourd’hui à 32,7 milliards. Mais à quand les 2% ?

Terrorisme islamique, Brexit, élection de Trump, réémergence des Etats-puissances comme la Chine, la Russie et l’Iran, instabilité chronique du Proche et Moyen Orient et de l’Afrique sub-saharienne, multiplication des cyberattaques… En peu de temps, le monde a très rapidement changé. Quel est l’impact de ces transformations sur la politique de défense de la France ? « Dans un monde travaillé par des dynamiques contradictoires, où l’équilibre des puissances est fortement évolutif et où les mécanismes d’une gouvernance mondiale sont enrayés, il est devenu plus essentiel encore de ne pas se tromper sur les révolutions scientifiques et techniques qui vont bouleverser notre futur et toutes les équations de sécurité et de défense », résume ainsi dans une étude prospective le secrétaire général de la défense et de la sécurité Louis Gautier.(a t-on besoin de tout un arsenal militaire de munitions pour lutter contre des cyber attaques.. et empêcher les dérives de daesh sur notre sol? Les charges explosives sont bien impuissantes…. comme démontré lors du carnaval de Nice du 14 Juillet 2016, où un seul chauffard a « ad patressé » plus de 80 personnes…. !)

Tous les candidats ou presque se sont plus ou moins rangés derrière le chef d’état-major des armées, le général de Villiers qui demande raisonnablement un effort financier à hauteur de 2% du PIB dès 2022. Car si la guerre a un coût, le sang n’a pas de prix. Faut-il rappeler que lors des attentats de Charlie, du Bataclan et bien d’autres, les Français ont payé le prix du sang. Une dépense de défense de 2% du PIB représenterait en 2022 un effort budgétaire de 42,5 milliards d’euros en euro constant (hors pensions). Soit 10 milliards d’euros environ de plus qu’en 2017 (32,7 milliards).

Le président de la République élu le 7 mai dernier, chef des armées, s’est engagé à porter les ressources de la défense à 2 % de la richesse nationale en 2025 (hors pensions et hors surcoûts des opérations extérieures). Le fera-t-il ? La ministre des Armées Sylvie Goulard a confirmé cet objectif… (entre agents du Bildenberg, il faut savoir se tenir les coudées et les coudées franches – 84 bildenberg depuis 2000  , sans oublier le troisième du triumviral , le premier de liste à Matignon) tout en rappelant qu’il fallait rester solidaire pour que le déficit de l’État ne dépasse pas les 3%, selon les critères de Maastricht. De son côté, Bercy a déjà passé le budget 2017 du ministère des Armées à la paille de fer en gelant 2,7 milliards d’euros. A Emmanuel Macron et Sylvie Goulard d’arbitrer…

La France est aujourd’hui confrontée à une très nette aggravation de la menace terroriste. Les incitations répétées à commettre des attaques planifiées ou inspirées contre les Français et les intérêts de la France se sont tragiquement concrétisées par les attentats, qui ont frappé l’Hexagone et l’Europe depuis 2015. Et le retour des combattants étrangers, chassés désormais des sanctuaires des organisations djihadistes, constitue une menace renforcée pour les pays européens d’origine de ces combattants islamiques.(pourquoi ne pas interdire le retour aux sources. Ils ont choisi leur camp…. Personne du pays ne les a poussé…)

Investir dans la défense reste intéressant sur le plan économique. C’est d’abord un investissement qui rapporte avec un effet de levier non négligeable : 1 euro investi dans la défense rapporte de 1,5 à 1,70 euro à l’État. Sous quelles formes? TVA, impôts, contributions au financement des organismes sociaux, emplois induits créés localement…Parallèlement, 1 euro de valeur ajoutée investi chez les maîtres d’œuvre dans le secteur de l’aéronautique et du spatial (60,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016) en génère 4,80 euros de valeur ajoutée dans l’économie, selon l’Insee. À titre de comparaison, cet effet multiplicateur n’est que de 4,1 dans l’automobile, de 2 dans la construction et de 1,5 dans les services et le commerce.
La filière défense, dont l’implantation est bien dispersée sur le territoire national, à l’exception du Nord et de l’Est, fait vivre environ 4.000 ETI et PME en France. Les industries de défense représentent un capital humain de 165.000 emplois directs et indirects à forte valeur ajoutée. Elle a enregistré un chiffre d’affaires de 13,1 milliards d’euros en 2016, en progression de 1,4%. Ces emplois présentent l’avantage de ne pas être délocalisables. Du pur « Made in France »…

Enfin, l’industrie de l’armement contribue positivement à la balance commerciale française malmenée : 14 milliards d’euros environ de prises de commandes en 2016 (chiffre à confirmer), 16,9 milliards en 2015 et 8,2 milliards en 2014. En 2016, la France a livré à l’international des matériels de guerre et matériels assimilés pour une valeur totale de 8,3 milliards d’euros. Dans le même temps, les importations d’armements se sont élevées en 2016, à 1,7 milliard d’euros. Au total, ces matériels ont contribué l’année dernière à hauteur de 6,6 milliards d’euros au solde commercial de la France, le plus haut niveau depuis 2011. Ainsi, les livraisons ont été en 2016 près de cinq fois supérieures aux importations. Des dépenses finalement qui peuvent rapporter gros…

Une guerre se gagne avec les bons moyens, utilisés à bon escient, sur le bon adversaire. Il ne suffit pas d’aligner des chiffres ( y compris de rentabilité! Quelle est celle du sang versé, surtout quand ce n’est pas celui des fabricants et des lobbys qui se contentent de dire « en Marche », tout en restant en arrière…. ). Utiliser des fusées hors sol ou hors sec contre une cyber attaque, c’est comme pisser dans un violon, il finit par rendre son âme au diable.

Il ne suffit pas d’une guerre des chiffres pour gagner une guerre?. Il suffit d’intelligence et de génie (regardez ce qui a fait Napoléon). Son génie depuis Brienne, lui a fait gagner un en pire, par rapport à l’avent… Lui fit son siège à Toulon, quand d’autres le font au Reichtag-Bourbon un jour de rAppel du 18 Juin

http://reseauinternational.net/quel-est-le-prix-de-la-guerre/

Publicités

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :