(04/06/2017) – Le populisme a trouvé ses lettres de non-noblesse en plagiant un idéal populaire devenu inaccessible, surtout pour les petites gens qui ont des fins de moi…..

Publié le

Avant d’être une injure, le populisme était un courant littéraire  –  Qui écrivait sur le peuple

Le film Germinal de Claude Berri (1993), adaptation du roman d’Emile Zola

Il paraît que le populisme menace. Journalistes, éditorialistes, intellectuels et politiciens nous mettent en garde contre les partis populistes, les promesses populistes, les attitudes populistes, les idées populistes. Fort bien. Pourtant personne, je crois, ne sait exactement ce qu’il faut entendre par populisme.

Le plus triste, c’est que populisme, si on y réfléchit, est un beau mot. Jadis, on s’en revendiquait. Voyez le Manifeste du roman populiste de Léon Lemonnier, réédité ces jours-ci par la petite maison La Thébaïde. Ce texte célèbre connut dans l’entre deux-guerres un succès colossal. Mais attention, pas d’amalgame, comme on dit aujourd’hui : le populisme de Lemonnier était un courant littéraire, non une doctrine politique.

Ecrire sur le peuple

La voie royale pour sortir de l’ornière, affirment Thérive et Lemonnier, c’est d’écrire sur le peuple. D’où le populisme. « En finir avec les personnages du beau monde, les pécores qui n’ont d’autre occupation que de se mettre du rouge », raille Thérive. S’intéresser aux gens ordinaires, qui triment pour gagner leur vie. Refondre la littérature dans la vie quotidienne, au lieu de l’en couper.

******

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans et/ou d’ailleurs : http://wp.me/p4Im0Q-1CO

******

Du peuple à l’ailleurs

Incidemment, relire aujourd’hui ces belles pièces d’histoire littéraire permet de répéter que le mot populisme a eu jadis ses lettres de noblesse, et qu’il ne serait pas absurde aujourd’hui de les lui rendre.

Oui le populisme ne fut pas ce qu’il est devenu. Demandez au peuple-cible s »il se croit populiste! Il n’est qu’exaspéré de voir la façon dont on le dépeint, lui qui a des fins de moi difficiles, qui commencent maintenant le 10 du mois (avant c’était entre le 20 et 25). Preuve s’il en fallait de l’enrichissement de son pouvoir d’achat qui aurait fondu comme impôts et prélèvements au soleil politique. Qui lui présentera un Waterloo de la politique avec un pâle soleil se levant sur la décrépitude de tous les politicards-sangsue…… Qui glorifie aujourd’hui le Peuple dans sa difficile quotidienneté? Certainement pas les partis politiques et surtout pas ceux qui se revendiquent « défense du Peuple »

http://www.causeur.fr/populisme-litterature-manifeste-leon-lemonnier-44675.html

Publicités

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s