(03/06/2017) – La gestapo Française serait-elle revenue, sans que l’on en soit informés. Est-elle mieux ou pire que l’ancienne…. Il faudrait interviewer les bénéficiaires!

Publié le

À Calais, les associations dénoncent la « chasse à l’homme » de la police contre les migrants

Les associations qui viennent en aide aux migrants de Calais ont dénoncé jeudi la pression morale et les violences répétées infligées par les forces de l’ordre.

Les conditions de vie des quelques 400 migrants qui errent dans les rues Calais sans accès à des douches ou des toilettes ne s’arrangent pas, bien au contraire. Aux violences policières et autres pressions, est venu s’ajouter récemment l’interdiction aux associations de distribuer de la nourriture et de l’eau…. De quoi susciter la colère des associations : « nous constatons et dénonçons une chasse à l’homme », dénonce ainsi François Guennoc, vice-président de L’Auberge des migrants, association très active dans la région.

*****

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans et/ou d’ailleurs : http://wp.me/p4Im0Q-1CO

*****

Pressions policières

Depuis jeudi 1er juin, les forces de l’ordre empêchent les associations de distribuer nourriture et eau à l’heure du déjeuner. Seules les distributions du soir sont tolérées à partir de 18h mais encadrées par des CRS. « Nous avons un peu plus d’une heure pour donner à manger et à boire aux migrants. Mais dès 19h15, la police nous ordonne d’arrêter », explique à InfoMigrants François Guennoc. Il fait actuellement très chaud dans la région et l’accès à l’eau est pourtant un besoin vital.

Les migrants doivent quotidiennement faire face aux pressions policières. Selon les humanitaires, à la nuit tombée les policiers les aspergent de gaz lacrymogène, leurs donnent des coups de matraques et arrachent leurs duvets. « Tous les matins, on voit des brûlures sur leurs visage ou des contusions sur leurs corps », détaille à l’AFP Yann Manzi de l’association Utopia 56. (Aurions nous, à nouveau, et cette fois i, sans le savoir sans le savoir une nouvelle gestapo Française?Ce serait gênant pour l’occupant…. des lieux)

Les associations elles-mêmes subissent également une pression morale de la part des forces de l’ordre. Jeudi 1er juin, une bénévole a été placée en garde à vue pour outrage et violence envers un agent. Selon François Guennoc, une barquette de nourriture est malencontreusement tombée sur un officier de police, « ce qui ne justifie pas une telle arrestation ». (diable les costards ne sont que prêtés aux force de l’ordre; ils ne sont pas assez important pour qu’on leur donne….  et il faut en prendre soin!)

Les humanitaires écopent eux aussi aussi régulièrement d’amendes. Mercredi 31 mai par exemple, la police a pesé le camion dans lequel était entreposée la nourriture de L’Auberge des migrants et a infligée aux bénévoles présents une amende pour surpoids. Le lendemain, un CRS aurait menacé un autre membre de l’association : « Demain, mon gars, tu vas te réveiller à l’hôpital ».

Éviter de créer des points de fixation

La préfecture du Pas-de-Calais qui a pour objectif d’éviter de créer des « points de fixation », estime de son côté que « l’action de la police s’effectue bien entendu dans le respect du droit » et assure qu’ »aucune plainte pour violences policières à l’encontre de migrants n’a été déposée » (imaginons t-on les migrants se présentant à la préfecture pour porter plainte? De tels rendez-vous se soldant bien souvent par des ordres de quitter le territoire). Les associatifs expliquent qu’il est difficile pour ces personnes de porter plainte : « ces jeunes ont peur de la police, de témoigner et de laisser leur identité, comme dans leur pays », affirme François Guennoc.

Le préfet, Fabien Sudry, rappelle également que « depuis le démantèlement du camp de la Lande de Calais, l’objectif des pouvoirs publics est d’éviter la formation de nouveaux camps permanents sur Calais, afin de préserver l’ordre public et assurer la sécurité, tant de la population calaisienne que des migrants eux-mêmes ».

L’Auberge des migrants et Utopia 56 ont envoyé mercredi 31 mai une lettre à Emmanuel Macron pour lui demander de « faire cesser les violences sur les migrants et les pressions sur les bénévoles ». Les deux associations ont aussi invité le nouveau président à mettre en place « un véritable accueil » pour les migrants de Calais. « L’arrivée d’Emmanuel Macron n’a pour l’instant rien changé à la situation dans le Calaisis (et vous croyez, réellement, que cela va changer? Allez vous voter pour lui pour le faire fléchir, au nom de vos pertes de libertés à venir?), les consignes données au préfet sont toujours les mêmes », conclut François Guennoc.

On a beau dire la jungle, c’est la jungle, même en milieu urbain et/ou en périphéries! On a contraint des villages à accepter des migrants pour effacer la tâche calaisienne, mais nul ne peut empêcher un déterminé à y retourner pour se remettre à espérer en l’exil anglo-saxon. C’est une des dures loi de la jungle. C’est comme si vous vouliez interdire à un kamikaze son action de kamikaze…

http://www.infomigrants.net/fr/post/3500/a-calais-les-associations-denoncent-la-chasse-a-l-homme-de-la-police-contre-les-migrants

 

Publicités

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s