-

(04/05/2017) – La nouvelle guerre froide s’annonce plus froide que la guerre des présidentielles en France. Le rideau va se lever!

Publié le Mis à jour le


« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans et/ou d’ailleurs. Le dernier avatar comique et miraculeux  : http://wp.me/p4Im0Q-1CO
Webmasters et propriétaires de sites/ blogs, si vous avez à redire sur l’utilisation de votre (vos) article(s), dîtes le moi, j’ y remédierais… Merci

——-

Pourquoi la Nouvelle Guerre froide est plus dangereuse que la précédente

Pourquoi la Nouvelle Guerre froide est plus dangereuse que la précédente

 

Je ne pouvais pas prévoir, toutefois, l’apparition d’un facteur extrêmement dangereux qui était largement absent de l’ancienne Guerre froide. Il s’agit des narratifs politiquement corrects, que les médias américains grand public diffusent sans l’ombre d’une critique et qui, tout en étant basés sur des faits discutables, influencent directement la politique de Washington, au risque de déclencher une guerre avec la Russie. Voici quatre de ces récits, qui ne sont en grande partie que des allégations et n’ont pas de base factuelle :

  • Poutine serait intervenu en 2016 dans l’élection présidentielle américaine de façon à mettre Trump à la Maison Blanche.
  • Pire encore : le narratif selon lequel Poutine aurait piraté l’élection américaine est maintenant appliqué par extension aux élections qui se déroulent en Europe dans les pays alliés, sans qu’il n’y ait là non plus la moindre évidence.
  • Toutefois, c’est sur la Syrie que se porte aujourd’hui toute l’attention de la politique. Le narratif qui a cours actuellement se caractérise par un double standard. Lorsque les forces russes et syriennes ont remporté la bataille d’Alep il y a quelques mois, les médias américains en ont parlé comme de « crimes de guerre » perpétrés sur des « rebelles » apparemment inoffensifs et comme d’un assaut lancé à l’aveugle pour « massacrer » des civils innocents avec leurs enfants. En revanche, la campagne militaire en cours menée par les États-Unis pour reprendre la ville irakienne de Mossoul est présentée comme une guerre de « libération » contre les terroristes islamistes. En fait, dans les deux cas il s’agit d’une guerre urbaine brutale et le nombre de victimes civiles à Mossoul pourrait bientôt excéder celles d’Alep, si cela n’est pas déjà le cas. Néanmoins, les ennemis américains de la détente, encouragés par les médias grand public, continuent de dépeindre Poutine comme « un criminel de guerre » et par conséquent comme un partenaire diplomatique inacceptable.
  • Plus récemment encore, le président Assad, allié de Poutine, a été accusé d’utiliser des armes chimiques contre ses propres citoyens. En réaction, le 6 avril, Trump a ordonné le lancement d’une attaque de missile contre une base aérienne syrienne, au risque de déclencher une guerre avec la Russie.

En conséquence, la plupart des observateurs tant à Washington qu’à Moscou, partent de l’idée que tout espoir de détente entre Trump et Poutine est mort.

 Ainsi, un représentant de ce consensus myope, le chroniqueur du Times Thomas L. Friedman, a récemment suggéré (le 12 avril) que Trump devrait abandonner l’idée d’une alliance avec Poutine en Syrie et s’allier plutôt avec l’État islamique. La deuxième question lui est étroitement liée. Poutine est constamment accusé de soutenir Assad plutôt que de combattre le terrorisme en Syrie. Poutine répond depuis longtemps : si on destitue Assad, comme le veut la politique américaine, l’État syrien qui tient à une personne va imploser, comme cela est arrivé en Irak et en Libye, et avec lui l’armée syrienne. Qui dans ce cas, demande Poutine, va poser « les bottes sur le terrain » et combattre l’État islamique ? Personne à Washington n’a réfuté cette logique, qui se résume par le dilemme suivant (tout au moins pour l’heure) : soit c’est Assad à Damas, soit c’est État islamique. Pour la Russie, c’est un choix existentiel, compte tenu de la menace considérable que la guerre de Syrie représente pour sa sécurité nationale. Et pas seulement pour la Russie.

 

Quand la guerre froide réchauffe les relents anciens laissés par la précédente guerre froide… Le rideau va bientôt retomber. En quoi sera t-il? Mais connaîtra t-on un déclenchement apocalyptique? Et quand? Le monde vit effectivement une époque très dangereuse…. Et quand on en prendra conscience, il n’y aura plus de retraite possible….

Avec un tel climat que l’on voit actuellement en France, ne serait-ce que pour les élections, on ne peut plus s’étonner de ce que l’on voit au dehors du pays.

 

http://reseauinternational.net/pourquoi-la-nouvelle-guerre-froide-est-plus-dangereuse-que-la-precedente/

Publicités

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :