-

Jour: 30 avril 2017

(30/04/2017) Il y a essai et essai. parfois l’essai est transformé alors c’est la guerre! Quand on y coure…. On la trouve!

Publié le Mis à jour le

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans et/ou d’ailleurs. Le dernier avatar comique et miraculeux  : http://wp.me/p4Im0Q-1CO
Webmasters et propriétaires de sites/ blogs, si vous avez à redire sur l’utilisation de votre (vos) article(s), dîtes le moi, j’ y remédierais… Merci

——-

La Corée du Sud et les USA entament des manœuvres militaires en mer du Japon

 

Suite à un nouveau tir d’essai d’un missile balistique effectué par Pyongyang, la Corée du Sud et les États-Unis ont lancé des exercices militaires conjoints en mer du Japon, avec implication du porte-avions USS Carl Vinson.

« La Corée du Sud et les forces militaires américaines ont commencé des exercices en mer du Japon à partir de 18h00 [11h00 heure de Paris, ndlr] aujourd’hui dans le contexte de la situation actuelle en matière de sécurité », a déclaré la Marine sud-coréenne.

Selon les militaires, les manœuvres sont destinées à dissuader la Corée du Nord de futures provocations et à renforcer la préparation militaire de l’alliance entre la Corée du Sud et les États-Unis.

Auparavant, les médias japonais et sud-coréens avaient annoncé que l’USS Carl Vinson avait été aperçu samedi matin au large de la ville japonaise de Nagasaki. Plus tard, après le tir de missile balistique par Pyongyang, le groupe aéronaval américain a mis le cap sur la mer du Japon. Il a également été rapporté que, pendant son déplacement, le porte-avions a participé à des exercices conjoints avec l’armée de l’air japonaise.

Samedi 29 au matin, la Corée du Nord a mené un nouvel essai d’un missile balistique dans la zone de Bukchang, au nord-est de Pyongyang. Selon l’armée sud-coréenne, le missile a explosé quelques secondes après le tir.

 

A quel moment peut éclater le dérapage. Dans cette guerre de nerfs tendus tout devient possible? Même si tout est fait pour mettre de l’huile sur le feu!

 

https://fr.sputniknews.com/international/201704291031155986-pyongyang-coree-du-sud-etats-unis-manuvres-militaires/

(30/04/2017) Les radars détectent la Gestapo routière. En plus des djihadistes, voici les renforts supplétifs des terroristes de la route. Ils ne sont ce que l’on croit!

Publié le Mis à jour le

« Il se passerait toujours quelque chose aux galeries Lafayette » d’Orléans et/ou d’ailleurs. Le dernier avatar comique et miraculeux  : http://wp.me/p4Im0Q-1CO
Webmasters et propriétaires de sites/ blogs, si vous avez à redire sur l’utilisation de votre (vos) article(s), dîtes le moi, j’ y remédierais… Merci

——-

La lutte contre les terroristes routiers continue : Coyote, Waze, TomTom bientôt interdits ?

La lutte contre les terroristes routiers continue : Coyote, Waze, TomTom bientôt interdits ?

Jadis, lorsque des automobilistes voyaient, sur l’autre bas-côté, la maréchaussée en embuscade, radar en pogne et carnet à souche prêt à sortir, il leur arrivait de faire un petit appel de phares pour prévenir leurs infortunés congénères de l’autre côté, histoire de leur éviter la désagréable prune qu’une conduite un peu rapide pouvait parfois occasionner. Et puis la technologie est arrivée.

Avec elle, les appels de phares disparurent au profit d’une mise à jour en temps réel des différents dangers de la route et autres brigandages interventions des forces de l’ordre. Petit à petit, les applications spécialement destinées à aider la navigation routière se virent dotées de possibilités de marquer les embouteillages, les déviations, les accidents et, bien sûr, les radars automatiques et mobiles, les patrouilles de police et les contrôles, visibles ou non.

Évidemment, le détroussement du voyageur par loi interposée n’a plus du tout la même productivité financière lorsque tout le monde sait qu’une embuscade l’attend, et où.

Dans cette optique, il n’est absolument pas étonnant que les autorités, outrées qu’on puisse ainsi se soustraire à la ponction planifiée, se soient retournées contre les organisateurs de pages facebook destinées à indiquer, justement, la localisation de ces opérations routières de police. On se rappelle qu’en juin 2015, ces autorités avaient même poussé le vice jusqu’à poursuivre en justice les associations et particuliers qui tentaient d’organiser, dans le cadre pourtant clair de la loi, une riposte intelligente à ces brigandages policiers.

 

Mais ça, c’était avant.

radars-routiers-moins-laxistes

Encore une fois et grâce à l’action indispensable d’une de ces personnes que la République paie grassement pour martyriser le citoyen au sein d’une assemblée quelconque, un décret va bientôt mettre fin à toute cette abominable liberté des automobilistes à se parler et s’avertir entre eux.

En effet, peu après le jugement de la Cour de Cassation, le sénateur Jean-Pierre-Grand, socialiste de droite encarté LR et sans la moindre honte, a plaidé pour une interdiction de la « diffusion de message de nature à signaler la présence des forces de l’ordre dans des périmètres définis par ces autorités », interdiction concernant les « contrôles sensibles, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ou la criminalité organisée, de la recherche de détenus évadés ou de personnes enlevées », bien évidemment, ainsi que l’ensemble des opérations de sécurité routière. (L’automobiliste est donc tout cela à la fois. Que d’égards pour lui. On comprend beaucoup mieux le rejet de tout cumul de la part des parlementaires, eux qui sont astreint à un seul mandat…. Nous sommes donc plus de 25 millions de terroristes… auxquels bien sût il faut ajouter les daeshiens. Et si on leur retirait le droit de vote, ce seraient autant de gens à ne pas convaincre de voeter pour soi)

Bref, toute opération de contrôle de police sera donc concernée par l’interdiction pour l’usager d’en prévenir l’existence et la localisation sur tout type de support ou de technologie. On remarquera l’utilisation délicieusement crapuleuse du concept de terrorisme pour camoufler cette nouvelle atteinte à la liberté d’information et de simple dialogue entre citoyens : sans aucun doute le Sénateur, pas politicien pour rien, s’est-il dit que sa petite manipulation passerait inaperçue. (en somme l’automobiliste doit se laisser plumer et en cas de rébellion ce serait perpet’)

Accessoirement, on ne s’étonnera plus de l’incohérence de ces élus qui n’ont que le mot « solidarité » à la bouche lorsqu’il s’agit de justifier l’une ou l’autre ponction ou dépense supplémentaire et qui font grise mine lorsque cette même solidarité est justement mise à profit par certains pour éviter une diminution de leur pouvoir d’achat. L’hypocrisie n’est décidément pas une ressource en voie de disparition chez nos parlementaires.

On ne pourra guère s’étonner de la réaction outrée de la Ligue de Défense du Conducteur (qui devrait plutôt s’appeler Ligue de Défense des DAB Sur Roues, la notion d’automobiliste devenant à ce compte tous les jours plus proche de celle de Distributeur Automatique de Billets de banque) : pour la Ligue, le gouvernement utilise « de façon indécente le risque terroriste », et on ne peut lui donner tort. En outre, et l’argument se tient, le but logique des forces de l’ordre dans leurs contrôles routiers doit toujours rester d’augmenter la sécurité routière et non de récolter de l’argent ; dans cette hypothèse, tout moyen qui vise à augmenter la vigilance des automobilistes est donc un élément de plus dans la sécurisation des lieux, et avertir le conducteur de la présence des forces de l’ordre entre bien dans ce cadre.

En définitive, ce décret illustre très bien les raisons du rejet de plus en plus massif des Français pour leurs élus.

Et pourtant, ce gouvernement et ce sénateur l’ont fait avec toute la décontraction des cyniques qui savent qu’ils n’auront jamais à rendre compte de leurs exactions. C’est probablement là que réside la source de ces problèmes…

radar-et-missile

 

Quand le pouvoir cessera d’attenter à la tranquillité des automobilistes. Il se fout bien d’ailleurs du nombre de tués sur les routes. C’est la dimension pathétique qu’il veut donner à son rançonnage des automobilistes. Étonnez vous après que les électeurs ne fuient pas les marécages nauséabonds de leurs politicards transformés en rançonneurs de routes. On se croirait revenu au temps des pilleurs de diligence portant étoile de shérif. En somme le pouvoir, la main dans le sac des automobilistes et personne ne le condamne. N’a t-il rien mieux à faire?

Il est surprenant de nous demander de dénoncer ce qui nous semble suspect et de rester silenceiux quand on découvre la possibilité d’un attentat sur des automobilistes par les forces de l’ordre. Il y aurait donc deux sortes d’attentats :

  • l’un interdit, celui des djihadistes
  • l’autre autorisé, celui des embuscades du jeu « gendarme et voleur » surtout si c’est le voleur qui paie pour le droit de circuler…

L’état a donc le droit légal de racketter? Au nom de quoi déjà…?

 

http://reseauinternational.net/la-lutte-contre-les-terroristes-routiers-continue-coyote-waze-tomtom-bientot-interdits/