-

Le continuum eut été « Liberté-Égalité-Fraternité » et non « Travail, Famille, Patrie « , même et surtout à Vichy, au lieu de s’y dorer la pilule… (by keg – 18/04/2017)

Publié le Mis à jour le

Le choix du jour : «continuum» ou  «révolution»


en comparant les deux :

  • Sénat 42% des nécessiteux (qui ne sont que 17% de la chambre)  contournent la « loi des crêts »
  • Assemblée 59% des nécessiteux ( qui ne sont que 29% de la chambre) contournent la « loi des crêts »
  • Paramétrez sur une case départ l’objet de vos requêtes et découvrez les 75% qui ne sont pas « normaux »! A vos paramètres  sur  « SénatLiens » et « ANLiens » en :
  • A20  (résultats en AF11 : AK18)
  • R15 (résultats sur SousGrp » avec possible recherche de patronymie en R15)

On aurait plus de nécessiteux contraints de « tricher » la loi des crêts » à l’assemblée qu’au Sénat. Est-ce à dire que la cagnotte y est plus sévère? A creuser.

  Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français »

Tiré de « 200 pensées avant d’aller voter » :

Les hommes savent si bien ce qui leur est dû et sentent si peu ce qu’ils doivent aux autres.

Saint François de Sales (1567 – 1622)

 

 

(voir plus bas la structure des articles commentés en coloriages)

Der des der

Syrie, Otan, Venezuela : la géopolitique de Mélenchon sous le feu des critiques

Souvent on parle de SAV quand on est en valeur marchande. Là on parle de valeur électorale spéciale Mélenchon et on parle de SOV (Syrie, Otan, Venezuela), mais sans SAV! C’est le « O » qui sauve le « A » ou l’inverse. Mais que donnera ce mélange dimanche prochain, dans l’urne? Descendez, dans les sondages, J.Luc, certains ont du mal à suivre!

http://www.france24.com/fr/20170417-politique-internationale-melenchon-otan-syrie-alliance-bolivarienne-critiques

 

 

———-

Exercez-vous à la découverte par les chiffres en présidentiels :
au 27/01/2014 – Pénélope n’était pas inscrite au cheptel des « aides familiales accordées aux nécessiteux », tel que transmis à la HAPVP et signé sur l’honneur (avec à la clé les 45 000€ d’amende pour…. – fiche-transparency-fillon
Les politicards sont friands d’affaires. C’est vrai qu’ils s’emmerdent à politiquer, alors autant que ce soit juteux…. Pour que vous aussi vous puissiez jouer, paramétrez ce qui suit : digest-tranparency3
  • en V7 : 14 possibilités
  • en W15 : 11 possibilités
  • en U15 : 9 possibilités
(cellules en jaune) et vous voici avec la possibilité de 1386 tableaux possibles d’analyse. C’est entièrement gratuit (étude en cours des assistants parlementaires : 196 parlementaires analysé sur 925 répertoriés). Il vous suffit d’oser regarder la réalité…. et sans le moindre parti pris, avec le seul souci citoyen au service des citoyens.

———–

je ne voterai pas pour mes bourreaux. La révolte d’un « pupille de la Nation non juif », trop con pour apprécier le bonheur promis par des-put-a-tifs (ne parlons pas des chauves)   (en abrégé : signature-bidon

Français quand vous saurez……que :

La France c’est en continuum ou en traits discontinus…. On ne peut être à voile et à vapeur. On n’est pas tous de la Marine…. Ce serait le pompon!

 

….. et avec un peu de recul….

 

Il y a continuum ou il n’y a pas.

  • S’il y a, alors toutes les décisions doivent aller dans le même sens
  • S »il n’y a pas alors on ne prend aucune décision et surtout pas contradictoires

Le cul entre deux chaises est en soit une position hémorroïdaire et cela fait mal!

…..

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

début de la une du jour! (Ici et maintenant et surtout pas ailleurs. Certains, malveillants et mal voyants, risqueraient de se sentir visés et bouderaient!)

La France, Marine et le Vel’ d’Hiv’: avant tout une question politique  –  N’en déplaise à BHL…

Marine Le Pen et Florian Philippot, janvier 2017. SIPA. 00787305_000017

Marine Le Pen a donc dit : « je pense que la France n’est pas responsable du Vel’ d’Hiv’… »…

Vel d’Hiv : “Mes grands-parents ont été raflés” : la question personnelle de Gilles Bornstein à Marine Le Pen

Fort heureusement pour Marine Le Pen, le niveau lamentable du débat politique (et pourtant elle se paie encore ses costards, jusqu’à preuve du contraire. mais allez savoir, en politique, de nous jours….) a trouvé à s’exprimer avec un nouvel épouvantail, Jean-Luc Mélenchon annoncé suffisamment haut dans les sondages pour faire peur aux bourgeois. Parmi toutes les âneries lues et entendues sur le sujet, l’une d’elles se détache, celle de BHL : «France et #Veldhiv: il n’y a PLUS de débat; les historiens ONT tranché; insulte, donc, aux victimes ET aux historiens; obscénité médiatique. »

Et BHL sait depuis sa polémique d’il y a 40 ans avec Pierre Vidal-Naquet, que l’arbitre des débats historiques n’est plus l’opinion savante, mais l’opinion publique, c’est-à-dire, ceux qui la font, les médias. Au sein desquels il dispose de tous les verrous nécessaires.

Ce que nous confirme Michel Foucault selon lequel le passé nous réserverait toujours des surprises puisque qu’ « on montre aux gens non pas ce qu’ils ont été, mais ce qu’il faut qu’il se souvienne qu’ils ont été. » (Michel Foucault. Dits et écrits 1954 – 1988. Gallimard)

Alors quel est donc le débat dont BHL prétend qu’il est clos parce que les historiens l’auraient tranché ? C’est tout simplement celui de savoir si le gouvernement de la France entre le 17 juin 1940 et le 25 août 1944 peut être considéré comme légitime et avoir agi au nom de la France, ou si au contraire c’était un gouvernement de rencontre, installé à cause de la défaite et par conséquent illégitime. C’est donc d’abord et avant tout une question politique. Depuis plus de 70 ans, deux vérités politiques s’affrontent, Charles de Gaulle suivi par Georges Pompidou et François Mitterrand a toujours considéré que « la France » qui est une entité indéfinie représentée par le gouvernement légitime d’un État nation territorial ne l’était pas par le gouvernement de Vichy. Les tenants de la collaboration et de la légitimité de « l’État français » de Pétain, dont ceux qui ont fondé le Front national, pensent et défendent la position contraire. Souillure à laquelle ce parti n’échappera jamais. On notera d’ailleurs avec amusement que, contrairement à ce qu’affirment les ignorants, Marine Le Pen soutient une position inverse à celle de son père depuis l’origine de sa carrière politique. Jacques Chirac, suivi par Nicolas Sarkozy puis François Hollande a adopté une position chantournée, qui, qu’on le veuille ou non abouti à identifier l’appareil d’État que Vichy avait récupéré, à « la France ». Ils ont été rejoints ces temps-ci par toutes une cohorte d’historiens amateurs ou de seconde zone, tout émoustillés de se sentir valeureux dans un combat antifasciste, à taper sur Marine Le Pen. Allant jusqu’à accepter qu’on titre leurs interventions: «Marine Le Pen se trompe, la culpabilité de la France est accablante».

Et l’on voit bien la dimension politique du propos, il est de nourrir la perception de « ce passé qui ne passe pas », comme celui d’une France de collabos, de délateurs, et qui doit expier. Je renvoie ici à la lecture de l’indispensable ouvrage de Pierre Laborie (Le chagrin et le venin, Bayard), qui décortique comment à partir des années 70 s’est construite une nouvelle vulgate sous prétexte d’abattre le mensonge gaulliste et de mettre les Français face à la réalité de ce qu’ils sont, comme dirait BHL, moisis et glauques. Il y avait urgence à se débarrasser de la fable de « l’honneur inventé d’une France résistante et héroïque, par le mensonge sublime du général De Gaulle offert en cadeau aux Français à la Libération. » Or c’est un prétexte, pour masquer l’objectif politique, de cette présentation aujourd’hui.

Il n’y avait pas de mensonge sublime, mais une vérité politique. Charles De Gaulle est parti à Londres parce qu’il avait compris que les puissances de l’axe perdraient la guerre et que la France malgré sa défaite de juin 40 devait être à la table des vainqueurs. Ce qui fut fait et reconnu par les alliés qui durent s’incliner devant cette réalité politique après le Débarquement en Normandie. Et ce n’est pas faute pour eux d’avoir essayé de faire autrement. L’Histoire a tranché.

Il y a aussi une vérité juridique, celle d’un pouvoir illégitime installé par un double coup d’État, celui du 17 juin 1940 à Bordeaux avec la nomination de Philippe Pétain comme président du Conseil et celui du 10 juillet 1940, dans la confusion et sous la pression des armes allemandes, avec le vote de l’abolition de la République à Vichy (c’est le dis-continuum, la rupture) .

Ils avaient fait le choix de profiter de la défaite militaire pour instaurer une dictature antirépublicaine et ont cherché grâce à une complaisance de tous les instants à plaire l’occupant dans l’espoir d’une place de choix dans l’Europe allemande. Et c’est bien là, que l’on voit se profiler l’enjeu politique de ce débat et de l’affrontement de ces deux thèses antagonistes. Car l’effondrement de juin 40 n’est pas dû au hasard, ou au refus de la troupe de combattre. Il est dû à la trahison des élites, et au choix de la défaite par la bourgeoisie dès 1936. Comme le demandait Marc Bloch en 1944 peu de temps avant sa mort : « Le jour viendra […] et peut-être bientôt où il sera possible de faire la lumière sur les intrigues menées chez nous de 1933 à 1939 en faveur de l’Axe Rome-Berlin pour lui livrer la domination de l’Europe en détruisant de nos propres mains tout l’édifice de nos alliances et de nos amitiés. »  L’ouverture des archives permet aux historiens qui n’ont pas peur d’affronter la doxa d’étudier cet avant-guerre et de donner raison à De Gaulle qui disait en 1963 : «Heureusement, le peuple a la tripe nationale. Le peuple est patriote. Les bourgeois ne le sont plus ; c’est une classe abâtardie. Ils ont poussé à la collaboration il y a vingt ans, à la CED il y a dix ans. »

La vérité des héritiers de VGE

La mise en place de la vulgate de la France-collabo date du début des années 70, avec notamment la promotion du film : Le chagrin et la pitié, juste après le départ de De Gaulle, congédié par la bourgeoisie grâce à l’engagement de Valéry Giscard d’Estaing. Cette même bourgeoisie aujourd’hui adossée à des élites « dirigées » raffole de l’UE, outil de la domination d’une l’Allemagne qui les fascine toujours autant. Cette haine de soi s’exprime dans ce refus du débat sur la thèse de la France « responsable du Vel’ d’Hiv’ », car c’est celle qui justifie l’allégeance. Et qui fait que des candidats à la présidence de la République se précipitent sans honte à Berlin pour leur entretien d’embauche au poste de chef de district du länder France.

Pour ma part, je considère que non, la « culpabilité de la France » n’est pas accablante. Un gouvernement de trahison qui avait la main sur une partie de l’appareil d’État s’est mis au service du nazisme. Les 7000 gendarmes mobilisés en ce jour de juillet 1942, pour cette immonde et déshonorante opération ne représentaient pas leur pays, ils n’étaient pas la France. Ceux qui l’étaient à ce moment-là, c’était les 3700 soldats qui le mois précédent avaient tenu pendant 15 jours à 1 contre 50 la position de Bir Hakeim dans le désert libyen

 

Un continuum est un ensemble d’éléments tels que l’on peut passer de l’un à l’autre de façon continue (et sans accroc et/ou Révolution, fut-elle « Nationale »)

Il y a la provoc, arme de séduction surtout en période électorale où tout se chamboule actuellement et se délite de plus en plus en ripoublique costumée sur mesure….  La Marine nationale en use et abuse… Mais, car il y a un mais…

Si on s’en réfère au titre IV – les incertitudes (page 525 -édition de 1990), de « institutions politiques et droit constitutionnel », il semblerait que Vichy ne soit pas la France. La continuité de la République et de la France était incarnée par Londres et ensuite par la reprise en main en 1945 de Gaulle et ses compagnons de la Libération sur les bases du CNR. L’épisode Pétain-Vichy serait  une période en marge dudit continuum.

Au sens éthique, Pétain c’était quand même la France, quoique l’on en dise et quoique l’on fasse pour tenter de minimiser les décisions d’alors, dont entre autres le Vel d’Hiv. Je me sens co-responsable du Vel-d’Hiv (même non né, mais c’est quand même un acte de la France éternelle et cela m’empêche de me dire Français à 100 % et à tout le moins de la France des Lumières qui en l’occurrence furent occultes et occultées. Ce passé de la honte me colle à la peau!).

Il y a l’Histoire, il y a ce que l’on veut en faire et/ou nous en dire, mais pour un Français véritable, l’histoire de son pays est l’ensemble des événements qui s’y déroulent, bons ou mauvais. On ne peut n’extraire que ce qui nous arrange. Il nous faut tout prendre en bloc. C’est pourquoi nous sommes tous responsables du Vel d’Hiv! On ne peut s’y dérober, aussi grande soit la honte.

Il y a d’un côté l’indemnisation des « Pupilles de la Nation juifs » dont les parents, sous Vichy, sont morts en camp de concentration et au nom de leur souffrance. Si la France de Vichy n’était pas la France, l’état en Juillet 2000 n’aurait pas dû indemniser de la sorte ce qui, soit disant, n’incombait pas à la France d’aujourd’hui. (A noter que les « Pupilles de la Nation, non juifs » de parents « morts pour la France » en combattant, les armes à la main, pour sauver le pays n’ont, par définition et décision politique et gouvernementale, pas souffert). On discrimine donc en France « Mort pour la France » par rapport à « mort pour rien » (ou plus exactement « mort à cause de la France », fut-elle autre chose que la France). Qui est capable de dire qu’elle souffrance de la « perte » est la plus grande pour un enfant selon qu’il est juif ou non! On profane les tombes des « morts pour la France » et personne ne s’insurge…… ! Quels médias en parlent, quels politiques agissent (pire, ils promettent et signent et n’honorent ni leurs promesses, ni leurs signatures…Il est vrai pour ce qu’elles valent, mais on nous exhorte à respecter les nôtres. Un comble. les exemples viennent toujours de plus haut que nous, au titre justement du continuum).

Depuis 2010 on dit aux « Pupilles de la Nation, non juifs » qui ne comprennent toujours pas pourquoi ils doivent faire l’objet, silencieusement, de cette discrimination (Clemenceau m’a dit, il y a peu,  qu’il était outré…. C’est lui qui a créé, il y a, pile, un siècle, ce titre égalitaire, un et indivisible de « Pupilles de la Nation »  accordé aux enfants dont les parents sont morts, les armes à la main, pour défendre la patrie….Exit les enfants de parents victimes de terrorismes, exit  les enfants de parlementaires….) qu’on ne peut rien faire pour eux, par manque d’argent! Et si les parents de ces enfants avaient dit cela en 39/45…. ?

Soit on n’a pas d’argent. D’où sortent les millions qui ont servi en 2015 à indemniser les « pupilles de la Nation, juifs américains » au titre de leurs souffrance liée à la mort de leur parent, déporté au départ de la France?

Le Pen dont le père était « Pupille de la Nation » lui aussi, n’a rien fait pour empêcher cette discrimination et lutter contre. Il est vrai que seules comptent les voix desdits « Pupilles de la Nation, non juifs » qui auraient le culot d’être mécontents. – 

je ne voterai pas pour mes bourreaux. La révolte d’un « pupille de la Nation non juif », trop con pour apprécier le bonheur promis par des-put-a-tifs (ne parlons pas des chauves)   (en abrégé : signature-bidon)

 

http://www.causeur.fr/responsabilite-france-le-pen-vel-d-hiv-43837.html

 

***

Et pendant ce temps……

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Pour votre « marché matinal aux nouvelles fraîches », les articles en « Une » des principaux médias retenus!

bleu (sans ‘(*) ») dans le texte d’origine (lequel est en rouge italique) est déjà une façon de répondre, partiellement au sujet dudit texte….
——
« (*) » : veut dire que c’est une coquille voulue et/ou une liberté de langage ……ou une tentative de jeu de mots?
Ajoutez un peu de pâte-a-physique et une poignée de sel…j’aime. Faire revenir dans une noix de beurre rance et vous aurez votre recette du jour. A déguster chaude, la patate! Un peu d’irraison ne peut faire de mal.
dès 2017, un dictionnaire bilingue sortira pour mieux comprendre l’esprit « kegien (*) » ‘ ! Exercez-vous –:
GrosMots kegiens Février2016

****

 

Femme trans, ma banque continuait de me donner du « Cher Monsieur ». J’ai claqué la porte

Pascale X était cliente au Crédit agricole depuis 25 ans. Transgenre, elle a décidé il y a un an et demi d’être désormais considérée selon son identité de genre féminin. À partir de là, les galères ont commencé : sa nouvelle conseillère a continué à lui donner du « Monsieur », tout comme le service client. Elle a fini par claquer la porte. Témoignage.

 

Des billets de banque – image d’illustration (A. GELEBART/20 MINUTES/SIPA).

 

Je suis cliente du Crédit agricole depuis environ 25 ans. J’ai changé plusieurs fois d’agence, mais tout se passait bien. Mon conseiller était quelqu’un de conciliant, bienveillant et vraiment sympathique.

Seulement, à la fin du mois de décembre 2016, il a dû quitter ses fonctions pour un autre poste. Mon dossier s’est donc retrouvé entre les mains d’une nouvelle conseillère au sein d’une nouvelle agence. Depuis, ça se passe très mal.

Cependant, vers la fin de l’entretien, je lui explique que je souhaiterais aussi faire changer la manière dont je suis désignée sur mes moyens de paiement (chèques et carte bleue), en correspondance avec mon identité de genre. Sa réponse ? « Impossible ». Selon lui, la banque ne se base que sur les pièces d’identité pour rédiger les documents clients et qu’aucune modification n’est envisageable.

Deux décisions du défenseur des droits qui vont dans mon sens

C’est à ce moment que j’évoque auprès de lui la décision du Défenseur des droits, datée du 6 octobre 2015 (lien PDF), qui rappelle que les établissements bancaires doivent prendre toutes les mesures nécessaires afin de « permettre la suppression des titres de civilité pour les personnes transgenres dont le sexe figurant à l’état civil n’a pas été judiciairement modifié sur leurs documents bancaires courants », mais aussi reconnaître le prénom usuel des personnes trans. Je propose de lui ramener le texte pour qu’il le communique à l’agence qui gère jusqu’alors mon dossier.

Quelques jours plus tard, je m’exécute. Je dépose à l’accueil de l’agence un exemplaire du texte et j’en transmets une copie par courrier à ma conseillère.

Mégenrée constamment, je me sens agressée et humiliée

..Faire parvenir à l’agence le jugement de tribunal de grande instance, qui attesterait de la modification de mon état civil. Il faut préciser que la loi française oblige encore les personnes trans à passer devant le juge pour que leur changement d’état civil soit reconnu. Un  texte qui s’inscrit en contradiction de l’arrêt Goodwin rendu par la Cour européenne des droits de l’homme, le 11 juillet 2002, et qui est régulièrement rappelé par le Défenseur des droits.

Personnellement, j’ai quitté cette banque sans regret. J’ai ouvert un compte en ligne ailleurs, tous les échanges se font au nom de Madame Pascale X et mes moyens de paiement sont fidèles à mon identité de genre. Je n’ai pas encore reçu le code pour activer ma carte bancaire, mais je ne perds pas espoir.

 

Un compte en banque par définition n’a pas de sexe et ses angelots que sont les agios ne se conjuguent pas à la théorie des genres…. Et pourtant, dans un pays qui reconnaît, maintenant le « mariage pour tous » (sans juger de la valeur de cette orientation), les banques n’auraient pas encore viré leur cuti. Elles auraient donc du retard à l’allumage? Si l’argent n’a pas d’odeur, il aurait par contre un sexe… C’est peut-être pour cela qu’il est vil et sale… On comprend mieux les besoins de blanchiments.

 

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1665083-femme-trans-ma-banque-continuait-de-me-donner-du-cher-monsieur-j-ai-claque-la-porte.html

 

****

 

 

 

*****

 

Les zones de conflits, des « laboratoires » pour les armes de l’Occident

Les zones de conflits, des « laboratoires » pour les armes de l’Occident

LONDRES- L’occident utilise les zones de conflits dans le  monde comme des « laboratoires » pour tester ses armes, a écrit le quotidien  britannique, The Guardian, samedi, au lendemain de l’utilisation de la plus  puissante bombe non-nucléaire par les Etats-Unis, en Afghanistan.

« Par le passé, les colonies au nord de l’Afrique, au Moyen Orient et au  Sud-Est de l’Asie, ont servi de laboratoire pour l’occident afin de tester  l’impact et l’efficacité de ses nouveaux jouets mortels, et ce n’est pas  différent aujourd’hui », a souligné le journal dans un article opinion.

L’auteur du texte note que même si « personne n’a de la sympathie » pour le  groupe terroriste autoproclamé Etat Islamique (EI/Daech), tout le monde  « trouve étrange que les Etats-Unis larguent leur plus gigantesque bombe  non-nucléaire, la cible étant de détruire des tunnels souterrains.

L’explication, le journaliste, écrivain et professeur, Mustafa Bayoumi, la  trouve dans l’histoire qui « renseigne que l’Occident s’est toujours servi  de ses colonies comme laboratoire pour ses plus récentes et les pires de  ses armes de guerre « . Il est rappelé qu’en novembre 1911, la Libye, convoitée par l’Italie,  était le premier pays à subir un bombardement aérien.

En 1920, la Grande-Bretagne a occupé l’Irak, et pour faire face à la  révolte populaire, sa Royal Air Force a usé d’une nouvelle stratégie de  bombardements aériens.

L’article rappelle que l’ancien premier ministre britannique, Winston  Churchull, avait écrit en 1919 une note de service indiquant qu’il était  « fortement en faveur de l’utilisation des armes chimiques contre les tribus  non civilisées ».

En 1920, le maréchal de la « Royal Air Force », Hugh Trenchard, reconnu  aujourd’hui comme l’un des premiers défenseurs des bombardements  stratégiques, avait expérimenté les bombes à gaz sur « les indigènes « .

Les Etats-Unis ont utilisé leurs premières munitions à l’uranium appauvri pendant la guerre du Golfe de 1991. Un total de 320 tonnes ont atterri en Irak dans cette guerre, souligne le texte, qui précise que l’uranium  appauvri a une durée de vie de 4,5 milliards d’ années.

Les résultats ont été « spectaculairement terrible à travers l’Irak, avec  des malformations congénitales et les taux de cancer très élevés dans tout  le pays ». Aujourd’hui encore, la guerre aérienne, a été « innovée », avec le prétexte  de lutter contre les peuples « non civilisés », est-il relevé.

L’exemple de la Syrie est cité, où les forces militaires étrangères  « testent de nouveaux missiles de croisière et des bombardiers à longue portée ». Outre la Syrie, la Libye, l’Irak et l’Afghanistan, « souffrent  terriblement du laboratoire de la mort et la destruction de l’Occident » qui  ont des conséquences ravageuses sur l’humanité et sur l’environnement.

Les bombes de cette ampleur (mère de toutes les bombes) constituent une  attaque, pas seulement contre l’humanité, mais aussi « contre toutes les  formes de vie », conclut l’article.

Le même quotidien a publié un autre article dans lequel, les bombardements  en Syrie, en Afghanistan ont été qualifiés d’ « obcènes et inutiles ».

 

Il paraît que nous n’étions mieux à Reggane, où on a même utilisé des militaires et des populations civiles, à proximité, et sans protections, pour étudier l’effet des radiations pour faire la bombe, propre. Confondant atome et atoll tel un bi-kini. Oui regardons la réalité franco-française. C’est nous, en apprentis sorcier comme les autres. Oui nous l’avons notre bombe mère! Alors plus rien ne m’étonne.

Il est vrai que nous on n’utilise pas des étrangers, mais des gars bien de chez nous. A l’inverse des autres dont les essais ne sont pas 100% autochtones.

 

http://reseauinternational.net/les-zones-de-conflits-des-laboratoires-pour-les-armes-de-loccident/

 

***

 

 

L’état d’urgence prolongé en Turquie pour trois mois

Les autorités turques ont prolongé l’état d’urgence dans le pays pour une durée de trois mois.

Le Conseil de la sécurité nationale de la Turquie a conseillé de prolonger l’état d’urgence pour une durée de trois mois a annoncé l’agence Reuters.

Erdogan Obama
© REUTERS/ Jonathan Ernst

Cette décision a été envoyée au parlement pour recevoir une confirmation officielle. Le cabinet des ministres communiquera par la suite sa décision. L’état d’urgence a été introduit en Turquie suite au coup d’état avorté du 16 juillet 2016. Le putsch a été rapidement réprimé par les autorités.

Ankara accuse Fethullah Gülen, un prédicateur musulman qui réside aux États-Unis depuis 1999 d’avoir orchestré la rébellion avortée qui a fait 290 morts, dont 190 civils et 100 putschistes, et plus de 2 000 blessés. Les autorités turques demandent avec insistance à Washington d’extrader M. Gülen.

Suite au putsch avorté, plusieurs militaires turcs qui servent sur les bases de l’Otan en Europe ont tenté d’obtenir l’asile politique dans le pays où ils sont déployés. Ainsi, de nombreux militaires se sont adressés aux autorités allemandes, norvégiennes et grecques. Cependant, en automne, le service d’asile grec a rejeté leurs demandes.

 
 La Turquie accède enfin au grade de grande puissance… Elle instaure et surtout prolonge son état d’urgence, comme la France…..! Preuve que le modèle venant du pays des Lumières éclaire le monde . Toutefois une différence….
En Turquie c’est pour priver les Turcs de liberté, en France, c’est pour priver les terroristes de liberté (alors pourquoi Nice?). Il est vrai aussi que l’on est en plein continuum depuis 1945…..
 

 

 

[ Vers le Grexit ?] – Grèce : l’impasse économique

Olivier Delorme est écrivain et historien. Passionné par la Grèce, il est l’auteur de La Grèce et les Balkans: du Ve siècle à nos jours (en Folio Gallimard, 2013, trois tomes), qui fait aujourd’hui référence. Il vient également de publier Trente bonnes raisons de sortir de l’Europe.” Alors que la crise grecque semble sur le point de refaire surface en raison de la mésentente entre les différents créanciers du pays, et que l’idée d’un « Grexit » est récemment devenue, pour la toute première fois, majoritaire dans un sondage grec, Olivier Delorme a accepté de revenir pour L’arène nue sur la situation de la Grèce. 

 

 

Cette analyse est en trois partie et traitera successivement de l’impasse économique, de l’impasse géopolitique et de l’impasse politique dans lesquelles se trouve Athènes. Ci-dessous, le premier volet. 
 
***

Aujourd’hui, la Grèce se trouve dans une triple impasse.

La première est économique : depuis 2009, elle a connu plus de dix plans de rigueur assortis de coupes budgétaires, de mesures de démantèlement du droit du travail, de centaines de réformes dites structurelles (notamment lors de l’imposition à ses gouvernements des trois mémorandums de 2010, 2012 et 2015), des baisses de salaires et de pensions ainsi que des dizaines de hausses ou créations d’impôts. Car depuis sept ans, la Grèce s’est vu imposer par l’UE et le FMI un véritable délire fiscal dont la dernière manifestation consiste à taxer les contribuables sur la différence entre la montant minimal que, eu égard à leurs revenus, ils « doivent » avoir réglé par carte bancaire et le montant dont ils peuvent justifier qu’ils l’ont dépensé, si le second est inférieur au premier – mesure destinée, en réalité, à réduire la circulation d’argent liquide et à faire passer toutes les transactions par les banques. (L’impôt liquide…. en somme)

Cette politique déflationniste, d’une violence inconnue en Europe depuis les années 1930 (où elle a amené Hitler au pouvoir en Allemagne), a étouffé la consommation intérieure, provoqué des milliers de faillites et l’évaporation d’au moins le quart (sans doute autour du tiers, nonobstant les habillages statistiques) de la richesse nationale.

Cette politique a mis les salariés dans l’entière dépendance d’employeurs qui payent les salaires de plus en plus irrégulièrement – quand ils peuvent ou quand ils veulent. Elle a jeté plus du quart de la population active (sans doute autour du tiers, nonobstant les habillages statistiques), et plus de la moitié des jeunes, dans le chômage dont l’indemnisation est quasiment inexistante. Elle a liquidé l’État social qui, du fait des circonstances particulières à la Grèce après 1945 (guerre civile, régimes autoritaire puis dictatorial sous protection américaine), ne fut construit qu’après 1974 et était déjà l’un des moins généreux d’Europe.

Cette politique déflationniste, motivée par la résorption de la dette (qui ne se résorbe pas. Ce n’est pas résorber que de faire de plus en plus de déficit, en passant de 120 à 180%), a également provoqué l’explosion de celle-ci – de 120 % à 180 % du PIB. Pire, elle menace la vie de nombreux Grecs. La fermeture d’hôpitaux publics, de blocs opératoires, de lits met les établissements qui demeurent hors d’état de remplir leur mission, la réduction des dotations conduisant certains à ne plus pouvoir fournir les médicaments aux malades, à assurer l’hygiène élémentaire, la blanchisserie ou la restauration. Des patients cancéreux ont parfois été renvoyés chez eux sans avoir pu recevoir une chimiothérapie programmée à l’avance. Des laboratoires pharmaceutiques occidentaux ont suspendu leurs livraisons faute d’être assurés de la solvabilité de leurs clients grecs. (Fillon devrait se présenter pour y être président. Le costume traditionnel y coûte moins cher que chez nous, même gratuit)

L’insécurité énergétique ne cesse de croître – en milieu urbain, la plupart des immeubles collectifs, quand ils sont encore chauffés en hiver, ne le sont plus – au mieux – que deux heures le matin et deux autres le soir, l’augmentation des prix de l’électricité rend pour beaucoup impossible l’utilisation d’un chauffage d’appoint, et les installations de fortune utilisant le bois ajoutent la pollution aux risques d’incendie.

L’insécurité alimentaire progresse elle aussi, notamment chez les retraités mais, à maints endroits, des enseignants ont aussi dû mettre en place des systèmes de solidarité destinés à ceux de leurs élèves qui ne peuvent plus faire trois repas par jour…

Alors que, avant la crise, la Grèce figurait déjà parmi les pays européens où l’investissement public dans l’éducation était le plus faible, les coupes budgétaires imposées par les créanciers ont entraîné la fermeture ou la privatisation d’une importante partie de l’enseignement supérieur – grave hypothèque sur l’avenir. Mais elles altèrent aussi le fonctionnement des niveaux primaire et secondaire. « Entre 2009 et aujourd’hui, le budget a diminué de 70 %.

Parmi les conséquences multiples de ces politiques, il faut également citer les transferts de propriété.

Enfin, de même que ces politiques justifiées par une dette excessive ont fait exploser celle-ci, le délire fiscal censé remédier à un rendement insuffisant de l’impôt n’a fait qu’encourager le développement de l’économie informelle.

Avec une consommation intérieure asphyxiée et un euro qui continue à étouffer la production, l’économie grecque n’a pas la moindre chance de rebondir. Constamment démenties depuis sept ans, les prévisions de reprise de l’UE, de l’OCDE ou du FMI pour 2017 sont évidemment insincères et motivées, comme les politiques imposées à la Grèce, par la seule idéologie qui les sous-tend.

L’insignifiante « croissance » de 2016 (autour de 0,4 %) n’indique qu’une stabilisation provisoire sur un niveau très bas, due essentiellement à la baisse du taux de change de l’euro (qui reste néanmoins dramatiquement surévalué pour les structures de l’économie grecque), à celle des prix de l’énergie et à la situation géopolitique qui, de l’Égypte à la Turquie ou à la Tunisie, a permis au tourisme grec de tirer son épingle du jeu. (La misère se visite…. comme une curiosité!)

 

Et le monde assiste au naufrage de la Grèce…. Mais que faisons nous?

Nous croyons nous aux jeux du cirque avec le pouce vers le bas pour achever le gladiateur Grec. Méritons nous encore le titre envié de pays libre. Si notre liberté passe par l’anéantissement des autres, alors cette liberté, je n’en veux pas…. Amis entends tu le bruit sourd du pays (l’étranger est aussi notre pays , surtout en communauté) qu’on enchaîne?

Ohé partisans….. Attention à ton pouvoir…. (Exerce le si, réellement il te reste celui de l’Humain)

Naissance d’une civilisation (qui nous a donné la Démocratie), naufrage de cette civilisation….. Il n’aura fallut que 2 500 ans pour consommer un cycle civilisationnel qui a vu nombre de guerres civilisées…. Et maintenant qu’allons nous faire….?

 

https://www.les-crises.fr/vers-le-grexit-grece-limpasse-economique-par-coralie-delaume/

 

*****

Les présidentielles, comme si vous y étiez et quoique l’on en dise ou pas :
  1. E-goth de campagne (des députés d’active, et/ou au gouvernement.org, voulant être calife en lieu et place d’un cap’tain défunt et défaut) : vrp-fillon-f-ump (ses premiers maux) et http://wp.me/p4Im0Q-1nR (ses derniers mots, incapable…..s)
  2. La primaire des législatives (individus et partis) ou scoring « députés » (pour Peuple dépité)
  3. « Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) – http://wp.me/p4Im0Q-141
en savoir plus, beaucoup plus :il-etait-une-fois-2017
La guerre des vieux jeunes premiers (en finale de lutte) :
  1. Fillon fillon-putatif   et fiche-transparency-fillon  Toujours en primaire avec lui-même, après l’officielle des spectacles
  2. Valls – valls-putatif    Exit Valls, place à Hamon…. il va nous faire le coup de tous-en-Khamon
Bientôt il ne va plus rester que Hamon (mais restera t-il vraiment s’il est le seul à oser….?)! Faut-il, dès lors voter s’il est le seul compétiteur? – 14 – Patrimoine 2014 – Benoit Hamonfiche-transparency-hamon

…..

La révolution citoyenne se tire… ailleurs (en maroquins)  :
« Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) de la « dé-professionnalisation du mandat électif » (ou « quand le tirage au sort remplacera la ripoublique…. » ). Dans la mesure de l’esprit initial de « Nuit debout »…. du « ni partis, ni syndicats »  :

http://wp.me/p4Im0Q-141

 

….

FIN de la une DU JOUR

Fin de l’article de « La Une de keg » du jour. Merci de l’avoir lu et de vos commentaires. Les différents tableaux joints et à découvrir, vous ont-il éclairé, surtout en ce qui concerne les élections en prévision de décembre 2015 et au delà?
Ce qui suit ne concerne que quelques infos en attente de réutilisation (en vrai dépotoir, bric à brac, de brique et de broc), où vous pouvez puiser, à vos risques et périls garantis.

…..

  • Dans quel état gère, en urgence la socia-lie : 14/11/2015 – 26/02/2016 – 26/05/2016 – 26/07/2016  – 26/01/2017 –  13/12/2016   160719 – nuit de létat en urgence prolongée  –  (…     05/07/201 7= la sortie de l’état normal (une mesure qui dure devient la norme) pour devenir autre et sans en dire le nom. Cazeneuve promu premier ministre a devancé l’avenir en faisant voter, au 13/12/2016, une prolongation anticipée, de 3 mois supplémentaires jusqu’au 15/06/2017 (entre les deux tours des législatives et sans possibilité de modifier quoique ce soit et pour qui que ce soit)
  • Dernière nouvelle. Le pouvoir s’affole et n’attend pas l’échéance programmée du 26/01/2016. Cazeneuve, à peine promu 1er ministre, fait voter . Quelle fin de mandat pitoyable…. avec un état en urgence d’impossibilité à se réformer… et demain ne s’annonce guère mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011

 …..

L’état en urgence…….. du 14/11/2015  (lendemain du Vendredi 13, réputé jour de chance… Pour qui?) au :

(partie visible de l’ice-berg appelée à disparaître, dès la levée de l’embargo liberticide, à usage, exclusif, des seules libertés des citoyens et non  des terroristes…qui s’en battent l’œil La preuve par Nice.)
État d’urgence ordinaire et « normale » : 
Prochaine échéance au 26 Juillet 2016 (et de 4 dont 3 mi temps supplémentaires). Tous les rassemblements interdits (cultes, meetings politiques, match de sport, réunions syndicales, manifs, réunion de plus de 3 personnes, marchés de plein air, marchés publics, attentes aux guichets – Sécu, gares, aéroports, files d’alimentation – achats en grandes surface, queues aux cinés, concerts, …., défilés du 14 juillet, commémorations, « nuit debout »). Rendez-vous donc à la prochaine prolongation…. au 26/07/2016! Il y aura une trêve estivale – pour reprendre lors de la rentrée scolaire. Les terroristes respectent le calendrier scolaire (et solaire)! Dernière nouvelle : la Belgique n’est toujours pas en état d’urgence…. Surprenant! Prolongation, avant la date de fin, et à nouveau pour 6 mois jusqu’à l’installation du nouveau pouvoir (Acte 1 de Cazeneuve, nouveau premier ministre….)

 ……….

Grenoble : une fresque de street art jugée anti-flic provoque un tollé
L’oeuvre « L’Etat matraquant la liberté » créée par l’artiste Goin, dans le cadre du festival de street art subventionné par la ville de Grenoble. (Capture d’écran/ France 3 Alpes)
 Il paraît que l’état majore son urgence de deux  six mois. …… voir :  « Etat d’urgence ordinaire et normale » (plus bas)
un pays qui se « dictatorise (*) » (au nom d’un pseudo « terrorisme » – non et/ou très mal défini) et surtout qui laisse faire, avec la complicité de ses politicards et l’immobilisme de sa population ne peut revendiquer être le pays flambeau des Lumières et se ravale au rang de ses « ennemis » ou supposés. (tant que dure l’état d’urgence. ….. qui ne se presse pas pour partir si on en croit les rumeurs)
Gandhi
 Oser dire « NON », en votant blanc, tant que l’on n’a que des non-choix, c’est déjà être debout (et pas seulement la nuit). Il n’est que temps, déjà, en 2017!

 

 

 

Et s’il ne manquait que 509 députés! (un tout petit peu plus de 88%  de dédain du problème. Ils sont libres, eux!)
Il en va de la liberté du Peuple, quand même, qu’ils représenteraient!
Il est vrai que c’est tellement banal qu’un état d’urgence…..
  • Ils étaient 80 pour s’opposer en 1940…. ! sans être ripoux
  • Combien seront-ils pour la prolongation au delà du 26/07/2016? (26 ont refusé et 489 ont voté la prolongation améliorée, soit 6 mois – )  160719 – nuit de létat en urgence prolongée
  • Combien seront-ils pour celle au delà du 26/01/2017?

Afficher l'image d'origine

Un jour, ils oserons nous demander (à droite, comme à gauche), par référendum, si nous voulons mettre fin à cet état d’urgence, que nous n’avons jamais voulu et encore moins demandé!
(l’urgence de l’état c’est l’état d’urgence. L’urgence du peuple c’est de virer tous les urgentistes…..  2 Programmes diamétralement opposés)

 

……

De la constitution de l’état d’urgence abusif :
Article 21 Préambule de la constitution :
    • « Quand le gouvernement viole les libertés et les droits garantis par la constitution (état d’urgence prolongé et reprolongé!) , la résistance sous toutes ses formes est le plus sacré des droits et le plus impérieux des devoirs. »
  • (En l’an I, on parlait d’insurrection et non de résistance et d’armer cette révolution-citoyenne). Où en sommes nous? Et bien sûr cela ne concerne que le Peuple, pour le Peuple et avec le Peuple! et non les ersatz du pouvoir
en contradiction avec : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000695350

…..

 En France (en fin de règne, de Mars 2016 à ….. ) , on progresse! On rétablit la ferme générale en ce qui concerne la détection-radariste…. On vend la charge au privé…… Le privé va donc acheter la charge d’alimenter le budget amende de conduite et à lui de se démerder pour rentrer dans ses frais de charge et sans oublier sa marge, non d’erreur (dont il n’a que faire) mais de bénéfice. Car le privé n’est pas l’état il n’a pas le souci de déficit, son seul étant celui du profit +. Effectivement le changement c’est maintenant et ici….

………

A lire impérativement, pour mieux comprendre ce qui nous arrive : « Al Qaïda en France » de Samuel Laurent et ce que l’on va devoir supporter. Vous y apprendrez que les djihadistes se fondent dans la foule (ils fument, boivent, se droguent – en contradiction volontaire et « autorisée »  par leurs chefs -, présentent bien….. ont parfois des situations au top)…. jusqu’au jour où on les réveille et alors quel Bataclan!
Preuve que les lois d’exception ne concernent nullement les terroristes, excepté quand ce sont des citoyens (mono ou bi) nationaux qui expriment leur mécontentement. Les terroristes les vrais frapperont où ils voudront et quand ils voudront. Que voulez vous, réellement, opposer à leur déterminisme? Leur nationalité française? Il faut être naïf pour croire aux lois liberticides, soit disant pour contrer le terrorisme…..
Et pour inciter à rester…. coi : http://www.directmatin.fr/monde/2016-01-14/daesh-brule-vivants-ses-membres-qui-ont-fui-ramadi-720362 jusqu’au bout (ou quoi)

…. au 15/07/2017 – et Valls corollaire du 49-3, citoyen, pour passer 2017, en force, après Hamon…..

*****


Une sélection  de digests :

  • Vote blanc, expression du refus de non-choix
  • La non- imposition imposée en imposture
  • La Dhimmitude à refaire naître
  • A-faire « Charlie-Hebdo
  • Boites à Malices
  • autorisation de représailles à balles tueuses- « Ultima Ratio »
  • « Pupilles de la Nation non juifs » – discriminés
  • le référendum -migratoire, anti-Schengen
  • en Régionales de 2015 –R15-analyse
  • la non valeur des signatures politiques  – signature-bidon
  • de tout et de rien dans notre atmosphère, je vous assure cousin il l’a dit :  Vrac160101
  • Pan AM et après : Fin du bordel à Panama : Fin du Panama
  • A venir : la primaire, la levée des urgences,…. le scoring des députés (élire ou réélire des impuissants à protéger le peuple)…

Prêt à ressortir à la moindre alerte et avis de tempêtes…… et surtout en période exceptionnelle des urgence

Advertisements

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :