-

Il y a le « vote blanc » et le « vote poire » nouvelle « passe-crassane » électorale…..La récupération payante pour qui veut amasser près de 4 millions (by keg – 02/03/2017)

Publié le Mis à jour le

Le choix du jour : «Vote blanc» ou  «vote Guyot»

  Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français »

 

Der des der

Fillon maintient sa candidature, l’UDI « suspend » sa participation à la campagne

C’est le jeu des vases non communicants. François qui reste, François qui part…..  Qu’est devenue la volonté de présider un jour… Qui (et heureusement pour nous) n’est pas toujours (ce serait mossad que de ne plus pouvoir se marrer, tous les 5 ans, du grand Guignol des « grands ». Nous ne serions plu gay, car c’est bien connu gay et mossad ne font pas bon ménage et en sont toujours au qui s’ra elle!) L’UDI suspend son vol électoral (mais pas forcément de l’argent public…. 15 parmi les 92 vérifiés sur les 159 épinglés. Ils sont 72 alités en chambres confondues – cf : digest-tranparency )

http://www.france24.com/fr/20170301-direct-live-fillon-maintient-candidature-presidentielle-mise-examen-defection-partisan

———-

Exercez-vous à la découverte par les chiffres en présidentiels :
Les politicards sont friands d’affaires. C’est vrai qu’ils s’emmerdent à politiquer, alors autant que ce soit juteux…. Pour que vous aussi vous puissiez jouer, paramétrez ce qui suit : digest-tranparency
  • en U7 : 14 possibilités
  • en V15 : 11 possibilités
  • en T15 : 9 possibilités
et vous voici avec la possibilité de 1386 tableaux possibles d’analyse. C’est entièrement gratuit (étude en cours des assistants parlementaires : 196 parlementaires analysé sur 925 répertoriés). Il vous suffit d’oser regarder la réalité…. et sans le moindre parti pris, avec le seul souci citoyen au service des citoyens.

———–

je ne voterai pas pour mes bourreaux. La révolte d’un « pupille de la Nation non juif », trop con pour apprécier le bonheur promis par des-put-a-tifs (ne parlons pas des chauves)   (en abrégé : http://wp.me/p4Im0Q-1sO)

Français quand vous saurez……que :

 Il ne suffit pas de prendre les électeurs pour des poires pour être élu…. Surtout en mode crapule. Un vote blanc est un vote blanc et non un vote Tartempion….  qui n’est qu’un énième candidat , un de plus. le vote blanc se passe de nom….. pour dire « NON »

….. et avec un peu de recul….

Il y a « vote blanc citoyen » et « vote blanc-poire ». Il y a le vote blanc qui refuse les non choix et le vote blanc nominatif (qu’est, au fait, un vote blanc?). Qu’elle différence d’avec une candidature partisane telles toutes celles (40, aux dernières nouvelles), qui permettraient une moyenne de voix possible à raison de 45% de non-vote :  blancs-nuls et abstentions, à une moyenne de 1,35% des exprimés, soit 607 000 voix…. Bonjour la représentativité du pouvoir.Il est vrai qu’avec 2 millions de voix il serait alors au second tour … et certainement encore aux prolongations…. Allez savoir!

…..

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

Cliquez pour la démocratie ! (par le Parti du vote blanc)

 Protesters at the barricades in Les MisérablesLe Cercle des Volontaires relaie ici une initiative originale de Stéphane Guyot, du Parti du vote blanc, pour l’aider dans sa quête pour les fameuses 500 signatures d’élus, qui pourront lui permettre de se présenter aux élections présidentielles.

Stéphane Guyot se présente aux présidentielles pour rendre visible, par sa candidatures, les votes blancs, qui ne sont actuellement pas comptés dans les résultats des élections, malgré le nombre important de Français qu’ils représentent.

Il nous explique ci-dessous sa démarche dans une lettre qu’il nous a adressé.

 


Un clic pour la démocratie

Ils étaient plus de 2 millions en 2012 à avoir glissé dans l‘urne un bulletin « blanc  » ou une enveloppe vide. 2.154.956 pour être précis, soit près de 6% du corps électoral, qui ont ainsi exprimé leur insatisfaction politique face aux choix qui leur étaient proposés. 6% des voix soigneusement et légalement écartées des résultats.

En manifestant leur volonté d’une autre politique, ces électeurs-là ne méritent-ils pas eux aussi d’être pris en considération dans notre système électoral ? C’est toute la question que pose ma candidature à l’élection présidentielle. Une question également posée par 83% des français et plus de 200.000 signataires de la pétition lancée sur Change. Question à laquelle les 44.000 élus devront répondre à partir du 27 février.

C’est à cette date en effet que débutera la période officielle de recueil des parrainages. Nul doute qu’ils seront abondamment sollicités par nombre de « petits candidats » qui chercheront à les convaincre du bienfondé de leur démarche. C’est même déjà le cas. Mais contrairement à ces marchands de rêves, ma candidature n’a pas la prétention de remporter le scrutin. Elle a pour objectif de rendre visible ces 2 millions de votants dont le vote – donc l’opinion – ne compte pas. En réintégrant ces 6% au décompte officiel, cette victoire démocratique aura des conséquences politiques (et financières) sans précédent sur l’issue du scrutin.

Cette candidature n’est évidemment pas partisane. Elle est portée par une équipe de simples citoyens, libres et non-encartés. Elle n’engage donc pas les signataires ou leurs communes dans un quelconque positionnement idéologique.

Cette candidature n’est donc pas dangereuse pour le bon déroulement de l’élection. Avec un potentiel de 6% à 10% d’intentions de vote, soit davantage que l’ensemble des petits candidats réunis, elle ne pourra empêcher l’accès au second tour à 2 finalistes qui seront dès lors réellement désignés par adhésion autour d’un projet et non par simple opposition aux candidats sortants.

A deux mois de l’échéance, ils sont encore nombreux, ces électeurs, à considérer l’offre électorale comme inadaptée ou défectueuse. 50% d’entre eux déclarent ne pas savoir pour qui ils iront voter au 1er tour de l’élection présidentielle. Ne nous y trompons pas. Il ne s’agit pas là d’une forme d’indécision passagère, mais bien la preuve d’un manque total d’adhésion, voire de confiance, pour un projet politique ou son candidat, quel qu’il soit.

Que feront ces électeurs le 23 avril prochain ? Devront-ils se résigner en votant par défaut ou par rejet ? Iront-ils se réfugier dans un vote extrême, au risque d’offrir la victoire à Marine Le Pen dès le 1er tour pour de mauvaises raisons ? (le jeu alarmiste pour sa cause perso…. Quelle stratégie, comme celle des grands! C’est à cela que l’on reconnaît la grandeur d’âme de postulants compétents. Personnellement je ne brandis jamais une peur quelconque.. Je ne mets  l’électeur que face à ses non choix…itératifs et ses jérémiades perpétuelles, alors qu’il peut changer la donne et surtout sa donne).  Ne serait-il pas légitime, au contraire, de pouvoir proposer à cet électorat exigeant la possibilité d’exprimer son opinion librement ? N’est-ce pas cela, la Démocratie ?

Les 44.000 élus de France pourront répondre à cette question en apportant leur parrainage à ma candidature dès ce lundi 27 février.

Vous aussi, pouvez participer à cette quête des parrainages. Si vous êtes favorables à la reconnaissance du vote blanc (qui ne viendra jamais… de la part des politicards y en eut-il un pour . Un sur 575, pas assez pour faire passer une proposition de loi qui aboutisse, surtout quand on sait que toues les précédentes ont échoué….) je vous invite à le faire savoir à nos élus en leur adressant un « mail blanc ». Il vous suffit d’un clic sur ce lien. Les 36.000 maires de France recevront de manière anonyme et aléatoire un message « blanc » afin de les alerter de la mobilisation populaire autour de cet indispensable outil démocratique. Vous provoquerez ainsi une véritable prise de conscience et contribuerez à éviter que les 6% d’invisibles identifiés en 2012 ne soient tentés, en 2017, de faire entendre leur « ras-le-bol national » dans un vote populiste mortifère.

 

De l’art de la récupération électorale….. v et de prendre l’électeur votant blanc pire que des veaux, des poires…..!

Non Mr Guyot, vous n’avez aucun droit à récupérer les aspirations des électeurs à autre chose…. Le faire c’est vous mettre dans le clan des politicards ripoux…..  Les quelques 2 millions de voix que vous réclamez ne vous appartiennent pas. J’espère que ceux qui votent blanc ne soutiendront pas votre démarche. qui ne serait alors, apparemment, qu’escroquerie…. récupératrice (pourquoi vous et pas d’autres défenseurs du dit vote blanc reconnu et non imposé (du morcellement du blanc pour l’affaiblir, comme pour toutes les familles politiques). Vous n’avez pas le monopole du blanc, même en période de solde des valeurs !

Il y a vote blanc et votre blanc….

  • Il y a ceux qui veulent la prise en compte dudit vote blanc, alors que vous savez que vous n’obtiendrez jamais gain de cause. Vous posez vous la question du fait que les politicards et les médias, évoquent toujours l’abstention et jamais le vote blanc…. Y réfléchir sérieusement (ce que vous devez avoir fait pour présenter votre candidature pas si blanche que cela. Diable il y aurait près de 4 millions à récupérer et c’est pas négligeable….) et en tout les cas vous amènerait certainement à changer votre comportement……

 

  • Il y a ceux qui militent pour la révolution du vote blanc dans l’urne, j’en suis (et apparemment le seul). Depuis le fameux 21 Avril, je milite pour que les citoyens imposent ledit vote blanc, de façon importante dans l’urne. Cela ne changera rien la première fois où le vote blanc atteindra 10 à 20% voir plus.
    • Il servira à alerter les politicards sur le fait que les citoyens osent dire « non » à leurs prétentions (surtout personnelles de mandatés et non pour les mandants. Il suffit de voir les problématiques actuelles avec les « affaires » en cours et en cour….). Ce sera une première et vous savez que lorsque les citoyens auront osé dire « NON », ils ne diront plus « Oui » par la suite….
    • le système pourri politique actuel fait que si par hasard, sur les 45 millions d’électeurs, 3 personnes exprimaient un choix, il y aurait forcément un élu,; démocratiquement, à 66% des voix (exprimé n’est pas inscrit, même si cela en fait partie…). mais quelle représentativité peut-être 2 / 45 000 000 (Ce n’est certainement pas cela la démocratie). Du danger de la démocratie dite représentative, quand elle ne représenterait qu’un élu et sa copine (ou copain (puisque tout est permis, maintenant….)

 Voter Guyot n’est pas voter blanc. Ne prenez pas les électeurs pour des poires déjà que l’on a tendance à les prendre pour des veaux…. C’est parce que j’ai du respect pour le vote blanc, expression d’un volonté réelle d’autre chose, et de ceux qui osent l’exprimer que je ne ferai pas un « clic-guyot » (afin de na pas prendre une claque). Le vote blanc doit rester blanc et non dériver. Je ne voterai donc pas autrement que blanc!

 

http://free.niooz.fr/s/free/cliquez-pour-la-democratie-par-le-parti-du-vote-blanc-15775661.shtml

***

Et pendant ce temps……

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Pour votre « marché matinal aux nouvelles fraîches », les articles en « Une » des principaux médias retenus!

bleu (sans ‘(*) ») dans le texte d’origine est déjà une façon de répondre, partiellement au sujet de ce texte….
——
« (*) » : veut dire que c’est une coquille voulue et/ou une liberté de langage ……ou une tentative de jeu de mots?
Ajoutez un peu de pâte-a-physique et une poignée de sel…j’aime. Faire revenir dans une noix de beurre rance et vous aurez votre recette du jour. A déguster chaude, la patate! Un peu d’irraison ne peut faire de mal.
dès 2017, un dictionnaire bilingue sortira pour mieux comprendre l’esprit « kegien (*) » ‘ ! Exercez-vous –:
GrosMots kegiens Février2016

****

 

Affaire Fillon : reporter l’élection présidentielle, est-ce sérieux ?

Affaire Fillon : reporter l'élection présidentielle, est-ce sérieux ?
Le palais de l’Elysée changera-t-il d’occupant en mai ? Ou un peu plus tard ? ((AFP))

C’est en tout cas ce que demande un député Les Républicain. Est-ce possible et comment ? 5 questions pour comprendre.

 

Pourquoi la question d’un report de la présidentielle se pose-t-elle ?

« Je ne céderai pas, je ne me retirerai pas », « j’irai jusqu’au bout », a asséné François Fillon ce matin. Une détermination qui n’a pas empêché le candidat Les Républicains de connaître de nombreuses défections depuis l’annonce de sa convocation par les juges d’instruction, le 15 mars, en vue d’une mise en examen. Bruno Le Maire a claqué la porte de sa campagne. Et son allié du centre-droit, l’UDI, a décidé de « suspendre » sa participation.

Si bien que le député Les Républicains Pierre Lellouche envisage de saisir le Conseil constitutionnel afin de réclamer un report de l’élection présidentielle. « Inaudible auprès des Français depuis plusieurs semaines, la campagne de François Fillon a atteint aujourd’hui 1er mars, un point de non-retour avec l’annonce pour le 15 mars, c’est-à-dire à deux jours de la clôture de la date du dépôt des candidatures, de la mise en examen du candidat de la droite et du centre », estime le député de Paris.

« Il importe également, dès à présent, d’envisager de saisir le Conseil constitutionnel aux termes des articles 7 et 61 de la Constitution, afin de demander le report de l’élection présidentielle », ajoute Pierre Lellouche.

Est-ce prévu par la Constitution ?

Oui, l’article 7 de la Constitution a été révisé en 1976 pour prévoir la possibilité d’un report :

« Si, avant le premier tour, un des candidats décède ou se trouve empêché, le Conseil constitutionnel prononce le report de l’élection. »

« Si, dans les sept jours précédant la date limite du dépôt des présentations de candidatures, une des personnes ayant annoncé publiquement sa décision d’être candidate décède ou se trouve empêchée, le Conseil constitutionnel peut décider de reporter l’élection. Il n’y est toutefois pas obligé et il doit être saisi pour pouvoir se prononcer », explique le constitutionnaliste Dominique Rousseau, professeur à l’université Paris-I Panthéon Sorbonne.

Autre cas de figure, « si, dans l’entre-deux-tours, l’un des deux candidats qualifiés pour le second tour décède ou est empêché, le Conseil constitutionnel déclare qu’il doit être procédé de nouveau à l’ensemble des opérations électorales. »

Qu’entend-on exactement par « empêchement » ?

« Il n’y a aucune définition dans la Constitution de l’empêchement », souligne Dominique Rousseau. « Et dans la mesure où, jusqu’à maintenant, aucun de ces différents cas de figure ne s’est présenté à nous, cette notion reste aujourd’hui indéfinie. »

« Ce sera donc au Conseil constitutionnel lui-même de déterminer ce qu’il entend par empêchement. »

Selon le constitutionnaliste, « plusieurs éléments objectifs contribuent à définir la situation actuelle comme une situation d’empêchement ». D’une part, « les sorties de François Fillon sur le terrain, ses déplacements en province, sont de plus en plus difficiles à organiser. Il est matériellement empêché de faire campagne. »

Et le 26 janvier, sur TF1, « le candidat a lui-même déclaré qu’il se retirerait s’il était empêché par une mise en examen ». « Depuis la jurisprudence Balladur, des ministres ont démissionné lorsqu’ils ont été mis en examen », poursuit Dominique Rousseau, « ils ont considéré qu’ils étaient empêchés. Par analogie, on pourrait considérer qu’un candidat à la présidentielle mis en examen est lui aussi empêché. »

Qui décide du report de l’élection ?

C’est au Conseil constitutionnel de trancher. Mais avant de se prononcer, il doit d’abord être saisi. Soit par 60 députés ou 60 sénateurs, soit par le président de la République, le Premier ministre, le président de l’Assemblée nationale ou le président du Sénat – en l’occurrence Gérard Larcher, proche de François Fillon.

Mais le calendrier compte. « Un retrait éventuel de François Fillon pourrait potentiellement pousser le Conseil constitutionnel à reporter l’élection présidentielle, si celui-ci intervenait entre le 10 et le 17 mars, date limite du dépôt des candidatures », précise Dominique Rousseau. « Cette démarche permettrait à la droite de changer de candidat ».

Autre scenario, encore plus complexe, évoqué par le constitutionnaliste : « On peut imaginer que des parlementaires saisissent le Conseil constitutionnel pour déclarer François Fillon empêché, alors même que le candidat voudrait continuer… »

Un report pour combien de temps ?

« Si le Conseil constitutionnel est saisi, s’il considère ce retrait comme un empêchement et donc s’il décide de reporter l’élection, il est précisé que ce report ne doit pas excéder 35 jours. Il est donc tout à fait possible que la présidentielle, aujourd’hui prévue entre fin avril et début mai, se déroule au même moment que les législatives, prévues elles en juin, ou même après », selon Dominique Rousseau.

Les législatives, elles, ne seraient pas automatiquement décalées. Sauf si le Parlement se réunit en session extraordinaire pour décider de reporter aussi les élections législatives. Elles pourraient alors avoir lieu « en juillet ou en septembre ». (et là, pas de peur de revoir une cohabitation! On a accolé les législatives aux présidentielles pour bénéficier de l’élan présidentiel…. Si maintenant on vote les représentants de leurs propres intérêts on risque d’avoir une possible cohabitation des droites…. ou une macronité-péniste)

 

Et quand l’empêchement vient du candidat lui-même (personne ne l’a empêché d’avoir recours aux aides familiales accordées aux nécessiteux et il a pu en profiter largement, même si indu et même si en plus cela relevait de l’illusion d’activité d’aide familiale). L’empêchement ne peut être invoqué dans le cas Fillon. Le paiement du est de règle générale en transaction…. fut-elle spécifiquement liée à l’exercice d’un mandat (qui plus est).

Dès lors il n’y a pas lieu de suspension et report. De toute façon pour le résultat qui nous attend…. choisir entre le moins impliqué négatif, n’est pas élire un vrai responsable…. En Mai ou en Septembre, quelle importance. Au plus vite on boira jusqu’à la lie…. au plus vite on se rapprochera du terme de 2012. Inutile d’attendre….

Le report électoral n’est pas un report boursier. La chute alors risque d’être plus sévère…..

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170301.OBS5983/affaire-fillon-reporter-l-election-presidentielle-est-ce-serieux.html

 

****

 

Pour Aphatie, parler du FN n’a d’intérêt que si ça lui nuit  –  Je tance donc je suis

 

Jean-Michel Aphatie, janvier 2012. SIPA. 00631435_000016

Cela n’a l’air de rien. Ce n’est pas une belle formule-choc. C’est un bafouillage décousu. Et pourtant c’est très clair.

 

Il était près de minuit, vendredi soir, et l’on peut comprendre que la fatigue de fin de semaine agisse comme un désinhibiteur.

On peut regretter que le propos n’ait pas la puissance de cette belle réplique : « cela [l’élection de Trump] montre aussi qu’il faut s’interroger quelquefois sur le suffrage universel » (à 18’38”)

Ni la perfection formelle du désormais célèbre : « savez-vous ce que je ferais, si j’étais président de la République? Je raserais le château de Versailles, afin que nous n’allions pas là-bas, en pèlerinage, cultiver la grandeur de la France. » Je m’étais prise à rêver d’un monde où ce propos serait considéré comme un « dérapage »… Façon de parler, bien sûr ; car le meilleur des mondes serait bien plutôt celui où la notion de dérapage n’aurait plus cours.

Mais le coup de Versailles était une blague, nous a rassurés M. Aphatie, comme s’il croyait sérieusement, quant à lui, que nous étions inquiets pour le sort du château (le Huffington Post l’a cru aussi), alors que nous sommes assez intelligents pour comprendre que ce journaliste a peu de chances de se retrouver un jour à la tête de L’État. Quoique. Dans un pays où les hommes politiques se mettent à parler comme Cyril Hanouna, tout est possible. Voir Emmanuel Macron en mode « je vous adore mes chéris »:

Au plus les médias (dont Apathie parle, au moins le Pen a besoin de parler. Tout le monde travaille pour son camp…. Pendant ce temps elle caresse et flatte la croupe de tous et toutes en campagne campagnière à la portes de Versailles en comices agricoles nationales…. Il paraît que l’on est moins déçu des bêtes que des hommes (et femmes). Se souvenir aussi que tout est bon dans les cochons, fussent-ils hallalisés ou kaschérisés

 

http://www.causeur.fr/aphatie-fn-le-pen-affaires-presidentielle-42947.html

 

*****

 

Présidentielle 2017 : Le Monde remporte la palme du mépris pour les « microcandidats »

Présidentielle 2017 : Le Monde remporte la palme du mépris pour les « microcandidats »

Misère du journalisme politique ou sketch raté ?

 

Lors de chaque campagne électorale, éditorialistes et autres « grands » journalistes politiques rivalisent de mépris pour celles et ceux qu’ils qualifient de « petits » candidats » [1].

Mais cette année, Le Monde a tué la compétition avant même qu’elle ne débute avec un article publié le 10 février 2017 dans M, son supplément magazine (et publicitaire) paraissant le week-end. Intitulé « Les microcandidats à la présidentielle » [2], ce chef d’œuvre de journalisme de railleries et de quolibets n’a qu’un objectif, ridiculiser tous les acteurs politiques qu’il évoque, et une méthode – digne d’une cour d’école –, brocarder les scores qu’ils ont obtenus par le passé. Une production journalistique détestable qui méprise le pluralisme et bafoue le débat démocratique en moquant celles et ceux qui entendent l’incarner en dehors des trois partis dominants. Passage en revue des saillies les plus consternantes.

- Les trois paragraphes qui ouvrent l’article résument à eux seuls l’insondable dédain de l’auteur pour ses cibles du jour :

À 20 heures, au soir du premier tour de la présidentielle, leurs visages surmontés d’un score à 0 % et des poussières apparaissent en dernier sur les écrans et disparaissent aussitôt. Les chaînes de télévision n’ont pas de temps d’antenne à gaspiller pour ces perdants microscopiques, dont tout le poids électoral se réfugie derrière la virgule. Leur apport décimal en voix n’aura, après tout, qu’un impact infinitésimal sur le second tour.

Une fois leur modeste QG de campagne balayé et rangé, ces candidats de très petite taille électorale – appelons-les les « nanocandidats » – (re)tomberont dans les oubliettes de l’histoire politique.

Prévisible, cette fin sans gloire n’a pas empêché plus d’une quarantaine de personnalités plus ou moins connues de se lancer, encore cette année, dans la fastidieuse course aux 500 parrainages d’élus (maires, députés, sénateurs, conseillers départementaux et régionaux).

- Après cette entrée en matière, c’est Jacques Cheminade qui le premier fait les frais de la vindicte du journaliste :

- C’est ensuite au tour de Gérard Schivardi de subir les commentaires goguenards du plumitif du quotidien du trio Bergé-Niel-Pigasse :

- Visiblement, l’auteur de l’article a développé une animosité particulière à l’encontre du NPA et de LO, tant son jugement à leur égard est lapidaire et fielleux :

- Les primaires n’ont évidemment pas échappé à la sagacité du rédacteur du Monde qui y trouve de nouvelles occasions de glousser :

Jean-François Copé, le « nano » surprise de la primaire de la droite et du centre, a atterri à 0,3 %. À gauche, lors de la primaire de la Belle alliance populaire, Jean-Luc Bennahmias s’est retrouvé d’extrême justesse du bon côté de la virgule avec 1,02 % des suffrages exprimés. Petit score dans les urnes mais gros succès sur la Toile. Ses faux airs de Bourvil, ses trous de mémoire programmatiques et ses coups de gueule lors des débats ont valu au président du très confidentiel Front démocrate une avalanche de commentaires amusés. […]

L’ancien journaliste a néanmoins assez peu apprécié « la condescendance et la suffisance » des animateurs du premier débat télévisé. Un reproche que la plupart des petits candidats adressent aux présentateurs, accusés d’être forts avec les faibles et faibles avec les forts.

- Un reproche qui ne saurait concerner un noble collaborateur de presse écrite, évidemment… Aveugle aux accusations de « condescendance » et de « suffisance » envers certains procédés journalistiques, l’auteur de l’article est également sourd aux arguments pourtant élémentaires de Jean-Luc Bennahmias, qui sont au contraire l’objet d’un nouveau sarcasme :

« Certes, je suis un petit candidat mais ce que je porte depuis plusieurs années n’est pas si petit que cela, fait remarquer Jean-Luc Bennahmias. On peut être un petit candidat et porter des idées qui touchent des millions de personnes. » Ce visiteur du soir du palais de l’Elysée revendique fièrement le rôle de « nano » utile du socialisme.

- Quant à Jean-Marie Le Pen, il apparaît tout simplement, à travers l’angle inepte de cet article, comme un « nano » devenu « macro », une « exception qui confirme la règle ». On s’étonne que l’auteur n’ait pas cité Adolf Hitler ou Donald Trump, autres « micro » devenus « macro » célèbres, pour illustrer sa lumineuse analyse…

- La conclusion est, sans surprise, une diatribe contre l’égalité du temps de parole audiovisuelle accordée à tous les candidats durant les deux dernières semaines de campagne :

***Cet article publié dans le supplément hebdomadaire d’un quotidien qui se veut « de référence » a pourtant toutes les caractéristiques de la discussion de comptoir (entre clients pas vraiment sobres) : propos à l’emporte-pièce, affirmations outrancières et verdicts saugrenus présentés comme des évidences indiscutables ; saillies caricaturales et répétitives en guise de traits d’esprit ; disqualification a priori et dépolitisée de la politique dès lors qu’elle s’écarte un tant soit peu des formes institutionnelles. L’auteur de cet article imprégné d’une morgue insupportable sort complètement de son rôle de journaliste d’information : il n’a collecté aucune information inédite, ne propose aucune interprétation originale, se contentant d’imposer ses opinions grossières et d’asséner ses commentaires perfides. Une forme de « journalisme » qui, comme s’il en était besoin ces derniers temps, décrédibilise et nourrit un peu plus encore la défiance envers la profession.

 

Il est vrai que dans un pays où la course au fric à piquer aux citoyens (financement des partis, remboursement des frais campagnes, cumuls des mandats, cumuls des indemnités, dépassement et outrepassage de la loi d’écrétage – voir   digest-tranparency , Aides familiales aux parlementaires nécessiteux, …. ) pactole à ne pas diluer dans la nature et entre des mains peu habituées à puiser à pleines brassées dans le miel accumulé sur le dos des citoyens (c’est un métier et cela s’apprend ….). A l’inverse du slogan « au plus on est au plus on  rit », « au plus on est, au moins on rentabilise notre avenir »).

Qui aborde justement le problème détourné et contourné des dépassements d’écrétage. Nos julot casse-croutes sont devenus négriers de leurs aides familiales,; quand ce n’est pas au noir…. et sous la ceinture!

Petits candidats est déjà en soi péjoratif et insultant. Il est parfois des petits plus compétents et efficaces que des grands…. Et il est encore plus vrai que nombre de petits sont plus propres que des grands.

En politique, il n’ y a que des candidats

 

http://reseauinternational.net/presidentielle-2017-le-monde-remporte-la-palme-du-mepris-pour-les-microcandidats/

 

***

 

Pourquoi Macron ne peut gagner ni la présidentielle ni les législatives

 

 

Résultat de recherche d'images pour "macron président"Il a sous-estimé quatre réalités politiques.
La macronlâtrie qui emporte tout sur son passage – socialistes espérant une prolongation de leur bail, vieux centristes, écologistes soixante-huitards reconvertis en libéraux et même un général de gendarmerie très anti-Taubira – a, en partie, atteint son objectif : installer l’idée que M. Macron serait au second tour et qu’il était le seul capable de battre Marine Le Pen.
Mais cette stratégie de second tour et de vote utile comporte de nombreuses incertitudes. Et quelques mensonges. D’une part, on sait ce qu’il est advenu de ces candidats qui se voulaient centristes, en marge des partis, et portés par le système médiatique : MM. Barre, Balladur, Bayrou et Juppé. D’autre part, la candidature spécifique de M. Macron concentre certains handicaps très lourds. N’en déplaise à MM. Bayrou, Cohn-Bendit et Soubelet, examinons-les.
D’abord, la mutation politique qui a eu lieu sous le quinquennat Hollande a entraîné deux faits majeurs qui pèseront lors des élections du printemps.
  • Le premier, c’est la droitisation de l’électorat.
  • Le second, c’est l’apparition d’un tripartisme, confirmé à toutes les élections depuis 2013 : PS et gauche, droite LR, Front national. On peut, schématiquement, et en faisant une place aux « petits » courants, décomposer le spectre politique actuel ainsi : extrême gauche : 12 % ; PS et alliés (Verts, etc.) : 25 % ; centre : 12 % ; droite LR : 25 % ; FN : 25 %.
Or, pour cette présidentielle, l’offre des candidatures, notamment à gauche et au centre, ne correspond pas aux tendances idéologiques.
M. Macron prétend en faire sa force, mais c’est sa faiblesse majeure. Si l’on a bien des candidats extrême gauche, LR et FN bien identifiés et en phase avec leur électorat, ce n’est pas le cas pour le PS et le centre : deux courants qui vont donc se partager. L’électorat PS est ouvertement fracturé depuis la primaire et les sondages disent qu’il l’est équitablement entre MM. Hamon et Macron : 12 % pour chacun. Quant à l’électorat centriste, il va aussi se partager équitablement entre MM. Macron et Fillon. Ce qui amène M. Macron à 18 % (12 + 6). Pas plus…
Pour M. Fillon, s’il récupère sa moitié de centristes, il perdra, avec le Penelopegate, l’équivalent qui se déversera soit vers M. Dupont-Aignan soit vers le Front national. Donc, M. Fillon serait autour de 25 % et Mme Le Pen entre 25 et 28 %.
Mais, même en admettant que M. Macron soit élu Président, les législatives seront pour lui une épreuve encore plus compliquée. En effet, pour les partis, être présents au premier tour des législatives est indispensable pour leur financement  (le si fameux vote utile!, 1,70€ par voix obtenue…. voter blanc c’est économiser sur notre fric donné gracieusement aux partis et c’est dons utile pour nous citoyens). Donc, on voit mal comment PS et LR qui auraient, toujours dans le scénario macronien des sondages, été éliminés de la présidentielle se sacrifieraient aussi pour ces législatives ! Outre l’aspect très hétéroclite des candidatures Macron – un général anti-Taubira ici, un écolo pro-cannabis là… -, son nouveau parti En marche ! aurait à faire face à des candidats PS et LR, dans un contexte de domination du FN (qui aurait atteint 40 à 45 % à la présidentielle). M. Macron Président se retrouverait sans majorité à l’Assemblée, ou avec une majorité LR–FN.
En réalité, M. Macron ne peut gagner la présidentielle car il a sous-estimé quatre réalités politiques :
  • la persistance des courants idéologiques et des partis (même très affaiblis),
  • le violent rejet, dans l’électorat de gauche, du libéralisme hollando-rothschildien qu’il incarne,
  • la droitisation de l’électorat
  • et le fait qu’il n’y a place, même dans une époque très anti-système, pour deux forts courants anti-système, surtout quand l’un des deux (le sien) est représenté par un pur produit du système.

 

Quel capharnaüm dans l’anti-chambre (la si bien nommée actuellement) des chambres qu’est la marche du palais….  Jamais de mémoire d’électeur on ne s’est autant marré de voir les guignols faire l’info…. quotidienne. Oui Fillon tu as raison de persister ne serait-ce que pour faire barrage à la macroniquetamère (un clone de ton homologue « prénomitique » (ou prénomhytique, pour d’éventuels puristes)§

Si un Fillon n’existait pas en présidentielle il faudrait l’inviter voir l’inventer…. Voilà où mènent des « aides familiales à nécessiteux » …. A l’avenir, il y regarderont à trois fois avant que d’y avoir recours….

A quand les « vacheries » Macron et Hamon.

  • Le pen est épinglée,
  • Fillon est témoin entendant
  • et les autres…. N’y aurait-il que deux grands candidats sur les 40 putatifs pré-inscrits et donc pré-sumés présidentiés (mais pas citoyenno-graciés). Ce serait un bonheur que d’être épinglés…. on n’arrête pas de parler de vous…. !

Faire campagne sans la faire, c’est le must en politique, l’apogée de la gloire. Être élu au prorata de ses « ‘escroqueries »…., quel pied!

 

http://www.bvoltaire.fr/pascalcelerier/macron-ne-gagner-presidentielle-legislatives,316688

 

*****

 

 

*****

Les présidentielles, comme si vous y étiez et quoique l’on en dise ou pas :
  1. E-goth de campagne (des députés d’active, et/ou au gouvernement.org, voulant être calife en lieu et place d’un cap’tain défunt et défaut) : vrp-fillon-f-ump (ses premiers maux) et http://wp.me/p4Im0Q-1nR (ses derniers mots, incapable…..s)
  2. La primaire des législatives (individus et partis) ou scoring « députés » (pour Peuple dépité)
  3. « Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) – http://wp.me/p4Im0Q-141
en savoir plus, beaucoup plus :il-etait-une-fois-2017
La guerre des vieux jeunes premiers (en finale de lutte) :
  1. Fillon fillon-putatif   et fiche-transparency-fillon
  2. Valls – valls-putatif    Exit Valls, place à Hamon…. il va nous faire le coup de tous-en-Khamon
Bientôt il ne va plus rester que Hamon (mais restera t-il vraiment s’il est le seul à oser….?)! Faut-il, dès lors voter s’il est le seul compétiteur? – 14 – Patrimoine 2014 – Benoit Hamonfiche-transparency-hamon

…..

La révolution citoyenne se tire…  :
« Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) de la « dé-professionnalisation du mandat électif » (ou « quand le tirage au sort remplacera la ripoublique…. » ). Dans la mesure de l’esprit initial de « Nuit debout »…. du « ni partis, ni syndicats »  :    http://wp.me/p4Im0Q-141

….

FIN de la une DU JOUR

Fin de l’article de « La Une de keg » du jour. Merci de l’avoir lu et de vos commentaires. Les différents tableaux joints et à découvrir, vous ont-il éclairé, surtout en ce qui concerne les élections en prévision de décembre 2015 et au delà?
Ce qui suit ne concerne que quelques infos en attente de réutilisation (en vrai dépotoir, bric à brac, de brique et de broc), où vous pouvez puiser, à vos risques et périls garantis.

…..

  • Dans quel état gère, en urgence la socia-lie : 14/11/2015 – 26/02/2016 – 26/05/2016 – 26/07/2016  – 26/01/2017 –  13/12/2016   160719 – nuit de létat en urgence prolongée  –  (…     05/07/201 7= la sortie de l’état normal (une mesure qui dure devient la norme) pour devenir autre et sans en dire le nom. Cazeneuve promu premier ministre a devancé l’avenir en faisant voter, au 13/12/2016, une prolongation anticipée, de 3 mois supplémentaires jusqu’au 15/06/2017 (entre les deux tours des législatives et sans possibilité de modifier quoique ce soit et pour qui que ce soit)
  • Dernière nouvelle. Le pouvoir s’affole et n’attend pas l’échéance programmée du 26/01/2016. Cazeneuve, à peine promu 1er ministre, fait voter . Quelle fin de mandat pitoyable…. avec un état en urgence d’impossibilité à se réformer… et demain ne s’annonce guère mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011

 …..

L’état en urgence…….. du 14/11/2015  (lendemain du Vendredi 13, réputé jour de chance… Pour qui?) au :

(partie visible de l’ice-berg appelée à disparaître, dès la levée de l’embargo liberticide, à usage, exclusif, des seules libertés des citoyens et non  des terroristes…qui s’en battent l’œil La preuve par Nice.)
État d’urgence ordinaire et « normale »
Prochaine échéance au 26 Juillet 2016 (et de 4 dont 3 mi temps supplémentaires). Tous les rassemblements interdits (cultes, meetings politiques, match de sport, réunions syndicales, manifs, réunion de plus de 3 personnes, marchés de plein air, marchés publics, attentes aux guichets – Sécu, gares, aéroports, files d’alimentation – achats en grandes surface, queues aux cinés, concerts, …., défilés du 14 juillet, commémorations, « nuit debout »). Rendez-vous donc à la prochaine prolongation…. au 26/07/2016! Il y aura une trêve estivale – pour reprendre lors de la rentrée scolaire. Les terroristes respectent le calendrier scolaire (et solaire)! Dernière nouvelle : la Belgique n’est toujours pas en état d’urgence…. Surprenant! Prolongation, avant la date de fin, et à nouveau pour 6 mois jusqu’à l’installation du nouveau pouvoir (Acte 1 de Cazeneuve, nouveau premier ministre….)

 ……….

Grenoble : une fresque de street art jugée anti-flic provoque un tollé
L’oeuvre « L’Etat matraquant la liberté » créée par l’artiste Goin, dans le cadre du festival de street art subventionné par la ville de Grenoble. (Capture d’écran/ France 3 Alpes)
 Il paraît que l’état majore son urgence de deux  six mois. …… voir :  « Etat d’urgence ordinaire et normale » (plus bas)
un pays qui se « dictatorise (*) » (au nom d’un pseudo « terrorisme » – non et/ou très mal défini) et surtout qui laisse faire, avec la complicité de ses politicards et l’immobilisme de sa population ne peut revendiquer être le pays flambeau des Lumières et se ravale au rang de ses « ennemis » ou supposés. (tant que dure l’état d’urgence. ….. qui ne se presse pas pour partir si on en croit les rumeurs)
Gandhi
 Oser dire « NON », en votant blanc, tant que l’on n’a que des non-choix, c’est déjà être debout (et pas seulement la nuit). Il n’est que temps, déjà, en 2017!

Et s’il ne manquait que 509 députés! (un tout petit peu plus de 88%  de dédain du problème. Ils sont libres, eux!)
Il en va de la liberté du Peuple, quand même, qu’ils représenteraient!
Il est vrai que c’est tellement banal qu’un état d’urgence…..
  • Ils étaient 80 pour s’opposer en 1940…. ! sans être ripoux
  • Combien seront-ils pour la prolongation au delà du 26/07/2016? (26 ont refusé et 489 ont voté la prolongation améliorée, soit 6 mois – )  160719 – nuit de létat en urgence prolongée
  • Combien seront-ils pour celle au delà du 26/01/2017?

Afficher l'image d'origine

Un jour, ils oserons nous demander (à droite, comme à gauche), par référendum, si nous voulons mettre fin à cet état d’urgence, que nous n’avons jamais voulu et encore moins demandé!
(l’urgence de l’état c’est l’état d’urgence. L’urgence du peuple c’est de virer tous les urgentistes…..  2 Programmes diamétralement opposés)

……

De la constitution de l’état d’urgence abusif :
Article 21 Préambule de la constitution :
    • « Quand le gouvernement viole les libertés et les droits garantis par la constitution (état d’urgence prolongé et reprolongé!) , la résistance sous toutes ses formes est le plus sacré des droits et le plus impérieux des devoirs. »
  • (En l’an I, on parlait d’insurrection et non de résistance et d’armer cette révolution-citoyenne). Où en sommes nous? Et bien sûr cela ne concerne que le Peuple, pour le Peuple et avec le Peuple! et non les ersatz du pouvoir
en contradiction avec : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000695350

…..

 En France (en fin de règne, de Mars 2016 à ….. ) , on progresse! On rétablit la ferme générale en ce qui concerne la détection-radariste…. On vend la charge au privé…… Le privé va donc acheter la charge d’alimenter le budget amende de conduite et à lui de se démerder pour rentrer dans ses frais de charge et sans oublier sa marge, non d’erreur (dont il n’a que faire) mais de bénéfice. Car le privé n’est pas l’état il n’a pas le souci de déficit, son seul étant celui du profit +. Effectivement le changement c’est maintenant et ici….

………

A lire impérativement, pour mieux comprendre ce qui nous arrive : « Al Qaïda en France » de Samuel Laurent et ce que l’on va devoir supporter. Vous y apprendrez que les djihadistes se fondent dans la foule (ils fument, boivent, se droguent – en contradiction volontaire et « autorisée »  par leurs chefs -, présentent bien….. ont parfois des situations au top)…. jusqu’au jour où on les réveille et alors quel Bataclan!
Preuve que les lois d’exception ne concernent nullement les terroristes, excepté quand ce sont des citoyens (mono ou bi) nationaux qui expriment leur mécontentement. Les terroristes les vrais frapperont où ils voudront et quand ils voudront. Que voulez vous, réellement, opposer à leur déterminisme? Leur nationalité française? Il faut être naïf pour croire aux lois liberticides, soit disant pour contrer le terrorisme…..
Et pour inciter à rester…. coi : http://www.directmatin.fr/monde/2016-01-14/daesh-brule-vivants-ses-membres-qui-ont-fui-ramadi-720362 jusqu’au bout (ou quoi)
 …. au 15/07/2017 – et Valls corollaire du 49-3, citoyen, pour passer 2017, en force, après Hamon…..

*****


Une sélection  de digests :

  • Vote blanc, expression du refus de non-choix
  • La non- imposition imposée en imposture
  • La Dhimmitude à refaire naître
  • A-faire « Charlie-Hebdo
  • Boites à Malices
  • autorisation de représailles à balles tueuses- « Ultima Ratio »
  • « Pupilles de la Nation non juifs » – discriminés
  • le référendum -migratoire, anti-Schengen
  • en Régionales de 2015 –R15-analyse
  • la non valeur des signatures politiques  – signature-bidon
  • de tout et de rien dans notre atmosphère, je vous assure cousin il l’a dit :  Vrac160101
  • Pan AM et après : Fin du bordel à Panama : Fin du Panama
  • A venir : la primaire, la levée des urgences,…. le scoring des députés (élire ou réélire des impuissants à protéger le peuple)…

Prêt à ressortir à la moindre alerte et avis de tempêtes…… et surtout en période exceptionnelle des urgences

Publicités

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :