-

Nous sommes tous à la dérive…. Sara a choisi sa tour Eiffel, abattue, en symbole djihadiste. Et nous, quel est notre symbole à mettre à bats? (by keg – 16/02/2017)

Publié le


Le choix du jour : «Sara normale» ou  «Sara radicalisée»

  Je ne suis ni « Charlie », ni « Charlot, quoi que… », ni « bi », mais que « Franco – Français »

 

Dernière nouvelle : Macron qualifie la colonisation de « crime contre l’humanité » et provoque l’ire à droite et au FN (mais apparemment pas à gauche! Est-ce sur commande?)


 

je ne voterai pas pour mes bourreaux. La révolte d’un « pupille de la Nation non juif », trop con pour apprécier le bonheur promis par des-put-a-tifs (ne parlons pas des chauves)   (en abrégé : http://wp.me/p4Im0Q-1sO)

Français quand vous saurez……que :

Sara n’est qu’un pur produit de notre société. Elle est issue de nous…; Est-ce à dire que nous sommes si mauvais que cela….. ? Ne sommes nous pas capables de susciter des Gandhi, des Martin Luther King, ….. Comment « condamner » Sara sans faire notre propre procès! C’est tellement plus simple.

….. et avec un peu de recul….

Nous sommes tous des Sara en devenir. Mais il n’y a qu’une seule tour Eiffel. Il va falloir faire preuve d »originalité pour chercher le top du guiness des cibles…. pour être champion(ne) en terrorisme…. Mais Sarah ne savait pas que l’on dresse un mur anti-attentat!

…..

Réactions, à chaud, de KEG sur l’actualité phare de ce jour :

Sara, 16 ans, projetait de faire « sauter la tour Eiffel » avec son petit ami

Sara, 16 ans, projetait de faire "sauter la tour Eiffel" avec son petit ami
Des militaires de l’opération Sentinelle à Paris le 29 septembre 2016. ((AFP/ Philippe Lopez))

L’adolescente a été arrêtée vendredi dans l’Hérault avec son copain et leur mentor, soupçonnés d’avoir voulu commettre un attentat « imminent ». Portrait.

 

Ils y étaient presque. L’attentat devait viser la Tour Eiffel ou, à défaut, la place de la comédie à Montpellier. Associés à leur parrain Malik H., 33 ans, Sara et Thomas avaient fait allégeance à Daech. La jeune fille avait envoyé sa vidéo mercredi 8 février. Le lendemain, tous deux sont allés acheter un verre doseur, un litre d’acétone et un litre d’eau oxygénée, avant de s’enfermer dans l’appartement de Thomas. L’explosif était stabilisé, il fallait fabriquer une dizaine de ceintures. Tout était prêt.

Le plan imaginé, c’était que Thomas, 20 ans, s’en allait mourir en martyr, Sara, 16 ans, devenant ainsi « la veuve d’un homme qui allait entrer dans l’histoire en faisant sauter la tour Eiffel« , serait accueillie en Syrie comme une princesse, elle pourrait y refaire sa vie, avoir des enfants avec un autre.

Un contexte familial oppressant

En réalité, Sara, usée, déçue trop tôt par la vie, s’était mise en quête d’un idéal. Elle avait décidé de se fabriquer un monde qui lui permettrait d’échapper à celui qu’elle n’avait pas choisi, issue ultime pour échapper à une existence qui l’oppressait.

Sara a téléchargé un peu d’amour en quelques clics, photos de son ventre, et autres messages évoquant des positions pour des ébats imaginaires. Et l’a vite remplacé en se perdant encore sur Facebook.

Et pour cause. Sara est née en 2001, dans un contexte familial pétri de souffrances. Celles de la guerre pour son père, Bosniaque devenu Croate, chrétien hanté par des « pensées islamophobes ». Celles de l’emprise pour sa mère, Française d’origine croate qui a vécu cinq années avec cet homme.

« Particulièrement intelligente et bien structurée »

« Ça a été la descente aux enfers pour mes filles, et Sara en particulier qui avait alors à peine 10 ans parce qu’elle rêvait de ce nouveau départ », confie la maman. Daniela dit s’être battue ensuite pour la récupérer, « elle souffrait chez son père. A l’école, les petits se moquaient d’elle parce qu’elle avait des nœuds dans les cheveux, des vêtements qui sentaient fort la cigarette ».

Sara est convaincante, depuis toujours. « Je lui accordais presque tout ce qu’elle voulait, c’est difficile de lui dire non pour moi », confirme sa mère. Dès le cours moyen, quand la petite ne veut pas aller à l’école, Daniela cède. « Elle s’ennuyait à l’école, à la maison elle écrivait beaucoup dans ses cahiers, c’était sa passion, je l’autorisais à rester parce que je savais qu’elle ne faisait pas rien. »

En juin 2015, Sara publie un livre : « Ame », quelques dizaines de pages mettant en scène un dialogue intérieur entre deux parties d’une même personne, l’une morte, l’autre vivante. Une expertise psychologique ordonnée dans le cadre du divorce de ses parents indique que « Sara est, à 12 ans, une jeune fille particulièrement intelligente et bien structurée qui, si elle s’exprime peu notamment dans le milieu scolaire, a néanmoins des capacités d’élaboration et de réflexion conséquentes trahissant une maturité supérieure à son âge réel ».

En cinquième, elle commence à faire des prières à la maison. Le ramadan aussi, « plus ou moins ». Elle cherche un petit ami, mais « trouve ceux qu’elle rencontre au collège immatures et bêtes », confie Daniela. « Elle disait qu’elle ne voulait pas ‘devenir une pute’ comme certaines filles ». Sara se sent seule. Elle convainc sa mère, qui a « une très grande foi en Jésus », que ce dernier est « partout dans le Coran ».

Sa mère lui laisse enfiler le hijab, « mais je ne voulais pas qu’elle le mette pour l’école ». L’adolescente dit que c’est une protection pour elle, que les garçons la regardent moins comme ça. Elle sort avec. Daniela comprend que sa fille « veut se démarquer des autres, être différente ».

. « Nous devons tous être vigilants, car ce cas montre bien qu’il suffit aujourd’hui de se chercher, se perdre sur le net, pour se retrouver sous influence terroriste ».

Sara est amoureuse, elle veut des enfants, Thomas veut s’engager pour Daech.

En janvier, Sara abandonne l’école. Son monde imaginaire a pris le dessus sur la réalité. Elle se retrouve engagée dans un projet terroriste.

La honte. Sara n’a pas dénoncé Thomas, ni Malik, parce qu’elle avait peur pour sa réputation, pour son avenir. En garde à vue, elle l’a dit vite : « J’ai été égoïste ». Comme si son interpellation l’avait ramenée à elle.

 

Être usée à 16 ans…… Qui est responsable. Je ne cautionne nullement sa dérive, mais se pose la question de la responsabilité collective. Nous ne sommes pas de sa famille, mais elle est des nôtres et chaque dérive radicale  de l’un des nôtres est une atteinte à notre bien-être collectif. Quelle part de responsabilité avons nous dans ce dévoiement? Ne dîtes pas que vous y êtes pour rien….

Et notre responsabilité dans le choix des politicards qui mènent des politiques de merde qui ne nous donnent à voir et découvrir que des dévoiements desdits politicards (Fillon, Macron Hamon, Solère, Pénélope, Thévenoud, Cahuzac,….. ) avec un système d’éducation qui coûte cher, (1er budget de l’état) pour former des décrocheurs et aboutir au pôle emploi et pas seulement pour le premier, des familles éclatées (et non au nom des mariages pour tous), et l’absence des parents (physique, affective, « exemplaritive (*)… », conductrice vers le chemin de la maturité). Même dieu est aux abonnés absents……

Prenez une jeunette qui cherche et elle devient la proie de charlatans qui lui vendent du vent…. Et le vent, c’est bien connu, c’est fun (les politicards le savent parfaitement)…. Pour avoir trop et mal cherché, notre jeunette cherche la gloire dans un symbole. Et voilà la tour Eiffel kaputt….

Nous sommes tous des Sara

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/terrorisme/20170215.OBS5367/sara-16-ans-projetait-de-faire-sauter-la-tour-eiffel-avec-son-petit-ami.html

***

Et pendant ce temps……

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

Pour votre « marché matinal aux nouvelles fraîches », les articles en « Une » des principaux médias retenus!

bleu (sans ‘(*) ») dans le texte d’origine est déjà une façon de répondre, partiellement au sujet de ce texte….
——
« (*) » : veut dire que c’est une coquille voulue et/ou une liberté de langage ……ou une tentative de jeu de mots?
Ajoutez un peu de pâte-a-physique et une poignée de sel…j’aime. Faire revenir dans une noix de beurre rance et vous aurez votre recette du jour. A déguster chaude, la patate! Un peu d’irraison ne peut faire de mal.
dès 2017, un dictionnaire bilingue sortira pour mieux comprendre l’esprit « kegien (*) » ‘ ! Exercez-vous –:
GrosMots kegiens Février2016

****

 

 

 

****

 

Islamisme: la révolution à petits pas  –  Il gagne du terrain, les exemples se multiplient

 

Une femme voilée à Paris, mai 2015. SIPA. 00713541_000001

Il y a eu dans certaines villes allemandes, anglaises et danoises une police de la charia qui sillonnait les rues et « invitait » les clients des discothèques à ne pas boire d’alcool ni écouter de la musique.

 

En Angleterre, une trentaine de tribunaux islamiques officieux et sans existence légale rendent des décisions, notamment en matière de droit de la famille, sans nécessairement reconnaitre les mariages ou divorces « civils ». Theresa May, alors Ministre de l’Intérieur, déclarait en mai 2016 qu’ « un certain nombre de femmes auraient été victimes de ce qui apparaît comme des décisions discriminatoires prises par les conseils islamiques ».

En Belgique, un parti « Islam », se revendiquant islamiste, a fait élire 2 conseillers municipaux à Anderlecht et Molenbeek en 2012 avec pour tout programme politique de « favoriser les mariages dès l’adolescence et la sévérité dans le mariage » ou « le rétablissement de la peine capitale » et comme objectif, à terme, un « Etat islamique ».

En France, après l’indigne Salon de la femme musulmane de Pontoise organisé par des islamistes et dont l’un des invités affirmait sur les réseaux sociaux que « si la femme sort sans honneur [comprenez : sans voile], qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là », c’est désormais par la voie judiciaire que certains ont décidé de faire progresser une certaine idée de la société au détriment de la liberté d’expression.

Les procès contre la pensée

Fin novembre 2016, Pascal Bruckner comparaissait devant la 17ème chambre correctionnelle à Paris pour avoir soutenu sur Arte en 2015 que par leurs écrits et leurs actions militantes, les associations Les Indivisibles et  les Indigènes de la République  auraient, selon lui, « justifié idéologiquement la mort des journalistes de Charlie Hebdo ». A lire la très subtile Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la République, dans son livre Mohamed Merah et moi : « Mohamed Merah, c’est moi, et moi, je suis lui. Nous sommes de la même origine mais surtout de la même condition. Nous sommes des sujets postcoloniaux. Nous sommes des indigènes de la république », on aurait tendance à louer la lucidité de Pascal Bruckner plutôt que lui faire un procès grotesque.

Plus récemment encore, un professeur de philosophie Soufiane Zitouni était poursuivi devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour avoir dénoncé, en février 2015 dans Libération, les dérives islamistes au sein d’un établissement privé musulman du nord de la France. Il y évoquait, entre autres, un « antisémitisme quasi culturel de nombre d’élèves du lycée ». A l’audience, le Parquet avait déclaré : « C’est de la polémique, pas de la diffamation. Sans ça, il n’y a plus possibilité de s’exprimer ». Poursuivi aux côtés de Laurent Joffrin, directeur de la publication de Libération, ces derniers ont été relaxés le 7 février dernier. On s’en réjouit.

En ces temps de curée médiatique contre l’historien Georges Bensoussan, les médias ne se sont pas pressés pour diffuser la nouvelle de ces relaxes. Voilà une belle preuve de courage ou, plus simplement, d’honnêteté journalistique.

Alors répétons-le, au risque de lasser, pourvu que l’on en prenne conscience une bonne fois pour toutes. On assiste dans les médias, dans la société et jusque dans les prétoires à une tentative totalitaire de confiscation de la parole, d’une certaine parole.

Le fascisme aime toutes les couleurs

Dès que l’on dénonce l’antisémitisme dissimulé derrière le paravent sémantique de l’antisionisme ou le racisme anti-blanc revendiqué dans un « camp d’été décolonial », « réservé uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’État en contexte français », le risque d’une action judiciaire pour faire taire devient de plus en plus prégnant.

N’en déplaise aux censeurs communautaristes, il y a en France des territoires abandonnés ou plus exactement vendus, troqués contre des bulletins de vote, par les pouvoirs publics, laissés aux mains des salafistes et dans lesquels l’endoctrinement est quotidien.

Il existe bien en France une partie de la population qui semble de plus en plus habitée par le rejet de l’autre, du Blanc et du Juif pour reprendre le titre du dernier opuscule commis par Houria Bouteldja, la même, dans lequel elle livre la puissance de son ignorance en affirmant que « l’antisémitisme est européen. Il est un produit de la modernité ». Mais de quelle modernité parle-t-elle ? De l’Inquisition au XVème siècle, des pogroms antijuifs d’Odessa en 1821 ou de Kichinev en 1903 ? A quelle Europe fait-elle référence ? A celle qui a permis les massacres de nombreux Juifs de Safed (Galilée) en 1834 ou de Hébron en 1929, ou le statut de dhimmis imposé essentiellement aux Juifs à partir du VIIème siècle en terre d’Islam ?

Que la horde des plaignants (le PIR, les Indivisibles, le CCIF et consorts) fassent usage de la démocratie pour museler ceux qui ne pensent pas comme eux, voilà qui est entendu. Ils ne sont pas les premiers et ne seront pas les derniers. Mais il est bien plus inquiétant de voir avec quelle lâcheté et parfois quelle satisfaction dans le renoncement, les médias leur offrent des tribunes pour venir se répandre sur les plateaux de télévision ou les colonnes des journaux.

Le fascisme aime toutes les couleurs. Brun, rouge, ou vert. Refuser de le comprendre et se vautrer dans le déterminisme social, ethnique ou historique est une erreur tragique. Les discours de victimisation et d’excuse sont un poison. L’islamisation de plus en plus radicale d’une frange de la population française n’est pas seulement due à la crise économique et sociale ou aux méfaits de l’histoire coloniale française. Il y a, en France comme ailleurs, une guerre culturelle contre la démocratie. Une guerre à coups d’accommodements raisonnables mais aussi à coups de mots et de procès iniques. Une forme de terrorisme intellectuel en somme.

 

En acceptant, petit à petit, les signes islamiques dans notre société, nous nous sommes laissés envahir. Il y a 50 ans, on ne voyait pas de prières de rue, de foulards dans les écoles, d’école coraniques « sauvages », d’imposition du burkini, …. la burqua, le tchador, tout au plus la djellaba lors des fêtes. Et on vivait en assez bonne intelligence ensemble. On copinait même avec nos amis musulmans et juifs….. Puis la politique s’en est mêlée d’un côté et diluée de l’autre.

Il est maintenant trop tard, à moins d’un sursaut et avec plus qu’un karcher, l’islam politique est sur les rails et rien et plus personne ne pourra l’enrayer, sauf si nous radicalisons nos positions vis à vis de lui…..

 

http://www.causeur.fr/islamisme-republique-bensoussan-bruckner-france-42675.html

 

*****

 

De mystérieux géoglyphes découverts en Amazonie intriguent les scientifiques

De mystérieux géoglyphes découverts en Amazonie intriguent les scientifiques

En pleine forêt amazonienne au Brésil, les scientifiques ont découvert plus de 450 géoglyphes mystérieux dont certains ressemblent à Stonehenge. Leur rôle reste à l’heure actuelle inconnu mais ils suggèrent que la forêt a été exploitée bien plus tôt qu’on ne pensait par les autochtones.

« Le fait que ces sites soient restés cachés pendant des siècles sous une forêt tropicale mature remet vraiment en question l’idée selon laquelle les forêts amazoniennes sont des écosystèmes vierges. […] Notre découverte ne doit pas être citée comme justification aux pratiques actuelles destructrices et non durables. »

Une forêt pas si vierge

Pour en savoir plus, l’équipe de scientifiques a analysé des échantillons de sol provenant de deux des sites afin de reconstruire quelque 6.000 ans d’histoire de la forêt environnante. Cette étude a permis de déterminer que les motifs auraient au moins 2 000 ans et remonteraient probablement aux alentours de l’an zéro.

Après la découverte des motifs, « nous avons immédiatement voulu savoir si la région était déjà arborée quand les géoglyphes ont été construits », a confié le Dr Watling. Et il semblerait que c’était bien le cas, ce qui suggère que bien avant l’arrivée des Européens en Amérique, les sociétés indigènes avaient déjà pour habitude de défricher et d’altérer le paysage amazonien.

Des structures au rôle mystérieux

En reconstruisant l’histoire de la forêt, les scientifiques en sont arrivés à la conclusion que celle-ci s’est retrouvée dominée par du bambou pendant au moins 6 000 ans. Les premiers humains eux, seraient arrivés il y a environ 4 000 ans et auraient commencé à altérer la forêt, permettant aux palmiers de se multiplier au détriment des bambous. Plus tard, il y a entre 2 300 et 1 400 ans, de petites clairières auraient été créées dans la forêt de façon temporaire pour concevoir les géoglyphes. Dans quel but ? Ceci reste à l’heure actuelle une véritable énigme pour les spécialistes.

Un exemple pour des alternatives durables

Bien que cette découverte démontre que les humains altèrent la forêt depuis bien plus longtemps qu’on ne pensait, l’équipe souligne que les activités de l’époque n’ont rien à voir avec celles qui impactent aujourd’hui durement la forêt amazonienne et ont fait disparaître en quatre décennies 20% de sa surface au Brésil. « Malgré le grand nombre et la densité des sites de géoglyphes dans la région, nous pouvons être certains que les forêts de l’Acre n’ont jamais été défrichées de façon aussi étendue, ou aussi longtemps, qu’elles ne le sont depuis ces dernières années », a relevé l’archéologue. « Notre découverte […] ne doit pas être citée comme justification aux pratiques actuelles destructrices et non durables. » Au contraire, pour les spécialistes, cette découverte démontre que les activités humaines en Amazonie ne sont pas nécessairement synonymes de dégradation de la forêt. Ces anciennes pratiques pourraient ainsi servir d’exemple afin de mettre en place des alternatives plus durables et moins destructrices.

 

Les druides auraient-ils envahi l »Amazone. N’est-ce pas un peu cavalier comme raccourci? Certes il y a des mégalithes qui ,nous tendent les bras en géoglyphes… Mais ne peut-on concevoir, qu’il y a longtemps la forêt n’était pas vierge…..

Certes, à l’époque, on ne déboisait pas à tout va au nom de divers intérêts particuliers. En ces temps là, on avait le culte-respect de dame nature, dont nous participions, sans avoir la prétention de la plier à notre volonté. Pour avoir oublié de rester à notre place et rang, nous mourrons…..

 

http://reseauinternational.net/de-mysterieux-geoglyphes-decouverts-en-amazonie-intriguent-les-scientifiques/

 

***

 

Est-il scandaleux qu’un policier traite un délinquant de « bamboula » ?

 

 

Le procès fait à ce syndicaliste policier qui a déclaré « convenable » l’appellation de « bamboula », lors de l’émission « C dans l’air », a au moins eu un mérite. Celui d’illustrer la parfaite déconnexion qui existe entre les salons ministériels, les studios de la presse parisienne et la réalité vécue tous les jours sur le terrain par les policiers, notamment au cœur de nos quartiers sensibles.

 

Les relations qui existent, à force de contacts, entre les policiers et les malfrats de tout poil ont toujours intrigué le grand public et les médias. Pour le premier, le cinéma et la télévision, à travers de nombreux films et reportages, ont pu donner des clés de lecture pour comprendre comment cela fonctionnait. Ils ont également apporté des réponses d’évidence, à savoir que le monde du crime et de la délinquance n’est pas fait de mondanités mais d’un rapport de force permanent, sans cesse remis en cause.

Pour les seconds (les médias), les choses sont plus complexes. Et il convient de distinguer les journalistes d’investigation, c’est-à-dire ceux qui, au plus près des services de police et des délinquants, finissent par comprendre les modes relationnels qui existent dans ce milieu. Et puis les journalistes de studio, ceux dont l’expérience se limite à l’invitation, sur un plateau de télévision chaud et douillet, d’acteurs plus ou moins impliqués – et souvent moins que plus – dans cette lutte du crime contre la vertu.

Pour ce qui est des cabinets ministériels, de tout temps, ils ont hurlé avec les loups, la réalité du terrain et les difficultés rencontrées par les policiers dans l’exercice de leurs missions ne les ayant jamais vraiment intéressés. Si ce n’est par leurs conséquences médiatiques !

 

Alors, oui, il faut rappeler que les relations entre policiers et délinquants sont, et ont toujours été, pleines d’ambiguïtés. Que le milieu dont il est question – celui du crime et de la marginalité – répond à des règles particulières qui ne sont pas codifiées. Que c’est le plus malin, et parfois même le plus fort, qui gagne. Ça peut être le policier, mais ça peut être aussi le délinquant.

Quant au vocabulaire utilisé entre les uns et les autres, il n’est évidemment pas celui des salons évoqués ci-dessus. Le tutoiement entre policiers et délinquants peut être la règle.(et l’inverse?)

Et il est réciproque. Sur le terrain, on ne s’embarrasse pas de questions de savoir-vivre et de vouvoiement. Il arrive même (chose inouïe) que policiers et délinquants s’appellent par leur prénom. Tout ça n’étant pas exclusif d’une certaine forme de respect, à défaut de respect des formes. Oui, quelquefois, des adjectifs peu orthodoxes, et certains noms d’oiseaux, volent entre les protagonistes. Mais ces mots, ceux qui choquent nos bobos bien installés dans leur confortable vie parisienne, sont les mêmes que ceux qu’emploient, entre eux, nos jeunes dans les cités. Et pour ceux-là, les règles de la politesse ne sont pas des priorités.

Alors, bien sûr, on peut se voiler la face. Crier au scandale parce qu’un policier a, sans le vouloir et par maladresse, levé une partie de ce voile. Mais la réalité est bien là. La police ne se fait pas en gants blancs et la fleur au fusil. Elle se fait dans une violence physique et verbale quotidienne. Elle se fait, aussi, en s’immergeant dans un milieu qui, immanquablement, avec le temps, finit par déteindre sur tous ceux qui s’y plongent. Penser qu’il puisse en être autrement relève ou du rêve ou de la plus parfaite hypocrisie (ou de la politicardie, tout simplement)

 

On a condamné pour moins que « Bamboula »…. Il est vrai que ce qui fait nègre donne un aspect colonialiste’… Souvenez vous du tirailleur Sénégalais (ou africain) d’une marque de chocolat noir en poudre (interdiction de faire de la pub gratuite…. Tous se paie et tout se transforme!)… C’est presque maintenant disparu des écrans. Il est vrai qu’en matière de pub, blanc sur blanc, cela fait politique et surtout ne crève plus les crans des audaces de slogans…..Où est le temps où on appelait avec affections nos amis « bougnoules » quand ils faisaient la promotion de la pigeot au bled. Il est vrai qu’en ce temps là la pigeot c’était de la bagnole sans obsolescence programmée

Est-ce bien normal qu’un présupposé délinquant, mais jusqu’à preuve du contraire innocent; tutoie son inquisiteur. Vous voyez les flicards et ils vous voient de retour et derechef! Le respect dû à un présupposé innocent devrait faire partie du cursus universitaire du flicard. On n’est pas entre brutes, mais entre gens dits civils y sait….

 

http://www.bvoltaire.fr/olivierdamien/scandaleux-quun-policier-traite-delinquant-de-bamboula,313688

 

*****

 

 

EMIRATS ARABES UNIS. Photo: une ministre de 22 ans à la tête du ministère du… Bonheur

 
ministre

Ouhoud al-Roumi, directrice générale de la présidence du Conseil des ministres est jeune, belle et devient ministre d’Etat du Bonheur, tout en conservant son précédent poste. Un excellent symbole dans cet émirat pétrolier.

La riche fédération pétrolière du Golfe composée de sept émirats, conduits par Abou Dhabi et Dubaï, fait donc sa révolution pacifique. Selon le Premier ministre des Emirats, Cheikh Mohammed ben Rached Al-Maktoum, qui est aussi souverain de Dubaï, ce remaniement constitue «le changement structurel le plus important dans l’histoire du gouvernement fédéral».

Il a bel et bien raison…

 

Qui a dit que la femme s’effaçait dans les harems se gavant de loukoum!

Vous imaginez un ministre du bonheur …. barbu?

Avec une telle ministre, on se convertirait ém-irat, surtout quand on parle d’union! On en réclamerait.

Il n’y a que là-bas, où on crée un ministère du bonheur. En France,; on en est loin. Il faudrait déjà éradiquer la pauvreté et toutes les pauvretés.

Les mots ont leur importance. Personne n’a de ministère de la paix. On n’a que des ministères de la défense ou de la guerre…. Les mots façonnent nos esprits et comportements

 

http://allainjules.com/emirats-arabes-unis-photo-une-ministre-de-22-ans-a-la-tete-du-ministere-du-bonheur/

 

*****

 

Les présidentielles, comme si vous y étiez et quoique l’on en dise ou pas :

  1. E-goth de campagne (des députés d’active, et/ou au gouvernement.org, voulant être calife en lieu et place d’un cap’tain défunt et défaut) : vrp-fillon-f-ump (ses premiers maux) et http://wp.me/p4Im0Q-1nR (ses derniers mots, incapable…..s)
  2. La primaire des législatives (individus et partis) ou scoring « députés » (pour Peuple dépité)
  3. « Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) – http://wp.me/p4Im0Q-141

en savoir plus, beaucoup plus :il-etait-une-fois-2017

La guerre des vieux jeunes premiers (en finale de lutte) :

  1. Fillon fillon-putatif   et fiche-transparency-fillon
  2. Valls – valls-putatif    Exit Valls, place à Hamon…. il va nous faire le coup de tous-en-Khamon

Bientôt il ne va plus rester que Hamon (mais restera t-il vraiment s’il est le seul à oser….?)! Faut-il, dès lors voter s’il est le seul compétiteur? – 14 – Patrimoine 2014 – Benoit Hamon

 

…..

« Projet de loi citoyen » (et non « proposition de loi ». Ce qui met le citoyen à égalité avec le  pouvoir, qui dépend de lui!) de la « dé-professionnalisation du mandat électif » (ou « quand le tirage au sort remplacera la ripoublique…. » ). Dans la mesure de l’esprit initial de « Nuit debout »…. du « ni partis, ni syndicats »  :    http://wp.me/p4Im0Q-141

….

FIN de la une DU JOUR

Fin de l’article de « La Une de keg » du jour. Merci de l’avoir lu et de vos commentaires. Les différents tableaux joints et à découvrir, vous ont-il éclairé, surtout en ce qui concerne les élections en prévision de décembre 2015 et au delà?
Ce qui suit ne concerne que quelques infos en attente de réutilisation (en vrai dépotoir, bric à brac, de brique et de broc), où vous pouvez puiser, à vos risques et périls garantis.

…..

  • Dans quel état gère, en urgence la socia-lie : 14/11/2015 – 26/02/2016 – 26/05/2016 – 26/07/2016  – 26/01/2017 –  13/12/2016   160719 – nuit de létat en urgence prolongée  –  (…     05/07/201 7= la sortie de l’état normal (une mesure qui dure devient la norme) pour devenir autre et sans en dire le nom. Cazeneuve promu premier ministre a devancé l’avenir en faisant voter, au 13/12/2016, une prolongation anticipée, de 3 mois supplémentaires jusqu’au 15/06/2017 (entre les deux tours des législatives et sans possibilité de modifier quoique ce soit et pour qui que ce soit)
  • Dernière nouvelle. Le pouvoir s’affole et n’attend pas l’échéance programmée du 26/01/2016. Cazeneuve, à peine promu 1er ministre, fait voter . Quelle fin de mandat pitoyable…. avec un état en urgence d’impossibilité à se réformer… et demain ne s’annonce guère mieux : http://wp.me/p4Im0Q-1nR . Il ne craint pas la rue et dit merci à Fillon : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=20110701&numTexte=17&pageDebut=11269&pageFin=11270  paru en Juillet 2011

…..

L’état en urgence…….. du 14/11/2015  (lendemain du Vendredi 13, réputé jour de chance… Pour qui?) au :

(partie visible de l’ice-berg appelée à disparaître, dès la levée de l’embargo liberticide, à usage, exclusif, des seules libertés des citoyens et non  des terroristes…qui s’en battent l’œil La preuve par Nice.)

État d’urgence ordinaire et « normale » : 

Prochaine échéance au 26 Juillet 2016 (et de 4 dont 3 mi temps supplémentaires). Tous les rassemblements interdits (cultes, meetings politiques, match de sport, réunions syndicales, manifs, réunion de plus de 3 personnes, marchés de plein air, marchés publics, attentes aux guichets – Sécu, gares, aéroports, files d’alimentation – achats en grandes surface, queues aux cinés, concerts, …., défilés du 14 juillet, commémorations, « nuit debout »). Rendez-vous donc à la prochaine prolongation…. au 26/07/2016! Il y aura une trêve estivale – pour reprendre lors de la rentrée scolaire. Les terroristes respectent le calendrier scolaire (et solaire)! Dernière nouvelle : la Belgique n’est toujours pas en état d’urgence…. Surprenant! Prolongation, avant la date de fin, et à nouveau pour 6 mois jusqu’à l’installation du nouveau pouvoir (Acte 1 de Cazeneuve, nouveau premier ministre….)

Grenoble : une fresque de street art jugée anti-flic provoque un tollé
L’oeuvre « L’Etat matraquant la liberté » créée par l’artiste Goin, dans le cadre du festival de street art subventionné par la ville de Grenoble. (Capture d’écran/ France 3 Alpes)
 Il paraît que l’état majore son urgence de deux  six mois. …… voir :  « Etat d’urgence ordinaire et normale » (plus bas)
un pays qui se « dictatorise (*) » (au nom d’un pseudo « terrorisme » – non et/ou très mal défini) et surtout qui laisse faire, avec la complicité de ses politicards et l’immobilisme de sa population ne peut revendiquer être le pays flambeau des Lumières et se ravale au rang de ses « ennemis » ou supposés. (tant que dure l’état d’urgence. ….. qui ne se presse pas pour partir si on en croit les rumeurs)
Gandhi
 Oser dire « NON », en votant blanc, tant que l’on n’a que des non-choix, c’est déjà être debout (et pas seulement la nuit). Il n’est que temps, déjà, en 2017!

Et s’il ne manquait que 509 députés! (un tout petit peu plus de 88%  de dédain du problème. Ils sont libres, eux!)
Il en va de la liberté du Peuple, quand même, qu’ils représenteraient!
Il est vrai que c’est tellement banal qu’un état d’urgence…..
  • Ils étaient 80 pour s’opposer en 1940…. ! sans être ripoux
  • Combien seront-ils pour la prolongation au delà du 26/07/2016? (26 ont refusé et 489 ont voté la prolongation améliorée, soit 6 mois – )  160719 – nuit de létat en urgence prolongée
  • Combien seront-ils pour celle au delà du 26/01/2017?

Afficher l'image d'origine

Un jour, ils oserons nous demander (à droite, comme à gauche), par référendum, si nous voulons mettre fin à cet état d’urgence, que nous n’avons jamais voulu et encore moins demandé!
(l’urgence de l’état c’est l’état d’urgence. L’urgence du peuple c’est de virer tous les urgentistes…..  2 Programmes diamétralement opposés)

……

De la constitution de l’état d’urgence abusif :

Article 21 Préambule de la constitution :
    • « Quand le gouvernement viole les libertés et les droits garantis par la constitution (état d’urgence prolongé et reprolongé!) , la résistance sous toutes ses formes est le plus sacré des droits et le plus impérieux des devoirs. »
  • (En l’an I, on parlait d’insurrection et non de résistance et d’armer cette révolution-citoyenne). Où en sommes nous? Et bien sûr cela ne concerne que le Peuple, pour le Peuple et avec le Peuple! et non les ersatz du pouvoir
en contradiction avec : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000695350

…..

  • En France (en fin de règne, de Mars 2016 à ….. ) , on progresse! On rétablit la ferme générale en ce qui concerne la détection-radariste…. On vend la charge au privé…… Le privé va donc acheter la charge d’alimenter le budget amende de conduite et à lui de se démerder pour rentrer dans ses frais de charge et sans oublier sa marge, non d’erreur (dont il n’a que faire) mais de bénéfice. Car le privé n’est pas l’état il n’a pas le souci de déficit, son seul étant celui du profit +. Effectivement le changement c’est maintenant et ici…..

A lire impérativement, pour mieux comprendre ce qui nous arrive : « Al Qaïda en France » de Samuel Laurent et ce que l’on va devoir supporter. Vous y apprendrez que les djihadistes se fondent dans la foule (ils fument, boivent, se droguent – en contradiction volontaire et « autorisée »  par leurs chefs -, présentent bien….. ont parfois des situations au top)…. jusqu’au jour où on les réveille et alors quel Bataclan!
Preuve que les lois d’exception ne concernent nullement les terroristes, excepté quand ce sont des citoyens (mono ou bi) nationaux qui expriment leur mécontentement. Les terroristes les vrais frapperont où ils voudront et quand ils voudront. Que voulez vous, réellement, opposer à leur déterminisme? Leur nationalité française? Il faut être naïf pour croire aux lois liberticides, soit disant pour contrer le terrorisme…..
Et pour inciter à rester…. coi : http://www.directmatin.fr/monde/2016-01-14/daesh-brule-vivants-ses-membres-qui-ont-fui-ramadi-720362 jusqu’au bout (ou quoi)

 …. au 15/07/2017 – et Valls corollaire du 49-3, citoyen, pour passer 2017, en force…..

*****


Une sélection  de digests :

  • Vote blanc, expression du refus de non-choix
  • La non- imposition imposée en imposture
  • La Dhimmitude à refaire naître
  • A-faire « Charlie-Hebdo
  • Boites à Malices
  • autorisation de représailles à balles tueuses- « Ultima Ratio »
  • « Pupilles de la Nation non juifs » – discriminés
  • le référendum -migratoire, anti-Schengen
  • en Régionales de 2015 –R15-analyse
  • la non valeur des signatures politiques  – signature-bidon
  • de tout et de rien dans notre atmosphère, je vous assure cousin il l’a dit :  Vrac160101
  • Pan AM et après : Fin du bordel à Panama : Fin du Panama
  • A venir : la primaire, la levée des urgences,…. le scoring des députés (élire ou réélire des impuissants à protéger le peuple)…

Prêt à ressortir à la moindre alerte et avis de tempêtes…… et surtout en période exceptionnelle des urgences

Publicités

Etre abonné pour mettre un commentaire, constructif..... Merci

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :