La Saga des pauvres riches N° 4 – des 379 communs depuis 2011

Publié le Mis à jour le


Pour qu’une comparaison soit correcte et efficace, il faut ne comparer que ce qui est comparable.

On a donc extrait du Top500 – 2014, les 379 qui ont comme dénominateur commune d’avoir été dans le classement en 2014 et 2013 ainsi que 2011.

Et cela nous donne : les 500 depuis 2011 – I

Ce tableau est accessible en faisant (Ctrl et entrée puis OK)

 

A noter que le maximum et la moyenne ont une progression suivie depuis 2011 alors que le minimum a connu une baisse de forme en 2013 passant de 61 millions à 74% en faisant une pose pipi (ou autre) à l’étape 36 millions.

On constate quand même que l’effet de résilience est optimisé puisque après avoir perdu 40% on regagne à plus de 105%. Ce qui se traduit en langage pauvre riche  » mes chutes sont toujours moins douloureuses que me refaire la santé ».

Où l’on voit que la progression 2013 – 2014 est globalement (ce qui inclus donc ceux qui ont perdu à la roulette de l’économiquement faible, de chez eux) de 16,81%  et ventilée, cela donne :

  • les + riches : 19,29% de hausse (avec un maximum de 7 500 millions d’euros (quelle indécence), soit 443 262 équivalent SMIC-Annuels de plus pour Alain Wertheimer  fortune N° 5 (famille qui dort sans pyjama, non parce que Rika Zaraï nous l’a dit, mais parce que c’est le N° de Chanel qui le dit par la bouche de la Maryline de « mister  Président. A cette hausse là, ils auraient pourtant de quoi s’en payer)
  • Les – riches : -8,36% de baisse (avec un maximum de perte de 500 millions d’euros (quelle indécence) soit -29 551 équivalent SMIC-Annuels de moins pour Margarita Louis Dreyfus fortune N° 15 (Négoce de tout et de rien)

Preuve s’il en fallait que  les riches-pauvres ne doivent pas se plaindre de leur sort, car avec leur 50 Euros annuels de perte  (0,30%) de pouvoir d’achat, ils sont loin de la perte possible de 500 millions (9,09%). Et pourtant ceux qui perdent cela ne se plaignent pas. Ils sont stoïques et acceptent leur règle du jeu. Certes ils ont déjà perdu  1 100 millions entre 2011 et 2013, et ils continuent de perdre, mais que 500 millions. Preuve que l’inversion est en marche, pour eux! Et ils ne se plaignent pas.

 

Nous aurions beaucoup à apprendre de nos pauvres-riches! Qui les plaint, eux? Nous ne savons mesurer notre bonheur d’être riches-pauvres. Nous avons énormément de possibilités de nous sortir de la mouise : le Loto, le millionnaire, les match de foot, les tournées au bistrot avec les copains, Guy Lux à la télé (mais existe t-il encore sur le petit écran), les restos du coeur, pour retrouver nos potes de galères, les vide-greniers, le Tour de France, les vachettes hollandaises à ne pas confondre avec les vacheries que le sieur sus mentionné fait aux patrons par Medef interposé)…..

Pensez à tout cela, mécréants.

Vous n’êtes pas obligés de continuer à frimer chez Maxim’s, au Fouquet’s, au gala de charité à 5000€ la place debout, au raout chez la duchesse de « je ne sais quoi », au rallye de la charité sur loir, au place 5 étoiles ou au Négresco, aux bains de mer à Monaco ou aux piste de Gstaad,…. car il faut garder le rang! Chez eux l’absence ne se pardonne pas. Ils sont loups entre les loups et malheur à qui sort de la meute.

Méditez cela en découvrant ce second tableau : les 500 depuis 2011 – II

 

Une étude est en cours : celle des 1000 entreprises vedettes de 2014, avec ses regroupements du CAC40 et les pauvres-riches du Top 500 – 2014 qu’y s’y perdent.

on sait déjà que Maurice Lévy N° 178 du Top500 – une référence quand même – se tape un malheureux cacheton annuel des 4,5 millions pour bosser et surtout signer son chèque, alors que sans rien faire il ne palpe que 6 millions  de dividendes (et sa colistière Elisabeth Badinter, « fille de pub », épouse d’un « avocat peine de mort au PS – vous savez le « parti prix des pauvres » – ne perçoit que 23 000 millions soit 1360 SMIC-Annuels.  Autrement dit chaque matin en même temps que son croissant beurre, elle marche sur un tapis renouvelable de 63 000 € et 73 482 € si on exclus les jours réservés au repos exclusif du seigneur, car jour oisé – de oisif!).

Preuve s’il en fallait que le socialisme est soluble dans la fortune et à tout le moins, plus soluble, ici et maintenant que l’ump et l’umps de droite

 

voir avant :

Publicités