Hollande a fait une « non-réponse » à sa signature officielle…..!

Publié le Mis à jour le


« Réponse ouverte » à la réponse « officielle » à la « lettre ouverte à un Président de la République » du 20/08/2014

Démonstration d’une non-valeur de sa signature et de celle de ses « amis ». Doit-on, dès lors obéir, à ses lois, décrets et ordonnances signés depuis 2012? La question se pose au regard d’une République irréprochable….. Faut-il officiellement les considérer comme nuls et non avenus et passer outre. Ce serait grave!

V.réf : PDR/SCP/BCP/BR/C0352394

  • Vu la réponse « officielle », signée du chef de cabinet – R.O I – Elysée  (pour ouvrir : ctrl + Clic)
  • Vue la lettre ouverte initiale en fin de page.

 

 

Monsieur Hollande
Le 03/09/2014*

 

Dois-je comprendre que l’attention que vous avez porté, est aussi insignifiante que celle portée à la signature des PPL (propositions de lois, pour les non-initiés) :

1. 09/01/2007 – http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion3545.asp
2. 11/06/2008 – http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion0932.asp

Où vous « dénonciez » la discrimination faite aux « Pupilles de la Nation non –juifs de 39/45 »‘ et demandiez, timidement, du bout des dents, mais sans « exiger » (comme l’impose le mandat de représentant du Peuple, dans toutes ses composantes) le rétablissement de l’Egalité.

A la lecture de votre réponse, j’ai confirmation que ces PPL (versées aux poubelles de fin de mandat, détail que vous et les signataires de ces PPL n’ignoriez pas ou alors vous seriez tous de très mauvais politiques…. Quand on sait la volonté des politiques – de quelque bord qu’ils soient – de refuser de trouver une solution à ce problème rappelons le, quand même créé par la Gauche de 2000 et que le sujet ne fait jamais l’objet d’une question orale en séance et encore moins d’un décret incombant aux gens du pouvoir (c’est-à-dire vous !) n’ont eu que pour raison d’être que de tenter de calmer le jeu du mécontentement justifié « Pupillien » et que comme les autres formations politiques vous y avez abondé…..
• Sarkozy a triché avec une promesse
• Vous trichez avec une signature, la votre (et celle de vos « amis » politiques)

Les alinéas 4 et 5 de votre réponse me démontrent l’attention portée au problème de la discrimination des « Pupilles de la nation non juifs ». Avez-vous trouvé dans les « archives » du Palais, de ce dossier, une proposition chiffrée faite par moi-même et adressée aux services de la Présidence (par deux fois. Mon premier envoi, en recommandé, du volumineux dossier, est bien arrivé au Palis mais s’est perdu dans de quelconques oubliettes de l’Histoire du palais) ?
Vous avez du y voir un tableau récapitulatif des différents chiffrages correspondant aux différentes propositions. La mienne, répondait exactement à votre souci de limiter à 39/45, dans l’esprit des décrets :

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000005629658 (Jospin )
http://admi.net/jo/20040729/DEFD0400829D.html (Raffarin)

En ayant le coût le moins élevé de 300 millions la première année (sur les 7 propositions en lice ce qui valut une remarque de bon sens du ministre des anciens combattants de l’époque, lors de ma renonciation au siège qui m’était accordé à la commission-bidon Audouin), allant décrescendo jusqu’à l’extinction de la « dette matérielle » de la Nation avec la mort de la dernière « Pupille de la Nation » de 39/45 vers 2050 (on était loin des 7,6 ou 2,238 milliards des autres propositions avec pour un coût global étalé jusqu’en 2055 de
• 30,711 milliards (proposition qui créait pas moins de 10 nouvelles discrimination. Soit une moyenne de 655 millions par an sur la durée)
• 4,254 milliards (ma proposition concernant les 100 000 dossiers en déshérence de 39/45» et eux seuls – soit une moyenne de 90 millions par an sur la durée)

Je ne demande pas l’aumône d’une extension des dispositifs de 2000 et 2004.
J’exige (tel que défini par le préambule de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen et selon la sentence du Conseil Constitutionnel , vis-à-vis du « pacte de responsabilité »), au nom du principe même de l’Egalité (notion abstraite pour laquelle et à cause de laquelle mon père est « mort pour la France », de façon bien concrète, les armes à la main, en combattant pour : Le président de la République, les gouvernements, les parlementaires, les Français dans leur ensemble – passés, actuels et à venir – sacrifiant par la même occasion ses 5 enfants), la reconnaissance à l’identique, la souffrance des « Pupilles de la Nation non juifs » de celle des « Pupilles de la Nation juifs ».

Aucun argument ne peut-être recevable, à cette non reconnaissance excepté que vous decrétiez après démonstration bien argumentée que mon père ait été un faux maquisard. Le rapport Audouin ayant déjà suggéré d’écarter, de la reconnaissance de leur souffrance, des enfants de Résistants qui ne pourraient, 70 ans après les faits, apporter la preuve que leur parent n’avait pas d’échappatoire à la mort qu’ils n’auraient exploitée (sans indiquer, comment – en pleine action, à la vie à la mort – penser et réussir à déserter). L’abject peut-il dépasser cette limite ?

Vous souvient-il que le Conseil Constitutionnel a rejeté votre pacte de solidarité :

Dans sa décision, l’institution a jugé la mesure « contraire à la Constitution » parce qu’elle « [méconnaissait] le principe d’égalité ». Le Conseil constitutionnel a en effet estimé que les dispositions du projet de loi instituaient « une différence de traitement, qui ne repose pas sur une différence de situation entre les assurés d’un même régime de sécurité sociale »
http://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2014/08/06/le-conseil-constitutionnel-rejette-une-partie-du-pacte-de-responsabilite_4467705_823448.html

Les excuses de la barbarie nazie, des problèmes budgétaires, la non-cohérence entre les “Pupilles de la Nation de 39/45 (pouvez vous me rappeler, au vu de la dernière fête de la Rose, au vu de l’université de la Rochelle, au vu des parlementaires frondeurs, la cohésion des socialistes, Le PS n’étant plus qu’un conglomérat de chapelles plus ou moins dissidentes entre elles), ou toute autre « excuse » sont irrecevables. Le seul argument recevable est l’effacement à tout jamais de la discrimination. Mon père ne s’est pas trouvé d’excuses… Il a eu le courage !

C’est en Juillet 2000 qu’il n’aurait pas fallu  reconnaître avec différence la souffrance des « Pupilles de la Nation juifs » au titre que leur parent était « mort pour rien » et en tous le cas, pas « Morts pour la France », en combattant, pour sauver la France et contre la barbarie nazie….

Vous avez une obligation de dette envers les « Pupilles de la Nation non juifs », vous ne pouvez au constat actuel de vos exploits présidentiels, ajouter le mépris envers les enfants des « Morts pour la France, non juifs »…. Cela vous condamnerait à vous empêcher de façon morale à toute commémoration.

Osez nous dire publiquement que nous sommes indignes de la mémoire une et indivisible de la France (comme l’était dans son esprit de 1917 le titre de « Pupille de la Nation », jusqu’à ce que les lobbys juifs s’ingéniassent à battre en brèche ce principe de base, à leur seul profit.. Je vous rassure toutefois, dire cette vérité, vérifiable à la lecture du décret Jospin de Juillet 2000, n’est nullement de l’antisémitisme! Le seul reproche quer l’on pourrait faire aux « Pupilles de la Nation juifs » c’est d’avoir oublié que leurs amis « Pupilles de la Nation non juifs » existaient aux aussi dans la souffrance de la perte de leur parent, la même cause causant les mêmes effets et non des effets confessionnels….

En indiquant la transmission de ma lettre ouverte au secrétaire d’état en charge du dossier « Pupilles » (lettre qu’il a déjà reçue en envoi direct, c’est le principe d’une lettre ouverte) voulez vous nous laisser croire que ce dernier aurait plus de pouvoir que vous en la matière ? Impensable… Depuis 10 ans nous sommes confrontés à ces comportements, indignes de représentants du peuple, qui se renvoient la balle et pendant ce temps, nous mourrons…. par paquets et de plus en plus vite !

« Celui qui veut trouve les moyens, celui qui ne veut pas trouve les excuses »

 

Avec le respect qui est dû à votre fonction

Kelly-Eric Guillon
« sous-Pupille de la Nation non juif », de 39/45

• (03/09/2014 75ième anniversaire de la ‘commémoration’ » de la déclaration de guerre  de la France à l’Allemagne)

 

(ajout à la réponse ouverte à la réponse officielle)

La Réponse  » officielle » (identique à quelques détails près à celle qui est faite depuis 2o05, avec l’argument irrecevable de la barbarie nazie.

Les maquisards d’opérette allaient ainsi compter fleurette à leurs amis en face, qui étaient des troupes en déroute et à ce titre, doux et heureux de leurs défaites, à qui il fallait faire un brin de causette pour les aider à supporter la pénibilité  du chemin du retourr.

C’est bien connu et reconnu. Les 100 000 « Pupilles de la Nation non juifs » de 39/45, survivants actuels de la barbarie Française, sont devenus orphelins de la guerre (« Ach grosse malheur », disaient les amis d’en face ) uniquement parce que les Allemands étaient des copains qui venaient en villégiature secondaire chez nous, pour profiter du soleil et de la bonne bouffe, de nos femmes (réputées « cholies ») et de temps en temps, pour justifier les raisons de leur séjour, jouaient à la guéguerre avec les amis « fronsözen ») . la seule barbarie allemande reconnue était celle accordée aux Juifs, aux résistants (ach ces terroristes qui tuaient de braves « allemands-camarades) Mais pas tous les résistants! Tiens surprenant…. !

 

La lettre ouverte du départ : https://launedekeg.wordpress.com/2014/08/20/lettre-ouverte-a-un-president-de-la-republique-francaise/